En Syrie, le feu ne cesse pas

Ban Ki-moon et Hillary Clinton s'inquiètent de la "liberté de mouvement" des observateurs de l'ONU ? Mais dimanche à Homs, ils ont eu la chance de visiter un quartier en compagnie de Tlass, chef local des tueurs de l'ASL !

En Syrie, à la guérilla des armes se superpose sans cesse celle des bilans. Et, dans cet affrontement là, c’est cette fois l’opposition qui bénéficie d’une écrasante supériorité logistique : l’OSDH (Observatoire Syrien des droits de l’homme) continue d’imposer ses chiffres. Soit 59 victimes pour la journée de lundi, dont 31 civils dans la région de Hama, et cinq soldats. L’OSDH prétend que 28 civils ont été victimes de tirs de mitrailleuses et d’obus dans le quartier d’Arbaine à Hama, du moins selon les dires d’un de ses « correspondants« . Ce chiffre de 59 constitue un « pic » depuis l’entrée en vigueur théorique du cessez-le-feu, le 12 avril. L’OSDH, comme le CNS (conseil national syrien) , cherchant à faire capoter le plan Annan, il est fort possible que Rami Abdel Rahmane (patron londonien de l’OSDH) ait « forcé la note » pour convaincre gouvernement et opinions occidentaux de la mauvaise foi et de la brutalité du régime.

Nous avons donné le décompte de l’agence syrienne Sana pour la même journée, décompte qui concernait le nombre de victimes d’attaques terroristes à la mi-journée : quatre militaires et un civil tués. Le quotidien gratuit 20 Minutes se fait d’ailleurs l’écho de ces bilans de l’agence Sana, et ce n’est pas le seul média français à le faire : peut-être ce début d’objectivité est-il à mettre au compte d’un sursaut de conscience professionnelle, ou d’une tardive interrogation sur un unanimisme et un manichéisme médiatique qui a duré trop longtemps… Mais c’est vraiment un très léger contrepoint au discours officiel résolument pro-opposition.

Revenons à la guérilla de terrain : mardi 24 avril, Sana rend compte de nouvelles actions des bandes armées et de nouvelles opérations des forces armées, survenues hier soir ou ce matin.

-A Hama, précisément dans ce quartier d’Arbaine dont l’OSDH prétend qu’il a été ensanglanté la veille, les militaires ont traqué puis intercepté, avec l’aide d’habitants affirme Sana, des groupes armés, arrêtant un grand nombre de leurs membres, et récupérant les traditionnels impedimenta : RPG, fusils d’assaut, matériel de communication. Et aussi des uniformes de l’armée. Par ailleurs, deux membres des forces de l’ordre ont été tués dans le quartier d’Assawaek.

-A Alep, plus précisément dans la localité d’al-Bab (à une vingtaine de kilomètres au nord-est d’Alep), une attaque contre des « agents de l’ordre » a fait deux morts et six blessés parmi eux. Par ailleurs, les services de sécurité ont arrêté une cellule de sept personnes soupçonnées d’avoir procédé à des enlèvements de type crapuleux : ce groupe a notamment kidnappé, voici un mois et demi, Ayman Mwafaq Bin Nazem, propriétaire d’une usine de textiles, avant de le relâcher après paiement d’une rançon de 500 000 livres syriennes. Ces kidnappeurs avaient-ils une coloration politique ? Sana ne le précise pas.

La petite phrase d’un responsable russe

Les tartuffes de l’administration Obama se sont dits lundi soir « inquiets » de la poursuite des affrontements. Mais, en attendant, la mission des 300 observateurs onusiens se met en place, suite au vote unanime du Conseil de sécurité, samedi 20 avril. Les Occidentaux semblent cependant moins franchement ralliés au plan de paix Annan que les Russes et les Chinois, Juppé et Clinton rivalisant de prédictions pessimistes ou de déclarations impatientes, exactement comme le CNS, comme par hasard.

Le déploiement des 300 bérets bleus devrait en tous cas commencer au début de la semaine prochaine, selon un porte-parole de l’ONU. Tant Ban Ki-moon que Victoria Nuland, porte parole du Département d’Etat américain, ont exigé que ceux-ci bénéficient d’une absolue liberté de déplacement et de communication. On peut dire que jusqu’à présent, en tous cas, l’équipe « exploratoire » de six membres, avec le colonel marocain Himmiche, a pleinement exercé cette liberté, visité un quartier contesté de Homs en compagnie d’Abdul Razzaq Tlass, chef des combattants ASL (armée syrienne libre) sur la ville. Ce qui n’a pas empêché un « militant« , un certain Abou Omar, de déclarer au micro complaisant de l’AFP que ces observateurs « coordonnent leurs mouvements uniquement avec les autorités et ne travaillent pas avec le peuple sur le terrain » ; décidément, entre l’opposition radicale et les Occidentaux, il y a une véritable synergie de mensonges et d’alarmisme, au service du sabotage de la mission Annan, les mêmes ayant déjà saboté, en janvier, la mission d’observation de la Ligue arabe.

Pour autant, le bel unanimisme occidental n’est-il pas en train de s’effriter ? Hier soir, le président de la commission des relations internationales de la Douma (la chambre basse russe), Alexei Pushkov, a fait hier à Strasbourg, siège du Parlement européen, une déclaration intéressante : « Tous les membres du comité politique du Conseil de l’Europe ont reconnu que les positions des pays occidentaux vis-à-vis du président Bachar al-Assad étaient irréalistes et irresponsables« . Sur la base de quels entretiens Pushkov se base-t-il pour faire cette déclaration ? Nous ne le savons pas. Mais si cela correspond à quelque chose, alors ce serait effectivement le signe d’un changement important dans l’approche européenne sur la crise syrienne. A confirmer…

Source: Info Syrie

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s