Rothschilds’ Bank of America

20131126-084946.jpg

By Dean HENDERSON, LEFT HOOK

(Excerpted from Chapter 6: Bank of Crooks & Criminals International: Big Oil & Their Bankers…)

The NSC was funneling arms to the Nicaraguan contras before Oliver North’s resupply network was operational. US aid to Saudi Arabia was being forwarded to the contras via the Karachi, Pakistan-based Bank of Credit & Commerce International (BCCI). [1]

While House of Saud-bound money was being diverted towards the contras, one of BCCI’s biggest initial depositors was the Shah of Iran, whose Swiss BCCI accounts were bulging.

With the ruling families of the Nixon’s “Twin Pillars” on board, BCCI would become the mixing bowl into which Persian Gulf petrodollars were stirred with generous helpings of drug money to finance worldwide covert operations for the CIA and its Israeli Mossad and British MI6 partners.

BCCI was the bank of choice for the world’s most notorious dictators, including the Somoza family, Saddam Hussein, Philippine strongman Ferdinand Marcos and Haiti’s Jean-Claude “Papa Doc” Duvalier. The South African apartheid regime used BCCI, as did Manuel Noriega, who strode into BCCI’s Panama branch regularly to collect his $200,000/year CIA paycheck.

BCCI was favorite laundry mat for the Medellin Cartel and for the world’s newest heroin kingpins, the leaders of the CIA-controlled factions of the Afghan mujahadeen. BCCI financed Reagan’s secret arms sales to Iran and worked with Robert Calvi’s Banco Amrosiano. It was the conduit for dirty money generated by Mossad fugitive financier Marc Rich and washed the funny money emanating from the now bankrupt Enron in its reincarnated state as Chicago-based Pinnacle Banc Group. [2]

Frequenting the Karachi headquarters of BCCI was valued account-holder Osama bin Laden.

With branches in 76 countries, BCCI dealt in conventional and nuclear weapons, gold, drugs, mercenary armies, intelligence and counter-intelligence. These interests were often shielded behind more legitimate fronts such as the shipping of Honduran coffee or Vietnamese beans. The bank had close relations with the CIA, Pakistan’s ISI, the Israeli Mossad and Saudi intelligence agencies. It was the financial glue that bonded numerous seemingly disparate public scandals together.

BCCI’s main stockholders were monarchs and wealthy oil sheiks from the Reagan-manufactured Gulf Cooperation Council (GCC) nations.

Continue reading

LA VÉRITÉ SUR LA SITUATION EN SYRIE

Entretien avec Bernard Cornut sur la situation en Syrie.
Ingénieur Polytechnicien ayant vécu de nombreuses années dans divers pays du Moyen Orient. S’appuyant sur des documents peu connus, il livre ici en exclusivité pour Égalité et Réconciliation, son analyse sur la situation en Syrie.

CIA mission in Syria almost complete

By Kurt Nimmo, Infowars.com

CNN reports that the Islamic State of Iraq and Syria (ISIS), in other words al-Qaeda, has taken over northern Syria despite the efforts of the Syrian government to keep the terrorist gang at bay.

20131106-183016.jpg
Omar Gharba, a Wahhabi cleric, destroys a statue of the Virgin Mary in Yakubiyah in Syria’s Idlib province after it was taken over by militants from the Islamic State in Iraq and the Levant. Photo: Syrian Christians in a Time of Conflict

“Al Qaeda has swept to power with the aim of imposing a strict Islamist ideology on Syrians across large swathes of Syria’s rebel-held north, according to a CNN survey of towns, activists and analysts that reveals an alarming increase in al Qaeda-linked control in just the past month.”

“ISIS is the strongest group in Northern Syria — 100% — and anyone who tells you anything else is lying,” states the Syrian Observatory for Human Rights, a one-man propaganda operation run by Rami Abdul Rahman.

Mr. Rahman, a disaffected Syrian, operates the official propaganda operation out of a semidetached red-brick house in Coventry, England, according to the New York Times. The disinfo op is allegedly funded by the European Union.

CNN comments on al-Qaeda’s version of Lebensraum and its effort to spread across Syria an austere brand of Islamic law identical to that of its financial sponsors, Wahhabi-dominated Saudi Arabia and the fossilized and corrupt Gulf monarchies:

“The swift al Qaeda expansion poses a severe policy dilemma for the United States and its European allies who have long delayed their promised armed assistance to rebel groups as they struggled with fears that the weapons could end up in the hands of al Qaeda-backed extremists.

Observers say the delay has provided a vacuum in the often chaotic rebel ranks that the organized and fearless Islamists have moved to fill.

Many observers explain that the extent of ISIS’s discipline and resources — they are said to have considerable cash at their disposal — means that the other rebel groups operating in the north do not seek to confront them.”

It is an established fact this “considerable cash” comes from Saudi Arabia and Qatar, but we shouldn’t expect CNN, a Pentagon propaganda and psychological warfare operation, to note the fact.

The United States government and its war propaganda outlets have feigned concern about the presence and growing dominance of al-Qaeda and spin-offs such as the brutal al-Nusra Front in Syria for some time now.

In fact, domination by al-Qaeda is the preferred outcome, as it was in Libya. The point of the CIA’s bogus “Arab Spring” is not to free emasculated Muslims, Arabs and (importantly) Persians from tyranny. It is the opposite.

Continue reading

Une excellente raison de rester au Mali

20131106-085642.jpg

Par Nico Ramirez, Diktacratie

Le chat-bite surprise est une variante du chat-bite ordinaire. Contrairement à ce dernier que l’on a le temps de voir venir, le premier ne prévient jamais. Et il fait donc très mal. Le jeu de la balle au prisonnier n’est plus ce qu’il était, mais la partie de cache-cache conserve son intérêt : au Mali, désormais, tout le monde veut jouer à chat-bite.

La soi-disant « phase de normalisation » en cours dans le pays depuis l’élection présidentielle du mois de juillet, a pris du plomb dans l’aile, comme les deux journalistes de Radio France Internationale – Ghislaine Dupont et Claude Verlon – qui eux, ne s’en relèveront pas.

Les accords signés à Ouagadougou en juin dernier devaient à la fois encadrer le retour de l’Etat malien dans le nord du pays, et ouvrir des négociations sur les revendications des groupes armés qui tiennent la zone, c’est-à-dire les indépendantistes touaregs.

En fait, les discussions menées dans la capitale burkinabè n’ont servi qu’à permettre et faciliter le déroulement logistique du scrutin présidentiel à Kidal, en permettant le retour de l’armée malienne, jusque-là sous le coup d’une interdiction de séjour, prononcée par le MNLA (Mouvement national de libération de l’Azawad).

Au terme de l’opération Serval, dans un « Mali libéré », l’armée française avait confié Kidal aux touaregs en les débarrassant des narco-barbus sponsorisés par le Qatar. En tolérant pendant un temps le bannissement des soldats maliens.

Aujourd’hui, à Kidal, les indépendantistes touaregs continuent d’occuper les bâtiments publics, dont le gouvernorat. Le cantonnement des anciens combattants touaregs reste une vue de l’esprit.

Absolument personne ne contrôle rien à Kidal, qui est officiellement sous administration de l’État malien depuis la fin juin. Le retour de l’armée malienne a été une sinistre plaisanterie, avec à peine 200 soldats maliens stationnés dans un camp à la sortie de la ville, et dotés de moyens dérisoires.

Les troupes de la Minusma, la force des Nations unies au Mali, sont supposées assurer la sécurisation de la ville. Pauvres casques bleus guinéens, sénégalais ou togolais qui n’ont strictement aucune connaissance du terrain, et zéro expérience de maintien de l’ordre dans une pareille zone livrée à elle-même, où les armes circulent au grand jour.

Peu nombreux eux aussi sur place, les petits gars des forces spéciales françaises ne donnent guère dans les missions de gendarmerie, chat-bite oblige.

Un contexte totalement anarchique et instable qui a même permis en toute discrétion le retour en ville de plusieurs unités d’Ansar Dine, le groupe armé malien salafo-utile.

Continue reading

Foreigners train Syrian rebels in Afghanistan to use chem weapons – Lavrov

20131015-085805.jpg
Russian Foreign Minister Sergey Lavrov (Reuters / Sergey Karpukhin)

RT

There are reports that some third countries are training Syrian rebels to use chemical weapons in Afghanistan, Russian Foreign Minister Sergey Lavrov said. The intention is to put the skill to use in new false flag actions in Syria, he explained.

The suspected training happened in Afghan territories not under control of the government in Kabul, Lavrov said.

“Some reports indicate that [Al-Qaeda-linked radical] Al-Nusra Front is planning to smuggle toxic compounds and relevant specialists into Iraqi territory to stage terrorist attacks there this time,” Lavrov said.

Continue reading

Kenyan Bloodbath: State-Sponsored Sophistication & Motivation

Anti-ICC Kenyan President and his government appear to be the target of US-bolstered Al Qaeda attack.

20130925-075114.jpg
SIEGFRIED MODOLA/REUTERS

By Tony Cartalucci, LandDestroyer

What are the chances that family members of Kenyan President Uhuru Kenyatta just so happened to be visiting Nairobi’s Westgate Mall in the midst of an unprecedented cross-border attack by Al Qaeda Al Shabaab terrorists – and that these family members were successfully singled out and murdered? The BBC reported in its article, “Nairobi Westgate attack: The victims,” that:

President Uhuru Kenyatta’s nephew Mbugua Mwangi and his fiancee Rosemary Wahito are among the many Kenyans killed in the attack on the Westgate shopping centre.

What are the chances that Al Qaeda is armed and funded by the US from Afghanistan in the 1980′s, to Libya in 2011, and now Syria to undermine enemies of Wall Street and London, but not in Somalia to undermine neighboring Kenya whose new president won partly due to a popular backlash against the West’s discredited International Criminal Court (ICC)?

Indeed, Kenyan President Uhuru Kenyatta was charged by the ICC for “crimes against humanity” even as he ran for president. The Kenyan newspaper, the Standard, published “Is history repeating itself as Uhuru Kenyatta, like father, faces trial?,” where current President Kenyatta’s persecution by the ICC is seen as a parallel to the persecution of his father, Jomo Kenyatta, by British colonial rule. It stated:

In April 2011, Ngengi Muigai, a close relative of Uhuru drew parallels between his charges at the ICC and the trial, jailing and unlawful detention of his father by the British colonial government.

How much can a wife and a mother bear? Her husband’s tribulations from the British colonialists and now her son from the neo-colonialists said Ngengi.

Mama Ngina had said at the same venue: I’m sure Uhuru, Ruto and the rest will go to The Hague and come back so that we can proceed with nation building.
She said this on the day she laid hands on both her son and Ruto as she prayed for their safe return from The Hague.
She said the charges facing her son and his co-suspects were the work of neo-colonialists and urged Kenyans to stand by Uhuru and resist just like they had resisted the British colonial rule.
The colonialists gave us problems and it is now clear they have never relented, said the former First Lady.

The former first lady is not alone in viewing the ICC as the modern day successor of old European subjugation and colonization. President Kenyatta’s persecution by the ICC is a tell-tale sign that he has made enemies in the West. The ICC itself is a discredited institution openly collaborating alongside NATO and in particular, the US, UK, and France to target political enemies around the world.

This would be made abundantly clear in Libya in 2011, where the ICC played a crucial role in NATO’s propaganda campaign against Tripoli when ICC prosecutor Luis Moreno-Ocampo “confirmed” that Libyan leader Muammar Qaddafi’s son Saif Al-Islam was “captured” by Libyan militants and en route to the Hague. Saif Al-Islam would turn up the next day, very much free and still leading the defense of Tripoli – meaning the ICC lied as part of a wider NATO psychological operation to portray Libya’s capital as overwhelmed and captured.

Continue reading

Syrie – Opérations d’envergure menées par les rebelles, 2 semaines avant le massacre d’Al-Ghouta et enlèvements massifs de femmes et d’enfants (Reportages + Articles)

Syrie – 2 Semaines avant le massacre d’Al-Ghouta.

Opérations d’envergure menées par les Takfiristes Rebelles à Latakié et dans les Cantons Kurdes.

Massacres et enlèvements massifs de femmes et d’enfants (Reportages + Articles)

20130912-011655.jpg

Source: Site du Sheikh Imran Hosein

INHFR – Les rebelles sont partis dans les montagnes de la Province Syrienne de Latakié et dans les Cantons peuplés par les Kurdes au Nord de la Syrie, chercher plusieurs groupes de femmes et d’enfants, après avoir massacré les hommes !

Les dernières prises datent des 4 et 5 août 2013, soit deux semaines avant l’attaque d’Al Ghouta, et font suite à des opérations d’offensives, menées par les groupes de Rebelles Takfiristes réunis pour l’opération dont Nosra d’Al Qaida, l’ASL et d’autres factions Takfiristes, sur deux régions Syriennes.

La première est la région montagneuse côtière de Latakié, et la deuxième se trouve au Nord de la Syrie dans les cantons habités par les kurdes syriens.

Le 5 août 2013, les Rebelles Takfiristes attaquent les villages kurdes au Nord de la Syrie dont le village de Tal Abyad, massacrant 450 kurdes, dont certains seront brulés vifs, et plusieurs femmes et enfants seront enlevés.

Un témoin a décrit ce qui s’était passé: «Les militants d’al-Nusra et d’autres forces rebelles ont encerclé le village,” déclare le 7 août à RT Yasin Tarbush, un parent de l’une des victimes kurdes attaquées. “Ils ont commencé à faire du porte-à-porte, pénétrant dans les maisons. S’il y avait des hommes, ils les tuaient, et prenaient en otages les femmes et les enfants. ” The Kurdistan Tribune – le 8 août 2013

Les 4 et 5 août 2013, plus d’une dizaine de villages seront attaqués dans la région montagneuse côtière de Latakié. Plus d’une centaine de femmes et d’enfants, seront kidnappés et retenus prisonniers par les rebelles, et les hommes massacrés ! Voilà ce que révèle le reportage non diffusé de la Chaine d’Al Jazeera, et dont la fuite de l’enregistrement permettra de voir le drame qui se jouait pour ce groupe de femmes et d’enfants kidnappés à Latakié, et écouter le message que ces femmes ont lancé à l’ensemble de la communauté internationale.

Ces informations ont été rapportées également par d’autres Presses internationales, dont nous citerons quelques unes dans notre article.

Entre la nuit du 4 au 5 aout 2013, soit une quinzaine de jours avant le massacre chimique des civiles d’Al-Ghouta, les militants Takfiristes de l’ASL, NOSRA-d’Al Qaida et d’autres factions Takfiristes, soutenus et armés par les Etats Unis, la France, l’Arabie Saoudite et le Qatar, ont attaqué plus d’une dizaine de villages dans les montagnes de la Province de Latakié, avant de les assaillir, de massacrer les hommes et d’enlever une centaine de leurs femmes et leurs enfants.

[Latakié est une province Syrienne qui a gardé à tort une appellation de Province Alaouite, et quand bien-même les habitants le seraient, rien ne justifie leur massacre, encore moins par le Coran ! Plusieurs communautés résident à Latakié, curieusement moins rappelée pour sa bataille, pourtant historique, la Bataille de Latakié du 7 octobre 1973 qui a opposé la Syrie contre Israel, dans la guerre de 6 jours ou la guerre du Kippour. Les habitants de Latakié comme 70% de l'ensemble des Syriens appuient leur Gouvernement et leur Armée Syriens contre l'insurrection et la révolution des Takfiristes Rebelles, 20% des Syriens sont neutres et 10% uniquement de Syriens qui supportent les Rebelles, venus des 4 coins du monde, dans cette insurrection orchestrée et soutenue par l'Occident et les Pétro-Monarchies du Golf! Telles sont les données statistiques officielles de l'ONU elle-même sur le peuple Syrien !]

Les Takfiristes Rebelles, ont ainsi massacré plusieurs villages de la Province de Latakié durant l’opération d’offensive, qui a eu lieu les 4 et 5 aout 2013, avant de, curieusement, emporter avec eux une centaine de femmes et d’enfants, et ce tout juste deux semaines avant le massacre chimique d’Al-Ghouta!

Les Groupes Islamistes de l’opposition syrienne ont saisi 11 villages alaouites dominant le long de la côte syrienne, ce lundi, ce qui a poussé les civils à fuir vers la ville de Lattaquié.

L’offensive a éclaté dans les environs de Lattaquié, dimanche, par un ensemble élargi de groupes de rebelles sunnites dont, le Front Al-Nusra, “l’Etat islamique d’Irak”, le groupe Syrie (ISIS), Harakat Ahrar, Al-Sham Al-Islami (Mouvement islamique des hommes libres du Levant), attaquant à l’aide de mortiers et de missiles Grad, plusieurs villages pro-Assad avant les assaillir…

Bien qu’il était pressenti que les avancées des rebelles dans les régions à majorité alaouite allaient provoquer un conflit sectaire, étant donné que la majorité des rebelles appartiennent aux radicaux islamistes du Front Al-Nusra et à l’ISIS, l’ambassadeur de la Coalition Nationale Syrienne (SNC) à Paris, Monzer Makhous, a insisté en disant que ” l’entrée de l’ASL dans la région côtière est quelque chose d’obligatoire pour empêcher le régime de s’établir sur un canton qui lui est favorable, et de rétablir [ainsi] l’équilibre avec les forces du régime dans [la Province de Lattaquié].” Hannah Lucinda Smith pour le Journal Asharq Al-Awsat – le 6 Août 2013.

Un Journaliste d’Al-Jazeera fera un reportage depuis le lieu du rapt des femmes et des enfants. Un reportage qui ne sera d’ailleurs pas médiatisé par la Chaine. Dans ce reportage, la parole sera donnée au porte parole des Takfiristes rebelles, ainsi qu’à l’une des femmes retenues dans le groupe enlevé, par les Takfiristes Rebelles.

Le Takfiriste rebelle fera part de la réjouissance des rebelles de l’attaque des villages et de la prise qu’ils ont faite des femmes et des enfants. A ce sujet, il affirmera devant la caméra d’Al Jazeera que ces femmes ont été kidnappées parce qu’elle seraient maltraitées par leurs maris, ainsi que les enfants qui les accompagnaient. Il ajoutera que les rebelles étaient les mieux placés pour prendre soin d’elles et des enfants !

L’une des femmes retenues prisonnières s’exprimera également et dira devant la caméra du journaliste, qu’ils sont un groupe de 105 femmes et enfants à avoir été kidnappés et retenus prisonniers par les Moujahidines. Elle lancera un appel à l’ensemble de la communauté internationale pour les délivrer !

Voilà le message de plus d’une centaine de femmes et d’enfants syriens, disparus deux semaines avant le massacre d’Al Ghouta !

Juste après le massacre des villages de Latakié, Press TV a réalisé un reportage lors des opérations menées par l’Armée Arabe Syrienne du pays pour libérer la région du joug des Takfirites rebelles, et rechercher activement les femmes et les enfants enlevés. Plusieurs kurdes s’étaient joints à l’opération de l’Armée Arabe Syrienne, après de nombreux massacres qu’ils ont subis avant la dernière attaque du 5 août, de la part des Djihadistes de Nosra d’Al Qaida, de l’ASL et des autres factions Takfiristes.

“la majorité des villageois de Latakié ont été massacrés par les rebelles, et une centaine de femmes et d’enfants ont été kidnappés”, rapporte Alaa Ibrahim, Reporter de Press TV.

Le11 aout 2013, soit un peu moins de dix jours avant le massacre chimique d’Al-Ghouta, le Journal The Telegraph rapportera également le signalement, fait par les habitants de la région de Latakié qui ont échappé au massacre, de l’enlèvement d’une centaine de civils par les rebelles, après l’offensive que ces derniers ont faite sur les villages de la région de Latakié.

“Tous les jours nous découvrons des gens qui ont été massacrés dans leurs maisons, et des corps abandonnés dans les buissons”, a déclaré le cheikh Mohammed Reda Hatem, un chef religieux de Latakié. A ce jour, ce sont 150 villageois alaouites qui ont été kidnappés. Il y a des femmes et des enfants parmi eux. Et nous avons perdu tout contact avec eux.”

Continue reading

Illuminati Showdown in Middle East

20130909-085226.jpg

By Dean HENDERSON, LEFT HOOK

This week’s US Congressional vote on Syrian missile strikes will prove a watershed event in the battle to wrest global control from the Illuminati banksters.

Russian warships continue to stream into the Eastern Mediteranean. Infowars.com reports that Chinese warships are doing the same. Hezbollah fighters cross the Syrian border with Lebanon en masse. Iran says it will target US embassies in the region if we attack Syria.

Last year, for the first time since the 1979 Iranian Revolution, two Iranian warships entered the Suez Canal bound for the Mediterranean. The frigate and supply ship conducted training exercises with the Syrian military.

Something’s got to give.

Since the 2011 Egyptian uprising, Western intelligence agencies have been busy backing al Qaeda thugs in Libya, Iran and Syria. They succeeded in Libya, where Qaddafi was brutally murdered and CIA Islamists put in charge.

Meanwhile, authentic people-power protests have commenced in Bahrain, Saudi Arabia, Kuwait, Yemen and Algeria. Battle lines are being drawn in the region. The outcome may well define global geopolitics for the next century.

Ever since the Rockefeller/Rothschild petro-monopoly discovered oil in the region, there has been a resource war between regional nationalist leaders like Boumediene, Nasser and Mossadegh – who fought to retain oil profits for their people – and the Illuminati banking cartel, which has used oil to grease the wheels of its ever-expanding global capitalist enterprise.

Israel has served as Zionist enforcer in the region, using divide and conquer strategies to overcome popular Arab anti-colonial movements. AIPAC lobbyists will be descending on Congress this week in an attempt to draw the US into the Syrian quagmire.

Continue reading

BHL Le Vampire des Carpettes qui aimerait bien que le sang coule en Syrie: Journal hebdomadaire de Voix de la Russie – 02/09/2013

Au sommaire de cette édition du 2 septembre 2013 :
BHL : histoire d’un vampire des carpettes qui aimerait bien que le sang coule en Syrie.
Hommage à Hélie Denoix de Saint Marc qui nous a quitté ce mois d’août.
Mariage pour tous : le maire de Bollène entre en résistance.
Syrie : M. Bricolage veut partir tout seul avec sa petite frégate et risque de revenir sans.
Russie : Les hydrocarbures sont la nouvelle arme de dissuasion et un nouvel outil de diplomatie.
Salon Aéronautique Russe : Maks 2013 rivalise sans rougir avec le Bourget et Farnborough.
Journée du Drapeau : ne soyez pas jaloux, c’est en Russie.
L’émission A bâton rompu reçoit Jacques von Polier de la célèbre marque de montre Raketa.