Bilderberg’s silent takeover of Britain’s $60bn defense budget

image

A British Lynx 2 helicopter.(AFP Photo)

By Tony GOSLING, RT OP-ED

Democracy had another near-fatal stroke, and the military industrial complex further tightened UK defense spending with the appointment of ex-army officer and Tory hothead Rory Stewart MP as the new chairman of Westminster’s Defence Select Committee.

Last week the Home Affairs Select Committee delivered a damning verdict on Britain’s defense and secret service oversight, on taxpayer accountability. It said the refusal of the director general of MI5, Andrew Parker, to appear before them and lack of any effective supervision was “undermining the credibility of the intelligence agencies and parliament itself.”

Surely nothing could surpass the ‘Dodgy Dossier’, the criminal conspiracy that led to the US and Britain, as the Arab League put it in 2003, to ‘Opening the Gates of Hell in Iraq’? But with Stuart’s appointment to oversee public scrutiny of UK military spending just two weeks before NATO’s political cabal of which he’s a member, the Bilderberg conference, meets in Copenhagen later this month, it is clear to those who still have eyes to see that those bloody lessons have not been learned and the worse could be yet to come.

The most powerful private club in the world

In their Christmas 1987 edition, The Economist described Bilderberg as ‘Ne Plus Ultra’ the most powerful private club in the world. Its power has certainly not diminished as the decades have rolled by and neither has its secrecy. Although it began with trades unionists and powerful people it wanted to persuade, in its final days Bilderberg has boiled down to a rotten core of bankers, royalty, arms industry, oil and media barons and Rory Stuart MP, in the tradition of Kissinger, Blair, Cameron, Osborne and Balls, has thrown his lot in with them.

In 1943, half way through the war, the US power elite saw that, barring any big surprises, Hitler was going to lose World War Two, so their ‘War And Peace Studies Group’ of the Council On Foreign Relations (CFR) quietly began to prepare the Marshall Plan for the post-war world. Alongside the Office of Strategic Services (OSS), a sizable budget was set aside to fund a range of activities which would ensure Europeans didn’t vote communist and were welded economically, culturally and politically to the US for the foreseeable future.

image

British soldier Lieutenant-Colonel Nick Lock (C) checks his equipment before conducting a patrol with soldiers of the 1st Batallion of the Royal Welsh in streets of Showal in Nad-e-Ali district, Southern Afghanistan, in Helmand Province.(AFP Photo / Thomas Coex )

Born in a Nazi ‘witches cauldron’ of British blood

Bilderberg’s first chairman, Prince Bernhard of the Netherlands, was born into the German aristocracy. He joined the Nazi party at university, then the SS but he married into the Dutch royal family, dropping the silver deaths-head and black SS uniform before the war. His newly adopted Holland was invaded by his old Nazi friends in 1941, so he fled to Britain with Dutch Queen Wilhelmina and his wife, Princess Juliana.

As a former SS officer he was scrutinized by the Admiralty’s wartime spymaster, Ian Fleming who, after a year of watching Bernhard, signed him to the British army as a trusted Dutch liaison officer.

With 1944 came one of Bernhard’s most important jobs: to supervise the Dutch underground in the run-up to September’s liberation of large parts of Holland. Field Marshall Montgomery’s audacious airborne operation, the biggest in history, depicted in Cornelius Ryan’s 1977 film A Bridge Too Far, was codenamed ‘Market Garden’ and intended to end the war by Christmas.

As liaison officer for the coming Arnhem deliverance, Bernhard sent in Dutch spy, Christiaan Lindemans, codename ‘King Kong’, ten days beforehand to prepare resistance fighters for the allies lunge through Eindhoven, Nijmegen and over the Rhein into Arnhem.

But instead of making contact with the Dutch underground, Bernhard’s ‘King Kong’ found some German soldiers and demanded to be taken straight to the Abwehr, German military intelligence. The allies’ plans for the airborne assault were in enemy hands because Bernhard’s precious Lindemans was a double agent. He had wrecked the allies’ all-important element of surprise.

‘King Kong’ was arrested and quizzed after the war by the British but never got a chance to tell his story because, under Dutch orders, he was whisked off to Germany and died in suspicious circumstances.

Operation Market Garden went ahead on Sunday September 17, 1944, but the British paratroopers at Arnhem were quickly split and surrounded by forces containing self-propelled guns, tanks and crack SS troops, who happened to be resting nearby. Frost’s 2nd battalion held on to the bridge leaving the rest of the 1st Airborne Division surrounded in what the Nazis called the Hexenkessel or ‘witches cauldron’, pinned down in the suburb of Oosterbeek.

On Wednesday 20 September, 1944, as British airborne Colonel John Frost’s remaining paratroopers were being mauled by SS Panzers at Arnhem Bridge, the tanks of the Grenadier Guards, along with US paratroopers, were tantalizingly close, destroying the last German defenses down the road in Nijmegen. Ironically, it was a young captain, who was also to chair the Bilderberg meetings in later life, Lord Peter Carrington, who was leading the Grenadier battle group of Sherman tanks as they took the penultimate bridge. At 8 o’clock that evening, he was just a 20-minute drive from reinforcing Frost at the Arnhem Bridge, and victory.

But although they still had eight hours or so before Arnhem Bridge would finally fall into German hands, Carrington’s force, along with the Irish guards, of a hundred or so tanks inexplicably stopped, just over the Nijmegen Bridge in the village of Lent, for an eighteen hour rest. After the war, 10 SS Panzer Division General Heinz Harmel mocked Carrington saying, “The British tanks made a mistake when they stayed in Lent. If they had carried on it would have been all over for us.”

‘Colonel Frost later put the blame,’ as Stuart Hills reports in ‘By Tank To Normandy’, ‘firmly on the lack of drive by Guards Armoured,’ of which Carrington’s Grenadiers were the spearhead. ‘Comparing their relatively light casualties with those suffered by the British 1st Airborne and US 82nd. Forty years later,’ in 1984, ‘he stood on the bridge at a reunion, shook his fist and roared a question into the air for the guards. ‘Do you call that fighting!’

So Bilderberg’s first 1954 venue in Oosterbeek, Holland, was highly significant, being the same spot where a decade before the British army had suffered nearly 10,000 casualties in of one of the last Nazi bloodbaths of World War II. Bernhard had given the game away and when it looked like, despite his treachery, the brave allied soldiers might pull it off, Carrington and his corps of tanks ground to a halt for an eighteen hour tea break.

image

AFP Photo / Dan Chung

Psychos always return to the scene of the crime

Like the psychopath, who feels compelled to return to the scene of the crime, Prince Bernhard returned to Oosterbeek to chair the inaugural Bilderberg meeting in 1954. The conferences led to the signing of the Treaty of Rome, which started the European Economic Community (EEC) three years later.

Surrounded by the great and good of the post war world, the prince hoped nobody would examine his reasons for choosing Oosterbeek. At the best it was an in-joke – at the worst the battle was thrown. Whatever way you look at it sixty years on, the coded message from that first Bilderberg meeting should be clear to us now. Ten years after the war, the Nazis were back.

The seventy year Bilderberg project is almost complete

So seventy years since the Arnhem slaughter and sixty years since the first Bilderberg conference, the EEC has become the EU. NATO’s new feudal oligarchy of Western banksters and multinationals own and control all the big political parties as well as almost everything that moves both sides of the Atlantic.

Some saw it coming: former SS general Paul Hausser, who became chief of HIAG, the German SS veterans group after the war, claimed that “the foreign units of the SS were really the precursors of the NATO army.” Others detailed the Nazis’ transformation from military to financial empire including former CBS News correspondent Paul Manning in his 1981 book ‘Martin Bormann Nazi in Exile’.

Bilderberg’s latest wheeze is the Transatlantic Trade and Investment Partnership (TTIP). This treaty makes voting pointless by letting multinationals sue governments and will leave only the thinnest veneer of democracy for the mainstream media to chew on both in Europe and America. The ‘nation states’ will become mere prefectures and the European Commission will be the unelected government of the United States of Europe.

As ordinary people across Europe and America cry out for decent basic standards such as fresh water, food, shelter, healthcare, heating and full employment, the mainstream media barely hear them because this is not the Bilderberg way. Instead, these pinstriped fascists bury us in debt, steal our leisure time, erode quality time with children, friends and family, and then blame us for demanding a fair share of the rewards of human progress.

Les enjeux du Traité transatlantique

Ce documentaire réalisé par ERTV explique les origines, les objectifs, la mise en place et les conséquences du Traité transatlantique. Composé d’une série d’entretiens avec Pierre Hillard, Pierre-Yves Rougeyron, Jean-Claude Martinez et Maurice Gendre, cette vidéo à la fois pédagogique et complète vous permettra de découvrir qu’au-delà de son aspect parfois technique, le Traité transatlantique risque de modifier notre alimentation, notre santé, d’affaiblir encore davantage l’État, et même de remettre en cause nos libertés publiques.

Les enjeux du Traité transatlantique par ERTV

Qui est derrière le coup d’État en Ukraine

Par Nicolas BOURGOIN

image

Acte 1

On se souvient sans doute de la « Révolution orange », largement médiatisée à l’Ouest. Viktor Ianoukovitch, le candidat proche de Vladimir Poutine, est élu président de l’Ukraine le 21 novembre 2004. Une série de manifestations suivent la proclamation des résultats. Organisées par le candidat malheureux, Viktor Iouchtchenko, financées par des milliardaires ukrainiens et des organisations américaines (voir ici), soutenues par de nombreux pays occidentaux dont les Etats-Unis (elles ont été financées à hauteur de 65 millions de dollars par l’administration Bush), elles prennent rapidement de l’ampleur et forcent le gouvernement à organiser un nouveau scrutin un mois plus tard. Entaché de nombreuses fraudes, il verra la victoire de Viktor Iouchtchenko et ouvre une période marquée par un rapprochement avec le camps occidental et l’OTAN mais aussi par une gouvernance calamiteuse gangrenée par la corruption. Les multiples malversations du « clan orange » (délits financiers, détournements de fonds, évasion fiscale, favoritisme) conduiront notamment Ioulia Timochenko, l’ex-Première ministre ukrainienne, derrière les barreaux. Le président sortant ne recueillera que 5,45 % des voix lors du scrutin de 2010. Rideau sur le premier acte de la « Révolution orange ».

Acte 2

Des milliers d’opposants pro-européens manifestent violemment suite au refus du président ukrainien en novembre dernier de signer un accord d’intégration avec l’UE, décision motivée par la lourdeur des “réformes structurelles” exigées en retour par les européens (privatisations massives, réduction drastique des dépenses de l’État et de l’emploi public, remise en cause de la protection sociale et du droit du travail) alors que le pays est économiquement affaibli, ainsi que par le souhait de donner la priorité aux relations économiques avec la Russie. Rappelons que c’est aussi sur la base de ce rapprochement avec la Russie que le président ukrainien a été élu. Loin d’être pacifiques, ces manifestations apparaissent comme des tentatives de déstabiliser le gouvernement, voire de le renverser (voir ici), des snipers israéliens sont même présents (voir ici). Elles sont soutenues par Ioulia Timochenko, égérie de la révolution orange, et par la quasi-totalité des classes politiques occidentales.

Certains manifestants sont affiliés à l’organisation d’extrême-droite Svoboda, violemment anti-russe, dont la plupart des membres sont armés (voir ici). Des saccages, de nombreuses déprédations sont commis dont la destruction d’une statue de Lénine (voir ici la déclaration à ce sujet du Parti Communiste d’Ukraine).

Des catapultes géantes sont même montées pour l’occasion et utilisées contre les forces de l’ordre qui comptent déjà de nombreuses victimes dans leurs rangs (voir ici).

L’opposition, qui n’a pas la majorité au parlement, ne peut en effet compter que sur la « pression » de la rue, autrement dit la violence, pour faire plier le gouvernement et tenter remettre sur les rails l’accord avec l’UE, d’autant plus que les ukrainiens dans leur majorité ne soutiennent pas les pro-européens, comme le montre un récent sondage (voir ici).

Cette stratégie de la tension semble être jusqu’ici payante puisque Viktor Ianoukovitch s’est entretenu une nouvelle fois avec les chefs de file des opposants et a demandé que le Parlement se réunisse en urgence pour discuter de la démission du gouvernement réclamée par l’opposition, et tenter de mettre un terme à la crise politique… sans succès toutefois, l’opposition exigeant purement et simplement la démission du Président, pourtant légitimement élu. Après cet échec de l’ultimatum fixé au Président (voir ici), les violences on repris de plus belle : nouvelles barricades, Ministère de l’Agriculture pris d’assaut par les manifestants en armes … (voir ici).

Ce 19 février, les forces de sécurité ukrainiennes ont repris une partie de la place de l’Indépendance à Kiev après une nuit d’affrontements avec les manifestants antigouvernementaux (voir ici). 

Les États-Unis et l’Union Européenne, qui appuient les revendications de l’opposition, continuent de maintenir la pression et envisagent des sanctions contre Kiev en réponse à la répression des manifestations. Le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a brandi la menace de représailles contre les dirigeants ukrainiens, pourtant totalement légitimes. Le vice-président Joe Biden, pour sa part, a eu un entretien téléphonique avec le Président ukrainien et l’a averti que si les autorités ne calmaient pas la situation, cela aurait des “conséquences”.

Dans les coulisses

Comme au temps de la Révolution orange, les médias occidentaux présentent unanimement les manifestations anti-russes comme un mouvement spontané regroupant des « combattants de la liberté » épris d’Europe, en butte à un pouvoir autocratique (voir par exemple ici).

L’inénarable Bernard-Henri Lévy, de tous les mauvais coups contre les pouvoirs hostiles à l’atlantisme, n’a évidemment pas fait défection en appelant même l’UE à suspendre sa participation aux jeux de Sotchi (voir ici).

En réalité, il s’agit d’une manipulation bien rodée et qui a déjà fait ses preuves lors de la Révolution orange dont la logistique avait été assurée par les organisations pro-occidentales Pora et Znayuliées au mouvement Otpor. Celui-ci avait déjà joué un rôle actif dans la chute de l’ex-président Slobodan Milosevic en juillet 2000, dans la « Révolution des roses » georgienne de décembre 2002 ainsi que dans les tentatives de putsch contre le président biélorusse en 2001 et 2004.

Toutes ces organisations sont généreusement financées par des officines occidentales : le Konrad Adenauer Institute, proche de la CDU, l’Open Society Institute de Georges Soros, le National Democratic Institute et la Freedom House, proches du gouvernement américain, entre autres.

Les manifestants actuels semblent bénéficier à nouveau des mêmes largesses dans le financement de mouvements dont l’objectif est in fine de déstabiliser des pays souverains afin de les soumettre aux intérêts occidentaux (voir ici).

En réalité, cela fait déjà longtemps que les USA s’intéressent à l’Ukraine (voir ici). La volonté des américains de renverser le gouvernement ukrainien, pourtant totalement légitime, répond à trois objectifs, de nature économique et géostratégique : renforcer l’OTAN par l’intégration d’un nouveau pays (le plus grand d’Europe), affaiblir la Russie en l’isolant diplomatiquement et s’approprier un marché jugé trop protectionniste en créant un « climat d’investissement favorable aux entreprises étrangères» – en clair : en privatisant ce qui ne l’est pas encore et en faisant prévaloir les intérêts des investisseurs étrangers sur ceux de la population nationale. Ils justifient les financements faramineux investis dans l’aide logistique aux groupes anti-russes ainsi que l’effort déployé par les media occidentaux pour tenter de faire passer pour une révolution populaire et pacifique ce qui n’est ni plus ni moins qu’un coup d’État.

Source: Qui est derrière le coup d’État en Ukraine ? | Nicolas Bourgoin
http://bourgoinblog.wordpress.com/2014/02/19/qui-est-derriere-le-coup-detat-en-ukraine/

GMT : comment les USA vont continuer de dépecer l’Europe…(Alain de Benoist)

Alors que François Hollande vient tout juste d’annoncer, depuis les États-Unis, une accélération des négociations concernant le Grand marché transatlantique (GMT), Alain de Benoist revient pour Boulevard Voltaire sur les conséquences dramatiques d’un tel Traité…

20140218-074825.jpg

Prêchi-Prêcha

Le GMT, gigantesque zone de libre-échange entre l’Europe et les États-Unis, est le grand projet du moment. Mais les médias n’en parlent que fort peu. Pourquoi ?

Parce que l’opinion est tenue à l’écart, et que les négociations se déroulent à huis-clos. C’est pourtant une affaire énorme.

Il s’agit en effet de mettre en place, en procédant à une déréglementation généralisée, une immense zone de libre-échange, correspondant à un marché de plus de 800 millions de consommateurs, à la moitié du PIB mondial et à 40 % des échanges mondiaux. Le projet porte le nom de « Partenariat transatlantique de commerce et d’investissements ». S’ajoutant au « Partenariat transpacifique » également lancé en 2011 par les États-Unis, il vise à créer la plus grande zone de libre-échange du monde grâce à une vaste union économique et commerciale préludant à une « nouvelle gouvernance » commune aux deux continents.

En créant une sorte d’OTAN économique, l’objectif des Américains est d’enlever aux autres nations la maîtrise de leurs échanges commerciaux au bénéfice de multinationales largement contrôlées par leurs élites financières. Parallèlement, ils veulent contenir la montée en puissance de la Chine, aujourd’hui devenue la première puissance exportatrice mondiale. La création d’un grand marché transatlantique leur offrirait un partenaire stratégique susceptible de faire tomber les dernières places fortes industrielles européennes. Elle permettrait de démanteler l’Union européenne au profit d’une union économique intercontinentale, c’est-à-dire d’arrimer définitivement l’Europe à un grand ensemble « océanique » la coupant de sa partie orientale et de tout lien avec la Russie.

Ces négociations se font à haut niveau, sans que les gouvernements concernés aient leur mot à dire. Nouvelle défaite du personnel politique ?

Continue reading

ALERTE: PREPARATION D’UNE SAISIE GLOBALE DE L’EPARGNE DANS 28 PAYS EUROPEENS

20140217-222334.jpg

Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2014

du 17 au 21 février 2014 : C’est un article laconique qui est tombé sur le fil Reuters mais vous n’en avez pas entendu parler sur nos Merdias habituels. L’article technique du FMI et validé par la Bundesbank (voir plus bas) a cette fois été validée par les zombies de l’Union Européenne. Un rapport est en préparation pour saisir TOUTE L’EPARGNE des 500 millions d’Européens pour la mettre à disposition des banques (en faillite).

Messieurs Barnier et Moscovici, vous n’êtes que des menteurs. Si la crise de la zone euro est “terminée” alors pourquoi ce projet de vol global directement sur le compte des Européens???

Regardez ce qu’écrit Reuters: “the savings of the European Union’s 500 million citizens could be used to fund long-term investments to boost the economy and help plug the gap left by banks since the financial crisis, an EU document says”.

Difficile d’être plus clair et de voir que Mario Draghi, Mr Goldman Sachs, en est arrivé là pour sauver la Banque Centrale Européenne. Saisir l’épargne des gens. Cela revient à peu près à ce qu’avait fait Roosevelt qui avait forcé les Américains à lui vendre leur or à un prix très bas, payé par la planche à billets. Plus de 80 années plus tard, il suffit à Mr Draghi d’appuyer sur un bouton pour que tous les ordinateurs de banque, interconnectés dans tous les pays, opérent cette saisie un vendredi à 17 heures.

ZH écrit: “So as Europe finally admits that the ECB has failed to unclog its broken monetary pipelines for the past 5 years (…) Mobilize, once again, is a more palatable word than, say, confiscate.”

Lire ici Reuters, ici ZH et ici la Libre.be pour un rappel sur la validation de la Buba qui demande à ce que toute saisie soit faite le week-end.

A nouveau, aux lecteurs concernés, prenez vos dispositions. Après ce sera trop tard.