Illuminati Showdown in Middle East

20130909-085226.jpg

By Dean HENDERSON, LEFT HOOK

This week’s US Congressional vote on Syrian missile strikes will prove a watershed event in the battle to wrest global control from the Illuminati banksters.

Russian warships continue to stream into the Eastern Mediteranean. Infowars.com reports that Chinese warships are doing the same. Hezbollah fighters cross the Syrian border with Lebanon en masse. Iran says it will target US embassies in the region if we attack Syria.

Last year, for the first time since the 1979 Iranian Revolution, two Iranian warships entered the Suez Canal bound for the Mediterranean. The frigate and supply ship conducted training exercises with the Syrian military.

Something’s got to give.

Since the 2011 Egyptian uprising, Western intelligence agencies have been busy backing al Qaeda thugs in Libya, Iran and Syria. They succeeded in Libya, where Qaddafi was brutally murdered and CIA Islamists put in charge.

Meanwhile, authentic people-power protests have commenced in Bahrain, Saudi Arabia, Kuwait, Yemen and Algeria. Battle lines are being drawn in the region. The outcome may well define global geopolitics for the next century.

Ever since the Rockefeller/Rothschild petro-monopoly discovered oil in the region, there has been a resource war between regional nationalist leaders like Boumediene, Nasser and Mossadegh – who fought to retain oil profits for their people – and the Illuminati banking cartel, which has used oil to grease the wheels of its ever-expanding global capitalist enterprise.

Israel has served as Zionist enforcer in the region, using divide and conquer strategies to overcome popular Arab anti-colonial movements. AIPAC lobbyists will be descending on Congress this week in an attempt to draw the US into the Syrian quagmire.

Continue reading

Syrian Army says has made more gains

PressTV

The Syrian Army says it has made more gains against foreign-backed militants during operations in the west of the country, killing a top militant commander.

On Friday, the army said its units regained control of more areas in the Latakia Governorate and killed several militants, including militant commander Walid Oweissi of Libyan nationality, in the operations.

There were also Qatari and Tunisian nationals among the killed militants.

Syria has been gripped by deadly unrest since 2011. According to reports, the Western powers and their regional allies — especially Qatar, Saudi Arabia, and Turkey — are supporting the militants operating inside Syria.

According to the United Nations, more than 100,000 people have been killed and a total of 7.8 million of others displaced due to the violence.

MN / MHB

Les relations entre les Américains et les islamistes tunisiens remonteraient à 2004

20130522-073455.jpg
le Logo de Ennhada

Tunisie-secret.com via E&R

On ne remerciera jamais [assez] Wikileaks. Dans les documents suivants, on découvre la servilité des Nahdaoui à l’égard des Américains et la naïveté de ces derniers à l’égard des islamistes. C’est sous la présidence de George W. Bush, le criminel de guerre en Irak, que les relations de maître à esclave entre certains hauts dirigeants d’Ennahda et les Services de l’ambassade américaine en Tunisie se sont renforcées. Mais elles existaient depuis le début des années 80, lorsque les Américains ont décidé d’écarter Bourguiba et de placer leurs pions islamistes, aussi bien en Tunisie qu’en Algérie.

Ils ont raté leur coup en 1987, mais pas en janvier 2011. Ce qui est étonnant dans ces documents, c’est que Ben Ali était au courant des tractations islamo-impérialistes, mais il laissait faire. Pourquoi n’a-t-il pas réagi ? Pourquoi n’a-t-il pas remis en prison ces traîtres ? Pourquoi a-t-il manqué de fermeté ? Autant de questions auxquelles il va falloir un jour répondre. À la lecture de ces documents de Wikileaks, on comprend que, ce n’est pas parce qu’ils sont majoritaires ou populaires que les islamistes sont arrivés au pouvoir, mais parce qu’ils ont vendu leur âme à l’Oncle Sam. Merci aux USA d’avoir imposé ces obscurantistes à un peuple qui voulait la démocratie.

Des documents émanant de l’ambassade américaine à Tunis et faisant partie des récents documents qui ont filtré et ont été révélés récemment par Wikileaks attestent des très bonnes relations entre les membres du parti islamiste tunisien Ennahda et la mission diplomatique américaine à Tunis du temps du président déchu Ben Ali. Échange de visites entre les deux parties et insistance des dirigeants d’Ennahda sur le fait qu’ils représentent l’islam modéré, ce qui est à leur avis la solution pour la démocratie dans la région et précisément en Tunisie. Mais il semble qu’il y a une grande différence entre ce que déclarent (pour la consommation locale) les Nahdaouis à propos de la politique des États-Unis et ce que révèlent ces documents à propos de leurs cordiales relations avec eux.

Continue reading

ALGÉRIE, TUNISIE, LIBYE, SYRIE : LE GOUVERNEMENT FRANÇAIS ET LES FRÈRES MUSULMANS “CRIMES SANS CHÂTIMENT”

Dans son ouvrage “Crimes sans châtiment”, Jean-Loup Izambert revient sur les collusions qui existent entre les Frères Musulmans et le Pouvoir Français depuis les années 1990, ainsi que sur l’implication des gouvernements Français dans les guerres de Libye et de Syrie.
Radio Courtoisie 2013.05.04 JL Izambert “Crimes sans chatiment”

20130509-231216.jpg

Tunisian Terrorists Are Now Confirmed Members of Syrian Death Squads

20130327-072206.jpg

By Brandon Turbeville, ACTIVIST POST

In yet another blow to the fragile and the entirely fabricated narrative pushed by the United States, NATO, and the Anglo-American powers, a recent broadcast of a Tunisian television program features firsthand accounts demonstrating that the Syrian “rebels” are actually nothing more than religious fanatics, mercenaries, and foreign fighters.

As reported by Salma Bouzid of Tusnisia Live, the Tunisian television show, Attasiaa Massaa, recently featured a clip of a young Tunisian man named Abou Zayd Attounssi who claims that he recently returned to Tunisia after fighting for eight months alongside the inappropriately named “Syrian rebels.”

Further supporting the fundamentalist nature of the majority of the members of the NATO death squads (aka rebels) operating in Syria, Attounssi stated that his initial reason for traveling to Syria to engage in murder, plunder, and torture against innocent people was because “he felt his religion required him to engage in jihad against ‘the enemy.’”

Although it was apparently not the killing that turned Attounssi off from the death squad movement, he nevertheless became disillusioned with it because, “most of the fighters within the Free Syrian army are fighting for the spoils of war and the foreign aid they supposedly get.”

Also featured on the show was the father of Hamza Rjeb, another former death squad member who is now disabled. Rjeb’s father claimed that “the Tunisian government should take full responsibility for his son’s situation and for allowing groups in the country to ‘brainwash’ his son.”

In an interview with Tunisia Live, Ahmed Youssef, a journalist described by Bouzid as “pro-Assad,” stated, “For every Tunisian fighter brought to Syria, Qatar pays 3,000 dollars to the Syrian rebels.” He also claimed that, “most of the Tunisians come from disadvantaged regions in Tunisia with low unemployment,” and stated that the Tunisians fighting in Syria are “considered mercenaries.” Youssef estimated that the number of Tunisian fighters wreaking havoc in Syria is more than 3,500.

Continue reading

Le Leader politique tunisien Chokri Belaid dénonce le Qatar et est Assassiné

20130213-071845.jpg

Mondialisation.ca via E&R

Le Discours ci-après a conduit à l’assassinat du leader politique tunisien Chokri Belaid.

C’est de nos enfants qu’il s’agit !
Intervention de M. Chokri Belaid :

« Ce sont nos enfants et ils devraient rappeler à M. Ghannouchi sa propre jeunesse. Quand on ouvre nos lieux de cultes, nos mosquées légitimement édifiées pour adorer le Dieu unique…

Quand à Tunis on “autorise des agents”, à la solde de criminels US et de l’entité sioniste d’y pénétrer dans le but d’embrigader nos jeunes gens, avant de les “envoyer se faire tuer en Syrie” pour défendre un projet qui n’est pas le leur… Quand on laisse notre pays ouvert à ces voix venues de l’Orient ; ces voix prétendument pieuses, alors qu’elles n’appellent qu’à la “fitna” [sédition, révolte, émeute d’après Wikipédia] et aux illusions…

Quand dans notre pays – le pays de Yadh Fadhel Ben Achour [2], le pays des réformes, du progrès, de la prestigieuse mosquée Zitouna [3] et de son université [4] – on laisse entrer ces tenants de la fitna et de l’ignorance… venus aussi des montagnes de Tora-Bora et d’ailleurs… Quand on les laisse prêcher la violence dans les mosquées et les universités de Tunis… s’adonner à la violence… s’accaparer les prières du Vendredi… prononcer leurs discours incendiaires pour inciter à la zizanie, aux assassinats, aux blasphèmes, à la discorde entre nous, et à la négation de notre identité tunisienne… on oublie qu’ils ne savent rien de la Tunisie !

Ils ne savent rien des valeurs de la Tunisie, vieille de 3 000 ans. Ils ne savent rien de Mohammed ben Arafa al-Werghemmi [1316-1401] qui fut le premier à interdire l’esclavage. Les Américains et les Britanniques n’en savent rien ! Ils ne savent pas que cette région du monde a donné la première Constitution et la première Démocratie du temps de “Carthage”. Ils ne savent pas que la première Constitution du monde musulman et de la patrie arabe date de « Ahd El-Aman » [Pacte de sécurité-1857] et que ce pays a fondé la première centrale syndicale sous la présidence de Mohamed Fadhel Ben Achour [1946]. Ils ne savent rien de rien !
Et les voici qui nous apportent les prêcheurs de la fitna et de l’ignorance, pour nous prendre nos enfants, leur laver le cerveau, les armer, les corrompre de leur argent ; jusqu’à ce que l’on découvre que c’est “une affaire montée par des Services du renseignement”, pour la mise à exécution d’un projet US-sioniste ! Oui… “Le projet qui consiste à partager la Syrie” en de multiples petits états divisés sur des bases ethniques : un État pour les Sunnites, un État pour les Alaouites, un État pour les Druzes, un État pour les Chrétiens… Idem pour le Liban, etc. Où est-ce que tout cela nous mène ?

Cela nous mène à offrir une légitimité à l’entité sioniste en tant qu’État juif. L’État n’est plus que religieux ! Nous ne pouvons plus parler ni de patrie, ni d’union ! Nous ne sommes plus affiliés ni à la patrie, ni à la citoyenneté, ni à l’équité ! Nous ne sommes plus fidèles à nos pays ! Nous ne pouvons plus penser “Al dine lil’Lah wal watan lil’jamih” [La religion pour Dieu et la patrie pour tous] !

Observez où tout cela nous a déjà mené aujourd’hui. Observez notre jeunesse délibérément égarée ; le responsable de cet égarement étant “un gouvernement mêlé à certaines transactions”, transactions qui sont la cause de la transformation des maisons de Dieu en lieux d’endoctrinement. Et, c’est notre peuple qui en paie les frais aujourd’hui ! De jeunes adolescents, sans éducation, sans savoir, et sans expérience. Il a suffi d’une “fatwa” lancée par un individu installé sous un “climatiseur” en Orient, en Arabie saoudite, ou au Qatar, capitale de la normalisation avec l’entité sioniste, pour que nos enfants, la chair de notre chair, aient à en payer les frais ! »
Chokri Belaid

Texte original : vidéo / Truth about Syria, publiée le 06/02/2013

شكري بلعيد و حديث غاية في الأهمية عن سورية
Vidéo transcrite et traduite de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal pour Mondialisation.ca.

Bassam Tahhan sur l’assassinat de Chokri Belaid : “la Tunisie otage du Qatar”

Interview du 10 février 2013 à la radio francophone iranienne : Bassam Tahhan, professeur de stratégie et de géopolitique, revient sur l’assassinat du leader politique tunisien Chokri Belaid et dénonce le jeu pervers du Qatar.

Mourad Medelci inflige une leçon à Rafik Bouchlakha

Mourad Medelci

Mourad Medelci

L’incident diplomatique s’est produit lors de la réunion des ministres arabes des Affaires étrangères qui s’est tenue au Caire le 13 novembre 2012. Plus exactement pendant la seconde séance à huis clos, consacrée au dossier palestinien.

Le ministre algérien des Affaires étrangères est intervenu pour demander à ses collègues des « solutions concrètes dans le soutien à Gaza », en s’adressant particulièrement au ministre qatari des Affaires étrangères. Mais, à la grande surprise générale, c’est Rafik Bouchlakha qui a pris la parole pour dire à Mourad Medelci : « En cinquante ans, qu’a-t-elle donc fait l’Algérie pour la cause palestinienne ?».

Habituellement calme et fin diplomate, la réplique de Mourad Medelci a été cinglante et s’adressait à Hamad Ibn Jassim al-Thani et à son esclave tunisien : « A ceux qui s’interrogent où était l’Algérie, je répondrai que nous n’avions pas à renvoyer un ambassadeur sioniste qui ne rêve même pas de mettre les pieds chez nous. Devons-nous par exemple cesser d’exporter notre gaz à l’Entité sioniste ? Devons-nous expulser les bases américaines et celles de l’OTAN de nos territoires dont nous avons juré qu’ils n’y mettront jamais les pieds ? Dites-nous ce que nous devons faire, partir au djihad contre Israël ? C’est ce qu’il y a de plus facile pour un algérien libre, mais garantissez nous votre non trahison, assurez nous que vous ne nous poignarderiez pas dans le dos comme à chaque fois… garantissez nous l’ouverture de vos frontières et nous… ».

Mourad Medelci a terminé son intervention par cette phrase foudroyante : « Nous avons été éduqué dans la haine du sionisme et vous avez été éduqué dans la trahison ».

Nabil Arabi, qui a dû se sentir visé lui aussi, a levé cette séance à huis clos pour la reprendre une heure plus tard.

Source