Syrie – Opérations d’envergure menées par les rebelles, 2 semaines avant le massacre d’Al-Ghouta et enlèvements massifs de femmes et d’enfants (Reportages + Articles)

Syrie – 2 Semaines avant le massacre d’Al-Ghouta.

Opérations d’envergure menées par les Takfiristes Rebelles à Latakié et dans les Cantons Kurdes.

Massacres et enlèvements massifs de femmes et d’enfants (Reportages + Articles)

20130912-011655.jpg

Source: Site du Sheikh Imran Hosein

INHFR – Les rebelles sont partis dans les montagnes de la Province Syrienne de Latakié et dans les Cantons peuplés par les Kurdes au Nord de la Syrie, chercher plusieurs groupes de femmes et d’enfants, après avoir massacré les hommes !

Les dernières prises datent des 4 et 5 août 2013, soit deux semaines avant l’attaque d’Al Ghouta, et font suite à des opérations d’offensives, menées par les groupes de Rebelles Takfiristes réunis pour l’opération dont Nosra d’Al Qaida, l’ASL et d’autres factions Takfiristes, sur deux régions Syriennes.

La première est la région montagneuse côtière de Latakié, et la deuxième se trouve au Nord de la Syrie dans les cantons habités par les kurdes syriens.

Le 5 août 2013, les Rebelles Takfiristes attaquent les villages kurdes au Nord de la Syrie dont le village de Tal Abyad, massacrant 450 kurdes, dont certains seront brulés vifs, et plusieurs femmes et enfants seront enlevés.

Un témoin a décrit ce qui s’était passé: «Les militants d’al-Nusra et d’autres forces rebelles ont encerclé le village,” déclare le 7 août à RT Yasin Tarbush, un parent de l’une des victimes kurdes attaquées. “Ils ont commencé à faire du porte-à-porte, pénétrant dans les maisons. S’il y avait des hommes, ils les tuaient, et prenaient en otages les femmes et les enfants. ” The Kurdistan Tribune – le 8 août 2013

Les 4 et 5 août 2013, plus d’une dizaine de villages seront attaqués dans la région montagneuse côtière de Latakié. Plus d’une centaine de femmes et d’enfants, seront kidnappés et retenus prisonniers par les rebelles, et les hommes massacrés ! Voilà ce que révèle le reportage non diffusé de la Chaine d’Al Jazeera, et dont la fuite de l’enregistrement permettra de voir le drame qui se jouait pour ce groupe de femmes et d’enfants kidnappés à Latakié, et écouter le message que ces femmes ont lancé à l’ensemble de la communauté internationale.

Ces informations ont été rapportées également par d’autres Presses internationales, dont nous citerons quelques unes dans notre article.

Entre la nuit du 4 au 5 aout 2013, soit une quinzaine de jours avant le massacre chimique des civiles d’Al-Ghouta, les militants Takfiristes de l’ASL, NOSRA-d’Al Qaida et d’autres factions Takfiristes, soutenus et armés par les Etats Unis, la France, l’Arabie Saoudite et le Qatar, ont attaqué plus d’une dizaine de villages dans les montagnes de la Province de Latakié, avant de les assaillir, de massacrer les hommes et d’enlever une centaine de leurs femmes et leurs enfants.

[Latakié est une province Syrienne qui a gardé à tort une appellation de Province Alaouite, et quand bien-même les habitants le seraient, rien ne justifie leur massacre, encore moins par le Coran ! Plusieurs communautés résident à Latakié, curieusement moins rappelée pour sa bataille, pourtant historique, la Bataille de Latakié du 7 octobre 1973 qui a opposé la Syrie contre Israel, dans la guerre de 6 jours ou la guerre du Kippour. Les habitants de Latakié comme 70% de l’ensemble des Syriens appuient leur Gouvernement et leur Armée Syriens contre l’insurrection et la révolution des Takfiristes Rebelles, 20% des Syriens sont neutres et 10% uniquement de Syriens qui supportent les Rebelles, venus des 4 coins du monde, dans cette insurrection orchestrée et soutenue par l’Occident et les Pétro-Monarchies du Golf! Telles sont les données statistiques officielles de l’ONU elle-même sur le peuple Syrien !]

Les Takfiristes Rebelles, ont ainsi massacré plusieurs villages de la Province de Latakié durant l’opération d’offensive, qui a eu lieu les 4 et 5 aout 2013, avant de, curieusement, emporter avec eux une centaine de femmes et d’enfants, et ce tout juste deux semaines avant le massacre chimique d’Al-Ghouta!

Les Groupes Islamistes de l’opposition syrienne ont saisi 11 villages alaouites dominant le long de la côte syrienne, ce lundi, ce qui a poussé les civils à fuir vers la ville de Lattaquié.

L’offensive a éclaté dans les environs de Lattaquié, dimanche, par un ensemble élargi de groupes de rebelles sunnites dont, le Front Al-Nusra, “l’Etat islamique d’Irak”, le groupe Syrie (ISIS), Harakat Ahrar, Al-Sham Al-Islami (Mouvement islamique des hommes libres du Levant), attaquant à l’aide de mortiers et de missiles Grad, plusieurs villages pro-Assad avant les assaillir…

Bien qu’il était pressenti que les avancées des rebelles dans les régions à majorité alaouite allaient provoquer un conflit sectaire, étant donné que la majorité des rebelles appartiennent aux radicaux islamistes du Front Al-Nusra et à l’ISIS, l’ambassadeur de la Coalition Nationale Syrienne (SNC) à Paris, Monzer Makhous, a insisté en disant que ” l’entrée de l’ASL dans la région côtière est quelque chose d’obligatoire pour empêcher le régime de s’établir sur un canton qui lui est favorable, et de rétablir [ainsi] l’équilibre avec les forces du régime dans [la Province de Lattaquié].” Hannah Lucinda Smith pour le Journal Asharq Al-Awsat – le 6 Août 2013.

Un Journaliste d’Al-Jazeera fera un reportage depuis le lieu du rapt des femmes et des enfants. Un reportage qui ne sera d’ailleurs pas médiatisé par la Chaine. Dans ce reportage, la parole sera donnée au porte parole des Takfiristes rebelles, ainsi qu’à l’une des femmes retenues dans le groupe enlevé, par les Takfiristes Rebelles.

Le Takfiriste rebelle fera part de la réjouissance des rebelles de l’attaque des villages et de la prise qu’ils ont faite des femmes et des enfants. A ce sujet, il affirmera devant la caméra d’Al Jazeera que ces femmes ont été kidnappées parce qu’elle seraient maltraitées par leurs maris, ainsi que les enfants qui les accompagnaient. Il ajoutera que les rebelles étaient les mieux placés pour prendre soin d’elles et des enfants !

L’une des femmes retenues prisonnières s’exprimera également et dira devant la caméra du journaliste, qu’ils sont un groupe de 105 femmes et enfants à avoir été kidnappés et retenus prisonniers par les Moujahidines. Elle lancera un appel à l’ensemble de la communauté internationale pour les délivrer !

Voilà le message de plus d’une centaine de femmes et d’enfants syriens, disparus deux semaines avant le massacre d’Al Ghouta !

Juste après le massacre des villages de Latakié, Press TV a réalisé un reportage lors des opérations menées par l’Armée Arabe Syrienne du pays pour libérer la région du joug des Takfirites rebelles, et rechercher activement les femmes et les enfants enlevés. Plusieurs kurdes s’étaient joints à l’opération de l’Armée Arabe Syrienne, après de nombreux massacres qu’ils ont subis avant la dernière attaque du 5 août, de la part des Djihadistes de Nosra d’Al Qaida, de l’ASL et des autres factions Takfiristes.

“la majorité des villageois de Latakié ont été massacrés par les rebelles, et une centaine de femmes et d’enfants ont été kidnappés”, rapporte Alaa Ibrahim, Reporter de Press TV.

Le11 aout 2013, soit un peu moins de dix jours avant le massacre chimique d’Al-Ghouta, le Journal The Telegraph rapportera également le signalement, fait par les habitants de la région de Latakié qui ont échappé au massacre, de l’enlèvement d’une centaine de civils par les rebelles, après l’offensive que ces derniers ont faite sur les villages de la région de Latakié.

“Tous les jours nous découvrons des gens qui ont été massacrés dans leurs maisons, et des corps abandonnés dans les buissons”, a déclaré le cheikh Mohammed Reda Hatem, un chef religieux de Latakié. A ce jour, ce sont 150 villageois alaouites qui ont été kidnappés. Il y a des femmes et des enfants parmi eux. Et nous avons perdu tout contact avec eux.”

Continue reading

Bassam Tahhan, Syrie vers la guerre mondiale?

BASSAM TAHHAN évoque les implications d’une possible décision de frappes aériennes par les forces occidentales de l’OTAN sur la Syrie. Selon lui, la Syrie, le Hezbollah et l’Iran pourraient très bien décider de frapper les premiers et en masse sur Israël qui ne pourrait pas résister à une première attaque sur son territoire, mais aussi sur les intérêts occidentaux dans la région.

“JE TE DÉVORE AU DÉJEUNER AVANT QUE TU NE ME DÉVORES AU DÎNER.”

Les rebelles syriens utilisent des produits chimiques contre les troupes du gouvernement

image

L’armée syrienne découvre des agents chimiques dans des tunnels rebelles près de Damas

Les rebelles syriens ont utilisé des armes chimiques contre les forces du régime dans la banlieue de Damas, à Jobar, où les soldats ont découvert des stocks d’antidotes d’empoisonnement toxiques, rapportent des médias d’état.

Les soldats de l’armée syrienne ont en effet trouvé des agents chimiques lorqu’ils sont entrés dans des tunnels rebelles dans la banlieue de Damas, à Jobar excactement, selon les télévisions syriennes, ajoutant que certains d’entre eux avaient commencé à suffoquer. Des ambulances ont été dépêchées sur place pour soigner les soldats qui étouffaient.

Cette même source a ajouté que les troupes de l’armée se préparaient à lancer un assaut dans la banlieue où les rebelles sont soupçonnés se trouver, rapporte Reuters.  

Ghisham Doyle pour WikiStrike

Source: RT

La brigade Ahrar alCham reconnaît sa défaite cuisante à Idlib

Après le contrôle du camp Chabiba qui est considéré comme la porte d’entrée de la ville d’Idlib, le mouvement Ahrar alCham alIslamaya  a annoncé le déclenchement d’une nouvelle opération d’offensive baptisée « Fateh Moubin » .

Dans un communiqué,  alAhrar précise que l’opération  en question , à laquelle participe les brigades des Ahrar alCham et aussi la brigade des Soukour  alCham,  vise  les points de barrages de l’armée nationale syrienne dans la province d’Idlib à savoir : « les barrages de contrôle situés à l’ouest d’Aricha  dans le Bensqoul: comme les barrages Kahraba,  Qiyassat,  Assaad, Madajen  et le barrage Ormjoz.

Le communiqué ajoute: «Il s’agit à travers cette opération de contrôler la route Aricha – Lattaquié  afin d’empêcher les approvisionnements de parvenir aux  camps militaires à Idlib (camps alMastouma et alQarmid) et imposer un étau contre l’armée de Bachar ».

La bataille a commencé , accompagnée d’une couverture médiatique très optimiste. Ainsi, aux premières heures  des affrontements, les médias pro-miliciens de l’opposition syrienne ont annoncé  la victoire  contre   différents points de contrôle de l’armée mentionnés dans la déclaration voire les brigades des Soukours d’alCham semblaient être sur le point d’assiéger la ville d’Idlib».

Au deuxième jour de la bataille, soit jeudi dernier,  les sites internet et les chaînes satellitaires ont évoqué le contrôle total par l’ASL de certains points de barrage (sachant  que certaines chaînes satellites ignorent intentionnellement que la brigade d’alAhrar est indépendante de l’ASL) comme celui de Kharaba, d’Ormjoz voire que  des affrontements violents ont lieu au barrage Majbal et que les  rebelles ont réussi à détruire des véhicules blindés et des chars  de l’armée syrienne.

Or,  fait curieux : alors que ces mêmes  médias annonçaient des victoires de l’  ASL à différents endroits, l’un des cadres miliaires de la brigades alAhrar , Khaled Abou Anas, a reconnu  sur son compte  Twitter la perte tragique dans les rangs de ses troupes : « les caravanes des martyrs des Ahrar alCham affluent  sur les places de l’honneur,  près de cinquante martyrs sont tombés entre  hier et aujourd’hui ».

Information confirmée par des sources sécuritaires locales qui ont rapporté que l’opération Fateh Moubin s’est terminée par un échec cuisant,  voire que toutes les brigades des miliciens de l’opposition syrienne se sont retirées du  champ de bataille, et que les forces de l’armée syrienne ont réussi à rouvrir  l’autoroute Idlib – Lattaquié.

Toujours selon ces sources, l’intensité des affrontements a considérablement diminué et les pertes dans les rangs des milices armées se sont élevées à environ 200 morts et des dizaines de blessés.

A noter qu’un de ceux qui sont tombés dans cette bataille , un dénommé Ahmed Bakir,  surnommé Abou al-Walid, est le commandant militaire de l’une des brigades d’Ahrar alCham  . De plus, il est un ami personnel du commandant du Front islamique syrien  Aboud Hassan Abu Abdullah al-Hamwi : ils étaient ensemble à la prison de Sednaya accusés d’extrémisme et de terrorisme.

Hamwi a rapporté que lors des événements de Sidnaya il y a quelques années,  Bakir a joué un rôle important dans l’effusion de sang avec ses camarades quand ils ont piégé  trente gardiens de prison, sans évoquer de leur sort.

Aucune déclaration des Ahrar alCham n’a rapporté  l’échec de la bataille Fateh Moubin, mais il semble évident que cette bataille a échoué et a démoralisé les rebelles, surtout après  les défaites qu’ils ont subi à  Alep.

A noter les propos de Saad Abou Omar, le chef des Ahrar alCham qui a écrit sur son compte Twitter: «La bataille Fateh Moubin s’est retourné en une cimetière pour nos frères martyrs : nous avons perdu beaucoup de frères ».

Source: Al Manar

Violents affrontements à l’école d’infanterie de l’armée à Alep, en Syrie

 

Plusieurs terroristes ont été tués ou blessés, dans des affrontements, survenus, aujourd’hui, avec l’armée syrienne, dans les provinces Alep et Deir ez-Zor.

Selon Fars News, l’armée syrienne a attaqué le rassemblement des hommes armés dans le village Adnan, près de l’école Jeyl ul-Ghad, dans la région Al-Mansoura, mais aussi, dans les régions Kfar Daal et Khan Touman, dans la banlieue d’Alep. Des dizaines d’hommes armés ont été tués ou blessés et leurs munitions ont été détruites. Les forces de l’armée syrienne ont également attaqué les cachettes des terroristes dans les régions Madinat al-Qadima, Bani Zeid, Yarmoun et Al-Naqarin et s’y sont affrontés aux terroristes. L’armée syrienne a fait preuve d’une avancée considérable dans les régions Zarba et Mouslemiya et s’est intervenue contre un rassemblement des hommes armés du front Jibhat ul-Nasra, affilié à Al-Qaïda, à l’école d’infanterie, sur la route de Mouslemiya.

Source: Irib

Vent Libyen

By Félix Niesche, EGALITE ET RECONCILIATION

On reparle un peu de la Malheureuse Libye livrée toute vive au couteau des égorgeurs hallal.
Tout ça parce qu’un améssadeur ambaricain s’est fait flinguer.
Justice immanente, dirait Alain Soral.
On parle « d’instabilité  », et un petit peu de « l’intolérance » mahométane…
Certes, la Charia bien sur, mais qui dira la Terreur physique, les arrestations arbitraires, les tortures les plus bestiales, avec une prédilection pour les castrations et les découpages tout vifs, les énucléations aussi sont bien vues, et le diable sait quelles autres abominations, dans ces bolges puantes du dernier cercle, où l’on ne peut que prier pour que la mort miséricordieuse vienne vite, tout en sachant que post-mortem sa dépouille sera profanée, livrée aux chiens ou jetée dans une fosse d’excréments.

Ce sort pire qu’atroce, est celui de millier et millier, suspects de sympathie avec le régime laïque de Kadhafi, ou pas assez croyancieux, ou trop, dans cette Libye livrée aux mains des chacals qatarii, des pires ordures que la terre ait charrié.
Et ce rebut fut déversé par les bétaillères de l’armée « française », afin de faire de la Syrie une chierie de charia, un bourrier d’arrière-à-Sion.
On comprend que le « gouvernement », « français », lors de la prochaine Loi de programmation militaire, songe à abaisser le budget de cette sous-traitante, puisque celui de la maison-mère adjuivante, la Seule Armée qui vaille, la Vraie, est en constante augmentation.

À propos de la présence bienfaisante des militaires français en ce qui reste de ruines après l’ouragan Libyen, ils sont présentement, comme on dit en Côte d’Ivoire, si l’on en croit le journal algérien L’Expression en date du 6 septembre, en train d’installer une bonne vieilleBase … dans la région où gisent les gisements, de mazout et autres combustibles.
Le but étant d’extirper du bourbier où pataugent les Libyens ordinaires, une Libye ultra-protégée, car le vert palmier craint l’autan libyen [1], avec ravitaillement par air, la Libye-dîneuse à heure fixe, dans les champs fleuris de barbelés, la Libye prospère des chants pétrolifères.
Un peu comme en Iraq, avec au nord Kirkouk, et sa coco, ses coca-light, ses putes et ses sun-light, l’américain way of life, et tout le reste du pays dans la merde.
Voyez-vous ?
Félix Niesche

Sur le même sujet : Arabesques à paraître prochainement sur KontreKulture.
Et toujours du même auteur, sur KontreKulture : Vis Comica , Fragrans feminae (sur la gynécocratie) , Ex-France