US Intel Veterans Warn Merkel on Russian Bogus ‘Invasion’

Warning Merkel on Russian ‘Invasion’ Intel

image

Consortiumnews.com

Alarmed at the anti-Russian hysteria sweeping Official Washington – and the specter of a new Cold War – U.S. intelligence veterans took the unusual step of sending this Aug. 30 memo to German Chancellor Merkel challenging the reliability of Ukrainian and U.S. media claims about a Russian “invasion.” (RIP François HOLLANDE)

MEMORANDUM FOR: Angela Merkel, Chancellor of Germany

FROM: Veteran Intelligence Professionals for Sanity (VIPS)

SUBJECT: Ukraine and NATO

We the undersigned are long-time veterans of U.S. intelligence. We take the unusual step of writing this open letter to you to ensure that you have an opportunity to be briefed on our views prior to the NATO summit on Sept. 4-5.

You need to know, for example, that accusations of a major Russian “invasion” of Ukraine appear not to be supported by reliable intelligence. Rather, the “intelligence” seems to be of the same dubious, politically “fixed” kind used 12 years ago to “justify” the U.S.-led attack on Iraq.

We saw no credible evidence of weapons of mass destruction in Iraq then; we see no credible evidence of a Russian invasion now. Twelve years ago, former Chancellor Gerhard Schroeder, mindful of the flimsiness of the evidence on Iraqi WMD, refused to join in the attack on Iraq. In our view, you should be appropriately suspicious of charges made by the U.S. State Department and NATO officials alleging a Russian invasion of Ukraine.

President Barack Obama tried on Aug. 29 to cool the rhetoric of his own senior diplomats and the corporate media, when he publicly described recent activity in the Ukraine, as “a continuation of what’s been taking place for months now … it’s not really a shift.”

Obama, however, has only tenuous control over the policymakers in his administration – who, sadly, lack much sense of history, know little of war, and substitute anti-Russian invective for a policy. One year ago, hawkish State Department officials and their friends in the media very nearly got Mr. Obama to launch a major attack on Syria based, once again, on “intelligence” that was dubious, at best.

Largely because of the growing prominence of, and apparent reliance on, intelligence we believe to be spurious, we think the possibility of hostilities escalating beyond the borders of Ukraine has increased significantly over the past several days.  More important, we believe that this likelihood can be avoided, depending on the degree of judicious skepticism you and other European leaders bring to the NATO summit next week.

Experience With Untruth

Hopefully, your advisers have reminded you of NATO Secretary General Anders Fogh Rasmussen’s checkered record for credibility. It appears to us that Rasmussen’s speeches continue to be drafted by Washington. This was abundantly clear on the day before the U.S.-led invasion of Iraq when, as Danish Prime Minister, he told his Parliament: “Iraq has weapons of mass destruction. This is not something we just believe. We know.”

Continue reading

NATO Attacks !

image

By Pepe ESCOBAR, Asia Times

September 06, 2014 “ICH” – “Asia Times” – First thing we do, let’s kill all the myths. The North Atlantic Treaty Organization is nothing but the Security Council of the Empire of Chaos.

You don’t need to be a neo-Foucault hooked on Orwellian/Panopticon practices to admire the hyper-democratic “ring of steel” crossing average roads, parks and even ringing castle walls to “protect” dozens of NATO heads of state and ministers, 10,000 supporting characters and 2,000 journalists from the real world in Newport, Wales – and beyond.

NATO’s summit in Wales also provides outgoing secretary-general Anders “Fogh of War” Rasmussen the chance to display his full attack dog repertoire. It’s as if he’s auditioning for a starring role in a remake of Tim Burton’s Mars Attacks !

Fogh of War is all over the place, talking “pre-positioning of supplies, equipment” – euphemism for weapons; boosting bases and headquarters in host countries; and touting a 10,000-strong, rapid reaction “spearhead” force to respond to Russian “aggression” and deployable in a maximum of five days.

Meanwhile, in a bad cop-bad cop routine, outgoing president of the European Commission, outstanding mediocrity Jose Manuel Barroso, leaked that Russian President Vladimir Putin told him over the phone later last week he could take Kiev in a fortnight if he wanted.

Well, Putin could. If he wanted. But he doesn’t want it. What matters is what he told Rossiya state TV; that Kiev should promote inclusive talks about the future statute of Eastern Ukraine. Once again, the Western spin was that he was advocating the birth of a Novorossiya state. Here, The Saker analyzes in detail the implications of what Russia really wants, and what the Novorossiya forces really want.

With Lithuanian president Dalia Grybauskaite predictably spinning that Russia is “at war with Europe”, and British Prime Minister David Cameron evoking – what else – Munich 1938 (Chamberlain appeasing Hitler), Fogh of War has had all the ammo he needs to sell his Einsatzgruppen. Cynics are excused to believe NATO’s spearhead force is actually The Caliph’s IS goons raising hell in “Syraq”.

Warmongering, though, is not an easy sell in a crisis-hit EU these days. Not only Germany, but also France, Italy, Spain, Romania, Hungary and even Poland have expressed “reluctance” one way or another to back NATO’s strategy of a more “robust” presence in Eastern Europe and the Baltic. Moreover, the Empire of Chaos and its Brit junior partner in the “special relationship” want everyone to shell out more cash (a minimum of 2% of GDP). Even as the EU is facing no less than its third recession in five years.

The bottom line is there will be no more rotation on NATO’s Eastern front. Legally, the set up cannot be defined as “permanent”, because it will go against a 1997 NATO-Russia pact. But it will be permanent. That applies to Szczecin, in Poland, near the Baltic, and the so-called multinational Corps Northeast – land, air and sea. Estonia and Latvia for all practical purposes are being touted as “Putin’s next targets”. And defending them from “Russian aggression” is NATO’s new red line.

Additionally, Finland and Sweden may sign NATO Host Nation agreements. This implies NATO forces may use Swedish and Finnish territory in the future on the way to what’s hazily referred to as “operations”. At least deployment of foreign troops still needs parliamentary approval – and Swedes and Finns are bound to raise eyebrows.

No R2P for you, buddy
Even with all this Mars Attacks! hysteria, NATO in thesis won’t discuss Ukraine in depth in Wales – or an imminent R2P (“responsibility to protect”) Ukraine from the remixed “Evil Empire” (copyright Ronnie Reagan). But there will be “military consultations” and a bit of cash shelled out to the Kiev military – who are having their (bankrupt) collective behind solemnly kicked by the federalist/separatist forces in Eastern Ukraine as much as NATO had theirs kicked by a bunch of Pashtuns with Kalashnikovs in Afghanistan.

By the way, the latest US$1.4 billion the International Monetary Fund shelled out to Ukraine – the Mobster-style interest will hit much later – will be used by an already bankrupt Kiev mostly to pay for a bunch of T-72 tanks it bought from Hungary. Money for nothing, tanks for free.

Continue reading

Économie national-socialiste : l’analyse interdite !

Pour faire face au chômage massif et à la paralysie économique pendant la Grande Dépression, les gouvernements américain et allemand lancèrent tous deux des programmes novateurs et ambitieux. Bien que les mesures du « New Deal » prises par le président Franklin Roosevelt aidèrent à peine, la politique beaucoup plus ciblée et complète du Troisième Reich s’avéra remarquablement plus efficace. En trois années seulement, le chômage fut enrayé et l’économie allemande devint florissante. Et tandis que la façon dont Roosevelt géra la crise restera largement connue, la remarquable façon dont Hitler l’a défié n’est ni suffisamment comprise ni appréciée.

Le 30 janvier 1933, Adolf Hitler devint chancelier d’Allemagne. Quelques semaines plus tard, le 4 mars, Franklin Roosevelt prit ses fonctions de président des États-Unis. Chacun d’entre eux gouverna son pays les douze années qui suivirent – jusqu’en avril 1945, peu avant la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe. Au début de l’année 1933 la production industrielle de ces deux pays était réduite de moitié comparée à celle de 1929. Chaque dirigeant lança rapidement de nouvelles initiatives audacieuses pour lutter contre la terrible crise économique, surtout contre le fléau du chômage de masse. Et bien qu’il existe des similitudes frappantes entre les efforts des deux gouvernements, les résultats furent très différents.

John Kenneth Galbraith, conseiller de plusieurs présidents et ambassadeurs américains en Inde pendant un certain temps, fut l’un des économistes américains les plus influents et les plus lus du XXe siècle. Auteur de plusieurs dizaines de livres, il enseigna l’économie à l’université de Harvard pendant des années. En ce qui concerne l’Allemagne, Galbraith écrivait ceci : « L’élimination du chômage en Allemagne durant la Grande Dépression, sans recours à l’inflation mais seulement aux travaux publics fondamentaux, fut une remarquable victoire. Mais on en a rarement fait l’éloge et guère parlé. L’idée reçue que Hitler ne pouvait faire aucun bien s’est répandue à son économie mieux qu’à tout le reste… »

La politique économique du régime hitlérien, ajoute Galbraith, a mis en place « des emprunts considérables pour les dépenses publiques, et ce, principalement pour la construction des voies ferrées, du réseau fluvial et des autoroutes dont les conséquences sur le chômage ont été bien plus bénéfiques que dans tout autre pays industrialisé [1] ».

Fin 1935, écrit-il également, « le chômage touchait à sa fin en Allemagne. En 1936, les revenus élevés tiraient à la hausse les prix ou bien permettaient de les augmenter (…) à la fin des années trente l’Allemagne avait atteint le plein emploi et des prix stables. C’était un exploit absolument unique dans le monde industriel [2]. »

« Hitler avait anticipé une politique économique moderne, nota l’économiste, en reconnaissant que la réalisation rapide du plein emploi n’était possible que si elle était combinée à une méthode de contrôle des salaires et des prix. Qu’une nation opprimée par des craintes économiques réagisse à Hitler tout comme les Américains avaient réagi à Roosevelt n’était pas surprenant [3]. »

Les autres pays, écrit Galbraith, n’ont pas réussi à comprendre l’expérience allemande ni à s’en inspirer : « L’exemple allemand était instructif mais peu convaincant. Les conservateurs britanniques et américains constataient les hérésies des financiers nazis – emprunts et dépenses – et uniformément prédisaient un effondrement (…) tandis que les libéraux américains et socialistes britanniques observaient la répression, la destruction des syndicats, les Chemises Brunes, les Chemises Noires, les camps de concentration, leurs discours oratoires criards, mais en ignoraient leur économie.Rien de bon (qu’ils croyaient), pas même le plein emploi, ne pourrait venir d’Hitler [4]. »

Deux jours après sa prise de fonction de chancelier, Hitler prononça une allocution radiodiffusée à la nation. Il avait clairement exprimé, avec les autres dirigeants de son mouvement, son intention de réorganiser la vie sociale, politique, culturelle et éducative de la nation selon les principes du national-socialisme. Tout le monde savait qu’avec environ six millions de chômeurs et une économie nationale paralysée, la grande priorité du moment était de restaurer la vie économique de la nation, en s’attaquant surtout au chômage et en fournissant du travail productif. Continue reading

Western leadership shot down in Ukraine

image
An old woman is walking near the wreckage of Malaysian plane which crashed in Ukraine on July 17, 2014. (file photo)

PressTV

Irresponsibility on steroids is all we have seen from 95% of the Western statements coming out on the Malaysian plane crash in Ukraine.

The Kiev government, who can’t tell the truth about anything, is still comfortably in first place, soon to eclipse “Baghdad Bob” for the gold medal of bogus claims. Bob was Saddam’s press spokesman telling us that Iraqi forces were destroying the American invaders.

Without even a token amount of time allowed to sift through the evidence of this horrible tragedy right in the middle of a war zone, a totally unnecessary one, Western leaders and politicians have been tripping over each other playing Mr. Tough guy with baseless accusations and threats toward Russia before the dead were collected.

Whoever fired the missile or placed the bomb that blew up flight MH17 has now been outdone by salvos of hate fired east at Russia by Kiev and its new Western allies. At the top of America’s list is the rant by UN Ambassador Samantha Power that looked like she must have been on drugs or something. It ranks as one of the most incoherent statements ever made by a diplomat.

Her first mistake was to reference a Kiev-supplied social-media recording of the rebels celebrating shooting down an airliner. Normal protocol requires that no top government official ever use an audio recording in a major address until the CIA has determined that it was not a fake.

This one was compiled from three different clips, and done in a hurry. It seems a town 100 kilometers away from the alleged launch site is referenced. It is later discovered that these piecemeal recordings were discussing one of the earlier shoot downs.

With the US president standing beside her on the White house lawn, Power claimed East Ukraine separatists were the “most likely” culprits, yet allowed they did not have the skills, so Russia “probably assisted” them. But, she gave not a shred of real evidence.

That any major power would put a sophisticated high-altitude missile system in the hands of civil war participants, a hugely expensive one I might add… that idea is dead on arrival. It is inconceivable that any military chief of staff would allow something so crazy. Anyone who would even suggest such a thing would be sent out for mental observation.

The inference here is that the Russians had magically moved a SAM missile battery all the way from the border to the firing position. But with US satellites monitoring all movements during this war, to supply itself, NATO and Kiev updated battlefield Intel, any move of Russian armor into Ukraine would have been spotted and Ms. Power would have shown us a nice big blowup photo, a la Cuban missile crisis, where the Soviet missile batteries were shown at the UN.

US and Russian spy satellites can track a tank shell being fired, not just see it fired, but see its flying through the air, and read a license plate, the uniforms of the troops… and yes, they can see everything moving at night. Both sides have huge digital maps showing the exact disposition of the forces on both sides.

A ground to air launch would be spotted in the first few seconds, the trajectory calculated and an emergency notice sent out with the GPS location to warn any aircraft in the area. The coordinates would immediately go to any commands capable of a counterstrike on the battery, so they could lock and load and wait for the order to fire. This is what the modern battlefield is like. Gaining a few seconds edge can be life or death in avoiding a disaster.

US satellites saw everything that happened, so the idea that an investigation is needed to determine the cause is a bad joke. You have not seen any overhead photos of the crash site, because the wide area of the wreckage is inconsistent with a missile shoot down, but something else they want to keep out of view.

The Russians let the cat out of the bag by admitting that their satellites had picked up a missile battery turning its tracking radar on. Of course they would have the GPS coordinates, and also the track of its firing, and the command intercept orders to do so, but did not disclose this. It is known that both the US and Russia have all this, and neither the Netherlands nor Malaysia has demanded that the satellite information be released.

Ms. Power knows all of this, and with the president standing right beside her she was just lying to us all like we were just farm animals, versus citizens of an alleged democratic country. Power should resign for her outrageous and incompetent performance, but Obama seems to have a fire proof staff, no matter how poorly they perform their jobs… a very dangerous situation when such people are at the helm of our national security, or insecurity, as the case may be.


Continue reading

“End the Fed” Rallies are Exploding Throughout Germany

image

By Michael Krieger at libertyblitzkrieg

This is a fascinating development and one that I had no idea was happening until today. It seems that rallies are spreading throughout Germany protesting the corrupt and dying global status quo. One of the key targets of these groups is the U.S. Federal Reserve system, which as I and many others have maintained, is the core cancer infecting the entire planet.

According to the organizer of these rallies, they have now spread to up to 100 cities and have a combined attendee base of around 20,000. What is also interesting, is that the mainstream media in Germany is calling them Nazis. In Germany, if you don’t support Central Banking, this apparently means you are a Nazi. What a joke. Just more proof mainstream media everywhere is complete and total propaganda. It is also a good sign, since it shows the desperate lengths to which the power structure will go to keep their criminal ponzi alive.

Do these folks seem like Nazis to you?

In Liberty,
Michael Krieger

USA DON’T GIVE A DAMN SHIT ABOUT UE

Mysterious facilities turned out to be nationwide spy stations in Germany

A new surveillance scandal is unfolding in Germany. It turns out that half a dozen seemingly innocent facilities including a telecom office are, in fact, spying stations. This has been confirmed by the intelligence service. And some of these facilities were reportedly used by the US government. FULL STORY:
http://on.rt.com/o2r966

Qui est derrière le coup d’État en Ukraine

Par Nicolas BOURGOIN

image

Acte 1

On se souvient sans doute de la « Révolution orange », largement médiatisée à l’Ouest. Viktor Ianoukovitch, le candidat proche de Vladimir Poutine, est élu président de l’Ukraine le 21 novembre 2004. Une série de manifestations suivent la proclamation des résultats. Organisées par le candidat malheureux, Viktor Iouchtchenko, financées par des milliardaires ukrainiens et des organisations américaines (voir ici), soutenues par de nombreux pays occidentaux dont les Etats-Unis (elles ont été financées à hauteur de 65 millions de dollars par l’administration Bush), elles prennent rapidement de l’ampleur et forcent le gouvernement à organiser un nouveau scrutin un mois plus tard. Entaché de nombreuses fraudes, il verra la victoire de Viktor Iouchtchenko et ouvre une période marquée par un rapprochement avec le camps occidental et l’OTAN mais aussi par une gouvernance calamiteuse gangrenée par la corruption. Les multiples malversations du « clan orange » (délits financiers, détournements de fonds, évasion fiscale, favoritisme) conduiront notamment Ioulia Timochenko, l’ex-Première ministre ukrainienne, derrière les barreaux. Le président sortant ne recueillera que 5,45 % des voix lors du scrutin de 2010. Rideau sur le premier acte de la « Révolution orange ».

Acte 2

Des milliers d’opposants pro-européens manifestent violemment suite au refus du président ukrainien en novembre dernier de signer un accord d’intégration avec l’UE, décision motivée par la lourdeur des “réformes structurelles” exigées en retour par les européens (privatisations massives, réduction drastique des dépenses de l’État et de l’emploi public, remise en cause de la protection sociale et du droit du travail) alors que le pays est économiquement affaibli, ainsi que par le souhait de donner la priorité aux relations économiques avec la Russie. Rappelons que c’est aussi sur la base de ce rapprochement avec la Russie que le président ukrainien a été élu. Loin d’être pacifiques, ces manifestations apparaissent comme des tentatives de déstabiliser le gouvernement, voire de le renverser (voir ici), des snipers israéliens sont même présents (voir ici). Elles sont soutenues par Ioulia Timochenko, égérie de la révolution orange, et par la quasi-totalité des classes politiques occidentales.

Certains manifestants sont affiliés à l’organisation d’extrême-droite Svoboda, violemment anti-russe, dont la plupart des membres sont armés (voir ici). Des saccages, de nombreuses déprédations sont commis dont la destruction d’une statue de Lénine (voir ici la déclaration à ce sujet du Parti Communiste d’Ukraine).

Des catapultes géantes sont même montées pour l’occasion et utilisées contre les forces de l’ordre qui comptent déjà de nombreuses victimes dans leurs rangs (voir ici).

L’opposition, qui n’a pas la majorité au parlement, ne peut en effet compter que sur la « pression » de la rue, autrement dit la violence, pour faire plier le gouvernement et tenter remettre sur les rails l’accord avec l’UE, d’autant plus que les ukrainiens dans leur majorité ne soutiennent pas les pro-européens, comme le montre un récent sondage (voir ici).

Cette stratégie de la tension semble être jusqu’ici payante puisque Viktor Ianoukovitch s’est entretenu une nouvelle fois avec les chefs de file des opposants et a demandé que le Parlement se réunisse en urgence pour discuter de la démission du gouvernement réclamée par l’opposition, et tenter de mettre un terme à la crise politique… sans succès toutefois, l’opposition exigeant purement et simplement la démission du Président, pourtant légitimement élu. Après cet échec de l’ultimatum fixé au Président (voir ici), les violences on repris de plus belle : nouvelles barricades, Ministère de l’Agriculture pris d’assaut par les manifestants en armes … (voir ici).

Ce 19 février, les forces de sécurité ukrainiennes ont repris une partie de la place de l’Indépendance à Kiev après une nuit d’affrontements avec les manifestants antigouvernementaux (voir ici). 

Les États-Unis et l’Union Européenne, qui appuient les revendications de l’opposition, continuent de maintenir la pression et envisagent des sanctions contre Kiev en réponse à la répression des manifestations. Le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a brandi la menace de représailles contre les dirigeants ukrainiens, pourtant totalement légitimes. Le vice-président Joe Biden, pour sa part, a eu un entretien téléphonique avec le Président ukrainien et l’a averti que si les autorités ne calmaient pas la situation, cela aurait des “conséquences”.

Dans les coulisses

Comme au temps de la Révolution orange, les médias occidentaux présentent unanimement les manifestations anti-russes comme un mouvement spontané regroupant des « combattants de la liberté » épris d’Europe, en butte à un pouvoir autocratique (voir par exemple ici).

L’inénarable Bernard-Henri Lévy, de tous les mauvais coups contre les pouvoirs hostiles à l’atlantisme, n’a évidemment pas fait défection en appelant même l’UE à suspendre sa participation aux jeux de Sotchi (voir ici).

En réalité, il s’agit d’une manipulation bien rodée et qui a déjà fait ses preuves lors de la Révolution orange dont la logistique avait été assurée par les organisations pro-occidentales Pora et Znayuliées au mouvement Otpor. Celui-ci avait déjà joué un rôle actif dans la chute de l’ex-président Slobodan Milosevic en juillet 2000, dans la « Révolution des roses » georgienne de décembre 2002 ainsi que dans les tentatives de putsch contre le président biélorusse en 2001 et 2004.

Toutes ces organisations sont généreusement financées par des officines occidentales : le Konrad Adenauer Institute, proche de la CDU, l’Open Society Institute de Georges Soros, le National Democratic Institute et la Freedom House, proches du gouvernement américain, entre autres.

Les manifestants actuels semblent bénéficier à nouveau des mêmes largesses dans le financement de mouvements dont l’objectif est in fine de déstabiliser des pays souverains afin de les soumettre aux intérêts occidentaux (voir ici).

En réalité, cela fait déjà longtemps que les USA s’intéressent à l’Ukraine (voir ici). La volonté des américains de renverser le gouvernement ukrainien, pourtant totalement légitime, répond à trois objectifs, de nature économique et géostratégique : renforcer l’OTAN par l’intégration d’un nouveau pays (le plus grand d’Europe), affaiblir la Russie en l’isolant diplomatiquement et s’approprier un marché jugé trop protectionniste en créant un « climat d’investissement favorable aux entreprises étrangères» – en clair : en privatisant ce qui ne l’est pas encore et en faisant prévaloir les intérêts des investisseurs étrangers sur ceux de la population nationale. Ils justifient les financements faramineux investis dans l’aide logistique aux groupes anti-russes ainsi que l’effort déployé par les media occidentaux pour tenter de faire passer pour une révolution populaire et pacifique ce qui n’est ni plus ni moins qu’un coup d’État.

Source: Qui est derrière le coup d’État en Ukraine ? | Nicolas Bourgoin
http://bourgoinblog.wordpress.com/2014/02/19/qui-est-derriere-le-coup-detat-en-ukraine/

Manipulation des taux interbancaires : amendes records pour 8 Banques dont DEUTSCHE BANK et SOCIETE GENERALE

20131204-183150.jpg
Joaquin Almunia, commissaire européen à la concurrence, lors de sa conférence de presse mercredi matin à Bruxelles. | REUTERS/YVES HERMAN

La Commission européenne a infligé, mercredi 4 décembre, des amendes à plusieurs établissements financiers accusés d’entente et de manipulation des taux interbancaires de la zone euro (Euribor), de la City (Libor) et du Japon (Tibor), dans différentes devises, entre 2005 et 2010, pour un montant total record de 1,712 milliard d’euros. Les taux interbancaires sont les taux auxquels les banques commerciales se prêtent entre elles.

L’immense marché des produits dérivés de taux d’intérêt dépend de ces taux de référence. Des taux déclarés quotidiennement par les banques, qui doivent refléter l’état de santé du marché du crédit.

« L’entente avait pour objectif de fausser l’évolution normale des composants du prix pour ces produits dérivés. Des traders de différentes banques discutaient des soumissions de leur banque pour le calcul de l’Euribor ainsi que de leurs stratégies de négociation et de fixation des prix», explique le document.

« COLLUSION DES BANQUES »

« Ce qui est choquant, dans les scandales du Libor et de l’Euribor, ce n’est pas seulement la manipulation des indices de référence, qui mobilise les régulateurs financiers du monde entier, mais aussi la collusion entre des banques qui sont censées se faire concurrence », a commenté le commissaire européen chargé de la concurrence, Joaquin Almunia.

20131204-183047.jpg
Le géant allemand Deutsche Bank, concerné par les deux enquêtes, devra à lui seul s’acquitter d’une amende totale de 725 millions d’euros,

20131204-183020.jpg
et la Société générale, impliquée uniquement dans l’enquête sur l’Euribor, a été condamnée à une amende de 446 millions d’euros. L’établissement britannique RBS, condamné dans les deux affaires, devra payer 391 millions d’euros.
La Deutsche Bank a affirmé avoir constitué les réserves nécessaires pour s’acquitter de ce montant, tandis que la Société générale a annoncé mardi accepter l’amende infligée par la Commission européenne.

« Société générale vient de conclure une transaction avec la Commission européenne suite à ses investigations en matière de concurrence sur l’Euribor, qui prévoit le versement dun montant de 445,9 millions d’euros au titre de faits remontant à la période mars 2006-mai 2008 », souligne la banque dans un communiqué. « Le montant dû au titre de cette transaction ne remet pas en cause les objectifs financiers du groupe pour 2013 », précise la banque.

La Commission n’avait jamais jusqu’ici infligé des amendes pour un montant cumulé aussi élevé dans des cas d’entente et abus de position dominante, a souligné Joaquin Almunia. Au total, quatre institutions financières ont participé à l’entente concernant les taux d’intérêts en euros, et six à celle touchant celles en yens.

FAUTE AVOUÉE…[Editor's Note: Comprenez "Les BALANCES"]

Dans le cas des taux en euros, Barclays a bénéficié d’une immunité et ne paiera pas d’amende pour avoir révélé l’existence de l’entente à la Commission. Deutsche Bank, RBS et Société générale ont vu leurs amendes réduites de 10 % pour avoir coopéré à l’enquête. Une procédure a également été ouverte à l’encontre de Crédit agricole, HSBC et JPMorgan.

Continue reading

BHL Le Vampire des Carpettes qui aimerait bien que le sang coule en Syrie: Journal hebdomadaire de Voix de la Russie – 02/09/2013

Au sommaire de cette édition du 2 septembre 2013 :
BHL : histoire d’un vampire des carpettes qui aimerait bien que le sang coule en Syrie.
Hommage à Hélie Denoix de Saint Marc qui nous a quitté ce mois d’août.
Mariage pour tous : le maire de Bollène entre en résistance.
Syrie : M. Bricolage veut partir tout seul avec sa petite frégate et risque de revenir sans.
Russie : Les hydrocarbures sont la nouvelle arme de dissuasion et un nouvel outil de diplomatie.
Salon Aéronautique Russe : Maks 2013 rivalise sans rougir avec le Bourget et Farnborough.
Journée du Drapeau : ne soyez pas jaloux, c’est en Russie.
L’émission A bâton rompu reçoit Jacques von Polier de la célèbre marque de montre Raketa.