Illuminati Showdown in Middle East

20130909-085226.jpg

By Dean HENDERSON, LEFT HOOK

This week’s US Congressional vote on Syrian missile strikes will prove a watershed event in the battle to wrest global control from the Illuminati banksters.

Russian warships continue to stream into the Eastern Mediteranean. Infowars.com reports that Chinese warships are doing the same. Hezbollah fighters cross the Syrian border with Lebanon en masse. Iran says it will target US embassies in the region if we attack Syria.

Last year, for the first time since the 1979 Iranian Revolution, two Iranian warships entered the Suez Canal bound for the Mediterranean. The frigate and supply ship conducted training exercises with the Syrian military.

Something’s got to give.

Since the 2011 Egyptian uprising, Western intelligence agencies have been busy backing al Qaeda thugs in Libya, Iran and Syria. They succeeded in Libya, where Qaddafi was brutally murdered and CIA Islamists put in charge.

Meanwhile, authentic people-power protests have commenced in Bahrain, Saudi Arabia, Kuwait, Yemen and Algeria. Battle lines are being drawn in the region. The outcome may well define global geopolitics for the next century.

Ever since the Rockefeller/Rothschild petro-monopoly discovered oil in the region, there has been a resource war between regional nationalist leaders like Boumediene, Nasser and Mossadegh – who fought to retain oil profits for their people – and the Illuminati banking cartel, which has used oil to grease the wheels of its ever-expanding global capitalist enterprise.

Israel has served as Zionist enforcer in the region, using divide and conquer strategies to overcome popular Arab anti-colonial movements. AIPAC lobbyists will be descending on Congress this week in an attempt to draw the US into the Syrian quagmire.

Continue reading

ALGÉRIE, TUNISIE, LIBYE, SYRIE : LE GOUVERNEMENT FRANÇAIS ET LES FRÈRES MUSULMANS “CRIMES SANS CHÂTIMENT”

Dans son ouvrage “Crimes sans châtiment”, Jean-Loup Izambert revient sur les collusions qui existent entre les Frères Musulmans et le Pouvoir Français depuis les années 1990, ainsi que sur l’implication des gouvernements Français dans les guerres de Libye et de Syrie.
Radio Courtoisie 2013.05.04 JL Izambert “Crimes sans chatiment”

20130509-231216.jpg

U.S. MARINES & AIR COMBAT SUPPORT POSITIONED IN SPAIN IN VIEW OF NEAR ALGERIAN REGIME FALL

Lemag : The Mariano Rajoy Government gave green light to U.S. Forces to position a Task Force in Spain, in view of near general Chaos in Algeria.

20130426-082536.jpg
Spanish military base Morón de la Frontera. 500 Special Forces of the U.S. Marine Corps from the US Navy as well as 8 US military aircrafts will be positioned at the Móron de la Frontera Spanish military base located near Sevilla in the Andalusian province.

By Adil Alifriqui, Le Mag.ma

This US Task Force will be allowed for military intervention in Algeria, where the signs of a near Chaos are in place, especially in the southern areas, in view of the next presidential elections in which president Abdelaziz Bouteflika is seeking a fourth mandate.

As per London “Al Quds Arabi” newspaper which revealed the information, the Spanish government decision to authorize the US move of military forces in Spain was taken unusually suddainly.

Actually it took only a few days for Mariano Rajoy to give his OK to Washington to arrange their military move, which is a sign of the emergency of the situation. Algeria is in great danger, regime could collapse any moment.

The same source indicated that the priority of the 500 Marines will be to enforce the safety of the American citizens and of the US Embassy personnel and to cover their repatriation from the country.

BRUCE RIEDEL : WE ARE CLOSE TO A POPULAR REVOLUTION IN ALGERIA.

20130426-082602.jpg
Bruce Riedel
Bruce Riedel former american presidential advisor, who served under 4 Administrations, has foreseen the explosion of a popular revolution in Algeria that would put an End to the military dictatorship.

In december 2012 during a conference given at the ElCano Royal Institute of Madrid, Bruce Riedel, a recognized expert on terrorism and Middle East policy declared : “Algeria is suffering from a police state. Its civil Society is kept under lock, and you can expect no improvement from the regime in place.

“The very similar social conditions that leaded to a popular revolution in Egypt are now in place in Algeria, a constant demographic pressure, despaired youths with no future, and lack of democracy.”

Bruce Riedel warned that “buying social peace of the people with billions of US dollars will have no effect in a near future.”

He concluded that the process has started and that the general popular uprising will come soon.

His conference was given in December 2012. We are in April 2013, and his predictions were true. The uprising has started in Kabylie region where the fierce repression and the human rights abuses by the regime only lighten the fire of the rebellion.

L’ALGERIE ENTRE LA CONVOITISE DES UNS, LES VISEES ET LA REVANCHE DES AUTRES : A l’ombre des «printemps arabes»

20130213-074124.jpg

Par Djerrad Amar, Reflexiondz

Que de la propagande, subversion et mensonges contre cette Algérie qui devrait rester sous tutelle de prédateurs ou, au mieux, dirigée par des pantins. Qui peut mieux servir qu’un des siens félon? Combien d’entre eux, par frustration ou revanche, ont choisi l’exil pour fustiger leur pays ou se mettre au service de forces hostiles ; sous l’étiquette d’«opposant ». L’un d’eux, à l’étranger, a poussé la débilité jusqu’à dire «…heureusement, que le peuple algérien, grâce aux opposants, sait pertinemment, que les dirigeants actuels de ce régime dictatorial ne sont pas algériens!» Rien que ça !

20130213-074022.jpg

Ces serviteurs se croient les plus clairvoyants en s’échinant à nous mentir, depuis «l’extérieur», sur des choses que nous vivons ici. Ayant connu, pour la plupart, le pouvoir – qui les a évincés, souvent pour de bonnes raisons – ils s’autorisent à nous dicter, avec dédain, ce que nous devons retenir et faire.
Comprenez : ‘‘révoltez-vous !’’ et ce, pendant qu’eux, avec leurs rejetons, font des affaires!
La revanche transparait dans leurs écrits qui s’observent plus comme du dénigrement, louvoiement et propos méprisants que comme des analyses objectives. Tous restent égaux à eux-mêmes à claironner les thèses de leurs maîtres. Leur objectif reste cette Armée et ses cadres, qu’ils mettent au pinacle des maux, qui a fait échouer leurs espoirs de revanche pour ne pas avoir obtenu ou gardé la parcelle de pouvoir espérée. En fait, ils ne cherchent, au juste, qu’à remplacer ce pouvoir en se faisant aider par des États connus pour leur passé immoral et leur présent dévastateur ou des États riches bien loin des valeurs qu’ils prétendent défendre. La réalité, contrairement à leur matraquage, est que l’on se sent beaucoup mieux et en sécurité que nous l’avions été durant la «décennie noire» faite de feu et de sang où beaucoup, de nos «amis» étrangers, incitaient plutôt au désordre. On ne sent pas la répression qui nous pousserait à fuir ou à nous révolter.

Continue reading

Crise du Mali, réalités géopolitiques (troisième partie)

20130208-110759.jpg

Par Aymeric Chauprade via E&R

Le Mali possède 5 bassins sédimentaires dont le potentiel pétrolifère est avéré :

• bassin de Taoudenni (au nord et vers la frontière mauritanienne) : 600 000 km2 pour le seul Mali mais 1,5 million de km2 partagés entre Mali, Algérie, Mauritanie, Niger. Schites riches en matière organique. Il serait comparable au bassin d’Illizi en Algérie.

• le fossé (ou graben) de Gao : 15 000 km2, un seul puit à l’heure actuelle.

• les bassins contigus de Iullemeden et Tasmena (à l’Est et frontaliers avec le Niger), 80 000 km2, deux puits à l’heure actuelle ; comparable au bassin de Doba au Tchad ou aux bassins d’affaissement paléozoïque d’Algérie.

• fossé de Nara au centre, près de Mopti, également comparable au bassin Crétacé de Doba au Tchad soit aux bassins d’affaissement paléozoïque d’Algérie.

• L’AUREP, l’Autorité pour la Recherche pétrolière au Mali soutient que le sous-sol du pays est très potentiel pour le gaz et le pétrole et le directeur Afrique du Nord de Total, Jean-François Arrighi de Casanova va dans ce sens quand il parle lui de “nouvel eldorado pétrolier” à propos de la zone Mauritanie/Mali/Niger.

Cependant, à ce jour, le Mali compte encore un faible nombre de puits et son sous-sol reste sous-exploité.

Pour l’instant, Total est surtout présent chez le voisin mauritanien.

La multinationale d’origine française est présente dans l’exploration sur les permis Ta7 et Ta8 de la partie mauritanienne du bassin de Taoudéni mais en partage avec les Algériens et les Qataris. Total possède 60%, la Sonatrach (Algérie) 20% et Qatar Petroleum International 29%.

Continue reading

Michel Collon : “L’Algérie est clairement la suivante sur la liste”

20130201-090453.jpg

Par Michel Collon, La Nouvelle République via E&R

La Nouvelle République : Vous avez travaillé sur l’intervention militaire en Libye et ses répercussions stratégiques sur la région du Sahel, quelle est votre approche sur la situation au Nord-Mali et son impact régional et international ?

Michel Collon : Je pense que l’intervention de la France contre le Mali, c’est la continuation de la guerre contre la Libye et contre la Syrie. C’est une nouvelle phase dans ce que j’appellerais la recolonisation ou le fait de stabiliser la colonisation de l’Afrique en général, l’Afrique du Nord et l’Afrique de l’Ouest. Je pense que la chose qui n’est jamais traitée dans les médias européens et des Etats-Unis, c’est que le Mali et toute la région est pour la France, je veux dire la France officielle, la France des 1%, une zone de richesses naturelles que les multinationales françaises considèrent leur appartenir et pas aux populations locales.

L’exploitation des mines d’or par des groupes français comme Bouygues, dans des conditions scandaleuses avec de nombreux mineurs qui meurent à cause de l’utilisation du cyanure et de l’arsenic sans prévention et sans soins corrects, est la preuve que ces multinationales sont prêtes à écraser des êtres humains pour maintenir ou augmenter leur profit. Au Mali, on trouve également des gisements d’uranium ; c’est une richesse stratégique pour la multinationale française Areva, numéro un dans l’exportation du nucléaire au niveau mondial et la France a toujours fait en sorte de s’assurer le contrôle des gisements d’uranium et pour cela, elle a commis les pires crimes.

Et, donc, quand on veut voir comment la France considère les richesses naturelles, il suffit de voir l’exemple du Niger, c’est le pays n°174 sur la liste du développement humain, c’est-à-dire le dernier pays, le plus pauvre, les Nigériens ont une espérance de vie de 49 ans et moins de trois enfants sur dix vont à l’école. Et lorsqu’on a demandé à la multinationale Areva de faire un geste pour ces enfants, elle a répondu que ce n’était pas son problème, donc les Nigériens peuvent crever de faim, littéralement, et les Maliens aussi, pendant que des firmes comme Areva et celles qui travaillent avec elle, c’est-à-dire Suez, Bouygues, Alstom, construisent des profits fabuleux et que leurs actionnaires et leurs principaux dirigeants se construisent des châteaux un peu partout dans le monde.

Donc on a l’or, l’uranium, on a bien entendu le gaz et le pétrole, avec des richesses très importantes en Algérie et aussi dans d’autres pays de la région, et on constate qu’il y a une guerre pour les matières premières qui se mène, avec comme acteurs principaux, la France, les Etats-Unis, mais aussi le Qatar qui jour un rôle trouble en coulisses et qui veut devenir le n°1 mondial du gaz en alliance avec les Etats-Unis et contre la Russie, et donc je pense que cette guerre au Mali, c’est une guerre contre les patriotes maliens qui ont essayé de mettre fin à la corruption et de faire en sorte que les richesses naturelles du Mali profitent aux Maliens et permettent de mettre fin à la pauvreté. C’est une guerre contre le Niger, dont l’uranium est absolument stratégique.

C’est une guerre contre l’Algérie, parce que ce pays a lui aussi des ressources naturelles très importantes comme chacun sait. Il n’entend pas les offrir aux multinationales françaises et autres, donc c’est un pays qui conserve un secteur public important. C’est un pays qui résiste à Israël, qui a refusé de s’intégrer dans l’Otan et dans Africom, l’organisation militaire des Etats-Unis pour le contrôle des richesses de l’Afrique. Ses dirigeants militaires ont très clairement expliqué que le but d’Africom, donc le but des interventions militaires que les Etats-Unis préparent dans toute l’Afrique, c’est d’empêcher que l’Afrique ne soit indépendante et n’aie des partenaires comme la Chine, le Brésil, la Russie et d’autres pays.

Continue reading

Guerre au Mali : les rafales français n’ont jamais survolé l’Algérie

20130124-221612.jpg

JeuneAfrique.com via E&R

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a remercié, lundi 13 janvier, l’Algérie pour l’ouverture de son espace aérien aux rafales français. Or, les avions de guerre français à destination du Mali ont survolé le Maroc et non l’Algérie.

Les avions de chasse français sont passés au-dessus du Maroc et non de l’Algérie pour aller bombarder les sites djihadistes au Nord-Mali, rapporte le journal en ligne Jeune Afrique.

Lors de sa visite au siège du Commandement de la défense aérienne et des opérations aériennes (CDAOA), le 15 janvier, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, prend connaissance des éléments d’opération de raids aériens.

Sur l’écran qui lui est présenté, on découvre le plan de vol emprunté par les pilotes français : de Saint-Dizier, en France, jusqu’à Ndjamena, au Tchad. La durée du vol est de 9 heures 35 avec cinq points de ravitaillements. Sauf que sur le plan, il apparaît très clairement que les chasseurs-bombardiers survolent le Maroc.

Pourquoi avoir laisser planer le doute ?

20130124-221649.jpg

Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères, avait pourtant remercié, le 13 janvier, le gouvernement algérien pour sa coopération en acceptant d’ouvrir « sans limites » son espace aérien aux rafales français.

Une annonce remplie de subtilité, car en réalité le chef de la diplomatie française a remercié sans confirmer le survol de l’Algérie des bombardiers français. Pourquoi Laurent Fabius remercie-t-il l’Algérie pour une chose qui au final ne servira pas à la France ?
Pourquoi taire la participation du Maroc ?

En Algérie, Mourad Medelci ne confirme pas les déclarations faites par son homologue français. Rappelons que la République algérienne était rigoureusement opposée à toute intervention militaire au Mali. Depuis le début de la crise, le président Abdelaziz Bouteflika prône le dialogue.

Trois jours plus tard, 32 djihadistes prennent d’assaut le site gazier de Tiguentourine à In Amenas, au sud-est de l’Algérie. Les terroristes ont affirmé agir en représailles à la guerre déclarée par la France au Nord-Mali.

Résultat de la prise d’otages : 37 travailleurs étrangers et 29 terroristes tués. Là aussi, une question taraude de nombreux esprits : comment les assaillants ont-ils réussi à pénétrer aussi facilement dans un complexe gazier classé sous haute surveillance.
Une opération de cette envergure requiert plus de trois jours de préparation.

Laurent Fabius avait prévenu, « les terroristes maintenant lourdement armés, un jour ils peuvent s’en prendre au Mali ou à l’Europe, mais un jour ils peuvent aussi s’en prendre à l’Algérie. (sic) »

Voilà désormais chose faite.

Mali : une guerre peut en cacher une autre

20130123-075459.jpg

Par Thierry MEYSSAN via E&R

Préparée de longue date et annoncée par François Hollande six mois à l’avance, l’intervention française au Mali a été présentée comme une décision prise en urgence en réponse à des développements dramatiques. Cette mise en scène ne vise pas seulement à s’emparer de l’or et de l’uranium maliens, elle ouvre surtout la voie à une déstabilisation de l’Algérie.

20130123-075548.jpg
Depuis Nicolas Sarkozy avec Laurent Gbagbo, Mouammar el-Kadhafi et Bachar el-Assad, la diplomatie française pratique le baiser de Judas. Ici le président François Hollande venu à Alger embrasser son homologue Abdelaziz Bouteflika, le 19 décembre 2012. Trois semaines plus tard, il allumera la guerre au Mali pour enflammer l’Algérie.

« L’appétit vient en mangeant », dit le proverbe. Après avoir recolonisé la Côte d’Ivoire et la Libye, puis tenté de s’emparer de la Syrie, la France lorgne à nouveau sur le Mali pour prendre l’Algérie à revers.

Durant l’attaque de la Libye, les Français et les Britanniques ont fait un large usage des islamistes pour combattre le pouvoir de Tripoli, les séparatistes de Cyrénaïque n’étant pas intéressés à renverser Mouammar el-Kadhafi une fois Benghazi indépendante. À la chute de la Jamahiriya, j’ai personnellement été témoin de la réception des dirigeants d’AQMI par des membres du Conseil national de transition à l’hôtel Corinthia, qui venait d’être sécurisé par un groupe britannique spécialisé venu exprès d’Irak. Il était évident que la prochaine cible du colonialisme occidental serait l’Algérie et qu’AQMI y jouerait un rôle, mais je ne voyais pas quel conflit pourrait être utilisé pour justifier une ingérence internationale.

Paris a imaginé un scénario dans lequel la guerre pénètre en Algérie par le Mali.

Continue reading

Al Jazeera, propagande et vidéos fabriquées : La Chaîne du Mensonge et du Crime

20130122-134222.jpg

By Ali El Hadj Tahar, Le Grand Soir

Al Jazeera, propagande, mensonges, désinformations, trucages, faux- témoignages, mises en scènes et reportages bidons filmés dans ses studios ?

Cette chaîne des dictateurs du Qatar est ici rudement mise en cause par un journaliste algérien.
Verra-t-on les médias français investiguer sur Al Jazeera dont les émissions arrosent les pays arabes et influence les pouvoirs politiques occidentaux ?

Notre presse, si prompte à transformer en « caudillo » un président Chavez, qui a soumis son pouvoir à plus de 15 élections, qui récupère pour son peuple l’argent du pétrole, nous dira-t-elle que l’émir du Qatar est un dictateur moyenâgeux ? Que c’est une honte pour la France de voir tant des ses journalistes, intellectuels, artistes, sportifs, hommes politiques accepter les cadeaux sonnants et trébuchants de ces despotes ?

Notre presse, si prompte à transformer en « caudillo » un président Chavez, qui a soumis son pouvoir à plus de 15 élections, qui récupère pour son peuple l’argent du pétrole, nous dira-t-elle que l’émir du Qatar est un dictateur moyenâgeux ? Que c’est une honte pour la France de voir tant des ses journalistes, intellectuels, artistes, sportifs, hommes politiques accepter les cadeaux sonnants et trébuchants de ces despotes ?
Voir : ICI POUR JEAN DANIEL DU NOUVEL OBSERVATEUR

ou ICI POUR LE DESSINATEUR PLANTU

La base militaire états-unienne d’Al Aydid, qui a servi dans la guerre contre l’Irak, protège les tyrans d’un Qatar (où le sort des femmes, des enfants jockeys de 6 ans (jusqu’en l’an 2005 !) et des travailleurs étrangers compte moins que des dattes). Le Qatar, lui, veille à ce que le printemps arabe ne se trompe pas de pays. Pas touche aux émirats, au Bahreïn, à l’Arabie saoudite…

Dès sa création, Al Jazeera était une chaîne de propagande « islamiste » : elle prend ouvertement parti pour les extrémistes algériens du FIS. Plus tard, elle fera même un sondage sur « l’opportunité ou non » des attentats d’Alger de décembre 2007, d’où la fermeture de son bureau dans notre capitale [Alger].

Ouvert le 20 novembre 2006, le bureau Al Jazeera à Rabat est fermé le 20 octobre 2010, à cause du temps d’antenne accordé à l’opposition marocaine, notamment islamiste. Agacés par l’activité subversive de cette chaîne, l’Irak, le Koweït, le Bahreïn et l’Autorité palestinienne ont aussi fermé son bureau sur leur sol tandis que la Tunisie (2006) et l’Arabie Saoudite (2003) sont allés jusqu’à rappeler leurs ambassadeurs au Qatar. Outre la désinformation et l’instrumentalisation de l’opposition islamiste dans les pays visés, la chaîne dispose d’un imam de service, un wahhabite notoire, un théoricien de la fitna.

20130122-134827.jpg

Propagateur du fiel islamiste, Youssef Al-Qardaoui a encouragé les terroristes de l’AIS et autres GIA, et ce, pendant des années. Le 21 février 2011, il a exhorté les Libyens à se rebeller contre Kadhafi, osant appeler au crime : « Si quelqu’un de l’armée libyenne peut tirer une balle sur Mouammar Kadhafi pour en débarrasser la Libye, qu’il le fasse ». Puis il a salué sa mort, comme il a conseillé à Zine El-Abidine Ben Ali de « dégager », exhorté les Egyptiens à la révolte, disant : « Je conseille au président Moubarak de partir, qu’il quitte l’Égypte », ensuite il a carrément appelé à l’assassinat de Bachar El-Assad et d’inciter les « musulmans » à aller faire le djihad en Syrie »…

Continue reading