Western leadership shot down in Ukraine

image
An old woman is walking near the wreckage of Malaysian plane which crashed in Ukraine on July 17, 2014. (file photo)

PressTV

Irresponsibility on steroids is all we have seen from 95% of the Western statements coming out on the Malaysian plane crash in Ukraine.

The Kiev government, who can’t tell the truth about anything, is still comfortably in first place, soon to eclipse “Baghdad Bob” for the gold medal of bogus claims. Bob was Saddam’s press spokesman telling us that Iraqi forces were destroying the American invaders.

Without even a token amount of time allowed to sift through the evidence of this horrible tragedy right in the middle of a war zone, a totally unnecessary one, Western leaders and politicians have been tripping over each other playing Mr. Tough guy with baseless accusations and threats toward Russia before the dead were collected.

Whoever fired the missile or placed the bomb that blew up flight MH17 has now been outdone by salvos of hate fired east at Russia by Kiev and its new Western allies. At the top of America’s list is the rant by UN Ambassador Samantha Power that looked like she must have been on drugs or something. It ranks as one of the most incoherent statements ever made by a diplomat.

Her first mistake was to reference a Kiev-supplied social-media recording of the rebels celebrating shooting down an airliner. Normal protocol requires that no top government official ever use an audio recording in a major address until the CIA has determined that it was not a fake.

This one was compiled from three different clips, and done in a hurry. It seems a town 100 kilometers away from the alleged launch site is referenced. It is later discovered that these piecemeal recordings were discussing one of the earlier shoot downs.

With the US president standing beside her on the White house lawn, Power claimed East Ukraine separatists were the “most likely” culprits, yet allowed they did not have the skills, so Russia “probably assisted” them. But, she gave not a shred of real evidence.

That any major power would put a sophisticated high-altitude missile system in the hands of civil war participants, a hugely expensive one I might add… that idea is dead on arrival. It is inconceivable that any military chief of staff would allow something so crazy. Anyone who would even suggest such a thing would be sent out for mental observation.

The inference here is that the Russians had magically moved a SAM missile battery all the way from the border to the firing position. But with US satellites monitoring all movements during this war, to supply itself, NATO and Kiev updated battlefield Intel, any move of Russian armor into Ukraine would have been spotted and Ms. Power would have shown us a nice big blowup photo, a la Cuban missile crisis, where the Soviet missile batteries were shown at the UN.

US and Russian spy satellites can track a tank shell being fired, not just see it fired, but see its flying through the air, and read a license plate, the uniforms of the troops… and yes, they can see everything moving at night. Both sides have huge digital maps showing the exact disposition of the forces on both sides.

A ground to air launch would be spotted in the first few seconds, the trajectory calculated and an emergency notice sent out with the GPS location to warn any aircraft in the area. The coordinates would immediately go to any commands capable of a counterstrike on the battery, so they could lock and load and wait for the order to fire. This is what the modern battlefield is like. Gaining a few seconds edge can be life or death in avoiding a disaster.

US satellites saw everything that happened, so the idea that an investigation is needed to determine the cause is a bad joke. You have not seen any overhead photos of the crash site, because the wide area of the wreckage is inconsistent with a missile shoot down, but something else they want to keep out of view.

The Russians let the cat out of the bag by admitting that their satellites had picked up a missile battery turning its tracking radar on. Of course they would have the GPS coordinates, and also the track of its firing, and the command intercept orders to do so, but did not disclose this. It is known that both the US and Russia have all this, and neither the Netherlands nor Malaysia has demanded that the satellite information be released.

Ms. Power knows all of this, and with the president standing right beside her she was just lying to us all like we were just farm animals, versus citizens of an alleged democratic country. Power should resign for her outrageous and incompetent performance, but Obama seems to have a fire proof staff, no matter how poorly they perform their jobs… a very dangerous situation when such people are at the helm of our national security, or insecurity, as the case may be.


Continue reading

“End the Fed” Rallies are Exploding Throughout Germany

image

By Michael Krieger at libertyblitzkrieg

This is a fascinating development and one that I had no idea was happening until today. It seems that rallies are spreading throughout Germany protesting the corrupt and dying global status quo. One of the key targets of these groups is the U.S. Federal Reserve system, which as I and many others have maintained, is the core cancer infecting the entire planet.

According to the organizer of these rallies, they have now spread to up to 100 cities and have a combined attendee base of around 20,000. What is also interesting, is that the mainstream media in Germany is calling them Nazis. In Germany, if you don’t support Central Banking, this apparently means you are a Nazi. What a joke. Just more proof mainstream media everywhere is complete and total propaganda. It is also a good sign, since it shows the desperate lengths to which the power structure will go to keep their criminal ponzi alive.

Do these folks seem like Nazis to you?

In Liberty,
Michael Krieger

USA DON’T GIVE A DAMN SHIT ABOUT UE

Mysterious facilities turned out to be nationwide spy stations in Germany

A new surveillance scandal is unfolding in Germany. It turns out that half a dozen seemingly innocent facilities including a telecom office are, in fact, spying stations. This has been confirmed by the intelligence service. And some of these facilities were reportedly used by the US government. FULL STORY:
http://on.rt.com/o2r966

Qui est derrière le coup d’État en Ukraine

Par Nicolas BOURGOIN

image

Acte 1

On se souvient sans doute de la « Révolution orange », largement médiatisée à l’Ouest. Viktor Ianoukovitch, le candidat proche de Vladimir Poutine, est élu président de l’Ukraine le 21 novembre 2004. Une série de manifestations suivent la proclamation des résultats. Organisées par le candidat malheureux, Viktor Iouchtchenko, financées par des milliardaires ukrainiens et des organisations américaines (voir ici), soutenues par de nombreux pays occidentaux dont les Etats-Unis (elles ont été financées à hauteur de 65 millions de dollars par l’administration Bush), elles prennent rapidement de l’ampleur et forcent le gouvernement à organiser un nouveau scrutin un mois plus tard. Entaché de nombreuses fraudes, il verra la victoire de Viktor Iouchtchenko et ouvre une période marquée par un rapprochement avec le camps occidental et l’OTAN mais aussi par une gouvernance calamiteuse gangrenée par la corruption. Les multiples malversations du « clan orange » (délits financiers, détournements de fonds, évasion fiscale, favoritisme) conduiront notamment Ioulia Timochenko, l’ex-Première ministre ukrainienne, derrière les barreaux. Le président sortant ne recueillera que 5,45 % des voix lors du scrutin de 2010. Rideau sur le premier acte de la « Révolution orange ».

Acte 2

Des milliers d’opposants pro-européens manifestent violemment suite au refus du président ukrainien en novembre dernier de signer un accord d’intégration avec l’UE, décision motivée par la lourdeur des “réformes structurelles” exigées en retour par les européens (privatisations massives, réduction drastique des dépenses de l’État et de l’emploi public, remise en cause de la protection sociale et du droit du travail) alors que le pays est économiquement affaibli, ainsi que par le souhait de donner la priorité aux relations économiques avec la Russie. Rappelons que c’est aussi sur la base de ce rapprochement avec la Russie que le président ukrainien a été élu. Loin d’être pacifiques, ces manifestations apparaissent comme des tentatives de déstabiliser le gouvernement, voire de le renverser (voir ici), des snipers israéliens sont même présents (voir ici). Elles sont soutenues par Ioulia Timochenko, égérie de la révolution orange, et par la quasi-totalité des classes politiques occidentales.

Certains manifestants sont affiliés à l’organisation d’extrême-droite Svoboda, violemment anti-russe, dont la plupart des membres sont armés (voir ici). Des saccages, de nombreuses déprédations sont commis dont la destruction d’une statue de Lénine (voir ici la déclaration à ce sujet du Parti Communiste d’Ukraine).

Des catapultes géantes sont même montées pour l’occasion et utilisées contre les forces de l’ordre qui comptent déjà de nombreuses victimes dans leurs rangs (voir ici).

L’opposition, qui n’a pas la majorité au parlement, ne peut en effet compter que sur la « pression » de la rue, autrement dit la violence, pour faire plier le gouvernement et tenter remettre sur les rails l’accord avec l’UE, d’autant plus que les ukrainiens dans leur majorité ne soutiennent pas les pro-européens, comme le montre un récent sondage (voir ici).

Cette stratégie de la tension semble être jusqu’ici payante puisque Viktor Ianoukovitch s’est entretenu une nouvelle fois avec les chefs de file des opposants et a demandé que le Parlement se réunisse en urgence pour discuter de la démission du gouvernement réclamée par l’opposition, et tenter de mettre un terme à la crise politique… sans succès toutefois, l’opposition exigeant purement et simplement la démission du Président, pourtant légitimement élu. Après cet échec de l’ultimatum fixé au Président (voir ici), les violences on repris de plus belle : nouvelles barricades, Ministère de l’Agriculture pris d’assaut par les manifestants en armes … (voir ici).

Ce 19 février, les forces de sécurité ukrainiennes ont repris une partie de la place de l’Indépendance à Kiev après une nuit d’affrontements avec les manifestants antigouvernementaux (voir ici). 

Les États-Unis et l’Union Européenne, qui appuient les revendications de l’opposition, continuent de maintenir la pression et envisagent des sanctions contre Kiev en réponse à la répression des manifestations. Le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a brandi la menace de représailles contre les dirigeants ukrainiens, pourtant totalement légitimes. Le vice-président Joe Biden, pour sa part, a eu un entretien téléphonique avec le Président ukrainien et l’a averti que si les autorités ne calmaient pas la situation, cela aurait des “conséquences”.

Dans les coulisses

Comme au temps de la Révolution orange, les médias occidentaux présentent unanimement les manifestations anti-russes comme un mouvement spontané regroupant des « combattants de la liberté » épris d’Europe, en butte à un pouvoir autocratique (voir par exemple ici).

L’inénarable Bernard-Henri Lévy, de tous les mauvais coups contre les pouvoirs hostiles à l’atlantisme, n’a évidemment pas fait défection en appelant même l’UE à suspendre sa participation aux jeux de Sotchi (voir ici).

En réalité, il s’agit d’une manipulation bien rodée et qui a déjà fait ses preuves lors de la Révolution orange dont la logistique avait été assurée par les organisations pro-occidentales Pora et Znayuliées au mouvement Otpor. Celui-ci avait déjà joué un rôle actif dans la chute de l’ex-président Slobodan Milosevic en juillet 2000, dans la « Révolution des roses » georgienne de décembre 2002 ainsi que dans les tentatives de putsch contre le président biélorusse en 2001 et 2004.

Toutes ces organisations sont généreusement financées par des officines occidentales : le Konrad Adenauer Institute, proche de la CDU, l’Open Society Institute de Georges Soros, le National Democratic Institute et la Freedom House, proches du gouvernement américain, entre autres.

Les manifestants actuels semblent bénéficier à nouveau des mêmes largesses dans le financement de mouvements dont l’objectif est in fine de déstabiliser des pays souverains afin de les soumettre aux intérêts occidentaux (voir ici).

En réalité, cela fait déjà longtemps que les USA s’intéressent à l’Ukraine (voir ici). La volonté des américains de renverser le gouvernement ukrainien, pourtant totalement légitime, répond à trois objectifs, de nature économique et géostratégique : renforcer l’OTAN par l’intégration d’un nouveau pays (le plus grand d’Europe), affaiblir la Russie en l’isolant diplomatiquement et s’approprier un marché jugé trop protectionniste en créant un « climat d’investissement favorable aux entreprises étrangères» – en clair : en privatisant ce qui ne l’est pas encore et en faisant prévaloir les intérêts des investisseurs étrangers sur ceux de la population nationale. Ils justifient les financements faramineux investis dans l’aide logistique aux groupes anti-russes ainsi que l’effort déployé par les media occidentaux pour tenter de faire passer pour une révolution populaire et pacifique ce qui n’est ni plus ni moins qu’un coup d’État.

Source: Qui est derrière le coup d’État en Ukraine ? | Nicolas Bourgoin
http://bourgoinblog.wordpress.com/2014/02/19/qui-est-derriere-le-coup-detat-en-ukraine/

Manipulation des taux interbancaires : amendes records pour 8 Banques dont DEUTSCHE BANK et SOCIETE GENERALE

20131204-183150.jpg
Joaquin Almunia, commissaire européen à la concurrence, lors de sa conférence de presse mercredi matin à Bruxelles. | REUTERS/YVES HERMAN

La Commission européenne a infligé, mercredi 4 décembre, des amendes à plusieurs établissements financiers accusés d’entente et de manipulation des taux interbancaires de la zone euro (Euribor), de la City (Libor) et du Japon (Tibor), dans différentes devises, entre 2005 et 2010, pour un montant total record de 1,712 milliard d’euros. Les taux interbancaires sont les taux auxquels les banques commerciales se prêtent entre elles.

L’immense marché des produits dérivés de taux d’intérêt dépend de ces taux de référence. Des taux déclarés quotidiennement par les banques, qui doivent refléter l’état de santé du marché du crédit.

« L’entente avait pour objectif de fausser l’évolution normale des composants du prix pour ces produits dérivés. Des traders de différentes banques discutaient des soumissions de leur banque pour le calcul de l’Euribor ainsi que de leurs stratégies de négociation et de fixation des prix», explique le document.

« COLLUSION DES BANQUES »

« Ce qui est choquant, dans les scandales du Libor et de l’Euribor, ce n’est pas seulement la manipulation des indices de référence, qui mobilise les régulateurs financiers du monde entier, mais aussi la collusion entre des banques qui sont censées se faire concurrence », a commenté le commissaire européen chargé de la concurrence, Joaquin Almunia.

20131204-183047.jpg
Le géant allemand Deutsche Bank, concerné par les deux enquêtes, devra à lui seul s’acquitter d’une amende totale de 725 millions d’euros,

20131204-183020.jpg
et la Société générale, impliquée uniquement dans l’enquête sur l’Euribor, a été condamnée à une amende de 446 millions d’euros. L’établissement britannique RBS, condamné dans les deux affaires, devra payer 391 millions d’euros.
La Deutsche Bank a affirmé avoir constitué les réserves nécessaires pour s’acquitter de ce montant, tandis que la Société générale a annoncé mardi accepter l’amende infligée par la Commission européenne.

« Société générale vient de conclure une transaction avec la Commission européenne suite à ses investigations en matière de concurrence sur l’Euribor, qui prévoit le versement dun montant de 445,9 millions d’euros au titre de faits remontant à la période mars 2006-mai 2008 », souligne la banque dans un communiqué. « Le montant dû au titre de cette transaction ne remet pas en cause les objectifs financiers du groupe pour 2013 », précise la banque.

La Commission n’avait jamais jusqu’ici infligé des amendes pour un montant cumulé aussi élevé dans des cas d’entente et abus de position dominante, a souligné Joaquin Almunia. Au total, quatre institutions financières ont participé à l’entente concernant les taux d’intérêts en euros, et six à celle touchant celles en yens.

FAUTE AVOUÉE…[Editor's Note: Comprenez "Les BALANCES"]

Dans le cas des taux en euros, Barclays a bénéficié d’une immunité et ne paiera pas d’amende pour avoir révélé l’existence de l’entente à la Commission. Deutsche Bank, RBS et Société générale ont vu leurs amendes réduites de 10 % pour avoir coopéré à l’enquête. Une procédure a également été ouverte à l’encontre de Crédit agricole, HSBC et JPMorgan.

Continue reading

BHL Le Vampire des Carpettes qui aimerait bien que le sang coule en Syrie: Journal hebdomadaire de Voix de la Russie – 02/09/2013

Au sommaire de cette édition du 2 septembre 2013 :
BHL : histoire d’un vampire des carpettes qui aimerait bien que le sang coule en Syrie.
Hommage à Hélie Denoix de Saint Marc qui nous a quitté ce mois d’août.
Mariage pour tous : le maire de Bollène entre en résistance.
Syrie : M. Bricolage veut partir tout seul avec sa petite frégate et risque de revenir sans.
Russie : Les hydrocarbures sont la nouvelle arme de dissuasion et un nouvel outil de diplomatie.
Salon Aéronautique Russe : Maks 2013 rivalise sans rougir avec le Bourget et Farnborough.
Journée du Drapeau : ne soyez pas jaloux, c’est en Russie.
L’émission A bâton rompu reçoit Jacques von Polier de la célèbre marque de montre Raketa.

MEGA ALERTE: VOS COMPTES SERONT BIEN PONCTIONNES DE 8%

20130704-091709.jpg

Par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com

MEGA ALERTE: VOS COMPTES SERONT BIEN PONCTIONNES DE 8%
du 26 au 29 juin 2013 :

Ne vous affolez pas, vous ne le verrez nulle part sur les merdias Le vrai patron de l’Europe, le ministre des Finances allemand a déclaré que la meilleure solution pour sauver les banques (ex: Deutsche Bank, Société Générale, etc.) sera de ponctionner 8% sur le compte des clients et cela pour remonter le niveau de la piscine (réserve fractionnelle) des Picsous.
Traduisez: mega taxe de 8% sur la population, sur TOUTE la population puisque nos Etats pourris ont voté l’obligation à tout citoyen d’avoir un compte dans une banque.

Si vous suivez ce blog, vous êtes averti depuis longtemps puisque je vous en parle depuis Chypre (et plus que jamais ce reportage a en effet été le plus important de ma vie de journaliste, merci à vous). Cette fois, les choses vont se mettre en place à partir de la rentrée ou bien en janvier 2014.

Tous nos impôts sont pris DEPUIS 2008 POUR SAUVER LES BANQUIERS ET LEURS ESCROQUERIES. Mais cela ne suffit pas. Maintenant ils vont directement prendre 8% sur les comptes privés. Rappellez-vous, au début à Nicosie, les Allemands ont voulu prendre 10% sur les comptes. Le parlement ayant dit “non”, ils ont alors braqué tous les montants au-dessus de 100.000 euros. Joli magot. Ca s’appelle aussi recel en bande organisée.

Certains ne me croient pas??? Eh bien regardez l’article de Audrey Duperron sur l’Express.be, merci à tous les lecteurs: “L’Allemagne veut sauver les banques en difficulté en opérant une ponction sur les dépôts et les actifs de 8%… Le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble a proposé que les actionnaires, les créanciers, les déposants et les titulaires de comptes subissent une ponction de 8%, affirmant que cette solution demeurait plus favorable pour eux, car leurs pertes seraient beaucoup plus importantes si les banques faisaient faillite … L’idée de Schäuble n’est pas nouvelle. Déjà en 2011 le Boston Consulting Group avait estimé qu’imposer une taxe de 30% sur tous les actifs serait la seule façon de sortir de la crise de l’euro. Selon certains économistes il n’y a pas d’autre solution que de prendre l’argent là où il est : sur les comptes des épargnants.Entre 2008 et 2011, les contribuables européens ont consacré plus de 4,5 trillions d’euros, soit un tiers du PIB de l’UE, au sauvetage des pays et des banques”…

Continue reading