Poutine a ordonné une frappe contre l’Arabie si la Syrie est attaquée

image

Selon le quotidien The European Union Times ,  le président russe Vladimir Poutine a distribué Mardi aux forces armées russes, un “ordre  d’action urgente” autorisant ” une frappe militaire de grande envergure  contre l’Arabie Saoudite au cas où les menaces occidentales contre la Syrie seront exécutées”.

Le journal cite des sources de l’interieur du Kremlin, qui ont soulignées  que ” Poutine est trés   «en colère contre l’Arabie-Saoudite», surtout  après sa dernière rencontre avec le prince Bandar ben Sultan.

En effet,  selon ces sources, le prince Bandar  a mis en garde la Russie si elle s’oppose à la défaite de la Syrie, en brandissant la menace des  islamistes  tchétchénes de provoquer le chaos et d’exécuter des opérations terroristes  aux Jeux olympiques d’hiver de Février 2014 à Sotchi, en Russie.

De son côté, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a averti qu’une solution militaire en Syrie déstabiliserait le pays et le Moyen-Orient, a indiqué mercredi dans un communiqué le ministère des Affaires
étrangères.

Lors d’une conversation téléphonique mardi avec l’envoyé spécial de la Ligue arabe et de l’ONU, Lakhdar Brahimi, “Sergueï Lavrov a insisté sur le fait qu’il n’y avait pas d’alternative à une solution politico-diplomatique en Syrie, en remarquant que les tentatives de solution militaire ne mèneraient qu’à une déstabilisation supplémentaire de la situation dans le pays et la région”.
Les deux hommes “sont convenus que dans ce moment critique, toutes les parties prenantes, y compris les +acteurs+ étrangers, devaient agir de manière extrêmement responsable et ne pas répéter les erreurs du passé”, selon le communiqué.

Dans un autre communiqué publié mardi soir, la diplomatie russe a indiqué que M. Lavrov avait, lors d’un entretien téléphonique avec son homologue américain John Kerry, rejeté les arguments de ce dernier selon lesquels le gouvernement syrien serait derrière l’attaque aux armes chimiques.

Lors de cette discussion, “M. Kerry a exposé des opinions prétendument fondées sur des informations de sources fiables, selon lesquelles la responsabilité des incidents au cours desquels ont probablement été utilisées des armes chimiques reposait sur le gouvernement syrien”.

“M. Lavrov a rejeté cette vision des choses, en exposant les arguments de la partie russe”, a indiqué le communiqué.

“Moscou est toujours particulièrement préoccupé par la ligne dangereuse et qui semble déjà évidente de plusieurs pays visant à torpiller consciemment les prémices d’un règlement politico-diplomatique du conflit”, a-t-il ajouté.

Source: Al Manar

Advertisements

Bandar veut brûler la région, de Bagdad à Beyrouth

image

Des sources proches du Hezbollah sont convaincues que le déroulement des événements en Syrie, en Irak et au Liban prouve une seule chose: l’existence d’une décision saoudienne, inspirée par les Etats-Unis, pour faire exploser la région de Bagdad à Beyrouth.

Pourquoi l’Arabie saoudite a-t-elle pris cette nouvelle décision? Les mêmes sources expliquent que tous les moyens régionaux et internationaux, à l’exception de l’intervention militaire directe, ont été utilisés ces 28 derniers mois pour tenter, en vain, de renverser le régime syrien. Les rebelles ont même reçu, en grandes quantités, des armes antichars et antiaériennes, efficaces et modernes. Tout le contraire n’est que mensonge.

L’Arabie saoudite sait que le maintien du régime syrien et de ses alliés lui infligera, dans les années qui viennent, des défaites qui risquent de déstabiliser le royaume. Aussi, est-il impératif de bouger.

Le nouveau paysage politique en Egypte ne constitue pas une victoire concrète pour l’Arabie saoudite mais un succès moral susceptible de se transformer en défaite à n’importe quel moment si les réalités égyptiennes changent. Aussi, pour compenser la résistance du régime syrien, la seule solution reste d’allumer la scène interne libanaise.

L’Arabie, et derrière elle les Etats-Unis, ne sont donc plus attachés à la stabilité du Liban, croient savoir les sources précitées. Au début, le pays avait été mis à l’abri des conséquences sérieuses de la crise syrienne et les développements sécuritaires étaient déterminés par des lignes rouges. Mais ces lignes rouges sont tombées, aux yeux de Riyad.

L’embrasement du Liban est devenu une nécessité pour l’axe Riyad-Washington pour disperser les capacités du Hezbollah qui participe aux combats en Syrie et pour semer la confusion dans les rangs de la base populaire du parti, en lui faisant payer un lourd tribu.

Cela, espèrent ces deux capitales, poussera le Hezbollah à limiter son implication sur les fronts de Homs, et la province de Damas et détournera son attention vers la scène interne libanaise.

L’escalade initiée par le chef des services de renseignements saoudiens, le prince Bandar ben Sultan, ne se limite pas à l’aspect sécuritaire, affirment les mêmes sources. Les cercles de décision dans le royaume ont exercé d’énormes pressions sur le président Michel Sleiman et le Premier ministre désigné Tammam Salam pour former au Liban un gouvernement de fait accompli.

Ou du moins, en finir avec le gouvernement démissionnaire actuel en formant un cabinet qui n’obtiendrait pas la confiance du Parlement mais qui deviendra, de facto, un gouvernement d’expédition des affaires courantes, ce qui aboutirait à l’isolement du Hezbollah.

Mais Sleiman et Salam savent qu’il est difficile de former un tel gouvernement sans le soutien du député Walid Joumblatt, aussi les pressions ont-elles baissé, pour disparaitre totalement après l’attentat de Roueiss et les propos de sayyed Hassan Nasrallah sur son refus catégorique du Hezbollah d’accepter un cabinet de fait accompli.
Continue reading

9 avril 2013 – Pierre Dortiguier sur la tournée de John Kerry au Proche-Orient

20130412-093310.jpg

Interview le 9 avril 2013 par la Radio francophone iranienne de Pierre Dortiguier, philosophe politologue, sur la tournée au Proche-Orient de John Kerry, secrétaire d’État américain :

Journal de Syrie 27 Mai 2012. Commentaires de citoyens Syriens sur le massacre de Hawlah

* La Syrie dément catégoriquement toute responsabilité des forces gouvernementales du massacre commis à al-Hola.
* Al-Qaïda commet deux massacres dans la banlieue de Homs.
* Arrestation des terroristes suite à des accrochages avec les services spécialisés dans la campagne de Douma.
* Saisie d’armes à l’intérieur d’une voiture dans le quartier al’Waer à Homs.
* Obsèques de 27 martyrs de l’armée, des forces de l’ordre et des civils

Enregistré de officielle syrienne Tv Channel, par http://www.syrianfreepress.net