Syrie – Opérations d’envergure menées par les rebelles, 2 semaines avant le massacre d’Al-Ghouta et enlèvements massifs de femmes et d’enfants (Reportages + Articles)

Syrie – 2 Semaines avant le massacre d’Al-Ghouta.

Opérations d’envergure menées par les Takfiristes Rebelles à Latakié et dans les Cantons Kurdes.

Massacres et enlèvements massifs de femmes et d’enfants (Reportages + Articles)

20130912-011655.jpg

Source: Site du Sheikh Imran Hosein

INHFR – Les rebelles sont partis dans les montagnes de la Province Syrienne de Latakié et dans les Cantons peuplés par les Kurdes au Nord de la Syrie, chercher plusieurs groupes de femmes et d’enfants, après avoir massacré les hommes !

Les dernières prises datent des 4 et 5 août 2013, soit deux semaines avant l’attaque d’Al Ghouta, et font suite à des opérations d’offensives, menées par les groupes de Rebelles Takfiristes réunis pour l’opération dont Nosra d’Al Qaida, l’ASL et d’autres factions Takfiristes, sur deux régions Syriennes.

La première est la région montagneuse côtière de Latakié, et la deuxième se trouve au Nord de la Syrie dans les cantons habités par les kurdes syriens.

Le 5 août 2013, les Rebelles Takfiristes attaquent les villages kurdes au Nord de la Syrie dont le village de Tal Abyad, massacrant 450 kurdes, dont certains seront brulés vifs, et plusieurs femmes et enfants seront enlevés.

Un témoin a décrit ce qui s’était passé: «Les militants d’al-Nusra et d’autres forces rebelles ont encerclé le village,” déclare le 7 août à RT Yasin Tarbush, un parent de l’une des victimes kurdes attaquées. “Ils ont commencé à faire du porte-à-porte, pénétrant dans les maisons. S’il y avait des hommes, ils les tuaient, et prenaient en otages les femmes et les enfants. ” The Kurdistan Tribune – le 8 août 2013

Les 4 et 5 août 2013, plus d’une dizaine de villages seront attaqués dans la région montagneuse côtière de Latakié. Plus d’une centaine de femmes et d’enfants, seront kidnappés et retenus prisonniers par les rebelles, et les hommes massacrés ! Voilà ce que révèle le reportage non diffusé de la Chaine d’Al Jazeera, et dont la fuite de l’enregistrement permettra de voir le drame qui se jouait pour ce groupe de femmes et d’enfants kidnappés à Latakié, et écouter le message que ces femmes ont lancé à l’ensemble de la communauté internationale.

Ces informations ont été rapportées également par d’autres Presses internationales, dont nous citerons quelques unes dans notre article.

Entre la nuit du 4 au 5 aout 2013, soit une quinzaine de jours avant le massacre chimique des civiles d’Al-Ghouta, les militants Takfiristes de l’ASL, NOSRA-d’Al Qaida et d’autres factions Takfiristes, soutenus et armés par les Etats Unis, la France, l’Arabie Saoudite et le Qatar, ont attaqué plus d’une dizaine de villages dans les montagnes de la Province de Latakié, avant de les assaillir, de massacrer les hommes et d’enlever une centaine de leurs femmes et leurs enfants.

[Latakié est une province Syrienne qui a gardé à tort une appellation de Province Alaouite, et quand bien-même les habitants le seraient, rien ne justifie leur massacre, encore moins par le Coran ! Plusieurs communautés résident à Latakié, curieusement moins rappelée pour sa bataille, pourtant historique, la Bataille de Latakié du 7 octobre 1973 qui a opposé la Syrie contre Israel, dans la guerre de 6 jours ou la guerre du Kippour. Les habitants de Latakié comme 70% de l'ensemble des Syriens appuient leur Gouvernement et leur Armée Syriens contre l'insurrection et la révolution des Takfiristes Rebelles, 20% des Syriens sont neutres et 10% uniquement de Syriens qui supportent les Rebelles, venus des 4 coins du monde, dans cette insurrection orchestrée et soutenue par l'Occident et les Pétro-Monarchies du Golf! Telles sont les données statistiques officielles de l'ONU elle-même sur le peuple Syrien !]

Les Takfiristes Rebelles, ont ainsi massacré plusieurs villages de la Province de Latakié durant l’opération d’offensive, qui a eu lieu les 4 et 5 aout 2013, avant de, curieusement, emporter avec eux une centaine de femmes et d’enfants, et ce tout juste deux semaines avant le massacre chimique d’Al-Ghouta!

Les Groupes Islamistes de l’opposition syrienne ont saisi 11 villages alaouites dominant le long de la côte syrienne, ce lundi, ce qui a poussé les civils à fuir vers la ville de Lattaquié.

L’offensive a éclaté dans les environs de Lattaquié, dimanche, par un ensemble élargi de groupes de rebelles sunnites dont, le Front Al-Nusra, “l’Etat islamique d’Irak”, le groupe Syrie (ISIS), Harakat Ahrar, Al-Sham Al-Islami (Mouvement islamique des hommes libres du Levant), attaquant à l’aide de mortiers et de missiles Grad, plusieurs villages pro-Assad avant les assaillir…

Bien qu’il était pressenti que les avancées des rebelles dans les régions à majorité alaouite allaient provoquer un conflit sectaire, étant donné que la majorité des rebelles appartiennent aux radicaux islamistes du Front Al-Nusra et à l’ISIS, l’ambassadeur de la Coalition Nationale Syrienne (SNC) à Paris, Monzer Makhous, a insisté en disant que ” l’entrée de l’ASL dans la région côtière est quelque chose d’obligatoire pour empêcher le régime de s’établir sur un canton qui lui est favorable, et de rétablir [ainsi] l’équilibre avec les forces du régime dans [la Province de Lattaquié].” Hannah Lucinda Smith pour le Journal Asharq Al-Awsat – le 6 Août 2013.

Un Journaliste d’Al-Jazeera fera un reportage depuis le lieu du rapt des femmes et des enfants. Un reportage qui ne sera d’ailleurs pas médiatisé par la Chaine. Dans ce reportage, la parole sera donnée au porte parole des Takfiristes rebelles, ainsi qu’à l’une des femmes retenues dans le groupe enlevé, par les Takfiristes Rebelles.

Le Takfiriste rebelle fera part de la réjouissance des rebelles de l’attaque des villages et de la prise qu’ils ont faite des femmes et des enfants. A ce sujet, il affirmera devant la caméra d’Al Jazeera que ces femmes ont été kidnappées parce qu’elle seraient maltraitées par leurs maris, ainsi que les enfants qui les accompagnaient. Il ajoutera que les rebelles étaient les mieux placés pour prendre soin d’elles et des enfants !

L’une des femmes retenues prisonnières s’exprimera également et dira devant la caméra du journaliste, qu’ils sont un groupe de 105 femmes et enfants à avoir été kidnappés et retenus prisonniers par les Moujahidines. Elle lancera un appel à l’ensemble de la communauté internationale pour les délivrer !

Voilà le message de plus d’une centaine de femmes et d’enfants syriens, disparus deux semaines avant le massacre d’Al Ghouta !

Juste après le massacre des villages de Latakié, Press TV a réalisé un reportage lors des opérations menées par l’Armée Arabe Syrienne du pays pour libérer la région du joug des Takfirites rebelles, et rechercher activement les femmes et les enfants enlevés. Plusieurs kurdes s’étaient joints à l’opération de l’Armée Arabe Syrienne, après de nombreux massacres qu’ils ont subis avant la dernière attaque du 5 août, de la part des Djihadistes de Nosra d’Al Qaida, de l’ASL et des autres factions Takfiristes.

“la majorité des villageois de Latakié ont été massacrés par les rebelles, et une centaine de femmes et d’enfants ont été kidnappés”, rapporte Alaa Ibrahim, Reporter de Press TV.

Le11 aout 2013, soit un peu moins de dix jours avant le massacre chimique d’Al-Ghouta, le Journal The Telegraph rapportera également le signalement, fait par les habitants de la région de Latakié qui ont échappé au massacre, de l’enlèvement d’une centaine de civils par les rebelles, après l’offensive que ces derniers ont faite sur les villages de la région de Latakié.

“Tous les jours nous découvrons des gens qui ont été massacrés dans leurs maisons, et des corps abandonnés dans les buissons”, a déclaré le cheikh Mohammed Reda Hatem, un chef religieux de Latakié. A ce jour, ce sont 150 villageois alaouites qui ont été kidnappés. Il y a des femmes et des enfants parmi eux. Et nous avons perdu tout contact avec eux.”

Continue reading

Turkey’s Parl’t backs attacks on Syria

image

A Turkey official says the country has a mandate from its parliament to launch military operations against Syria.

Turkey’s deputy prime minister said the mandate aims to maintain the country’s security. The government said it’s taking all necessary preparations for a possible strike.

Turkey has said before it would be ready to participate in any international action against Syrian president Bashar Assad.

Turkey has put its armed forces on alert to guard against any threats from Syria.

Turkey has rotated its NATO Patriot missiles batteries towards Syria. The move comes after Western countries along with their allies in the region have blamed the Syrian government to use chemical weapons in Damascus suburbs.

Turkish Foreign Minister Ahmad Davoudoglu also urged the U.S. to take serious measures in Syria.

Many people believe Ankara’s rhetoric will only cause more bloodshed for Turkey.

Turkey has been openly calling for regime change in Syria since the country was hit by unrest in 2011.

Source: Alalam

Bassam Tahhan, Syrie vers la guerre mondiale?

BASSAM TAHHAN évoque les implications d’une possible décision de frappes aériennes par les forces occidentales de l’OTAN sur la Syrie. Selon lui, la Syrie, le Hezbollah et l’Iran pourraient très bien décider de frapper les premiers et en masse sur Israël qui ne pourrait pas résister à une première attaque sur son territoire, mais aussi sur les intérêts occidentaux dans la région.

“JE TE DÉVORE AU DÉJEUNER AVANT QUE TU NE ME DÉVORES AU DÎNER.”

Syrians rally in support of army in Homs

PressTV

Syrians have held a rally in the city of Homs to thank the country’s military for bringing back security to more areas in the region as well as other parts of the country.

Large number of Syrians took to the streets in al-Dahiyeh and al-Ommaliah areas in the city of Homs on Monday, with participation of the city’s governor, Talal Brazi.

The government troops have recently conducted successful cleanup operations across the country, inflicting heavy losses on the militants.

The Syrian army regained full control over three villages in the western province of Latakia on Monday, following heavy fighting with foreign-backed Takfiri militants.

On July 31, the army regained control of the main stronghold of foreign-backed militants in Homs in the Khaldiyeh district after more than one month of fierce fighting.

The Syrian Army’s push against the militants has rattled their sponsors.

Syrian Information Minister Omran al-Zohbi said on June 26 that Saudi Arabia is trembling with fear because of the Syrian Army’s recent gains against the militants.

Syria has been gripped by deadly unrest since 2011. According to reports, Western powers and their regional allies – especially Qatar, Saudi Arabia, and Turkey – are supporting the Takfiri militants operating inside Syria.

According to the United Nations, more than 100,000 people have been killed and a total of 7.8 million displaced in Syria due to the violence.

PG/SS

Syrian Army says has made more gains

PressTV

The Syrian Army says it has made more gains against foreign-backed militants during operations in the west of the country, killing a top militant commander.

On Friday, the army said its units regained control of more areas in the Latakia Governorate and killed several militants, including militant commander Walid Oweissi of Libyan nationality, in the operations.

There were also Qatari and Tunisian nationals among the killed militants.

Syria has been gripped by deadly unrest since 2011. According to reports, the Western powers and their regional allies — especially Qatar, Saudi Arabia, and Turkey — are supporting the militants operating inside Syria.

According to the United Nations, more than 100,000 people have been killed and a total of 7.8 million of others displaced due to the violence.

MN / MHB

Brzezinski: Saudi Arabia, Qatar, their western allies orchestrated Syria crisis

20130630-041049.jpg

PressTV

The former US national security adviser says the ongoing crisis in Syria has been orchestrated by Saudi Arabia, Qatar, and their western allies.

“In late 2011 there are outbreaks in Syria produced by a drought and abetted by two well-known autocracies in the Middle East: Qatar and Saudi Arabia,” Zbigniew Brzezinski said in an interview with The National Interest on June 24.

He added that US President Barack Obama also supported the unrest in Syria and suddenly announced that President Bashar al-Assad “has to go — without, apparently, any real preparation for making that happen.”

“Then in the spring of 2012, the election year here, the CIA under General Petraeus, according to The New York Times of March 24th of this year, a very revealing article, mounts a large-scale effort to assist the Qataris and the Saudis and link them somehow with the Turks in that effort,” said Brzezinski, who was former White House national security adviser under Jimmy Carter and now a counselor and trustee at the Center for Strategic and International Studies and a senior research professor at the School of Advanced International Studies at Johns Hopkins University.

Criticizing the Obama administration’s policies regarding Syria, he questioned, “Was this a strategic position? Why did we all of a sudden decide that Syria had to be destabilized and its government overthrown? Had it ever been explained to the American people? Then in the latter part of 2012, especially after the elections, the tide of conflict turns somewhat against the rebels. And it becomes clear that not all of those rebels are all that ‘democratic.’ And so the whole policy begins to be reconsidered.”

“I think these things need to be clarified so that one can have a more insightful understanding of what exactly US policy was aiming at,” Brzezinski added.

He also called on US officials to push much more urgently to draw in China, Russia and other regional powers to reach some kind of peaceful end to the Syrian crisis.

“I think if we tackle the issue alone with the Russians, which I think has to be done because they’re involved partially, and if we do it relying primarily on the former colonial powers in the region-France and Great Britain, who are really hated in the region-the chances of success are not as high as if we do engage in it, somehow, with China, India and Japan, which have a stake in a more stable Middle East,” Brzezinski said.

Brzezinski also warned again any US-led military intervention in Syria or arming the militants fighting government forces there.

“I’m afraid that we’re headed toward an ineffective American intervention, which is even worse. There are circumstances in which intervention is not the best but also not the worst of all outcomes. But what you are talking about means increasing our aid to the least effective of the forces opposing Assad. So at best, it’s simply damaging to our credibility. At worst, it hastens the victory of groups that are much more hostile to us than Assad ever was. I still do not understand why — and that refers to my first answer — why we concluded somewhere back in 2011 or 2012 — an election year, incidentally that Assad should go.”

Foreign-sponsored militancy in Syria, which erupted in March 2011, has claimed the lives of many people, including large numbers of Syrian soldiers and security personnel.

the New York Times said in a recent report the CIA was cooperating with Turkey and a number of other regional governments to supply arms to militants fighting the government in Syria.

The report comes as the US has repeatedly voiced concern over weapons falling into the hands of al-Qaeda-linked terrorist groups.

Al-Nusra Front was named a terrorist organization by Washington last December, even though it has been fighting with the US-backed so-called Free Syrian Army in its battle against Damascus.

DB / HN

Syrie – Guerre Du Gaz : Al-Assad Obstacle Au Gazoduc Qatar / Turquie

Par Mireille Delamarre

Dans sa boulimie d’investissements/retours sur investissements et ses velléités dominatrices comme premier producteur exportateur mondial de Gaz Naturel Liquéfié (GNL) le Qatar a déjà misé plus de 3 milliards de $ sur le djihad takfiriste pour renverser le président syrien Bashar al Assad seul obstacle à la mise en route du gazoduc Qatar Turquie dont la partie turque est déjà prête à recevoir le gaz qatari pour l’acheminer en Europe de l’Ouest connecté au Nabucco.

[NDLR: Articles que nous recommandons également sur ce sujet ICI - ICI]

La dimension énergétique de la guerre contre le gouvernement syrien de Bahsar al Assad a été dés le début marginalisée dissimulée sous le qualificatif de “guerre civile” ou “guerre interreligieuse sunnite / shi’ite”. Des millions de militants anti guerre étaient descendus dans la rue en 2003 pour tenter d’empêcher une guerre contre l’Irak de Saddam Husseim scandant partout : “pas de guerre pour le pétrole”.

La majeure partie des voix anti guerre se sont tues soutenant en Libye et maintenant en Syrie les “guerres humanitaires” (R2P) inclus les “anticapitalistes” – Français notamment- qui roulent désormais pour l’Axe Washington Tel-Aviv Paris Londres Ankara Doha Ryadh.

La Syrie a des réserves pétrolières estimées en 2010 à 2 500 000 000 barils et des réserves gazières importantes. Mais surtout le territoire de la Syrie est le plus approprié pour exporter le pétrole et le gaz du Golfe Persique dont celui du Qatar mais aussi de l’Iran vers les pays d’Europe de l’Ouest gros consommateurs de ces ressources énergétiques via la Turquie.

En 2009 le Qatar et la Turquie avaient entamé des négociations avec l’Arabie Saoudite – concurrent direct du Qatar dans le financement et l’armement des takfiristes en Syrie – pour la construction d’un gazoduc Qatar Arabie-Saoudite Syrie Turquie qui devait être rattaché au gazoduc Nabucco Azerbaïdjian Turquie.

Selon Oilprice.com l’Arabie Saoudite a refusé que ce gazoduc en provenance du Qatar traverse son territoire. Le tracé de ce dernier inclue donc désormais le Sud de l’Irak, la Jordanie, la Syrie, la Turquie. La partie turque du gazoduc est déjà construite prête à recevoir le gaz du Qatar.

Seule obstruction : Assad.

Le champ gazier du Qatar North Dome – 3ème plus grande réserve de gaz mondiale avec 900 mille milliards de M3 – au milieu du Golfe Persique adjacent à celui de l’Iran de South Pars constituent à eux deux la plus vaste réserve mondiale de gaz.

En 2011 le Qatar a lancé un ultimatum au président syrien Bashar al Assad pour faire passer le gazoduc Qatar Turquie sur le territoire syrien. Assad a refusé et défiant le Qatar a décidé de s’allier avec l’Iran et l’Irak pour construire un gazoduc amenant le gaz de South Pars jusqu’en Méditerranée direction les marchés européens. La déferlante takfiriste financée armée par le Qatar a submergé la Syrie.

Le Qatar veut doubler sa production et son exportation de Gaz Naturel Liquéfié. Le Qatar s’est positionné comme premier exportateur mondial de GNL et cherche donc à consolider sa domination dans ce domaine par un programme de construction visant à accroître sa production pour passer de 31 millions à 77 millions de tonnes.

Le putschiste à la tête du Qatar Hamad bin Khalifa al Thani- plus pour longtemps Washington et Londres l’ont déposé et ont désigné son successeur qui doit prendre ses fonctions début Juillet – a déclaré à la suite d’entretiens avec le président turc Abdullah Gul et le premier ministre dictateur Tayyip Erdogan :

” nous sommes pressés d’avoir ce gazoduc du Qatar à la Turquie. Nous en avons discuté dans le cadre de la coopération dans le domaine de l’énergie. Pour se faire un groupe de travail va être mis en place qui présentera rapidement des solutions concrètes.”

Erdogan à lui-même affirmé que la Turquie souhaitait établir avec le Qatar “une relation à long terme et stable” en matière énergétique. “Dans ce but je pense qu’un gazoduc Qatar Turquie résoudra la question une fois pour toute”

Parmi ces solutions il y a celle de relier le gazoduc Qatar Turquie – via la Syrie – au projet de gazoduc Nabucco pour transporter le gaz provenant de l’Asie Centrale et du Moyen Orient en Europe concurrençant directement le gaz russe. Un accord de transit pour le Nabucco a déjà été signé par Erdogan et 4 premiers ministres de pays européens pour permettre une décision finale sur les investissements à faire pour réaliser ce projet soutenu par l’UE et qui vise à réduire la dépendance européenne au gaz russe. Autre gazoduc qui pourrait être relié au Nabucco celui transportant le gaz egyptien via la Jordanie et la Syrie.

On comprend dés lors l’intérêt qu’ont les dirigeants de ces deux pays -Egypte et Jordanie – à participer activement au renversement du gouvernement de Bashar al Assad. Cela vaut aussi pour la complicité de l’UE et les attitudes va-t-en guerre extrêmistes de la Grande Bretagne et de la France.

On ne le répètera jamais assez la guerre contre la Syrie du président Bahsar al Assad est une guerre pour la domination du marché des ressources énergétiques une guerre pour le gaz où chacun défend ses intérêts énergétiques soit en tant que producteur exportateur soit en tant que consommateur importateur.

Mais derrière les ambitions énergétiques du Qatar se cache aussi le maintien de l’hégémonie américaine des pétro dollars sur l’économie mondiale dont ont déjà été victimes Saddam Hussein et Muammar Khadafi.

Cette fois cependant la Russie mais aussi la Chine sont décidées à défendre leurs intérêts non seulement énergétiques mais aussi géostratégiques d’où les hésitations de Washington à lancer une guerre contre la Syrie à laquelle est hostile une grande partie de l’état major de l’armée américaine comme en témoigne la tentative récente avortée du secrétaire au département d’état John Kerry – alors même qu’il discutait hypocritement avec Moscou de la réunion d’une Conférence Genève II – de pousser Obama à prendre la décision de bombarder la Syrie. Le chef d’état major de toutes les armées américaines le Gl Martin E. Dempsey s’y est vivement opposé.

Fabriquer la contestation : la vérité en Syrie Un documentaire de Lizzie Phelan et Mostafa Afzalzadeh – Octobre 2012

Ce documentaire décrit la guerre psychologique menée par les médias principaux pour faciliter le renversement du gouvernement syrien selon l’agenda occidental. Il montre comment les médias ont contribué directement à l’effusion de sang en Syrie.

Le documentaire déconstruit les principales allégations présentées par ces acteurs, à savoir que le gouvernement syrien aurait systématiquement réprimé des manifestations pacifiques, perdant ainsi sa légitimité. Il montre comment de telles allégations sont étayées par des preuves insuffisantes et ne sont donc que de la propagande pour servir les intérêts de la politique étrangère de leur pays.

Ce documentaire comprend :
la preuve de faux rapports diffusés/publiés par CNN, BBC, Al Jazeera et d’autres ;
des entretiens avec un échantillon de la population syrienne : un acteur, un artisan, un journaliste, un résident de Homs et un militant qui ont tous été touchés par la crise.
Produit par les journalistes Lizzie Phelan et Mostafa Afzalzadeh. Monté par Lizzie Phelan.