False Flag – The Toulouse Murders

By Diana JOHNSTONE at CounterPunch

The current French presidential election campaign was rudely interrupted at its very start by a series of murders in and around the southwestern city of Toulouse. On March 11, a paratrooper was shot dead by a mysterious motorcyclist in Toulouse. Four days later, in the nearby garrison town of Montauban, two more paratroopers were shot dead in similar circumstances. Then, four days after that, early in the morning of March 21 in a residential neighborhood of Toulouse, a helmeted gunman approached a Jewish school and coolly shot dead a rabbi and three children at point blank range before driving off on his motorcycle.

Since the targeted paratroopers were reported to be of North African extraction, the first wave of reaction focused on the assumption that the gunman was a far right racist, comparable to the Norwegian mass murderer Ander Behring Breivik. Commentators and politicians rushed to blame rightwing campaign rhetoric for “stirring up hatred”. Bernard Henry Lévy recycled his perpetual accusation that France is inherently anti-Semitic, writing: “So there you have it, France is a country where in 2012, in the third largest city, one can shoot at a Jewish school and kill several innocent children at point blank range.” The insinuation that France as a whole was somehow guilty was echoed on the front page of the International Herald Tribune, which predicted that the political debate around the shooting was likely to continue as “soul-searching about the nature of France”.

The reactions necessarily shifted drastically after it was reported that the lone killer had been identified as a 23-year-old Frenchman of Algerian extraction, Mohamed Merah. Rather than a neo-Nazi racist, the killer presented himself as an Al Qaeda fighter. As police surrounded his apartment in Toulouse, he reportedly claimed by telephone that he had killed the paratroopers for having fought in Afghanistan and murdered Jewish children to “avenge Palestinian children”.

At this news, the establishment reaction changed register. While still condemning anti-Semitism, politicians and commentators now hastened to stress that Mohamed Merah was certainly not at all representative of the peaceful, law-abiding Muslim community of France. This was obvious enough. But the majority of the political-media establishment apparently thought it needed to be repeated ad infinitum. This point was stressed even by National Front candidate Marine Le Pen, implicitly the main target of accusations that campaign rhetoric had inspired racist killing. She now could say that she had been right to warn that authorities were not paying not enough attention to the radical Salafist minority of Islamist extremists.

Meanwhile, in sharp contrast to the quasi-unanimity of the media-political establishment, there was a veritable explosion of disbelief and suspicion on the internet. Who was Merah? Some doubted that he was the killer. Was this a “false flag” ? Or “black propaganda”? Or some such contrived operation designed to influence the election, arouse anti-Muslim sentiment, and justify an attack on civil liberties at home? And who profits from the crime? To some, the immediate answer seemed obvious: Sarkozy. It was even suggested that the President himself must be behind this, in order to win an otherwise lost re-election.

The mainstream press completely ignored the undercurrent of suspicion, which is becoming more and more common ever since the September 11, 2001, attacks on the World Trade center. It is symptomatic of a deepening alienation from and distrust of the entire political establishment in the Western world. There is so much fakery in the official discourse that a growing number of people refuse to believe anything that comes from authoritative sources.

In any case, the official story contained elements that were bound to arouse suspicion.

Merah was well known to police and should have been a prime suspect from the start. He had made an appointment with his first victim using a traceable family computer. If police had acted more swiftly, it seems he could have been apprehended before committing his subsequent crimes.

Merah’s detailed claims to have committed the crimes, and his explanations of his motives, were made by telephone first to the France 24 TV channel and then to police negotiators trying to get him to surrender. But the public has not been allowed to hear these conversations.

Despite Sarkozy’s order to capture Merah alive, after over 30 hours of siege the final assault ended in a hail of gunfire, with Merah dead from a bullet through his head. There can be no trial, no questioning.

Strangest of all was Merah’s highly unusual travel itinerary, reportedly taking him to Lebanon, Turkey, Syria, Tajikistan, Afghanistan, Pakistan and even Israel, a detail which feeds speculation that he may have been a Mossad agent as well as a Taliban trainee. Such globe trotting requires large amounts of money and know-how. Merah had no steady job and no regular income.

Merah had a contact with an agent of the French internal intelligence agency DCRI, which suggests to some observers that he had been recruited as a police informer after his multiple arrests for petty thievery.

These and a few other factors have fueled suspicion that Merah was framed, or manipulated, or deliberately allowed to commit his crimes in order to influence public opinion for Sarkozy, or for Israel, or for war against Islam.

As president, Sarkozy had the privilege for two or three days of displaying his indignation, stressing his resolve to “defend the Republic”, in short of “embodying the nation”, while the election campaign was suspended and his rivals reduced to standing mute at funeral ceremonies where Sarkozy reigned. While commentators praised his reaction as flawlessly statesmanlike, in the eyes of many he overdid his dramatization of the tragic circumstances to upstage his rivals. The political opportunist characteristically takes advantage of events more than he creates them. In any case, polls have shown no impact on voters’ intentions from the Toulouse killings. The Toulouse drama is unlikely to affect the outcome of the presidential election, which takes place in two rounds on April 22 and May 6. Voters are more concerned with economic issues. Sarkozy still trails his main Socialist rival by the same wide margin for the decisive second round of voting on May 6.

Five years ago, Sarkozy campaigned as a “law and order” candidate, and cannot plausibly do so again. Despite the rhetorical promises to fight crime, his government has been cutting back personnel in the police just as in the schools and in hospitals, to “save money” by reducing the public sector, impoverished by his tax breaks to his rich friends.

The official version of such events usually contains two elements that tend to arouse suspicion. One is the need to cover up official incompetence. The other is the desire to reassure the public. Both usually involve talking down to the public and ignoring troublesome facts.

Had security services tried to use Merah as an informer, and lost control of him along the way? However one looks at it, the element of police incompetence in this case seems undeniable. The failure to capture him alive seems inexplicable.

Is it credible that a young man could decide by himself to carry out such killings? The reasons reportedly given by Merah for his acts are more understandable than the acts themselves, and the acts did clearly take place. We are constantly told that we are at war, against “terrorism”. We are all expected to be on the same side, but at the same time the war involves “identity” labeling. A “holy warrior”, whether a U.S. Marine in Afghanistan or a self-styled Mujahid in Toulouse, may be so blinded by the story he has learned or told himself about this war as to fail to see his own actions in a normal human light. These motives may be similar in both cases: a desire for revenge against a group seen as the enemy of the group with which the perpetrator identifies.

Continue reading

Mort de Mohamed Merah: L’avocate de son père affirme détenir des preuves de «sa liquidation»

20 Minutes – AFP

20120402-012240.jpg

L’avocate algérienne mandatée par le père de Mohamed Merah pour porter plainte contre le Raid (unité d’élite de la police française), a affirmé dimanche à Alger détenir des preuves de “la liquidation” du tueur de Toulouse.

L’avocate algérienne mandatée par le père de Mohamed Merah pour porter plainte contre le Raid, a affirmé dimanche à Alger détenir des preuves de «la liquidation» du tueur de Toulouse.

«Nous détenons deux vidéos identiques de 20 minutes chacune dans lesquelles Mohamed Merah dit aux policiers “pourquoi vous me tuez?” (…) “je suis innocent”», a déclaré lors d’une conférence de presse Me Zahia Mokhtari, qui devrait se rendre en France dans les jours à venir pour déposer plainte devant la justice française.

Pour que «la vérité éclate»

«Des personnes au coeur de l’événement, et qui voulaient que la vérité éclate, m’ont remis ces vidéos»;, a ajouté l’avocate. Elle a précisé qu’elle en réservait la «divulgation» à la justice française et insisté sur leur authenticité. Sollicité par l’AFP, le ministère de l’Intérieur français n’a fait aucun commentaire.

Selon Me Mokhtari, «Merah (Mohamed) a été manipulé et utilisé dans ces opérations par les services français et a ensuite été liquidé pour que la vérité ne voie pas le jour».

Mohamed Merah «avait demandé à parler avec la presse»

Elle a indiqué qu’elle remettrait à la justice française «une première liste de trois noms, ceux d’un responsable des services français et de deux autres personnes de nationalités différentes qui «travaillaient» avec Mohamed Merah pour qu’elles soient entendues dans cette affaire».

Selon l’avocate, les vidéos circulant sur la mort de Merah sont des montages.

Selon elle, Mohamed Merah «avait demandé à parler avec la presse mais cela lui avait été refusé».

Des avocats français «veulent nous aider», a ajouté Me Mokhtari, sans citer de nom. Elle a ajouté avoir «confiance en la probité et l’impartialité de la justice française”.

Toulouse : L’assassinat de la famille Sandler par Israël pour faire pression sur l’UNIFEM et les CDH de l’ONU…

[Editor's note: l'information qui va suivre concernant la mère d'une des victimes de Toulouse n'a pas encore été vérifiée. Elle est troublante et il nous paraît cependant important de vous en faire profiter. À vous de vous faire votre propre opinion.]

Joseph Kirchner pour Wikistrike

EXCLUSIVITE WIKISTRIKE

Toulouse : L’assassinat politique programmé par Israël pour faire main basse sur l’UNIFEM et le CDH de l’ONU

L’Etat d’Israël a l’Iran dans sa cible. Résolution ou pas de l’ONU, il attaquera d’après Netanyahu. Les Nations Unies pressés par le Qatar le 24 février dernier et d’autres nations arabes a décidé de porter une résolution votée le 22 mars, jour du siège de Toulouse et de l’assassinat (qu’on le veuille ou non) de M. Merah, une résolution dont le but est de vérifier les droits de l’homme dans Jérusalem-est ainsi que dans les territoires palestiniens. Israël est au courant depuis plusieurs mois déjà de ce qui se trame à New-York pour la simple raison que la femme de Samuel Sandler dont les enfants et petits-enfants sont morts, travaille justement comme directrice exécutive aux Nations Unies : Joanne Sandler, dont le visage n’apparaît pas et n’était pas à montrer ! La pauvre Joanne était un contact malgré elle très utile aux Nations-Unies…

20120329-003238.jpg

Johanne Sandler de l’ONU et son fils Jonathan Sandler

Joanne Sandler est Directrice exécutive du Fonds de développement des Nations Unies pour la femme (UNIFEM). Elle guide les efforts visant à mettre en œuvre les programmes fondés sur les droits et les résultats en matière d’autonomisation et de droits des femmes dans le monde. Elle a également fait partie de conseils d’administration et d’organisations internationales et nationales, y compris l’Association pour le droit des femmes au développement, au travail et le droit de faire des films.

Le but de cette résolution est de retarder l’échéance d’une guerre contre l’Iran qui enflammerait tout le Proche-Orient, d’où la colère aujourd’hui d’Israël qui a décidé de rompre toute relation avec le Comité aux droits de l’Homme (CDH) de l’ONU.

Pour démontrer sa toute-puissance, Israël a mis en place un projet qui leur permettra de tenir ce grade : Tuer les derniers garçons Sandler. Eh oui, avec l’assassinat de Jonathan et ses enfants, Gabriel et Arié, le nom de famille Sandler s’arrête là. On comprend maintenant pourquoi Mohamed Merah, chargé de la mission, a poursuivi ses victimes pour s’assurer qu’ils ne s’en sortent pas, et voilà pourquoi la fille a survécu !

C’était le nom de famille qu’il fallait abattre. Mais pourquoi ? Simplement pour montrer sa force à l’ONU ou bien, pour se prouver, ou parce qu’un autre élément entre en compte ?

Executer la famille Sandler pour faire pression sur l’UNIFEM et les CDH de l’ONU, afin de couper cours aux relais d’information sur la situation réelle de cet Etat et du non-respect des droits de l’homme. C’est une probabilité car Wikistrike démontre le lien entre la famille Sandler et la mère du défunt Jonathan Sandler, Joanne Sandler Directrice exécutive du Fonds de développement des Nations Unies pour la femme (UNIFEM).

La création de l’Etat d’Israël remonte à 1948, la création de l’ONU à 3 années plus tôt, en 1945, au sortir de la seconde guerre mondiale. Si l’on s’intéresse maintenant à l’ancêtre de l’ONU, la Société des Nations, on peut s’apercevoir que le dernier Président de l’Assemblée est un… Sandler ! Monsieur Rickardes Johannes Sandler. Il prit ses fonctions en 1934, à l’éveil du nazisme.

20120329-004707.jpg

Rickard Johannes Sandler de la Société des Nations en 1934

Rickard Johannes Sandler, né le 29 janvier 1884 à Torsåker, Ångermanland, Suède, mort le 12 septembre 1964 à Solna, est un homme politique socialiste réformiste suédois. Il est successivement Ministre d’État (chef du gouvernement) de 1925 à 1926 et ministre des Affaires étrangères de 1932 à 1936 puis de 1936 à 1939. Il est également président de l’Assemblée générale de la Société des Nations en 1934.

Durant l’existence de la Société des Nations née suite à la tragédie de la 1ère guerre mondiale, ni Israël (qui n’existait pas), ni les USA n’en faisaient partis. Il leur a fallu pour cela attendre la création de l’ONU.

En assassinant le nom de famille Sandler, Israël et les USA toujours main dans main pour faire les pires conneries, tuent définitivement le passé dont ils se sentaient exclus et revendiquent comme tous les droits à l’ONU où ils se sentent désormais les Pères fondateurs ! Ils montrent ainsi aux nations qui y sont représentées que rien ni personne ne pourra les arrêter dans leur entreprise de mondialisation. Il faut dire que Sandler était un social-réformiste ou si vous préférez un marxiste, un communiste, tout ce qu’ils haïssent.

La mort de la famille Sandler n’est donc pas anodine. Elle représente beaucoup dans le symbole. L’acte est POLITIQUE.

Ne pas oublier que la famille Sandler est ultra-orthodoxe (80% des ultra-orthodoxes sont tous opposés à l’apartheid et aux crimes commis par Tsahal, et beaucoup d’entre eux sont même contre l’Etat d’Israel puisque le sionisme est purement politique, alors qu’eux en tant, qu’ultra-orthodoxes, estiment qu’il faut attendre le messie pour retrouver les terres d’Israel, beaucoup sont donc haït par le gouvernement israëlien )

Pour montrer comme les deux s’aiment bien, les chaînes de télévision n’ont rien diffusé que des extraits des obsèques des 3 pauvres enfants et de Jonathan.

Concernant les 3 militaires de Montauban, l’explication est simple. Ils ont été choisis pour faire diversion. Cela a marché !

20120329-004900.jpg

Pourqoi le choix de Mohamed Merah ?

Continue reading

Un proche de Nicolas Sarkozy a fait rentrer Mohamed Merah en Israël

Par Hicham Hamza

Retenez bien son nom : Erard Corbin de Mangoux. Cet homme dirige depuis 2008 le bastion des services secrets français -la DGSE. A en croire le scoop révélé lundi soir par le quotidien italien Il Floglio, c’est sous sa responsabilité que l’assassin présumé de Toulouse, Mohamed Merah, a pu accéder en septembre 2010 au territoire israélien. En contrepartie, le jeune homme devait rapporter des informations aux responsables du contre-espionnage français. Mohamed Merah était-il un informateur de la DGSE ? Dans cette affaire encore obscure, une chose est certaine : l’actuel dirigeant des services secrets a été nommé par Nicolas Sarkozy en raison de sa proximité avec le président de la République. Dérogeant à la règle coutumière d’une nomination militaire à la tête de la DGSE, le chef de l’Etat a préféré placer un de ses  hommes, préfet de carrière, pour chapeauter le renseignement extérieur.

Après les indices relatifs à une collaboration avec la DCRI, ce nouvel élément suggère une étroite et troublante connivence entre la sécurité d’Etat et la mouvance djihadiste. Une information méconnue mérite ici d’être rappelée : fin 2001, le terroriste Richard Reid avait tenté, en vain, de faire exploser des explosifs, dissimulés dans ses chaussures, lors d’un vol Paris-Miami. Un témoignage ultérieur, rapporté par l’émission « Pièces à conviction » de France 3, était particulièrement intriguant : selon un responsable du contrôle de l’aéroport parisien, Richard Reid avait pu aisément monter à bord car il disposait d’un tampon israélien dans son passeport. Un élément interprété finalement comme un gage de sécurité pour l’embarquement d’un passager considéré comme nerveux. Pour l’homme en charge du contrôle,  l’accès-généralement difficile- au territoire israéliensignifiait que ce touriste ne présentait pas de danger particulier puisqu’il avait été autorisé à passer par l’une des douanes les plus vigilantes au monde.

Résister à l’apathie médiatique : à travers les tribunes et les analyses fournies par une variété d’intervenants, Oumma continuera, dans les prochains temps, de mettre à jour toutes les connexions et d’enquêter -avec vous-  sur l’affaire Merah.

Source: Oumma

Merah était-il un indic des renseignements français ?

Le siège de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine).

Egypte, Turquie, Syrie, Liban, Jordanie, Israël, Afghanistan et Pakistan… La liste des pays par lesquels est passé Mohamed Merah en 2010 et 2011 est longue. Le journal italien Il Foglio affirme, lundi 26 mars, que l’auteur des tueries de Toulouse et Montauban voyageait en réalité sous couvert des services de renseignements français. Selon le quotidien, la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) aurait utilisé le jeune Toulousain de 23 ans comme informateur, obtenant ainsi son entrée en Israël en septembre 2010.

Bernard Squarcini dément

Mohamed Merah n’était “ni un indic de la DCRI ni d’autres services français ou étrangers”, a démenti, mardi, le chef de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), Bernard Squarcini.
Contacté par FTVi, le correspondant de France 2 à Jérusalem, Charles Enderlin, confirme que Mohamed Merah est bien entré sur le territoire israélien en septembre 2010 par le pont Allenby, un point de contrôle à la frontière avec la Jordanie, dans la vallée du Jourdain.
“Il s’est présenté comme un touriste”

“Interrogé par les services de sécurité israéliens, il s’est présenté comme un touriste. Ni son nom ni son passeport, qui ne comportait a priori qu’un tampon jordanien, n’ont éveillé la suspicion et les services de sécurité l’ont laissé passer”, indique le journaliste.

Selon lui, il serait toutefois “étonnant que la DGSE ait besoin d’un Mohamed Merah pour recueillir des informations en Israël”. Elle dispose de “représentants officiels à l’ambassade de France à Tel Aviv et au consulat de France à Jérusalem, qui sont en contact avec les services de sécurité israéliens et palestiniens”“Soyons sérieux. Quelle info un espion comme Merah peut-il collecter en Israël ? Sur les missiles ? La bombe ? L’Autorité palestinienne ?”, ironise par ailleurs Charles Enderlin sur Twitter.

Des sources proches du renseignement français confirment à FTVi le manque de crédibilité de cette piste. L’objectif de la DGSE est de pénétrer des filières de réseaux terroristes, soulignent-elles, pas de suivre des “jihadistes solitaires”, comme Mohamed Merah est présenté depuis sa mort. Sauf que l’enquête s’oriente désormais versd’éventuels complices, à commencer par son frère, connu pour être un islamiste engagé.

Un “correspondant” à la DCRI

L’hypothèse d’un Mohamed Merah informateur des services de renseignement n’avait pas émergé jusque-là. Etonnant, confie à FTVi un spécialiste très au fait des relations entre indics et forces de l’ordre. Après tout, “il a toujours voulu travailler pour la France”, souligne-t-il, rappelant sa volonté de s’engager dans l’armée puis dans la Légion étrangère.

“Ce qui interpelle, quand même, c’est qu’il était connu de la DCRI non pas spécialement parce qu’il était islamiste, mais parce qu’il avait un correspondant au renseignement intérieur”, relève de son côté Yves Bonnet, ex-patron de la Direction de la surveillance du territoire (DST) dans La Dépêche du Midi. “Or, ajoute-t-il, avoir un correspondant, ce n’est pas tout à fait innocent.” 

Mohamed Merah avait été entendu en novembre 2011 par un agent de la DCRI de Toulouse pour “recueillir des explications sur son voyage en Afghanistan”, selon Squarcini. C’est ce même agent qui est intervenu pour négocier avec lui lors du siège du Raid et qui s’est entendu dire par Merah : “De toute façon, je devais t’appeler pour te dire que j’avais des tuyaux à te donner, mais en fait, j’allais te fumer.”

Catherine Fournier (Source: France Info Tv)

La « psychose » de Breivik, phénomène de la « guerre des civilisations »

Intoxiqué par le discours politico-médiatique, Behring Breivik a cru que l’Occident était menacé par le « clash des civilisations ». Refusant de baisser les bras, il s’est imaginé devoir prendre les armes et a tué 77 de ses concitoyens.

Par Jean-Claude Paye pour le Réseau Voltaire 

Anders Behring Breivik, l’auteur des attentats d’Oslo, ne présente pas les symptômes d’une soudaine folie ou d’une pathologie extraordinaire. Probablement comme Mohamed Merah, l’auteur des tueries de Montauban et Toulouse, il n’a pas succombé à un trouble mental, mais a simplement pris au sérieux le discours politico-médiatique du « clash des civilisations ». Tous deux ont cru ce qu’on leur disait, se sont positionnés dans ce conflit imaginaire, et ont voulu avec courage y prendre leur place. Pour Jean-Claude Paye, ce n’est pas tant le tueur de masse post-moderne qui est malade, c’est la société qui a validé la rhétorique néoconservatrice à travers les guerres impériales et les lois sécuritaires qui doit d’abord retrouver la raison.

Les massacres sont un phénomène récurrent de notre post-modernité. Ils ne résultent pas uniquement des actions militaires de l’armée impériale et de ses « coalitions », mais aussi d’actes individuels. À travers ce que l’on continue d’appeler des faits divers, ils font partie de notre quotidien. Ces actes ne sont plus rejetés à l’extérieur de la société, mais intègrent son réel. Ainsi, les tueurs de masse ne sont pas porteurs de valeurs propres. Ils ne présentent pas non plus les caractéristiques d’une psychose « extraordinaire », mais seulement d’une « psychose ordinaire », celle qui est commune à l’ensemble de la société. Ces massacres constituent un simple passage à l’acte, un révélateur d’un enfermement collectif dans la virtualité de la « guerre des civilisations », c’est à dire dans un nouveau réel destiné à se substituer à la réalité des contradictions sociales.

Un massacre afin de combattre le « complot islamo-marxiste »

Au XIXe siècle, Gustave Flaubert posait la question de l’influence des médias sur le comportement individuel. Il mit en scène une Madame Bovary qui trompe son mari pour se conformer aux romans à la mode. A chaque époque, les médias dominants véhiculent l’idéologie du moment. Au XXIe siècle, ils propagent celle de l’Empire : le « choc des civilisations », et produisent des Behring Breivik et des Mohamed Merah.

Remis le 29 novembre 2011, le rapport des psychiatres, sur l’auteur des attaques du 22 juillet en Norvège, était très attendu. Ce jeune homme avait fait exploser une bombe à Oslo, tuant huit personnes, avant de se rendre sur l’île d’Utoeya, où il avait assassiné 69 jeunes gens et blessé une centaine d’autres. Le rapport devrait influer sur la suite de l’affaire : un procès ou l’internement psychiatrique.

Le parquet norvégien, citant les conclusions des deux psychiatres, a annoncé que le prévenu était psychotique au moment des faits. Il aurait développé « une schizophrénie paranoïaque ». Si le tribunal rejoint l’opinion des experts, l’accusé ne pourra être considéré comme pénalement responsable et ne sera pas jugé.

L’absence de procès poserait problème à plus d’un titre. La lumière ne serait pas faite sur nombre de zones d’ombre du dossier, à savoir : la possibilité que le tueur n’ait pas été seul, hypothèse notamment liée au fait qu’il avait un walkie-talkie au moment où il a perpétré son acte [1], l’absence de forces de l’ordre sur l’île, l’incroyable lenteur de la police à se rendre sur les lieux ou le fait que le tueur n’ait pas été préventivement intercepté, alors que ses intentions étaient affichées sur le Net et qu’un achat de 6 tonnes d’engrais chimique, un classique en matière de terrorisme, avait été signalé.

Le procureur Svein Holden, a expliqué : « les experts ont décrit une personne qui se trouve dans un univers illusoire où toutes ses pensées et ses gestes sont régis par ses illusions » [2]. Il rejoint ainsi les positions de l’avocat d’Anders Behring Breivik. Ce dernier avait d’abord déclaré que son client était probablement « dément ». Ensuite, il avait préféré affirmer qu’il avait « sa propre perception de la réalité. »

Ces déclarations posent problème à plus d’un titre. Que Beiring Breivik ait une vision illusoire de la réalité ne peut lui être spécifique, puisque l’illusion accompagne toute perception. Cela ne peut le conduire à la psychose qui, elle, confond intérieur et extérieur, fusionne le sujet et l’objet, rendant ainsi impossible toute forme de conscience. Merleau-Ponty nous a montré que la perception, comme façon d’habiter le monde, repose nécessairement sur une croyance, autrement dit, sur une illusion. Cette théorie est complétée par Jacques Lacan. Ce dernier nous indique que dans l’hallucination psychotique la part de croyance dans le monde, accompagnant normalement les actions et les pensées, a été remplacée par une certitude absolue.

Des valeurs communes avec celles des médias Continue reading

Report: France gunman, Mohamed Mera, on U.S. no-fly list

TOULOUSE, France, March 22 (UPI) – The gunman who died Thursday when cornered by French police was on the radar of U.S. authorities as well, sources told The Wall Street Journal.

Mohammed Merah, 24, was on the U.S. no-fly list because he had been in custody in Afghanistan in 2010 before being sent back to France, sources familiar with the case told the newspaper.

The circumstances of Merah’s detention in Afghanistan were not clear, and the Journal said U.S. officials said there was no record of him ever being in the custody of the American military.

Merah was also named as a member of a group called Forsane Alizza, or Knights of Glory, French Interior Minister Claude Gueant said. The French government banned the group in January for trying to recruit people to fight in Afghanistan. Continue reading

French Terror Attack: All the Hallmarks of an Intelligence Psy-op and False Flag

By Kurt Nimmo for Infowars.com

Mohammed Merah, the suspect in the killing of seven people outside a Jewish school in Toulouse, France, fits the pattern of an al-Qaeda intelligence asset.

[Editor's note: Actually Merah, shot dead 3 children and 1 adult at the Jewish school in Toulouse on Monday, and 3 French soldiers in Toulouse and Montauban the week before. He also seriously injured one soldier in Montauban and 1 young man in the Toulouse Jewish school, using a 9mm Parabellum and a Colt 45]

According to the BBC, he was on the radar of French authorities because of visits he made to Afghanistan and the “militant stronghold” of Waziristan in Pakistan.

20120321-215027.jpg

members of the RAID: the French Police SWAT Team, outside Merah building, Toulouse, March 21st

More specifically, Merah was handled by France’s DCRI intelligence service “for years,” according to Claude Guéant, the interior minister.

Merah, a French citizen of Algerian origin, was arrested on December 19, 2007, and was sentenced to three years in jail for planting bombs in the southern province of Kandahar in Afghanistan.

In April of 2011, the United States admitted it has operated secret military prisons in Afghanistan where suspected terrorists are held and interrogated without charges.

The notorious Bagram airbase detention center is operated by the Joint Special Operations Command and the DIA’s Defense Counterintelligence and Human Intelligence Center (DCHC).
The DCHC “will be responsible for developing an ‘offensive counterintelligence operations’… capability for the Department of Defense, which may entail efforts to penetrate, deceive and disable foreign intelligence activities directed against U.S. forces,” Secrecy News reported in 2008 after the government announced the creation of DCHC.

The Pentagon and the CIA specialize in creating terrorists as part of a so-called covert and unconventional war doctrine dating back to the end of the Second World War (see Michael McClintock’s Instruments of Statecraft: U.S. Guerilla Warfare, Counterinsurgency, and Counterterrorism, 1940-1990 for an in-depth examination).

Toulouse shootings – ‘Gunman’ calls FRANCE 24 hours before pre-dawn raid

Although virtually ignored by the corporate media, it is an established fact that the CIA and Pakistani intelligence created what is now known as al-Qaeda out of the remnants of the Afghan mujahideen following the CIA’s covert three billion dollar war against the Soviet Union in Afghanistan.

It was the so-called Safari Club – organized under the CIA and with the participation of intelligence agencies in France, Egypt, Saudi Arabia, Morocco and (under the Shah) Iran – that ramped up the largely contrived threat of international terrorism prior to and during the CIA’s manufactured war in Afghanistan (see Peter Dale Scott, Launching the U.S. Terror War: the CIA, 9/11, Afghanistan, and Central Asia).

Intelligence agencies have specialized in the covert – and not so covert – creation of terrorists which are then used to provide a cynical raison d’être for launching military intervention around the world and also providing a pretext to build and expand a domestic surveillance police state.

A textbook example of this process is the Christmas Day, 2009, underwear bomber fiasco – subsequently exposed as a false flag event – that was exploited to push for installing dangerous radiation-emitting naked body porno scanners at U.S. airports.

The fact Mohammed Merah was in the custody of the Joint Special Operations Command in Afghanistan – and his supposed jail break at the Sarposa Prison was reportedly orchestrated by the Taliban (also created by the CIA and Pakistan’s ISI) – certainly raises questions about the attack in France, where a national election will soon be held.

The Telegraph reports that the attacks of the supposedly al-Qaeda connected Merah will play into the election bid of National Front candidate Marine Le Pen, who is unlikely to ever become the president of France.

It has, however, provided Nicholas Sarkozy with a pretext to put the southern part of the nation on high alert and cancel the campaigns of presidential contenders. Sarkozy stands to benefit from the terror attacks and play the role of a strong leader during a national crisis.

“In the short term it is likely that President Nicolas Sarkozy will benefit. Very quickly he took charge. He rushed to the scene. He suspended his campaign. He spoke as the president of the republic,” writes Gavin Hewitt for the BBC.