“Nous sommes au courant du chantage américain sur la France”

Le président russe Vladimir Poutine a estimé mardi que les problèmes des banques françaises aux Etats-Unis résultaient d’un “chantage” exercé pour que Paris renonce à livrer des navires de guerre Mistral à la Russie.

“Nous sommes au courant de la pression que nos partenaires américains exercent sur la France pour qu’elle renonce à la livraison des Mistral en Russie”, et qu’on lui a fait comprendre que si elle y renonçait “les sanctions sur les banques seraient levées ou réduites”. “Comment peut-on qualifier cela autrement que de chantage ? “, a-t-il demandé dans un discours de politique étrangère.

“Ce qu’on fait en ce moment aux banques françaises, cela ne provoque que de l’indignation en Europe et chez nous aussi”, a-t-il insisté.

La livraison, prévue à l’automne, de deux navires de guerre de type Mistral, suscite des tensions entre Paris et ses alliés. Le président américain Barack Obama avait encore exprimé début juin son “inquiétude” sur le maintien de tels contrats au moment où la Russie “a violé la loi internationale” en rattachant à son territoire la péninsule ukrainienne de Crimée.

Début juin, Vladimir Poutine avait mis la France en garde contre une annulation du contrat en soulignant que si la France décidait de l’annuler, Moscou exigerait des dédommagements, et que cela pourrait mettre en danger l’ensemble de la coopération militaire entre la France et la Russie.

Depuis, la France a assuré qu’elle remplirait le contrat et 400 marins russes sont arrivés lundi Saint-Nazaire, port français où sont fabriqués ces navires pour se familiariser avec leur fonctionnement.

La banque française BNP Paribas a reconnu lundi avoir réalisé des opérations en dollars avec des pays sous embargo économique des Etats-Unis, Cuba, l’Iran et le Soudan, et accepté de régler une amende record de 8,9 milliards de dollars pour échapper à des poursuites pénales.

Outre BNP Paribas, Société Générale et Crédit Agricole risquent également d’être mises à l’amende par les autorités américaines.

Source: 7 sur 7

LA FRANCE A L’AGONIE – BNP ET CREDIT AGRICOLE LES BANQUES LES PLUS DANGEREUSES D’EUROPE ?

Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2013

LA FRANCE A L’AGONIE
du 17 au 21 juin 2013 : Depuis l’effondrement de Wall Street le 29 septembre 2008, il suffit d’observer la hausse permanente des impôts, des cotisations, des licenciements et des prix pour comprendre que les politiques, payés par les banquiers ruinés, ne vivent plus que par la saignée de la classe moyenne. Pour la faire taire, ils contrôlent les médias et quand ça chauffe trop, divisent la population avec (par exemple) le mariage homosexuel. Une fois la Ne poussière médiatique retombée, inévitablement les vrais problèmes de la crise reviennent à la surface, plus vivaces que jamais. Seul problème: plus la classe politique cherche à les cacher, plus elles deviennent violentes. La violence des agressions qui s’est répandue à tout le pays ne vous a pas échappée, sans parler du fait que les Français continuent à s’immoler de plus belle.

Cela s’appelle l’Agonie d’un pays, en d’autres termes, vous assistez à l’Agonie de la France avant sa mort (guerre civile ou désordres civils, peu importe) en direct, chaque jour.

La prochaine étape pour tenter de faire disparaître la grande escroquerie des banquiers tout en hypnotisant le peuple sera celle de la guerre, en Syrie. Destination idéale pour effacer des écrans la crise économique pour un temps. Mais elle sera toujours là. Leur message est toujours le même: “Regardez: votre voisin n’est pas touché par la crise. Est ce que les métros ont cessé de rouler? Non… Alors taisez-vous”. Sous entendu c’est de votre faute si vous êtes au chômage ou si vous n’arrivez plus à payer vos factures. Mais Mr Hollande n’a certainement pas vu que la ville de Detroit vient de faire un defaut de paiement majeur sur sa dette municipalelire ici le Monde.

IBM a annoncé le licenciement de 6000 personnes de plus. “IBM layoffs: Shareholders are more important than the employees”, lire ici le Examiner. Et croyez ma bonne expérience de journaliste depuis 25 ans, quand IBM vire, tous les autres vont virer encore plus, simplement parce que IBM a dix longueurs d’avance dans l’analyse économique mondiale. Cela veut dire aussi que IBM voit 2014 comme une année encore plus exangue que les précédentes. En clair, le chômage va exploser encore plus en France en 2014 pour arriver à 4 ou 5 millions de chômeurs officiels, soit 10 à 12 millions officieux. Mettez cela en corrélation avec la déclaration de Mr Hollande à Tokyo, “la crise est terminée”, et vous comprenez que les politiques ne sont là que pour nous endormir et pour mieux vendre le pays aux Etats-Unis. En attendant ce moment historique (2015 ou 2017 ?), le pays agonisera chaque jour un peu plus, jusqu’à ce que la France ne soit plus qu’un immense cri de douleur et/ou de rage.

BNP ET CREDIT AGRICOLE LES BANQUES LES PLUS DANGEREUSES D’EUROPE ?
du 17 au 21 juin 2013 : Reggie nous avertit depuis longtemps sur la BNP simplement parce qu’il n’a pas examiné les comptes de la Banque Postale ou de la Société Générale que je considère, moi, encore plus dangereuses que la BNP. Voici ce qu’il nous dit: “all of the 2011 research … found the French banks to be the weakest link in pan-European banking contagion”, s’appuyant sur une nouvelle étude de HEC Lausanne. Celle-ci affirme “According to systemic risk measures for European financial institutions, developed by the Centre for Risk Management at Lausanne (CRML), French regulators would need to provide 300 billion euros, as of mid-May, to fulfil regulatory requirements in the event of a global financial crisis, defined as a 40% semi-annualized fall in global stock markets. … The dynamic index, updated on a monthly basis, reveals that, as of mid-May, Crédit Agricole has the greatest risk exposure of any bank in Europe, followed by Deutsche Bank and BNP Paribas”.

Pour résumer le tout, en cas de violent crash sur les places financières la BNP irait au tapis avec les autres… Lire ici son exposé sur ZH.

Cela veut dire que Crédit Agricole – Société Générale – Crédit du Nord iraient au tapis en même temps que la Banque Postale puisque celle-ci, ayant Dexia dans ses comptes, DEVRA PAYER DES MILLIARDS de swaps, et que ceux-ci ont été indirectement garantis par les gouvernements belge et français.

Moralité: vos comptes ne sont en sécurité nulle part en France, à l’exception de HSBC et surtout de la Banque de Chine (agence Avenue de la Grande Armée, pour ceux que cela intéresse, 01 49 70 13 95, et mail: fr_service@bank-of-china.com selon leur site ici)

Et dans la même logique, Mr Boumaza a vu que selon un officiel de la Fed, “la Deutsche Bank est horriblement sous-capitalisée…”. Le papier de Reuters a fait très très mal à la banque au point de déclencher une sortie de quelques gros clients: “A top U.S. banking regulator called Deutsche Bank’s capital levels horrible and said it is the worst on a list of global banks based on one measurement of leverage”, lire ici sur CNBC.
Si même les grosses banques allemandes sont mourues, où va-t-on ???

La BNP attaquée pour “pratiques commerciales trompeuses”

20130114-074745.jpg

L’Expansion

Une famille lésée par un produit d’épargne de la banque, le “Jet 3”, a porté plainte pour “pratiques commerciales trompeuses”. Censé tripler les mises de départ, le produit aurait fait perdre près de 28 millions d’euros à l’ensemble de ses clients.

La BNP attaquée pour “pratique commerciale trompeuse”. D’après RTL, la plainte aurait été déposée par une famille ayant investi en 2001 ses économies dans un produit d’épargne de la banque, le “Jet 3”, lequel promettait un triplement de l’épargne en 10 ans. Mais à échéance, surprise! Les clients ont découvert qu’ils avaient perdu près de 28 millions d’euros dans l’affaire.

En 2001, séduite par l’accroche publicitaire de la banque, “Avec Jet 3, votre épargne décolle. Triplez votre capital en dix ans”, la famille Vareille décide de placer les bénéfices tirés de la vente de sa parfumerie (366 000 euros) sur ce produit d’épargne. Dix ans plus tard, c’est la consternation. Loin d’avoir triplé leur placement, le produit leur a fait perdre de l’argent.

Continue reading