Appel à la lutte contre Bachar al-Assad : une trahison de plus pour le syndicalisme français

Dans une déclaration commune du 5 décembre 2012, les syndicats CGT, FSU et Solidaires ont clamé leur soutien au « peuple syrien » et appelé « la communauté internationale à redoubler d’efforts et de détermination pour que soient enfin respectés les droits humains et que cesse cette barbarie ».

On l’aura deviné, il ne s’agit en aucun cas d’un élan de solidarité réelle avec le peuple syrien, mais bien d’un appel à l’ingérence humanitaire, paravent gauchiste et larmoyant de la campagne d’attaques d’États étrangers (au premier rang desquels : la France) contre le gouvernement de Bachar al-Assad par l’intermédiaire du djihadisme sponsorisé. Bref, une exhortation à la destruction par le menu de l’une des dernières nations proprement souveraines du Moyen-Orient.

En ce qui concerne les objectifs de lutte de nos syndicats, on ne peut que rester perplexe. D’abord, leur soutien à l’impérialisme des pays de l’OTAN fait tâche. Il n’est plus à prouver que l’atlanto-sionisme (car Israël a bien un rôle déterminant dans la politique atlantiste) a été dans le monde l’idéologie la plus mortifère de ces vingt dernières années. On ne compte plus les centaines de milliers de morts générés en Yougoslavie, en Afghanistan, en Irak, en Libye par la puissance militaire des Anglo-Saxons et de leurs vassaux européens.

Mais rappelons également aux syndicats une réalité qui les concerne peut-être plus directement encore et qu’ils semblent avoir « oubliée » : l’OTAN est in fine le bras armé du pouvoir bancaire. Continue reading