THE BANALITY OF THE GUARDIAN OF JUDEA

Retrouver cet article en français sous le titre “La Banalité du Gardien de la Judée” en cliquant sur cette même ligne

By Gilad Atzmon

The once well-respected Guardian has been reduced in recent years into a lame Zionist mouthpiece – a light Jewish Chronicle for Gentiles consumption. Last week, the paper launched an attack on Martin Heidegger, the 20th century’s most influential philosopher.

“Heidegger’s ‘black notebooks’ reveal antisemitism at core of his philosophy” the paper’s headline read.  But what does that mean? Was Heidegger really a Jew hater? Did he oppose people for being ethnically or ‘racially’ Jewish or was he, instead, critical of Jewish politics, culture, ideology and spirit?

According to the ‘progressive’ British Guardian, the newly published Black Notebooks reveals that Heidegger saw ‘world Judaism’ as the driver of “dehumanising modernity”.

Needless to mention that we didn’t need a ‘new publication’ to assert that this was Heidegger’s view of Jewish culture and politics. The German thinker, like many of his contemporaries, saw “Jerusalem” as a suppressive and corrupted spiritual, cultural and intellectual influence as opposed to “Athens”, which portrayed in his eyes, the birth of humanism, universalism, aesthetics, ethics and pluralism.

Let’s examine what makes a prominent thinker into an Anti Semite in the eyes of The Guardian. “While distancing himself from the racial theories pursued by Nazi intellectuals, Heidegger argues that Weltjudentum (“world Judaism”) is one of the main drivers of western modernity, which he viewed critically.”

But aren’t we entitled to criticize religion, culture or Ideology?  Aren’t we allowed to disapprove of modernity or technology and to try to identify its cultural and ideological roots? For some reason, I can’t recall The Guardian taking Max Weber to task for suggesting that Protestant ethics was the driving force behind Capitalism. Embarrassingly enough, the same Guardian that clumsily and shamelessly smears the greatest continental thinker, provides a platform to a long list of Neocons, pro-war advocates such as Nick Cohen who constantly and relentlessly criticize the so-called  ‘Islamo-Fascists’ – a code name for Islamic political culture. I guess that for The Guardian of Judea, it is only Jewish culture, religion and ideology that must remain beyond criticism.

“World Judaism”, Heidegger writes in the notebooks, “is ungraspable everywhere and doesn’t need to get involved in military action while continuing to unfurl its influence, whereas we are left to sacrifice the best blood of the best of our people”.  But is the above observation anti Semitic? Can an honest observation be anti Semitic, or shall we say a form of ‘hatred’, or should it be more appropriately tagged as an uncomfortable truth? Continue reading

Is Everything in the Mainstream Media Fake? – 6 Examples of Media Manipulation

By Sigmund Fraud, Staff Writer for Waking Times

The world of television and modern media has become a tool of de-evolution, propaganda and social control. Since the reign of Edward Bernays and the rise of the Tavistock Institute in the early 20th century, nearly unlimited resources have been applied to understanding how to manipulate the human psyche through television and other forms of mass media. What we have today is an increasingly sophisticated full-spectrum assault on free will and psychological well-being, and we have come to a point where it is no longer even necessary for media institutions to attempt to hide their blatant work of manipulating public opinion, manufacturing consent, and creating winners and losers in the minds of the already brain-washed public.

Here are 6 examples where truth reveals that the impression the media is conveying to a dumbed-down, unsuspecting public differs greatly from what is actually happening behind the scenes. By looking at these examples in a single location, it is easy to see how the mainstream media is pushes ulterior motives on the public, and how important it is to be vigilant when consuming consumer info.

News Media Lies, Scripting, Omissions and Obfuscations

1. Time Magazine sanitizes their covers for American consumption – Time Magazine is considered a leader in national news, yet they consistently portray a dumbed-down, frivolous image of life in America while presenting an entirely different message to the rest of the world. In the two examples below, their magazine covers feature a different cover story for Americans while sending different messages to the rest of the world.

2. CNN is the leader in fake war new coverage - Here are just 2 examples of how CNN has scripted and staged live war coverage to create a sense of drama and danger around people who were not in harm’s way.

Anderson Cooper fakes Syria war footage by dubbing in sound effects and playing chaotic video next to a Syrian correspondent. In the video you can see how in one tape the correspondent is a safe environment, then you see the footage aired by CNN with dubbed in theatrical effects:

In this CNN clip of coverage of the first Gulf War in the 1990′s, anchorman Charles Jaco makes a joke of war coverage in Saudia Arabia and demonstrates how the news is overly sensationalized for American audiences, and how hosts pretend to be in danger when they are not. At 7:00 in this clip Jaco quickly puts on a ridiculous gas mask for obvious theatrics while talking to a guest:

Manufactured ‘Reality’ TV Continue reading

Le faux féminisme des Femen (les dégénérées islamophobes impérialistes)

Spécialisées dans les happenings provocateurs – et soigneusement calibrés – les Femen sont sous le feux des médias français depuis leur irruption dans les manifestations anti-mariage gay à l’automne 2012. Fondé en Ukraine en 2008, ce groupe contestataire, adepte d’un « féminisme radical » (le sextrémisme), veut attirer l’attention des médias par la nudité afin de protester contre « l’abus du corps féminin ». Leurs cibles officielles : « les valeurs patriarcales qui imprègnent les sociétés industrialisées » et les religions qui oppriment les femmes. Mais leur combat se fait parfois (souvent) plus politique. Ainsi, leur dernier exploit en date a consisté à uriner sur une photographie du président ukrainien, Viktor Ianoukovitch, devant l’ambassade d’Ukraine à Paris. Ce nouveau « coup d’éclat », relayé sur le compte Twitter des Femen (où l’on trouve plusieurs photos du président ukrainien accompagnées d’une invitation « à pisser sur les opinions de Ianoukovitch et à le sortir du monde politique ») rappelle que ce groupe est né des turbulences de la « Révolution orange » anti-russe. Quel projet politique cache le féminisme des Femen ?

image

Les Femen se font connaître en France au moment de l’affaire Strauss-Kahn/Nafissatou Diallo où trois activistes de l’organisation déguisées en soubrettes s’étaient déplacées devant le domicile parisien de Dominique Strauss-Kahn en guise de protestation (voir ici). Moins anecdotique, leur engagement contre les opposants au mariage gay. En novembre 2012 des militantes des Femen France sont intervenues à plusieurs reprises dans des manifestations contre le projet de loi prévoyant le mariage pour tous. Dans celle organisée par l’institut Civitas, les slogans (peints sur le corps) étaient particulièrement provocateurs : « Saint esprit étroit », « Fuck God » (« Baise Dieu »), « Fuck religion » (« Baise la religion »), « Fuck church » (« Baise l’Église »), « In gay we trust » (« Nous croyons en l’homosexualité ») ou « Occupe-toi de ton cul ». Après avoir arrosés des manifestants avec des extincteurs portant l’inscription « See the sperm, the Holy sperm » (« Voyez le sperme, le saint sperme »), elles sont repoussées par le service d’ordre, et certaines se plaignent d’avoir été frappées par des individus répartis en petits groupes. La journaliste Caroline Fourest qui accompagnait les activistes afin de les filmer déclare également avoir été prise à partie. En réalité ces allégations se révèleront mensongères (voir ici) ce qui n’a pas empêché Caroline Fourest et plusieurs membres des Femen de porter plainte pour « violences en réunion ». Elles recevront le soutien de plusieurs membres du gouvernement, notamment Najat Vallaud-Belkacem, (ministre du droit des femmes) ainsi que Cécile Duflot (ministre du logement). La députée socialiste Anne-Yvonne Le Dain suivie par six de ses confrères demandera même à Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, la dissolution de l’institut Civitas et cinq de leurs agresseurs présumés seront arrêtés et mis sous contrôle judiciaire. La manipulation, bien que grossière, se sera révélée payante.

Les Femen disent vouloir s’attaquer aux religions qui oppriment les femmes. Toutes les religions ? Curieusement le judaïsme, pourtant foncièrement misogyne (voir ici) et ses institutions sont totalement épargnés par le Femen, tandis que l’Islam concentre l’essentiel de leurs attaques. On ne compte plus leurs hapennings provocateurs devant les mosquées (voir ici). L’islamophobie des Femen, aux forts relents néocolonialistes, a notamment conduit au départ d’une jeune  militante tunisienne (voir ici). Comme l’association Ni Putes Ni Soumises en France (voir ici), les Femen instrumentalisent le féminisme contre l’Islam – l’un des derniers remparts contre le mondialisme – en bonnes théoriciennes du choc des civilisations. Ainsi, la fondatrice des Femen Anna Hutsol a déclaré que la société ukrainienne avait été incapable « d’éradiquer la mentalité arabe envers les femmes ». En réaction, le mouvement Muslim Women Against Femen (« Femmes musulmanes contre les Femen ») est créé en avril 2013 par des étudiantes de Birmingham qui considèrent à juste titre que les Femen sont islamophobes et impérialistes. Ce groupe lancera notamment une campagne sur Internet, avec comme slogan «Muslimah Pride » (« Fière d’être musulmane »), contre les féministes qui manifestent seins nus.

Mais leur cible privilégiée reste avant tout la Russie et son président. Les Femen dénoncent régulièrement « l’ingérence des dirigeants russes dans les affaires intérieures » de l’Ukraine. En octobre 2010, le mouvement organise ainsi une manifestation contre la visite du président russe Vladimir Poutine (voir ici). Six activistes l’accueillent aux cris de « Ukraïna ne Alina ! » (L’Ukraine n’est pas Alina), en allusion à la gymnaste Alina Kabaeva que la rumeur publique (ultérieurement démentie) présentait comme étant sa maîtresse, afin de lui signifier que Moscou n’est plus souverain en Ukraine. Lors d’une visite du patriarche Cyrille 1er de Moscou dans le pays, une militante de Femen, seins nus, s’est jetée sur lui avec l’inscription « Kill Kirill » (« Tuer Cyrille ») écrite dans son dos, l’accusant de « vouloir accroître l’influence de la Russie ». Des armes seront retrouvées dans le local des Femen (voir ici). On ne s’étonnera guère que les Femen soutiennent activement le coup d’État pro-européen actuellement en cours en Ukraine (voir ici).

Leur engagement indéfectible en faveur du camp occidental bénéficie des largesses des fonds privés et de certains représentants des milieux d’affaire européens et américains (voir ici). Le soutien est aussi parfois plus proprement politique :   la co-fondatrice des Femen, Inna Shevchenko, recherchée en Ukraine pour avoir tronçonné une croix du Christ, obtient sans peine le statut de réfugiée politique en France auprès de l’OFPRA (voir ici) avant d’être consacrée nouvelle Marianne des timbres-poste (voir ici). Comme pour la “Révolution orange” et l’actuel coup d’État en Ukraine, financés par les officines occidentales et américaines (voir ici), on ne peut que douter du caractère purement féministe et spontané des provocations post-situationnistes des Femen qui relèvent davantage des méthodes de communication modernes bien rodées que de l’agit-prop maoïste. Fausses rebelles mais vraies sionistes, les Femen sont au mieux des idiot(e)s utiles, au pire des agents conscients, de l’impérialisme occidental.

Source: Blog de Nicolas Bourgoin

Porn, Feminism Result in Heterosexual Breakdown

Porn, Feminism Result in Heterosexual Breakdown

image

November 4, 2013

Why young women should protect their innocence, which also is their charm.

“A cultural reaffirmation of marriage and family such as happened in the 1950’s is sorely needed. This must be led by young women who must reserve themselves for courtship, love, marriage and family.”

by Henry Makow Ph.D.
(Updated from Nov. 9, 2010)

A recent article describes heterosexual breakdown in Japan, a warning to the West of the consequences of Illuminati social engineering. 

image

Young Japanese men and women aren’t having sex. The “celibacy syndrome” portends a demographic catastrophe. Japan’s declining population of 126 million is projected to plunge a further one-third by 2060.

” A 2011 survey found that 61% of unmarried men and 49% of women aged 18-34 were not in any kind of romantic relationship… a third of people under 30 had never dated at all…Although there has long been a pragmatic separation of love and sex in Japan – a country mostly free of religious morals – sex fares no better. … The Japan Family Planning Association (JFPA) found that 45% of women aged 16-24 “were not interested in or despised sexual contact”. More than a quarter of men felt the same way.”
The phrase “pragmatic separation of love and sex”  is a clue to what has happened. Thanks to feminism and porn, the two sexes no longer need each other. The sales of condoms is actually declining. Women are turned off because the culture is saturated with porn. Men are jaded and exhausted. Romance is dead.  

These trends are already evident in the West.  According to Pew Research Center, only 37% of US women ages 18-34 say marriage is one of the most important things in their lives. For men, only 29 percent.

In the UK, “Over the past 30 years, …cohabitation has trebled,  babies born outside marriage has quintupled, and single-parent families has trebled… the rate of divorce has doubled; and half of all children now experience their parents’ divorce before they are 16.” 

A cultural reaffirmation of marriage and family such as happened in the 1950’s is sorely needed. This must be led by young women who must reserve themselves for courtship, love, marriage and family. Sexually, they are pretty much the same. They must distinguish themselves in terms of being superior wives and mothers.

VIRGINITY TODAY

image

Today, if a young woman says she is saving herself for her husband, she will be considered hopelessly old fashioned. She will be treated with disdain, as polite society treated a whore 100 years ago.

This indicates the triumph of Satanism, the “religion” of the modern world, which lurks behind the mask of “secularism.” Not coincidentally, virgins also had to hide their purity in Bolshevik Russia.

The defining characteristic of civilization is the consecration of sex to marriage, or at the very least, love and courtship. Marriage and family are the red blood cells of a healthy society, and the basis for procreation.
Satanists understand this very well.

That’s why they used “sexual liberation,” to undermine humanity. As Giuseppe Mazzini said,  “we corrupt in order to conquer.”

Speaking of the aims of the Illuminati, Benjamin Disraeli wrote in his novel Lothair (1870) : “The foundation of the Christian family is the sacrament of matrimony, the spring of all domestic and public morals. The anti-Christian societies [i.e. Illuminati] are opposed to the principle of home. When they have destroyed the hearth, the morality of society will perish.”

FREE LOVE IS NOT LOVE

image

Most women want to be loved permanently by one man whom she loves. Marriage and sex is the symbol of this exclusive long-term bond. But society is telling young women that “hooking up” signifies empowerment. They don’t really want this and it’s killing them.

For a woman, sex is an act of surrender and possession. By definition, it requires commitment and trust. For a woman, love and trust are intertwined.

When a woman has casual sex, inevitably she feels used and betrayed. She starts to hate men and falls victim to feminism and lesbianism.
When men had to get married to have sex, women were courted and loved. Later, they were honored for their contributions as wife and mother. Far from protecting “women’s rights,” feminism has robbed women and left them twisting in the wind. 

Anonymous sex cannot compare to sex in the context of a loving relationship. “Free” sex has become a substitute for love. Young women now market themselves as sexual partners, not wives and mothers.  Men are also trained to seek sex, not love.   

“Homosexual rights” are designed to make heterosexuals behave like homosexuals. Very few homosexuals marry. Very few have children. This is the model the elite envisages for human beings: isolated, alienated and tractable.

A woman should be commended for resisting social pressure ( i.e. social engineering ) and obeying her highest instincts instead.

LOWERING EXPECTATIONS

Through the mass media, the Illuminati brainwash us to think romantic love and sex are a universal panacea that can replace religion (God.) 

How many movies and songs repeat the mantra that “love” is the Answer? Woody Allen is 75 and he’s still chasing this romantic chimera. This is arrested development.   

People aren’t meant to be loved as though they were perfect. No one is. Only God is perfect and that is where our love should be directed. As you know, I define God in terms of spiritual ideals such as truth, justice, goodness and beauty.

Men have been brainwashed to idealize women. But women are not meant to be worshiped. That’s idolatry.  They are meant to be treated lovingly.

In olden times, men chose women for their worth as helpmates. Can she cook? Milk cows? Make clothes? They had no illusions about “soul mates.” Men need to look for women who are gentle and accommodating, who have skills, character, personality and make good mothers.

Avoid promiscuous women, feminists and women who are alienated from their fathers. Avoid bean counters (women who want everything to be “equal.”)  

We need to take the stardust out of our eyes and realize that the importance of sex has been grossly exaggerated. Men are attracted to almost all fertile women.

So what? That’s nature’s way to ensure we procreate. We don’t need to be controlled by that.

CONCLUSION

Sexual attraction is a terrible basis for a marriage. It inevitably fades. In marriage, we should be looking for compatibility, someone whose qualities complement our own and who is easy to live with.

Look at old TV shows to see the traditional picture of marriage. It’s not heaven. Lucille Ball and Desi Arnez; Ralph and Alice Kramden were always comically at odds. It never gets boring. 

Marriage is a mutual security pact. A woman accepts her husband’s leadership in return for his protection and love. Men want power; women want love. Marriage is the exchange of the two. (See Relearning Heterosexual Love.)  

Your spouse is nothing like you. There’s going to be disagreements. It’s not necessary to think alike or feel love all the time. Many women are moody. 

Just keep your bargain. Be loyal. Don’t say things that will upset her. Play your part. And over time, with mutual trust, a strong bond grows.

And if you can’t find a suitable companion, you may be in luck. Thoreau, a bachelor, said, “I never found the companion that was so companionable as solitude.”

source: SaveTheMales

La note confidentielle au cœur de la crise financière mondiale (Vice.com) — Greg PALAST

image

Lorsqu’un petit oiseau a déposé la note confidentielle Fin de Partie (End Game memo) à ma fenêtre, son contenu était tellement explosif, tellement fou et diabolique que je n’arrivais pas à le croire.

La note confirme les délires conspirationnistes les plus fous : à la fin des années 90, de hauts responsables du Trésor US ont secrètement conspiré avec une petite cabale de gros banquiers pour détruire la régulation financière à travers la planète. Quand vous voyez 26,3 pour cent de chômage en Espagne, le désespoir et la faim en Grèce, les émeutes en Indonésie et Detroit en faillite, remontez à la note Fin de Partie qui est la genèse de tout ce sang et toutes ces larmes.

Le fonctionnaire du Trésor qui jouait secrètement à cette Fin de Partie des banquiers s’appelle Larry Summers. Aujourd’hui, Summers est le candidat favori de Barack Obama pour la présidence de la Réserve Fédérale américaine, la banque centrale du monde. Si la note confidentielle est authentique, alors Summers ne devrait pas siéger à la Réserve Fédérale mais moisir au fond d’un donjon réservé à tous ces aliénés criminels du monde de la finance.

La note est authentique.

J’ai du prendre l’avion pour Genève pour obtenir confirmation et obtenir une réunion avec le Secrétaire général de l’Organisation Mondiale du Commerce, Pascal Lamy. Lamy, le généralissime de la mondialisation, m’a dit : « L’OMC n’a pas été créée par une cabale obscure de multinationales concoctant des complots contre le peuple … Il n’y a pas de riches banquiers fous qui négocient en fumant des cigares ».

Puis je lui ai montré la note.

La note commence avec le larbin de Larry Summers, Timothy Geithner, qui rappelle à son patron qu’il doit appeler les pontes de la Finance pour que ces derniers ordonnent à leurs armées de lobbyistes de se mettre en marche :

« Comme nous entrons dans la dernière ligne droite (ie fin de partie) des négociations sur les services financiers à l’OMC, je crois que ce serait une bonne idée pour vous de prendre contact avec les chefs d’entreprise … »

Pour éviter à Summers d’avoir à appeler son bureau pour obtenir les numéros de téléphone (qui, selon la loi américaine, doivent apparaître sur les annuaires publics), Geithner a énuméré les lignes privées de ceux qui étaient à l’époque les cinq dirigeants les plus puissants de la planète. Et les voici :

Goldman Sachs : John Corzine (212) 902-8281

Merrill Lynch : David Kamanski (212) 449-6868

Bank of America : David Coulter (415) 622-2255

Citibank : John Reed (212) 559-2732

Chase Manhattan : Walter Shipley (212) 270-1380

Lamy avait raison : ils ne fument pas des cigares. Il ne restait plus qu’à les appeler. Ce que j’ai fait, et bien sûr, j’ai obtenu un joyeux bonjour personnel de Reed – joyeux jusqu’à ce que je révèle que je n’étais pas Larry Summers. (note : les autres numéros ont été promptement débranchés. Et Corzine ne peut pas être joint tant qu’il fait l’objet d’une mise en accusation.)

Ce n’est pas la petite cabale des conciliabules tenues par Summers et les banksters qui est si troublante. L’horreur est dans l’objectif même de la « fin de partie ».

Je m’explique :

C’était en 1997. Le Secrétaire américain au Trésor, Robert Rubin, poussait fort pour déréglementer les banques. Ce qui nécessitait, en premier lieu, l’abrogation de la loi Glass-Steagall pour démanteler les barrières entre les banques commerciales et les banques d’investissement. C’était comme remplacer les coffres des banques par des roulettes de casino.

Deuxièmement, les banques voulaient obtenir le droit de jouer à un nouveau jeu à haut risque : « le commerce des produits dérivés ». JP Morgan à elle seule allait bientôt détenir $ 88 000 milliards de ces pseudo-titres inscrits dans ses livres comptables comme des « actifs ».

Le Secrétaire adjoint au Trésor, Summers (qui allait bientôt remplacer Rubin comme Secrétaire) s’est personnellement fermement opposé à toute tentative de contrôle sur les produits dérivés.

Mais quel intérêt de transformer les banques américaines en véritables casinos de produits dérivés si l’argent pouvait leur échapper et se réfugier dans des pays aux lois bancaires plus sûres ?

La réponse imaginée par la Big Bank Five fut la suivante : supprimer les contrôles sur les banques partout dans le monde – d’un seul coup. Le plan était aussi brillant qu’incroyablement dangereux.

Comment réussir ce coup de folie ? Le plan des banquiers et de Summers était d’utiliser l’Accord sur les Services Financiers (ASF), un additif abscons et bénin aux accords commerciaux internationaux gérés par l’Organisation Mondiale du Commerce.

Jusqu’à ce que les banquiers entament leur manoeuvre, les accords de l’OMC ne concernaient que le commerce des marchandises – c’est-à-dire, mes voitures en échange de vos bananes. Les nouvelles règles élaborées par Summers et les banques allaient obliger tous les pays à accepter le commerce d’actifs toxiques tels que les produits dérivés financiers.

Jusqu’à ce que les banquiers réécrivent l’ASF, chaque nation contrôlait les banques à l’intérieur de ses frontières. Les nouvelles règles du jeu allaient obliger tous les pays à ouvrir leurs marchés aux Citibank, JP Morgan et tous leurs « produits » dérivés .

Et tous les 156 pays de l’OMC allaient devoir démolir le mur qui séparait les banques d’épargne commerciales des banques d’investissement qui s’adonnaient aux produits dérivés.

C’est l’ASF qui allait servir de bélier et la tâche fut confiée à M. Geithner, qui fût nommé ambassadeur auprès de l’Organisation Mondiale du Commerce.

Les banquiers se déchaînent.

Mais pourquoi un pays accepterait-il de laisser son système bancaire arraisonné et saisi par des pirates financiers comme JP Morgan ?

La réponse, dans le cas de l’Equateur, était les bananes. L’Équateur était véritablement une république bananière. Le fruit jaune était une source vitale de devises fortes. Si l’Equateur refusait de signer le nouveau ASF, il ne lui resterait plus qu’à donner ses bananes aux singes et se retrouver en faillite. Alors l’Équateur a signé.

Et ainsi de suite – tous les pays furent intimidés à signer.

Tous les pays, sauf un. Le nouveau Président du Brésil, Inacio Lula da Silva, a refusé. Selon une autre note confidentielle que j’ai obtenue, le Brésil, en représailles, fût menacé avec un embargo sur ses produits par le Commissaire au commerce de l’Union européenne, un certain Peter Mandelson. Mais le refus obstiné de Lula a finit par payer pour le Brésil qui, seul parmi les pays occidentaux, a survécu et prospéré pendant la crise bancaire de 2007-2009.

La Chine a signé – mais a obtenu sa livre de chair en retour. Elle a entre-ouvert son secteur bancaire en échange de l’accès et le contrôle du marché des pièces détachés automobiles aux États-Unis ainsi qu’à d’autres marchés. (Rapidement, deux millions d’emplois aux États-Unis furent délocalisés en Chine.)

Le nouveau ASF ouvrit dans le monde entier la boîte de Pandore du commerce des produits dérivés. Parmi les transactions notoires légalisées : Goldman Sachs (où le secrétaire au Trésor Rubin avait été co-président) a monté un swap secret en euro-dérives avec la Grèce qui a fini par détruire le pays. L’Equateur, avec son propre secteur bancaire déréglementé et détruit, a explosé en émeutes. Argentine a du vendre ses compagnies pétrolières (aux Espagnols) et son eau (à Enron), tandis que ses enseignants fouillaient les poubelles pour se nourrir. Ensuite, Les Banquiers Déchaînés de la Zone Euro ont plongé tête la première dans la mare aux dérivés sans savoir nager – et le continent est actuellement vendu par petits bouts au rabais à l’Allemagne.

Bien sûr, ce ne sont pas seulement les menaces qui ont réussit à faire adopter l’ASF, il y avait aussi la tentation. Après tout, tout mal commence par une pomme offerte par un serpent. La pomme, c’était les piles étincelantes de trésors cachés dans l’ASF pour les élites locales. Le serpent, lui, s’appelait Larry.

Est-ce que tous ces malheurs et douleurs proviennent d’une seule note confidentielle ? Bien sûr que non : le mal était dans le Jeu lui-même, joué par la clique de banquiers. La note, elle, ne fait que révéler la stratégie employée.

Et la note révèle aussi beaucoup de choses sur Summers et Obama.

Alors que des milliards d’âmes désolées souffrent encore de la catastrophe mondiale provoquée par les banquiers, Rubin et Summers ne s’en sont pas trop mal tirés. La déréglementation des banques par Rubin a permis la création d’une monstruosité financière appelée « Citigroup ». Quelques semaines après avoir quitté ses fonctions, Rubin fût nommé directeur, puis président de Citigroup – qui a fait faillite tout en parvenant à payer Rubin un total de 126 millions de dollars.

Puis Rubin a pris un autre poste : celui de contributeur principal de la campagne électorale d’un jeune sénateur, Barack Obama. Quelques jours seulement après son élection à la présidence, Obama, sur l’insistance de Rubin, a nommé Summers au poste étrange de « Tsar Economique » des Etats-Unis et nommé Geithner au poste de Tsarine (c’est-à-dire Secrétaire du Trésor). En 2010, Summers a abandonné ses atours royaux pour devenir « consultant » auprès de Citibank et d’autres créatures de la déréglementation bancaire dont les émoluments ont fait grimper la valeur nette de la fortune de Summers de 31 millions de dollars depuis la note « fin de partie ». 

Qu’Obama choisisse Summers, à la demande de Robert Rubin, à la tête du conseil d’administration de la Réserve Fédérale signifie que nous sommes malheureusement encore loin de la fin de la partie.

Greg Palast

Source : http://www.vice.com/en_uk/read/larry-summers-and-the-secret-end-game-memo

Un grand merci à l’expert Mary Bottari de Bankster USA http://www.BanksterUSA.org sans qui notre enquête n’aurait pas pu débuter.

Le film de ma rencontre avec le chef de l’OMC Pascal Lamy a été créé à l’origine pour Ring of Fire, animée par Mike Papantonio et Robert F. Kennedy Jr.

La suite de la discussion sur les documents que j’ai présentés à Lamy se trouve dans “The Generalissimo of Globalization,” (Le généralissime de la mondialisation), chapitre 12 de « La pique-nique des Vautours » de Greg Palast (Constable Robinson 2012).

Traduction “Le Lamy de mes ennemis n’est pas mon ami” par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles.
Continue reading

Holodomor: 7 millions de chrétiens exterminés par les “juifs de Staline”

80ème anniversaire du début du génocide des chrétiens ukrainiens par les juifs soviétiques. Lesquels juifs viennent donner des leçons de morale chaque jour aux Européens…

Nous reproduisons un article du journaliste politique Sever Plocker, qui  fit couler beaucoup d’encre lors de sa récente publication, car Plocker, qui travaille pour le journal hébreu Yediot Ahronot, déchaîna à la suite de ce texte un torrent de commentaires injurieux à son encontre,  déclenchant, bien que juif lui-même, un tombereau d’insultes diverses et variées.On le  félicitera cependant d’avoir courageusement brisé le silence…

« Les Juifs de Staline »

Quelques uns des pires meurtriers des temps modernes étaient Juifs

Par Sever Plocker

Un événement historique est particulièrement passé sous silence,  etpourtant nous ne devons pas oublier qu’il y a environ 90 ans, entre le 19 et le 20 décembre 1917, au cœur de la révolution bolchevique et de la guerre civile, Lénine signa un décret créant la Commission Panrusse pour la Répression de la Contre-révolution et du Sabotage, plus connue sous le nom de Tchéka.

Lire la suite en CLIQUANT ICI

Les documents secrets qui dévoilent les liens souterrains entre les Etats-Unis, Israël et les Frères musulmans

La conseillère de Clinton Huma Abedin et son mari, le pro-sioniste Weiner. D. R.

A la lumière d’une investigation très poussée et de recoupements de documents dont nous disposons, et en nous basant sur des sources multiples et fiables, ce travail d’investigation dévoile le lien souterrain entre l’administration américaine, le sionisme et les Frères musulmans.

La pierre angulaire de cette connexion stratégique n’est autre que Huma Abedin, bras droit d’Hillary Clinton, épouse d’un sioniste notoire candidat à la mairie de New York, Anthony Weiner, et fille de Saleha Mahmood Abedin, membre des Frères Musulmans, précisément de sa branche féminine «les Sœurs musulmanes», et qui siège au sein du bureau avec la femme du président égyptien déchu Mohamed Morsi, dont elle est l’amie personnelle

Algeriepatriotique avance les preuves matérielles de ces recherches pour la construction d’un article documenté qui a pou but d’éclaircir la situation actuelle ou postérieure à ce qui se passe dans le monde arabe sous le règne de la secte assassine des Frères musulmans et de ses ramifications tentaculaires. Le chaos que vit le monde arabe actuellement n’est autre que la résultante de tous ces éléments bien combinés.
Huma Abedin et les détails de son rôle central dans la grande machination
Huma Abedin est née en 1976 à Kalamazoo, Michigan. Son père, Syed Abedin (1928-1993), était un érudit d’origine indienne, qui avait travaillé en tant que professeur invité à l’université King Abdulaziz d’Arabie Saoudite au début des années soixante-dix. La mère de Huma, Saleha Mahmood Abedin, est une sociologue ayant des liens avec de nombreuses organisations islamistes, y compris les Frères musulmans, et est connue pour son plaidoyer en faveur de la charia. Quand Huma a eu deux ans, la famille Abedin a déménagé du Michigan à Jeddah, en Arabie Saoudite.

Ce déménagement a eu lieu lorsque Abdullah Omar Naseef, alors vice-président de l’université Abdulaziz, a recruté son ancien collègue Zyed Abedin pour travailler à l’Institut des affaires des minorités musulmanes (IMMA), un think tank islamique basé en Arabie Saoudite que Naseef se préparait à lancer. Un certain nombre d’années plus tard, Naseef a développé des liens étroits avec Oussama ben Laden et Al-Qaïda. Il est essentiel de noter que pour l’IMMA, l’ordre du jour était et demeure à ce jour une politique étrangère calculée du ministère des Affaires religieuses de l’Arabie Saoudite, comme le journaliste Andrew C. McCarthy l’explique, consistant à «fortifier une population agressive non assimilée vers la suprématie islamique qui va progressivement mais radicalement modifier le caractère de l’Occident.
A 18 ans, Huma Abedin retourne aux États-Unis pour suivre des cours à l’université George Washington. En 1996, elle a commencé à travailler en tant que stagiaire dans l’équipe de Bill Clinton à la Maison Blanche, où elle a été affectée dans l’entourage de la première dame, Hillary Rodham Clinton. Abedin a été finalement embauchée comme assistante de Mme Clinton et a travaillé pour elle depuis, dans son parcours au Sénat (en 2000 et 2006) et dans sa candidature à la présidence qui a échoué en 2008. De 1997 jusqu’à peu avant le début de 1999, et toujours en stage à la Maison Blanche (http://www.shoebat.com/2012/08/18/successors-at-msa-board-huma-served-on-at-gwu-include-al-qaeda-terrorist-iiro-leader/) , Abedin était membre du conseil exécutif de l’Association des étudiants musulmans (MSA) de l’université George Washington (GWU). Il est à noter qu’en 2001-2002, peu de temps après qu’Abedin a quitté ce conseil exécutif , le «guide sprituel» de l’association de l’université était Anwar al-Awlaki, membre influent d’Al-Qaïda.

Un autre aumônier de MSA de l’université (depuis au moins octobre 1999 à avril 2002) était Mohamed Omeish, qui a dirigé l’Organisation internationale islamique de secours, liée au financement d’Al-Qaïda. Le frère d’Omeish, Esam, a dirigé la Muslim american society, branche quasi officielle des Frères musulmans aux États-Unis. Les deux frères Omeish ont été étroitement associés à Abdurahman Alamoudi, qui sera plus tard condamné et incarcéré sur des accusations de terrorisme. Dans les années 1996-2008, Abedin a été employée par l’Institut des affaires des minorités musulmanes (IMMA) comme rédactrice en chef de sa publication en interne, dans le Journal des affaires des minorités musulmanes (JMMA ).

Durant sept ans, Abedin a travaillé en même temps que la présence active à l’IMMA de l’affilié à Al-Qaïda, Abdullah Omar Naseef, et les six dernières années de Huma Abedin au sein du comité de rédaction du JMMA (2002-2008), elle a collaboré avec lui dans le conseil. Cependant, tout au long de ses années à l’IMMA, Abedin est restée une proche collaboratrice d’Hillary Clinton. En 2008, lors de la campagne de Mme Clinton pour les primaires à la présidentielle, le New York Observer a décrit Huma Abedin, fraîchement nommée directrice du cabinet de la candidate, comme étant «un conseiller de confiance de Mme Clinton, en particulier sur les questions relatives au Moyen-Orient». Selon un certain nombre de personnes de l’entourage de Clinton, «lors des réunions sur la région, le point de vue de Mme Abedin était toujours recherché». Quand Mme Clinton a été nommée secrétaire d ‘Etat par le président Barack Obama en 2009, Abedin est devenue son chef adjoint personnel, et c’est approximativement à ce même moment que le nom de Huma Abedin a été retiré du Journal des affaires des minorités musulmanes. «En dehors de leur relation de travail, Abedin et Mme Clinton ont également développé un lien personnel étroit pendant leurs années de vie commune», comme en témoignent les proches d’Hillary Clinton. En 2010, celle-ci a affirmé : «J’ai une fille, mais si j’en avais une deuxième, ce serait Huma.» En 2011, Mme Clinton a effectué une visite amicale à la mère de Huma Abedin, Saleha Mahmood Abedin, en Arabie Saoudite. A cette occasion, Mme Clinton a décrit publiquement son aide comme «très importante et sensible». Continue reading

Le virus du sida a été crée artificiellement. Confirmation documentée

La vérité n’est pas toujours agréable, mais dans chaque cas elle nous rend libres.

Dans le cas,présent, la vérité nous libère de la peur.
La fausse épidémie de sida dans les années 80 a déclenché une peur mondiale, la peur d’avoir tout contact physique avec des personnes inconnues, mais aussi avec les plus proches. 

Souvenez-vous de ce qu’on nous disait? Quand tu fais l’amour, tu ne le fais pas seulement avec cette personne, mais avec toutes celles avec qui cette personne a eu des rapports physiques.
C’était le vrai but de cette “épidémie”.
Le but était de nous faire vivre dans la peur. (En dehors de gagner de l’argent, conséquence secondaire de la peur).
 
Document officiel des archives de la Librairie du Sénat des États-Unis. (Image en haut de page)

Le document atteste que le virus du sida a été artificiellement créé par le Département de la Défense des États-Unis d’Amérique

Traduction:

Le programme Feasibility a été complété en 1974-1975 et le virus entre 1974 et 1979. L’AIDS-laced amallpox vaccine a été commencée à être injecté chez plus de 100 millions d’africains en 1977. A plus de 2.000 homosexuels de race blanche (Operation Trojan Horse) il a été injecté avec le vaccin contre l’hépatite A “modifié” en 1978 au Centre de contrôle des maladies infectieuses et au centre de collecte de sang à New York.

Le développement du virus avait apparemment deux objectifs: (1) Arme politique / ethnique à utiliser contre les gens de couleur et (2) la réduction programmatique de la population.
Le 29 juillet 1969, quelques jours après que le Département de la Défense ait demandé au Congrès 10 millions de dollars de financement pour la recherche “d’un agent pathogène biologique synthétique, une substance qui n’existe pas dans la nature et contre laquelle il n’est pas possible de développer une immunité naturelle”, le Président de la Task Force républicaine sur Earth Resources and Population (Population et ressources terrestres), l’honorable George H.W. Bush a souligné le besoin urgent d’actions destinées au contrôle de la population pour faire face à la “crise croissante dans le Tiers Monde”.

La programmation de l’épidémie de sida.
En 1972, sous les auspices de l’Organisation Mondiale de la Santé, un programme de vaccination de masse des populations africaines contre la variole fût porté en avant. Ce vaccin infecté avec le virus du sida a été administré à des millions de Noirs africains indigents et dont le nombre croissait rapidement, problème qui préoccupait GHW Bush, parmi les autres membres de l’élite, les Rockefeller, le Club de Rome et les membres du Bilderberg depuis 1969.

Le virus du sida a été intentionnellement ajouté au vaccin contre l’hépatite-B.

Les études sur le vaccin contre l’hépatite B sont désormais sous clé et sous la garde du Département de la Justice à Washington et personne ne peut y accéder.
Le vih a été créé en laboratoire.

Avec une certitude bien-fondée, il y a quelques années, on risquait sa vie en racontant certains passages de la vérité … maintenant il se dit que cela peut se faire, et que c’est même nécessaire. Cela fait peut-être un peu mal, mais on pense que cela peut servir à concilier une prise de conscience plus douce. Tellement de choses se sont passées que maintenant cela ne ferait pas de mal d’être un peu humain ….
 
Source: Seroposition