Syria in Last 24 Hours: Army Regains Control over Strategic Town in Damascus Countryside

TEHRAN (FNA)- The Syrian army continued its advances in the Southern parts of the country, and took back control of a strategic town in Damascus countryside.

The foreign-backed terrorists were pushed back from the town of Kafr Yabous in Damascus countryside and the army regained full control over the town.

Kafr Yabous is located in Al-Qalamoun region in Damascus countryside and it is only 11 kilometers from the borders with Lebanon.

The Al-Nusra Front terrorist group had control over the Kafr Yabous which is in the Southeastern parts of al-Zabadani town.

Tens of Al-Nusra terrorists were killed and dozens more were injured in fierce clashes with the Syrian troops.

Also in the past 24 hours, a large number of terrorists were killed in heavy fighting between the Syrian army and the Al-Nusra Front in Damascus province.

The army soldiers struck a heavy blow at the terrorists in the areas of al-Zabadani, Eastern Ghouta and Douma in Damascus countryside, killing and injuring scores of them.

Elsewhere, the Syrian Armed Forces, in a series of massive operations against militants’ strongholds on Sunday, gained more grounds in various battlefields in Homs province.

Syrian troops killed and injured so many anti-government fighters in Rajem al-Kaser, al-Sultaniyeh, Masa’dah and Um Sahrij in the Eastern countryside of the Central Homs province, a military source said.

Meantime, army’s attacks against Takfiri terrorists in the Western part of Ovania village, Western al-Samadaniyeh and Naba’a al-Sakher in al-Quneitra province, left scores of foreign-backed fighter killed and wounded.

Also, 20 terrorists affiliated to the so-called “Sham Hawks Group” were killed by the Syrian soldiers in Bazabou, Nahlia, Al-Treisi and Nahla in the Northwestern province of Idlib.

Also, the Syrian air force staged a massive targeted attack on a joint meeting of two major terrorist groups in Damascus countryside early on Sunday, killing and injuring a large number of the terrorist leaders.

The army airstrike targeted a gathering of Al-Nusra Front and Ahrar Al-Sham commanders in Mazaya district in the town of Zabadani in Damascus countryside.

A sum of 27 commanders of the Al-Nusra Front and Ahrar al-Sham were killed in the air raid.

The leader of the Al-Nusra Front, Abdulrahman Nassif, was also wounded during the airstrike.

Elsewhere, the Syrian army continued to make more gains in its fight against the Al-Nusra Terrorist Front in surrounding areas of Daraa province, killing at least 220 terrorists, a security source said.

The army soldiers stormed the hideouts of Al-Nusra Front in Ibta’ village and claimed the lives of more than 40 militants, a Syrian source said on condition of anonymity.

Also, some 30 terrorists were killed in heavy fighting between the Syrian army and the terrorist group in the town of Dael, located 14 km to North of Daraa city, the source added.

The security source further said the army also inflicted heavy losses on the terrorists in the areas of Qarfa, Namer, and al-Shaikh Miskeen and left over 150 al-Nusra terrorists dead.

Syria has been the scene of insurgency since 2011 when certain western powers and their regional allies voiced loudly that Syrian protests have no diplomatic solution and they started supplying the country’s opposition groups with their arms and funds.

In 2014, specially after victory of President Bashar al-Assad in the country’s presidential election, the army has gained upper hand in its anti-terrorism campaign, and has been partly successful in sealing borders with Turkey and Jordan.

Source: Fars News

Assad: Israel Obviously Supporting Terrorists in Syria

TEHRAN (FNA)- Syrian President Bashar al-Assad said the Israeli military is obviously supporting terrorist groups in Syria by conducting airstrikes in the crisis-hit country.

“Whenever we make advances in some place, they (the Israelis) attack in order to undermine the army. It’s very clear,” Assad said in an interview with American magazine Foreign Affairs which will be published on Monday, press tv reported. [Editor’s note: You can read the full interview by clicking HERE]

“That’s why some in Syria joke, ‘How can you say that Al-Qaeda doesn’t have an air force? They have the Israeli air force’,” he added.

His remarks came a week after an Israeli aircraft fired two missiles at the village of Quneitra in the Syrian Golan Heights bordering Lebanon.

Six members of the Lebanese resistance movement Hezbollah and a senior commander of Iran’s Islamic Revolution Guards Corps (IRGC) were killed in the attack.

Iran’s Brigadier General Mohammad Ali Allahdadi had traveled to Syria to provide consultation and help the Syrian government and nation counter the Takfiri terrorists in the country.

The Tel Aviv regime has carried out several airstrikes in Syria since the start of the nearly four-year-old foreign-sponsored militancy there.

Damascus says Tel Aviv and its western allies are aiding the extremist terror groups operating inside Syria since March 2011.

Hezbollah has vowed its response to the attack will be extremely painful.

IRGC Chief Major General Mohammad Ali Ja’fari also warned Israel on Tuesday that the Zionist entity “should await annihilating thunderbolts”.

Source: Fars News

Syrie : les Nations Unies confirment l’existence d’une coordination entre Jabhat al-Nusra et l’occupant israélien

Depuis le début de la crise syrienne, le régime syrien a régulièrement accusé Israël de jouer un rôle en second plan, depuis la bataille de Qusair à proximité de Homs en mai 2013 jusqu’au développement des combats sur le front sud en septembre 2014. Des rapports des Nations Unies publiés en décembre semblent confirmer les affirmations du régime selon quoi Israël est impliqué avec les rebelles du sud.

La ville de Raqqa, “administrée” par l’organisation Jabhat al-Nusra au nord de la Syrie, est aujourd’hui un champ de ruines

Selon un rapport des Nations Unies pour la période de mars à mai 2014, la Force de désengagement et d’observation des Nations Unies (FNUOD) a constaté de visu des contact entre les rebelles syriens et l’armée israélienne à travers la ligne de cesser-le-feu sur le Golan, en particulier au cours de violents affrontements entre l’armée syrienne et les rebelles.

Le rapport a également confirmé que les forces des Nations Unies ont vu les rebelles transportant 89 blessés dans la ligne de cessez-le-feu dans la zone occupée par Israël, où leur ont été remis 19 personnes qui avaient reçu un traitement médical, en plus de deux morts. Les forces des nations Unies ont également noté que l’armée israélienne a remis deux caisses aux rebelles sur le côté syrien du plateau du Golan.

Les communications se sont multipliées entre les rebelles et l’armée israélienne avant l’explosion des combats sur le front sud à Daraa et Quneitra en septembre, selon Mohammad Qasim militant de l’opposition à Quneitra – utilisant un pseudonyme en raison de la sensibilité du sujet.

Qasim, qui était actif dans un réseau de soutien aux rebelles pendant l’offensive de septembre, a déclaré à Al-Monitor via Skype : « La bataille pour capturer Quneitra le 27 septembre a été précédée par la coordination et la communication entre Abu Darda, un chef de file de Jabhat al-Nusra, et l’armée israélienne pour ouvrir la voie à l’attaque. Et selon un commandant de l’opposition qui a participé à cette bataille, l’armée israélienne a fourni à Abu Darda des cartes de la zone frontalière avec indiqués les postes stratégiques de l’armée syrienne dans la zone sud ».

La bataille lancée par les rebelles et dirigée par la filiale d’Al-Qaïda Jabhat al-Nusra, pour contrôler le passage de Quneitra, a eu lieu en coordination avec l’armée israélienne par l’intermédiaire d’Abu Darda, selon Qasim. Il a ajouté : « Au cours des affrontements, les Israéliens ont lourdement bombardé plusieurs des postes avancés du régime, abattu un avion de guerre qui essayait d’empêcher la progression des rebelles et pris pour cible 5 autres avions. »

Les médias ont rapporté que le 23 septembre, Israël a abattu un avion militaire MiG-21 de l’aviation syrienne sur le plateau occupé du Golan pendant l’intensification des combats entre les rebelles dirigés par Jabhat al-Nusra et l’armée syrienne.

Avant cette bataille, Israël a fourni aux combattants rebelles des dispositifs de communication et du matériel médical, selon Qasim. Il a également déclaré que les dispositifs ont amélioré la communication entre les combattants rebelles, tandis que l’assistance médicale a permis d’équiper quatre nouveaux hôpitaux de fortune dans le sud et au sud-ouest de la Syrie.

Qasim a ajouté qu’Israël avait autorisé la mise en place d’un petit camp de réfugiés syriens à la frontière dans le Golan occupé, en disant : « Le camp abrite des dizaines de familles syriennes – comme cela a été confirmé par les rapports des Nations Unies – et Israël fourni l’assistance humanitaire nécessaire. Les combattants rebelles vont souvent dans la zone israélienne – certains traversant la frontière plus de trois fois par jour – pour se rendre à [ce camp] ».

À propos du transfert des blessés vers les hauteurs du Golan occupé, Qasim a expliqué que « n’importe quel combattant ou civil avec des blessures graves qui ne peut pas être traité dans nos hôpitaux sur le terrain, est immédiatement transféré à la partie israélienne du Golan occupé, et là, il sera être transféré dans une ambulance civile accompagnée par une patrouille de l’armée israélienne jusqu’à l’hôpital pour y être soigné. Plus tard, l’armée israélienne sera contactée par les rebelles pour avoir des nouvelles des blessés ».

L’armée syrienne dans la région a également pris note de l’assistance d’Israël aux rebelles. Les forces du général Rami al-Hasan sont stationnées à l’entrée de la ville de Madinat al-Baath dans le gouvernorat de Quneitra. Des véhicules blindés, des chars et des dizaines de postes de contrôle sont dispersés autour de la ville, qui se trouve à proximité de zones contrôlées par les rebelles.

Selon al-Hasan, « les premiers résultats de la coopération entre l’armée israélienne et les rebelles armés ont eu lieu à Quneitra, quand ils ont pris le contrôle de la frontière. À l’époque, Israël appuyait les hommes armés en leur offrant une couverture sous le prétexte de ’riposter’, entravant toute tentative par l’armée de l’air syrienne d’intervenir et de faire tomber l’un de nos avions. Il a également fourni aux rebelles l’équipement militaire nécessaire pour faire face aux fortifications de l’armée syrienne. »

Al-Hasan a ajouté : « Israël veut exercer un contrôle sur l’ensemble du Golan, et il a contribué de manière significative aux pressions sur les observateurs des nations Unies pour les pousser à se retirer de la plupart de leurs positions. »

Le 4 octobre, les combattants rebelles et Jabhat al-Nusra ont capturé Tal al-Hara au nord-ouest de Daraa, limitrophe de Quneitra. Cette importante victoire n’aurait pas pu se produire sans le soutien israélien, selon le militant de l’opposition Ghazwan al-Hourani – également un pseudonyme – qui a été le témoin de la communication entre Jabhat al-Nusra et Israël.

« Le soutien israélien à la bataille de Tal al-Hara était à un niveau élevé, et l’armée israélienne était le cerveau de cette bataille en termes de plans, tactiques et de suivi. Les dispositifs de communication fournissaient des instructions précises en arabe sur ce qui devrait être fait par les combattants, moment par moment », a déclaré al-Hasan à Al-Monitor.

Des dizaines d’appareils de surveillance, de diffusion et de brouillage ainsi que des équipements radar sophistiqués ont été récupérés dans le centre de communication de l’armée syrienne à Tal al-Hara, selon Hourani, qui a ajouté que les documents, les cartes et les appareils portables trouvés dans le centre ont été placés dans des camions et emmenés vers une destination inconnue par les combattants de Jabhat al-Nusra.

La station de reconnaissance aérienne à Tal al-Hara, le dernier centre de reconnaissance du gouvernement opérant dans le sud de la Syrie, a été bombardée par l’aviation israélienne le 5 septembre, un mois avant que les rebelles ne l’a capturent le 7 octobre. Cela ne peut pas être considéré comme une coïncidence, selon al-Hasan.

« Ce qui a poussé Israël à attaquer Tal al-Hara et à ordonner plus tard aux rebelles d’attaquer, c’est que cette station de radar a été mise à jour en 2012 et 2013 et de nouveau au début de 2014, avec une nouvelle technologie pour élargir le champ de détection de la station jusqu’au sud de la Palestine occupée, au nord de l’Arabie saoudite et de Chypre dans la mer Méditerranée. Le ministère syrien de la Défense avait pour cela travaillé en coopération avec son homologue russe. Israël veut empêcher l’armée syrienne de suivre ses mouvements dans le Golan occupé, et interdire toute tentative d’intercepter ses avions », a-t-il dit.

Le général syrien a déclaré qu’Israël ne fait pas que soutenir les rebelles avec des armes et de la logistique et soigner leurs blessés, mais qu’ils leur assure une formation dans le Golan occupé. « Nous avons déposé une plainte à ce sujet [le camp de formation militaire] à la direction de la UNDOF, et nous avons menacé de le bombarder. Mais les observateurs ne nous ont pas répondu et le camp est toujours là ».

Qasim et Hourani hésitaient à discuter de ce sujet sensible avec Al-Monitor. Leurs interruptions dans la conversation, leurs voix tremblantes et les pauses soudaines chaque fois que quelqu’un s’approchait, mettaient en évidence le danger auquel ils font face s’ils sont trouvés en train de révéler ces détails. Ils sont dans le même bateau que de nombreux militants de l’opposition, qui agissent avec les groupes rebelles mais considèrent toute coopération avec Israël comme une trahison des objectifs de la révolution.

« Cette coordination est une trahison. Il y a des milliers de gens qui sont morts, et ils ne sont pas morts pour que quelques dizaines de personnes aillent conspirer avec l’ennemi », a déclaré Qasim, ajoutant : « Nous avons commencé la révolution et nous finirons sans l’aide de personne, surtout pas de ceux qui ont tué et continuent de tuer, qui déplacent et continuer à déplacer des milliers de personnes sur une base quotidienne en Palestine tout en occupant une partie de notre pays. »

14 janvier 2015 – Al-Monitor – Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2015/01/syria-opposition-daraa-israel-communication-nusra.html
Traduction : Info-Palestine.eu

C’est arrivé en douce, sans fanfares ni clairons : l’UE vient d’autoriser les OGM avec 480 voix pour et 159 contre.

L’Europe a mis fin à des années de blocage sur le dossier OGM. Mardi 13 janvier, les eurodéputés ont adopté à une large majorité (480 voix contre 159), en deuxième lecture, un amendement à une directive datant de 2001 qui permettait à un pays de l’Union de s’opposer aux cultures d’organismes génétiquement modifiés sur son territoire, même si une autorisation a été délivrée au niveau de Bruxelles. Dans le même temps, cette législation, qui entrera en vigueur au printemps, devrait faciliter la culture de semences transgéniques sur un Vieux Continent hostile aux biotechnologies.

Jusqu’à présent, la Commission autorisait les OGM après avis de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), mais se retrouvait systématiquement confrontée à l’hostilité des États anti-OGM lors des conseils européens et ne parvenait pas à obtenir de majorité qualifiée lors des votes. De leur côté, les États « anti-OGM » (ils sont 19, dont la France, à s’opposer à ces cultures) ne pouvaient interdire les cultures transgéniques qu’en prenant sur leur territoire des clauses de sauvegarde ou des mesures d’urgence pour des motifs environnementaux et sanitaires. Une procédure très fragile juridiquement.

Désormais, les capitales pourront évoquer également des motifs de politique agricole, d’aménagement du territoire ou des conséquences socio-économiques. Dans le détail, les États qui souhaitent bannir les OGM devront négocier avec les semenciers, sous la houlette de la Commission, pour leur demander d’être retirés du périmètre de culture proposé par les entreprises. Si la firme refuse, l’État-membre pourra néanmoins interdire de manière unilatérale l’OGM. Ce qui devrait, en toute logique, empêcher les firmes de biotechnologie (Monsanto, etc.) de contester leurs décisions devant la Cour de justice de l’Union Européenne.

Suite de l’article

Source: Quenel +

Paris attack designed to shore up France’s vassal status: Roberts

A former White House official says the terrorist attack that killed 12 people on Wednesday in Paris was a false flag operation “designed to shore up France’s vassal status to Washington.”

Dr. Paul Craig Roberts, who was Assistant Secretary of the Treasury in the Reagan Administration and associate editor of the Wall Street Journal, made the remarks in an article published on Thursday.

“The suspects can be both guilty and patsies. Just remember all the terrorist plots created by the FBI that served to make the terrorism threat real to Americans,” he wrote.

He said that the French economy is suffering from the US-imposed sanctions against Russia. “Shipyards are impacted from being unable to deliver Russian orders due to France’s vassalage status to Washington, and other aspects of the French economy are being adversely impacted by sanctions that Washington forced its NATO puppet states to apply to Russia.”

Dr. Roberts stated that French President Francois Hollande this week said that the sanctions against Russia should end. “This is too much foreign policy independence on France’s part for Washington.”

He added that the CIA has apparently resurrected a policy that it followed against Europeans during the post-WW II era when the US spy agency would carry out attacks in European states and blame them on communist groups.

Dr. Roberts said now the US agencies have planned false flag operations in Europe to create hatred against Muslims and bring European countries under Washington’s sphere of influence.

He noted that “the attack on Charlie Hebdo was an inside job and that people identified by NSA as hostile to the Western wars against Muslims are going to be framed for an inside job designed to pull France firmly back under Washington’s thumb.”

The widely read columnist stated that the US “government tells Americans whatever story the government puts together and sits and laughs at the gullibility of the public.”

Source: Press TV

Syria: Paris attack price of French politics

Syrian Ambassador to the United Nations Bashar al-Ja’afari (AFP photo)

Syria says the recent terror attack in Paris was carried out by terrorists who previously enjoyed the backing of Western and French officials.

Speaking to Press TV, Syrian Ambassador to the United Nations Bashar al-Ja’afari said the Western support for terrorism in Syria has backfired on France.

“France, today, is paying the price of its unprofessional politics with regard [to] the Syrian crisis,” the envoy said.

On Wednesday, masked gunmen stormed into Charlie Hebdo satirical magazine headquarters in Paris, gunning down a dozen people. Several prominent French imams and the Vatican have jointly issued a declaration, condemning the terrorist attack.

Ja’afari said, “We have repeatedly said and warned the French government about working with the terrorists, about manipulating the terrorists. And we told them ‘one day it will return to you.’”

He cited former French Interior Minister and current Prime Minister Manuel Valls as saying in 2013, “I cannot as a minister of interior prevent the French jihadists from going to Syria to fulfill their jihad.”

“The French Minister of Foreign Affairs [Laurent] Fabius said something worse in 2012. He said that the Islamist jihadists are doing well in Syria,” according to the Syrian official.

“Now they call them terrorists because today they are killing French people. But when they used to kill Syrian people, they were considered jihadist.”

Hundreds of French citizens have openly joined the ranks of Takfiri militant groups in Iraq and Syria. They have also even called for attacks on their homeland.

A video released by the ISIL terror group in mid-November, showed three armed Frenchmen burning their passports and calling on others to join them or stage attacks in France.

Another gruesome execution video emerged around the same time featuring at least one French citizen who was from a small village in Normandy.

According to reports, some 1,000 French nationals from a wide range of backgrounds are estimated to have left to join Takfiri militants in Iraq and Syria.

Source : Press TV

Syrie : « Les attentats de Paris sont le résultat de la politique étrangère française »

Bashar al-Ja’afari

La Syrie déclare que les attentats commis à Paris ont été commis par des terroristes qui bénéficiaient précédemment du soutien des dirigeants occidentaux et français.

Interviewé par Press TV, l’ambassadeur syrien aux Nations-Unies, Bashar al-Ja’afari, a déclaré que le soutien de l’Occident au terrorisme en Syrie a eu pour résultat un effet boomerang sur la France.

« La France paie aujourd’hui le prix de ses politiques irresponsables vis-à-vis de la crise syrienne », a déclaré al-Ja’afari.

Mercredi, des hommes armés et encagoulés ont pris d’assaut les bureaux de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, à Paris, assassinant douze personnes. Plusieurs éminents imams de France ainsi que le Vatican ont publié une déclaration conjointe pour condamner ces attaques.

Ja’afari a déclaré :

“À plusieurs reprises, nous avons mis en garde le gouvernement français concernant le fait de collaborer avec des terroristes, de s’en servir à des fins géopolitiques. Et nous les avions prévenus qu’un jour, cette politique se retournerait contre eux.”

Il a ainsi cité les déclarations de l’ancien ministre de l’Intérieur et actuel Premier ministre de France, qui déclarait en 2013 : « Je ne peux pas, en tant que ministre de l’Intérieur, empêcher des djihadistes français d’aller en Syrie et d’accomplir leur djihad ».

“Le ministre des Affaires étrangères français, Laurent Fabius, avait effectué des déclarations bien plus graves en 2012. Il avait alors déclaré que les djihadistes islamistes faisaient du bon boulot en Syrie. Désormais, ils les qualifient de terroristes car maintenant ils tuent des Français. Mais lorsqu’ils tuaient la population syrienne, l’État français les considérait comme de nobles djihadistes.”

Des centaines de citoyens français ont rejoint les rangs de groupes militants takfiristes en Irak et en Syrie. Ils ont également appelé à mener des attaques contre la France.

Une vidéo publiée par Daesh à la mi-novembre montrait trois Français pseudo-djihadistes brûler leurs passeports et appeler les autres Français à les rejoindre ou à mener des attaques sur le sol français.

Une autre vidéo montrait une exécution effroyable menée par un citoyen français provenant d’un petit village de Normandie.

Selon des rapports, près de 1 000 Français provenant de différents horizons ethniques et sociaux auraient quitté la France pour rejoindre les milices takfiristes en Irak et en Syrie.

Source: Quenel +

Ingénierie sociale du conflit identitaire

Article paru dans la revue Rébellion n°66 (septembre/octobre 2014).

L’ingénierie sociale est la modification planifiée, durable et furtive du comportement. Il s’agit de modifier définitivement la nature d’une chose, de manière irréversible, donc pour le long terme, et pas seulement à court terme. C’est ce qui distingue l’ingénierie sociale de la propagande et de la manipulation, dont les impacts sont ponctuels et réversibles.

Les deux concepts de l’ingénierie sociale sont le « hameçonnage » et le « conflit triangulé ». Leur application permet de produire le sentiment qu’un conflit est inévitable, alors qu’en réalité il pourrait très bien s’arrêter ou ne même pas commencer, ceci dans l’optique de naturaliser des structures conflictuelles qui ont été construites de manière artificielle. Il n’est pas excessif de parler ici de piratage de l’esprit et du comportement, comme on parle de pirater un ordinateur. Dans les deux cas, il s’agit de violer discrètement les défenses et l’intégrité d’un système de sécurité afin d’en prendre le contrôle, ni vu ni connu. L’intérêt de cette approche d’ingénierie sociale est de fournir une méthodologie compacte, avec des recettes et des mots-clés, une sorte de kit mental pour pirater tout système quel qu’il soit, c’est-à-dire le violer furtivement en se l’ouvrant par abus de confiance ou en suscitant l’indifférence (hameçonnage), puis le détruire indirectement en faisant monter les contradictions et la méfiance entre les parties, c’est-à-dire en instaurant un conflit triangulé.

Approche polémologique de la question identitaire

L’idée d’une ingénierie possible du conflit identitaire s’inscrit dans le cadre de la polémologie, ou science de la guerre, discipline fondée par le sociologue Gaston Bouthoul (1896-1980) après la Deuxième Guerre mondiale. Que ce soit en Intelligence économique ou dans le renseignement militaire, la science de la guerre se consacre à la modélisation des conflits, et en particulier des facteurs sources de conflits, ou facteurs polémogènes et dissolvants. C’est précisément à ce niveau que se situe notre étude, un peu en amont du conflit proprement dit, puisqu’il s’agit de modéliser la production stratégique de conflit. Modéliser l’action de « dissoudre pour régner ».

La méthode classique pour garder le contrôle d’un groupe consiste à augmenter la visibilité de ses différences internes, souligner ses contradictions, de sorte à amplifier ses clivages latents et à paralyser son organisation. Vieille comme le monde, appliquée par les Romains contre les tribus gauloises ou de nos jours dans ce qui s’appelle la « doctrine Kitson », cette méthode est plus que jamais d’actualité, à l’heure où des « minorités agissantes », services spéciaux d’État ou organisations diverses, travaillent à élaborer en France, en Syrie, en Irak, en Ukraine, des tensions diverses à visées dissolvantes (coups d’État, guerres, terrorisme, communautarismes) en jouant la carte des « identités ». Du point de vue identitaire, les identités ethniques ou culturelles sont considérées comme un référentiel authentique, une terre dans laquelle s’enraciner en toute confiance car elle ne ment jamais. Mais à y regarder de plus près, on voit que les identités, même les plus traditionnelles et enracinées, n’échappent pas aux manipulations et qu’il est possible, en appliquant certaines techniques, de les faire mentir après les avoir littéralement « piratées ».

La thèse ici défendue est que la production de conflit s’appuie sur l’exacerbation des rivalités identitaires. Le concept de « rivalité identitaire » est largement inspiré de celui de « rivalité mimétique » que René Girard, anthropologue et membre de l’Académie française, a mis à l’honneur. La nuance apportée par un autre adjectif sert simplement à préciser que toute rivalité mimétique est en fait une rivalité mimétique identitaire, en ce que le phénomène de la rivalité mobilise les processus d’identification des rivaux. En outre, nous souhaiterions faire fonctionner ce concept dans un champ un peu différent de celui de Girard. Trois catégories de personnes s’intéressent à la question identitaire :

1) les militants de l’identité, individus et groupes politiques ou associatifs,
2) les analystes de l’identité, chercheurs en sciences humaines, sociales et cognitives,
3) les ingénieurs de l’identité, dans le « consulting » et le renseignement politique, commercial ou militaire (guerre psychologique).

Ce que les analystes décrivent objectivement mais sans y toucher, les consultants n’hésitent pas à le pirater, pour le retravailler et le reconfigurer dans une optique stratégique de management des perceptions afin d’influencer les militants au moyen d’opérations psychologiques. Ainsi, ce que René Girard décrit comme une structure anthropologique universelle peut également faire l’objet d’un façonnage et d’une instrumentalisation à des fins d’ingénierie sociale. Voyons maintenant ce qu’est une rivalité identitaire et comment elle peut être utilisée en termes de production stratégique de conflit.

Distinguer les bonnes et les mauvaises raisons de se battre

Qui dit polémologie, dit approche scientifique du conflit. Dans l’histoire humaine, les épisodes de conflits à analyser sont innombrables. Il semble que le fait de se battre à intervalle régulier soit inévitable. Cependant, avec le recul, il est évident que certains conflits auraient pu, malgré tout, être évités facilement. De fait, il y a des bonnes raisons de se battre, mais il y a aussi des mauvaises raisons de se battre. Comment distinguer ces bonnes et ces mauvaises raisons de se battre ? En déployant une approche scientifique et rationnelle du conflit, et en quittant les approches passionnelles et émotionnelles où tout se confond. La méthode scientifique consiste 1) à recueillir des faits objectifs et 2) à proposer des modèles (ou modélisations), c’est-à-dire des représentations schématiques et hypothétiques de la façon dont les faits objectifs sont liés entre eux par la causalité, ou relation de cause à effet. Continue reading

Sommes-nous en pleine guerre de religion en Europe ou s’agit-il juste d’une énième opération sous faux drapeau ? Par Gilad Atzmon

Le massacre en France a été un crime dévastateur contre la liberté et le droit de rire.

Mais a-t-il réellement été exécuté par un groupe de musulmans irrationnels et lunatiques qui ont décidé de tuer sans pitié parce qu’on se moquait de leur prophète ?

Le peuple français devrait se demander ce qui a amené des membres de leur société à commettre un tel meurtre de sang froid à l’encontre de leurs concitoyens.

La France devrait se demander pourquoi elle a déversé des bombes sur les musulmans. Qui a préconisé avec ferveur ces guerres « interventionnistes » ? Quel fut par exemple le rôle de Bernard-Henri Lévy, l’avocat principal de la guerre contre la Libye ?

À quoi rimait cette agitation française contre la Burka ? Qui a mené cette guerre à l’encontre des musulmans au cœur de l’Europe ? Est-ce que c’était vraiment au nom de la tolérance ?

La liberté et le rire sont en effet précieux, mais n’est-ce pas le gouvernement socialiste français qui s’est acharné à harceler et à interdire le meilleur et le plus brillant comédien en France, Dieudonné M’bala M’bala, parce qu’il faisait de la satire à propos de la religion de l’Holocauste ? Qui a poussé le gouvernement français à prendre des mesures aussi sévères contre un artiste ; n’était-ce pas le groupe de pression juif du CRIF ?

Si l’Europe veut vivre en paix, elle devrait considérer le droit des autres nations à pouvoir vivre en paix. En cédant aux caprices du Lobby, nous avons lié le destin de Paris à celui d’Alep ; Dieu nous en préserve.

Mais il y a un récit alternatif qui retourne notre perception de ce désastreux massacre parisien. Continue reading