L’Afrique au sommet… de sa soumission

20131208-042801.jpg

Par Nico Ramirez, Diktacratie

La paix et la sécurité en Afrique sont au cœur du sommet qui réunit une quarantaine de chefs d’Etat africains ce vendredi et ce samedi… à Paris, en France ! Tant il est vrai qu’aborder de pareils sujets sur le sol africain aurait été franchement déplacé, c’est le cas de le dire. Quand les Africains jouent leur destin à l’extérieur, ils sont certains de rentrer bredouilles à la maison…

Au moment où la France s’apprête à intervenir militairement en Centrafrique, munie de son blanc-seing onusien, le raout de l’Elysée va permettre à papa Hollande d’exposer et de diffuser sa doctrine africaine, le tout habilement emballé dans un joli papier cadeau humaniste, avec une belle ficelle progressiste.

Du sommet de la Baule sous François Mitterrand en 1990 à celui de l’Elysée en 2013, la chanson est toujours la même : le gentil homme blanc possède la vision nécessaire au développement du continent africain. Vision que les Africains ne sont, bien entendu, absolument pas capables de mettre en perspective eux-mêmes. Il faut bien qu’un bon père leur facilite le travail, quitte à se moquer d’eux sans qu’ils ne se rendent d’ailleurs compte.

Avec cet air de faussaire qui lui sied si bien, François Hollande va prendre la pose de celui qui clame que le futur de l’Afrique passe par le renforcement de la capacité des Africains à gérer leurs crises sans assistance extérieure. La bonne blague, pile au moment où Paris s’apprête à déployer sa soldatesque en brousse centrafricaine et se pose donc immanquablement en ultime recours dont on ne peut pas se passer.

Sous prétexte de ne pas débarquer à Bangui à la hussarde comme l’armée française avait l’habitude de le faire dans le passé, la France espère dissimuler ses intentions de rester le gendarme de l’Afrique. Tout en affirmant soutenir la mise en place d’une force africaine. De la Côte d’Ivoire au Mali, de la Somalie à la RDC, les opérations militaires africaines ont systématiquement fait preuve de leur inefficacité, essentiellement due à un manque criant de formation et de moyens.

La récente dégradation de la situation en Centrafrique, tombée à pic le matin même du vote des Nations unies autorisant la France à faire semblant de ne plus être un Etat colonial, fournit un prétexte idéal pour sortir ses muscles. L’opération française « sera rapide », elle « n’a pas vocation à durer et je suis sûr de son succès », a prévenu François Hollande, dans une tentative surprenante de se prendre pour Guillaume II qui à la veille du conflit de 14-18, promettait que la guerre serait « fraîche et joyeuse ».

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s