Syrie : Une guerre télécommandée!

par Pierre Dortiguier

L’on commet souvent l’erreur d’attribuer à une guerre les moyens et surtout les stratégies de celles qui l’on précédée ;

cette myopie est fatale, et la guerre syrienne permet de dégager un nouveau type d’action destiné à devoir se reproduire : le terrorisme à distance.

L’action récente de l’explosion de l’hôpital de Hama impliquait une technique ordinaire, le creusement de tunnels employé pour faire sauter des prisons, comme cela s’est vu en Afghanistan ; mais le but psychologique ou l’objectif a  été murement réfléchi. Il s’agit non pas de convaincre une population –comme dans la soi-disant guerre révolutionnaire maoïste – ou de l’intimider pour qu’elle abandonne le pouvoir ; mais de punir celle-ci de ne pas se révolter contre lui.

La même tactique, à certains égards, a été  employée dans les bombardements civils au phosphore contre le Continent européen par les Anglo-américainsn ou au napalm contre la Corée et l’Indochine ; mais la présente guerre syrienne essaye des modèles plus raffinés, susceptibles de fixer une armée par l’appui d’Etats voisins  à des rebelles; et la guerre ne vise plus une victoire politique, comme dans le cas du Viet-nam du nord minant  le Sud, elle ne veut que rendre toute vie pacifique impossible. C’est  un acharnement à distance, car on n’imagine pas une coalition partisane  ordonner de telles exécutions de femmes et enfants !

Etablir l’insécurité pour supplier le premier venu de prendre le pouvoir est une manœuvre dont on observe le volet militaire ! Il s’agit de fatiguer la population et de donner aux soldats le sentiment que cette batailler est sans fin.

Comment est-il possible de réagir ? Nationalement par l’unité, c’est une évidence et la mobilisation patriotique, en désignant les ennemis réels ; mais cette attitude doit s’accompagner d’un front de soutien à la Syrie, qui distinguera  les clients ou les adversaires du leadership US.

Ce n’est pas une guerre locale, mais, pour reprendre un mot toujours juste du fameux De Gaulle  « une guerre mondiale » ; avec sa ligne générale de conditionnement, d’isolement et d’élimination corrélative de la population. La signature étrangère est évidente, et sans désigner la tête de l’entreprise de subversion, tout sera vainement entrepris pour retourner à la paix, si la tête du dragon n’est pas coupée.

C’est ce que la diplomatie russe a entrepris de faire, et chaque déclaration de M.Lavrov  dénonce  l’alimentation en matériel militaire de commandos qui subissent des pertes, et se reforment aussi par un système double, d’infiltration  et de réveil de réseaux dormants. Car la préparation est très ancienne, et le rôle de toute vraie et efficace Intelligence est de repérer cette armée de l’ombre  formée des débris de nos sociétés dégradées,

Le système politique des combattants  ou « rebelles » est en réalité neutre ; par un effet de lavage de cerveau, auquel s’emploient les fameux camps disséminés d’Egypte en Roumanie et en Pologne, dont on nous disait naïvement qu’ils servaient de prison à la CIA doivent avoir un principe de rendement ! Ils doivent produire dans une société  qui « exige des résultats », « veut des moyens » et refuse l’oisiveté ! Ce sont des écoles de formation de monstres, de robots qui peuvent seules produire des assassins tranquilles comme ceux qui ont détruit l’hôpital de Hama. Mais il ne s’agit pas de répercuter –comme on dit- le fait, il faut l’analyser, en montrer la « portée », la valeur !

Dans le langage déjà des gouvernants favorables à la coalition contre  « le régime de Kadhafi » l’on a entendu des appels directs au meurtre ; des journalistes se sont introduits dans le pays pour participer à la campagne otanienne, sans scrupule de morale : et ce cynisme s’est étendu au point de  pousser notre ministre des Affaires Etrangères à souhaiter la mort d’un dirigeant régulièrement élu ! Cette dégradation de la conduite est un tout, un norme politique, non point un accident !

La rage de la nouvelle guerre qui veut s’étendre à tous les endroits de résistance à cet ordre mondial dont les esprits perspicaces annoncent la venue depuis plusieurs générations, déteint sur la cruauté des moyens. L’assassinat de savants iraniens participe de cette même absence de morale, de cette insensibilité  qui va de pair avec la facilité de  nombreux comportements criminels que les générations précédent eussent jugé étranges.

Cette nouvelle forme de dégénérescence court ainsi le monde ; en Hollande, elle  pousse un garçon de 15 ans à accepter pour 150 Euros d’assassiner une Asiatique qu’il ignore, recruté sur internet. En Syrie des actes de sadisme dans lesquels la drogue, comme vraisemblablement dans cette anecdote que nous citons, joue son rôle sont des actes gratuits, puisqu’ils touchent des gens inconnus de ceux qui les violentent : et cette frénésie demande une nouvelle formation psychologique pour ceux qui ont en charge la sécurité nationale.

La guerre se fait par machines mues de loin, et l’exemple des drones est très caractéristique : ils tuent aveuglement, j’entends ceux qui les manipulent !

Le recrutement des mercenaires dans les écoles prisons de la CIA produit des drones humains et pendant qu’ils frappent, tuent, incendient, violentent les gens et les biens, nous voyons le sourire clintonien planer sur ces atrocités ; on nous abreuve  de la conscience internationale contre la Syrie, mais jamais l’on ne nous parlera, pour imiter le tire d’un ouvrage de Georges Bernanos, de la Syrie contre les robots !

C’est l’idée d’humanité –et non sa chaise ou son pouvoir- qui anime, au dessus du patriotisme bien naturel, de façon sublime la figure de Bachar ! Tout ce qui est humain ou le veut demeurer se reconnaît dans sa lutte et les souffrances, mais aussi les succès de l’Armée Syrienne et de ses partisans nationaux.

Source: IRIB

 

 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s