Presse qui roule n’amasse pas mousse

20130117-065333.jpg

Par Simone Choule, ATELIERS E&R

L’heure du Mercato de la presse écrite sonne plus tôt que prévu sur l’agenda de la Médiacratie. Ce ne sont pas seulement les usines qui ferment toutes les semaines en France, ou bien les grandes enseignes (tel Virgin tout récemment) mais la « presse à annonceurs » subit aussi une crise patente. Pas de chance, c’est cette même presse qui nous informe de l’actualité économique de ses maîtres.

En effet, Jean-François Kahn quitte le capital de Marianne, tout comme Philippe Cohen qui en quitte la rédaction, Alexandre Adler devient « trop cher » pour la rédaction du Figaro… Ces éditocrates dominants depuis les années 70 seraient ils en train de chercher une reconversion ? Bernard-Henri Lévy ne peut-il plus subvenir aux besoins de ses protégés ? Ou de nouveaux viennent-ils les remplacer à des coûts défiant toute concurrence ? Tous les échelons de la profession se voient-ils touchés par la crise ?

En matière de gestion financière, une des réalités est que les journaux sont incapables de payer les plans sociaux mais aussi de gérer les imprimeries. Aujourd’hui, il faut cinquante ouvriers pour sortir un journal en France alors qu’en Belgique seulement dix sont nécessaires. Le Frankfurter Allgemeine Zeitung à Francfort se fabrique 50 % moins cher que Le Figaro ou Le Monde. Mais au-delà des restructurations techniques et structurelles, le même problème d’argent revient encore et toujours. La presse sortira-t-elle un jour de cette tutelle de plus en plus étouffante ? Papier-buvard dirait Gainsbourg…

Les Hommes du Président

Pour comprendre les racines du financement des journaux, et de leur management il faut remonter à l’après-guerre : les gaullistes prenaient position dans les rédactions et les communistes dans les ateliers et les imprimeries. Ils donnent à la presse un statut hasardeux avec en prime l’héritage d’un syndicat du livre collabo qu’il fallait blanchir. À la Libération, les problèmes financiers de la presse doivent être évités : Albert Camus écrit dans Combat le 31 août 1944 : « L’appétit de l’argent et l’indifférence aux choses de la grandeur avaient opéré en même temps pour donner à la France une presse qui, à de rares exceptions près, n’avait d’autre but que de grandir la puissance de quelques uns et d’autre effet que d’avilir la morale de tous. »

La loi sur la presse de 1881 avait été abolie par Vichy, elle est rétablie par le CNR (Conseil national de la résistance) en 1944. Mais c’est une loi d’essence libérale : elle offre la liberté à la presse mais la soumet à la loi de l’offre et de la demande. Dès 1947, deux titres, Combat et France-soir, vont tomber dans les mains de patrons tout à fait traditionnels, un millionnaire et la librairie Hachette.

Grâce à ses amis d’avant-guerre François Salle et André Bettencourt, tous deux chez L’Oréal, François Mitterrand est nommé en 1945 à la tête du magazine féminin Votre Beauté qui appartient depuis 1933 à L’Oréal. Il sera le pionnier du retour au mélange des genres entre affaires, politique et presse, tissant des réseaux qui vont servir ses ambitions. L’âge d’or correspond aux années 80-90, où la presse vit des revenus de la publicité, qui représentent un chiffre d’affaires faisant près de 70 % pour des journaux comme Elle ou Le Figaro.

La domination des annonceurs et le règne du journalisme de Mammon ?

D’après un sondage La Croix de janvier 2012, 59 % des personnes interrogées jugent que les journalistes ne sont pas indépendants des pressions de l’argent. Pour corroborer cette opinion partagée dans la population, Philippe Mudry explique durant une assemblée générale de la rédaction de La Tribune que « l’intérêt de l’actionnaire ne doit pas être remis en cause par un journal qu’il contrôle ; l’actionnaire dit il a le droit d’intervenir sur le traitement de l’information, même au détriment du lecteur ».

BHL et Pierre Bergé sont passés du conseil de surveillance de Libé à celui du Monde du jour au lendemain sans que cela gêne qui que ce soit, un genre de mercato du conseil de surveillance. BHL est également président du conseil d’Arte, éditorialiste au Point de l’écurie Pinault où il tient un blog régulier et éditeur chez Grasset, écurie Lagardère. Aurélie Filippetti du journal La Tribune, Mme Médias de la campagne de François Hollande, annonce vouloir rétablir l’indépendance des médias en cas de victoire de son candidat. L’élection a montré laquelle de la journaliste ou de l’indépendance de la presse a profité de cette position. La Tribune qui voit le docile Yvan Levaï qui qualifie Bernard Arnault de « prince éclairé ».

La presse papier ne cesse d’être en chute autant qualitativement que sur ses ventes depuis les années 90. Certes la presse gratuite et numérique a fait baissé de 24 % la presse traditionnelle mais a surtout accentué ses faiblesses : parmi elles, il faut bien sur compter le formatage, le conformisme, le travail bâclé, le manque d’enquêtes. Bien sûr, il y a un certain poids des éditorialistes experts cancanant en boucle des idées rabâchées, la médiocrité et le manque de courage de nombreux rédacteurs en chef ainsi que la servilité et l’incompétence de certains journalistes.

Sur les questions économiques dans la presse française, le journalisme d’investigation est quasi impossible. Les journalistes, soumis à un taylorisme de l’information de plus en plus pressant, disposent de moins en moins de temps pour se déplacer, rencontrer des sources ou les croiser, se documenter tout en évitant les chargés de communication, les inquiétudes des services de publicité, les préventions ou les méfiances des chefs de service ou des rédacteurs en chef. Le chiffre d’affaires publicitaire baisse ? Fermez le bureau de Rome ! Baissez la pagination ! Refusez les reportages ! Vive les CDD ! Réduisez les piges !

L’État vient pourtant payer pour le Capital et vient gentiment au secours des budgets des journaux sans demander aux propriétaires de mettre la main à leur portefeuille : en 2010, Libération (où Édouard de Rothschild a placé lui-même Serge July comme manager, pardon « chef de la rédaction »), a touché 14 millions d’euros d’aides directes, sans compter les aides indirectes (postales, portage, numérique, TVA à taux réduit…). Le Monde a touché 17 millions, comme Aujourd’hui en France, Le Figaro (13 millions), France-soir (6,5 millions), Les Échos (2,7 millions). Comme les banques dont ils sont les danseuses, les journaux peinent à retrouver une crédibilité auprès des lecteurs, qui les délaissent en favorisant d’autres voix…

Une danseuse qui fait la Gueule

« Il y a des danseuses qui coûtent cher à entretenir, et qui en plus, font la gueule. Mais ces danseuses de journaux peuvent apporter quelques compensations », disait l’ancien patron de l’AFP Jean Miot. En effet, Arnault, Dassault et tous les autres contrôlent leurs journaux via holdings et sous holdings. Certaines de ces holdings vont abriter des « actifs », c’est à dire ce que le journal possède, d’autres des « passifs », notamment des dettes envers des banques ou des fournisseurs.

Ces différentes holdings, toujours évidemment sous le contrôle d’une holding « de tête », contrôleront aux étages inférieurs les sociétés éditrices, transparentes, elles, puisque les journaux français sont dans l’obligation de rendre public leurs comptes annuels. Ces Holdings « par étages » – deux, trois, quatre étages voire plus – s’empilent et s’imbriquent pour organiser au mieux les affaires des vastes groupes des hyper-riches.

En perdition la presse rapporte pourtant en… défiscalisation : pas très glorieux, mais c’est pourtant l’exacte réalité pour les ombrageux tycoons Bernard Arnault, François Pinault, Xavier Niel, Pierre Bergé, Vincent Bolloré, les héritiers peu scrupuleux ou incompétents Arnaud Lagardère ou Serge Dassault, les banquiers survoltés comme Michel Lucas (Crédit Mutuel), Matthieu Pigasse (Lazard) ou Édouard de Rothschild (ex-Rothschild & Cie). Des énarque retors – Alain Minc, Denis Olivennes, Alexandre Bompard, Laurent Solly ou Nicolas Bazire – sont au service de combines opaques de leurs patrons pour le contrôle serré de la presse.

Des arrière-secrets couverts par le monde des affaires se révèlent troubles : SAIP est par exemple une société qui fait écran entre la holding « Refondation » et SARL Libération et qui est d’une obscurité totale bien qu’elle contrôle près de 94,99 % du capital de Libération sans qu’on sache qui possède combien ; les parts de Rothschild et celles de la famille Caracciolo sont de 26 % et de 22 % : à qui appartient le reste ? La réponse ne figurera pas en page « Désintox » de Libération…

Le journaliste Pierre-Henri de Menthon, révèle sur challenges.fr que les dirigeants de la branche française de la banque Lazard, parmi lesquels Matthieu Pigasse, (aiguillé depuis sa sortie de HEC par Alain Minc) ont trouvé le moyen, avec l’accord de la Direction générale des impôts, « que leurs revenus en provenance de Lazard New York soient traités en bénéfices industriels et commerciaux, avec un crédit d’impôt prévu dans une convention franco-américaine ». Ce qui aboutit « à une très large exonération » selon l’un des négociateurs de l’accord fiscal. Tout cela se passe sous les yeux des rédactions muettes. Malgré de copieuses rubriques Médias et d’innombrables blogs, la presse n’est plus très curieuse d’elle-même…

Collusions supranationales, pensée unique, parades fiscalistes, turn-over constant des plumes, financements troubles, perte de crédibilité : la presse écrite n’a plus le panache du XIXe siècle, où tout journaliste pensait changer le monde en signant un article ; ce sont ses patrons qui le changent, le monde, aujourd’hui, mais en signant quant à eux des chèques.

Réfléchir aux accointances politico-financières du journalisme, avec Kontre Kulture :

20130117-091507.jpg
“Au cœur du pouvoir” d’Emmanuel Ratier

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s