Nouveau délire médiatique : Poutine contre les bébés

20130131-183537.jpg

Par Israël Adam Shamir via E&R

Après tellement d’autres crimes, voilà que Poutine a rempilé le mois dernier : il s’attaque aux innocents petits bébés, par pure méchanceté !

On nous a bassinés avec ça jusqu’au jour où Thomas Friedman en personne y a mis un point final dans le New York Times en ces termes : « Le premier réflexe de Poutine, confronté aux mauvaises manières de son régime, a été d’empêcher les parents américains d’adopter des orphelins russes, alors même qu’ils ont si cruellement besoin d’un foyer. » Curieusement, en Russie, les récriminations contre la nouvelle loi sont encore plus stridentes. Lorsque Poutine a donné une grande conférence de presse pour les media russes, pas moins de huit journalistes différents ont remis l’affaire sur le tapis, avec des insinuations malveillantes. L’opposition « blanche » a foncé sur les « gredins », comme ils appellent les partisans de la loi en question, et ont comparé Poutine au légendaire Hérode.

Le porte-parole anti-Poutine des oligarques, Constantin Eggert, dans leur quotidien Kommersant, a malaxé du Dickens avec de la mort aux rats pour compatir au malheur des orphelins russes privés de la chance unique de grandir à l’abri de la bannière étoilée : « et parmi eux il y en aura qui ne liront jamais Winnie l’Ourson, qui ne souffleront jamais leurs bougies sur le gâteau, qui n’iront ni à l’école, ni au collège, qui ne connaîtront jamais le chaud soutien de leur nouvelle famille au Texas ou en Californie… Leur destin hantera à jamais la conscience des députés de la Douma et du président qui les a privés de tout cela… ! »

C’était à prévoir, les grands media russes sont pro-occidentaux et propriété de l’oligarchie. Mais il faut bien dire cependant que la grande majorité des Russes soutient cette loi (76 %), selon un sondage indépendant financé par la société américaine WCIOM. Le parti communiste, dans l’opposition, l’a votée. La démocrate libérale et féministe célèbre Maria Arbatova, ex-dirigeante politique et écrivain, qui s’investit beaucoup dans les orphelinats et les problèmes d’adoption, à qui on demandait pourquoi l’opposition était si déchaînée, estime qu’il s’agit d’une position tactique : « il leur faut du carburant pour leurs manifestations. Les Pussy Riots c’est du passé, les orphelins, c’est de la chair fraîche. » Le poète radical Edouard Limonov, dirigeant du parti interdit NBP a également soutenu la loi et raillé l’opposition en soulignant qu’elle défend les intérêts US plutôt que les enfants russes.

Non pas que les Russes aient soudain découvert que l’adoption aux USA fait du tort aux enfants. La loi a été assénée pour des raisons politiques, tout le monde le reconnaît, et le vote a longuement été retardé. Au départ, c’était simplement une clause additionnelle à un projet de loi qui était une façon de manifester le déplaisir russe face au décret Magnitsky. Ce décret constitue une initiative législative très contestable, puisqu’il autorise les USA à rafler, geler et confisquer les avoirs russes s’ils appartiennent à des gens qui figurent sur une certaine liste secrète toujours susceptible de s’allonger. Théoriquement, c’est la liste des responsables de la mort d’un avocat russe, Sergueï Magnitsky, qui représentait un fonds US, avait été arrêté pour évasion fiscale supposée, et avait fini par mourir en taule dans des circonstances suspectes. Personne ne tenait spécialement à défendre deux gardiens de prison et un ou deux enquêteurs qui correspondent au signalement. Le problème c’est que pratiquement n’importe quel citoyen russe pourrait se retrouver sur la liste noire et secrète, au motif qu’il tomberait dans la catégorie élastique des gens qui « ne respectent pas les droits humains ».

Comme les USA sont fort généreux pour défendre les droits humains d’autres nationalités, cela englobe tout le monde. Pierre, Jean ou Jacques pourraient ainsi passer à la trappe. Les Russes avaient donc d’excellentes raisons de s’en faire, parce qu’ils détiennent quelque 500 milliards de dollars, au moins, en placements dans des banques occidentales. L’Occident a encouragé les investissements russes dans les banques occidentales et en propriétés foncières, comme un moyen de pression contre les élites russes. Le mot de Zbigniew Brzezinski est resté célèbre, car il avait proclamé : « Dans la mesure où 500 milliards de dollars appartenant à la soi-disant élite russe sont gardés dans nos banques, il n’est pas difficile de comprendre de quel pays c’est l’élite ! » Le décret Magnitsky a créé une machinerie légale pour mettre la main sur leurs placements sans l’ombre d’un processus judiciaire. Et comme le président US a le pouvoir d’exécuter quiconque, sur la terre entière, grâce à ses drones omniprésents, rien ne l’empêche d’ajouter tel ou tel nom dans sa liste Magnitzky.

Les Russes fort marris ont préparé toute une série de mesures pour contrecarrer le décret. Ils ont d’abord essayé de copier la législation US et ont autorisé l’État à interdire l’entrée dans le pays aux Américains qui violeraient les droits humains, et ceux des citoyens russes ; ils ont également autorisé l’État à s’emparer de leurs biens. Une telle loi pourrait servir contre les agents de la DEA américaine gens qui ont enlevé, condamné à mort et séquestré Viktor Bout ou contre des gens susceptibles d’appliquer le décret Magnitsky, ou contre les flics américains qui avaient brutalisé des Indignés de Wall Street. Malheureusement, les relations Russie-US sont loin d’être symétriques. Il y a très peu d’Américains qui possèdent quoi que ce soit en Russie, et ils sont rares à y mettre les pieds.

Voilà pourquoi les Russes ont ajouté un second point à leur projet ; ils ont pris des mesures de rétorsion contre les ONG soutenues par les USA, et ont pris soin d’interdire à des citoyens américains d’être membres ou dirigeants d’ONG russes dont le programme serait politique. Cela devait arriver de toute façon : les Russes, comme tous les pays au monde à part l’Europe, détestent les ONG financées et cornaquées par le Département d’État US et les considèrent comme la cinquième colonne de l’Amérique. Cela s’est concrétisé dans une loi, obligeant les ONG à se faire enregistrer comme agents de l’étranger, comme cela se pratique aux USA. Mais, olympiquement bafouée par les ONG et par le procureur général de l’État russe, la loi restait lettre morte, le parquet refusait de la faire appliquer ; car le système judiciaire russe est très attentif aux signaux qui émanent de Washington, bien plus qu’il n’obéit au Kremlin, ce que dénoncent vivement les nationalistes russes.

Toujours à la recherche d’une façon supplémentaire d’exprimer leur agacement face au décret Magnitzky, les politiciens russes ont choisi de concert une proposition additionnelle défendue par Catherine Lakhova, depuis longtemps membre de la Douma, et responsable de la commission chargée des femmes, des enfants et de la famille, qui se battait presque toute seule contre les adoptions à l’étranger, avec de bien maigres résultats, jusqu’à ce mois de décembre, quand son projet a été adopté par la Douma.

Les adoptions à l’étranger sont un héritage de l’ère Eltsine. Au temps de l’Union soviétique, c’est l’État qui prenait en charge les orphelins, il n’était pas question de les refiler à d’autres pays. Au contraire, souvent des enfants d’ailleurs étaient amenés en Russie, et ce fut le cas pour bien des fils d’Espagnols, orphelins après que les combattants antifascistes espagnols eussent été abattus par Franco dans les années 1930. Dans les années 1990, après l’effondrement de l’URSS, avec des millions de gens au chômage, et d’autres entièrement occupés à désosser et à revendre tout ce qui pouvait être échangé contre du liquide, quelques petits malins découvrirent un gisement encore inexploité : les bambins. Il y a une forte demande, et cela ne fait que croître et embellir, de la part de couples stériles, de gays et de célibataires, sans parler des réseaux de pédophiles et des trafiquants d’organes. Ils étaient prêts à payer cent mille dollars par enfant et plus, des sommes considérables pour la Russie d’Eltsine. Des agents de l’État furent achetés, des médecins firent de faux certificats, et les enfants russes firent l’objet d’un juteux trafic à l’étranger.

Il y eut le cas de Masha Allen, que les media US appellent la « fille de Disneyworld ». Elle avait cinq ans en 1998 lorsqu’elle fut embarqueé de sa Russie natale pour atterrir chez un millionnaire américain et pédophile, Mathew Mancuso, âgé de 41 ans. « Il l’avait adoptée légalement dans un orphelinat russe, et l’emmena chez lui dans le hameau de Plum en Pennsylvanie. Pendant les cinq années suivantes, Mancuso abusa d’elle à loisir, prenant moult photos et vidéos d’elle subissant des outrages divers, et envoyant sur internet son butin pour le partager avec d’autres membres d’un réseau de pédophiles online et de fans de pornographie enfantine », comme l’a écrit Julian Assange. Elle finit par être sauvée par le FBI, son violeur se retrouva en taule, l’affaire fit scandale, et pourtant, les responsables qui avaient permis qu’une telle adoption se produise, tant en Russie qu’aux US, n’ont jamais été inquiétés, poursuivis ni punis.

L’histoire récente et choquante de Dima Yakolev, alias Chase Harrison, de son nom américain, a donné son titre au texte de Katherine Lakhova, et son nom à la loi qui en est sortie. Dima Yakovlev, c’est ce petit garçon oublié dans la voiture par son père adoptif, et qui y périt asphyxié au bout de neuf heures. Gene Weingarten a reçu le Prix Pulitzer pour son reportage sur l’affaire. Les Russes ont été particulièrement horrifiés parce que le père étourdi a été relaxé par le tribunal US. Plus tard, on a découvert que l’enfant avait été retiré sous la menace à sa grand-mère et à sa sœur à peine plus âgée ; les responsables avaient été achetés, et son certificat médical falsifié.

Maria Arbatova et Catherine Lakhova citent bien d’autres affaires comparables : des histoires d’enfants exportés pour du trafic d’organes, d’enfants disparus après une adoption bidon, d’enfants revendus à d’autres après adoption, d’enfants renvoyés en Russie se retrouvant lâchés dans un aéroport sans billet de retour… Ces deux femmes qui viennent d’horizons très différents sont d’accord : il faut en finir avec les adoptions à l’étranger. Mais l’industrie de l’adoption rapporte près de cinquante millions de dollars par an aux agences… Il y a 80 agences US implantées en Russie, et leurs profits garantissent l’approvisionnement en chair fraîche. Catherine Lakhova dénonce le fait que les agences internationales pour l’adoption n’ont pas eu de mal à financer avec leurs marges l’organisation de manifestations ainsi que les manifestants. Catherine Lakhova et Maria Arbatova sont ravies que c’en soit fini des adoptions aux USA ; elle se battent pour la fin de l’adoption dans tous les autres pays.

Il y a certaines bonnes raisons non politiques pour montrer du doigt les US : ils raflent un tiers de toutes les adoptions à l’étranger ; et ils n’ont jamais signé la Convention pour la protection des enfants ! Les autorités US refusent de permettre aux employés russes des consulats de rencontrer les enfants adoptés ; et elles permettent l’adoption à l’étranger à des gens qui ne reçoivent pas l’agrément pour l’adoption d’enfants américains, ainsi que la ré-adoption et le libre transfert des enfants. Cependant, il vaudrait mieux en finir complètement avec l’envoi d’enfants adoptables à l’étranger. Je connais personnellement des enfants russes adoptés par des Israéliens ; ils ont été convertis malgré eux et au mépris de la loi à la foi juive, tout a été fait pour leur faire oublier leur patrie, leur langue, et le christianisme.

Les virulents opposants à la loi russe prétendent que les Américains adoptent les enfants handicapés dont les Russes ne veulent pas. Cela serait une excellente raison, n’était la corruption russe : apparemment rien n’est plus facile que de faire plier un fonctionnaire russe, un travailleur social, un directeur d’orphelinat ou un médecin, pour leur faire produire les papiers qui feront d’un enfant sain un handicapé. Sur plus d’un millier de petits Russes adoptés aux US l’année dernière, moins de cinquante sont considérés comme handicapés, mais une inspection récente a prouvé que presque tous avaient été annotés comme tels contre un pot de vin. Impossible autrement de comprendre comment les parents adoptifs étrangers réussissent à contourner la bureaucrate russe, ô combien réputée, en un jour, alors que cela prend plusieurs semaines pour un adoptant russe… dans le meilleur des cas.

Au début, on contrôla de nombreux cas qui s’avéraient bien troubles. La loi russe n’autorise l’adoption d’enfants à l’étranger que s’il n’y a pas d’adoptants russes éventuels. Les fonctionnaires ripoux mentaient aux adoptants russes, leur disant que les enfants qu’ils expédiaient à l’étranger avaient le SIDA ou d’autres maladies incurables. Ils séparaient les frères et les sœurs, les envoyant dans des pays différents. Bref, la nouvelle loi révélait d’horribles brèches dans la loi antérieure.

D’ailleurs, même les adoptions à l’intérieur d’un même pays sont souvent problématiques : si un couple (ou des célibataires ou des homosexuels) n’a pas d’enfant, peut-être ne devraient-ils pas en avoir ; car il n’existe pas de droit à avoir des enfants : c’est un privilège que nous recevons du Tout-Puissant. Mais les enfants ont un droit naturel à avoir des parents naturels, et c’est ce droit qu’on bafoue avec l’aide de nantis qui louent des ventres ou achètent des nourrissons. Les adoptions par-dessus les frontières sont encore plus discutables, parce qu’il s’agit de priver l’enfant de son milieu, de sa langue et de sa foi.

Peut-être que dans un monde idéal, les adoptions hors frontières pourraient être permises dans certains cas. Mais dans le monde réel, c’est l’expression des rapports impérialistes inégaux. C’est la misère des uns qui constitue le gisement pour les autres. Il y a des Américains qui adoptent des enfants en Russie ou au Malawi, mais point de gamins américains donnés à des parents adoptants russes ou malawis. Les Suédois importent des enfants de Corée, mais on n’a pas encore vu de Coréen recevoir la garde d’un enfant suédois. Les adoptants crient sur les toits que l’intérêt supérieur de l’enfant est leur seul mobile, mais de fait ils volent à un pays économiquement faible sa richesse, ses prochaines générations.

Pour la Russie, cette loi aurait pu arriver plus tôt, car après tout la Russie est un pays fort riche et prospère. Moscou est une ville aussi chic que Paris, et beaucoup plus chère. Les revenus moyens sont au niveau d’autres pays développés. L’ère Eltsine est révolue. La Russie n’est plus une colonie, et cette façon de s’accrocher aux années 1990 quasi-coloniales n’a pas lieu d’être. Il est bon d’en finir avec le trafic d’enfants. L’argent ne doit pas servir à acheter des gosses à Moscou.

Et si les adoptants potentiels se souciaient vraiment du bien des enfants, les US ont tout ce qu’il faut en matière d’orphelins, d’enfants abandonnés et affamés. Aux Américains de s’en occuper, et laissons les enfants russes pousser chez eux aussi heureusement que possible.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s