Bassam Tahhan et Pierre Dortiguier sur les projets d’intervention militaire en Syrie

Advertisements

POURQUOI L’OR CHUTE ?

20130418-080414.jpg

Prêchi-Prêcha

Notons qu’à l’été 2008 quelques mouvements erratiques sur l’or avaient précédés la faillite de Lehmann Brothers qui a entrainé la divergence des taux dans la zone euro. Si on devait être dans même genre de configuration, avec un évènement bancaire dans d’ici à quelques mois qui entrainerait une divergence des taux dans la zone euro, la France serait très sévèrement touchée.

La mer se retire toujours avant un tsunami.

Lu sur le blog Hashtable

En France, on a tout compris : ce que le peuple veut, ce sont des déclarations de patrimoine des ministres et l’autorisation pour les homosexuels de se marier. Le reste, l’économie, le chômage, les impôts, les banques en faillite, tout ça, le peuple n’en veut pas. Il a la téléréalité et Nabila pour l’occuper, alors pas question de se prendre la tête sur ce que fabriquent la Chine ou les marchés boursiers.
Conséquence logique mais dommage pour vous : ce billet ne parlera pas de la fortune de la ministre Delaunay.

Que voulez-vous, savoir que la brave ministre qui s’ennuyait est multimillionnaire est, finalement, sans intérêt. Qu’il y ait des contribuables qui, fort naïfs, découvrent ébahis qu’elle a tant gagné d’argent que ça alors qu’elle a toujours largement pioché dans leurs poches, c’est quelque chose qui ne surprend pas lorsqu’on la met en rapport avec l’état dans lequel est le pays.

Soyons clair : c’est la catastrophe. Je l’indiquais dans un précédent billet, la faillite est autant morale que financière, et les chocs soubresauts de moralisation ridicules qu’impulse mollement Hollande à coup de déclarations télévisuelles ternes n’y changeront absolument rien.

D’ailleurs, le prochain fusible probable de ce gouvernement de clowns, Moscovici, a dû reconnaître du bout des lèvres que les impôts et prélèvements allaient encore augmenter un tantinet : eh oui, à cause de toute cette tempête d’ultra-libéralisme qui décime des familles et tue des petits chevaux, l’État va encore accroître sa pression fiscale. Il était temps : à 56.9% du PIB de dépense publique et à 46.5% de prélèvements, on a frôlé la surchauffe capitaliste libre-échangiste et l’étiolement de l’État. L’Austérité Qui N’Existe Pas va donc encore s’abattre sur le peuple pendant que l’élite s’occupera de produire des papiers amusants sur son patrimoine (un unique âne ici, quelques sous-bocks et un paquet de clopes là).

La France est très clairement partie en sucette. Les ministres ont abandonné toute prétention à la compétence et la ligne politique de Hollande et de son gouvernement, si tant est qu’il y en ait encore une, ressemble plus à une nouille aux flasques enroulés décroissants qu’à une quelconque direction ferme empruntée vaille que vaille et par conviction. Le pari est lancé sur le nombre de mois qui s’écouleront avant l’explosion finale, caractérisée par une série de mesures chypriotes (saisie sur les comptes, fermetures bancaires, blocage des capitaux, …).

Et pendant que les médias sont tous, gros micros mous tendus aux quatre vents, occupés par de palpitantes questions sociétales, les gouvernements qui ont un peu de bon sens continuent de placer leurs pions pour les prochains événements mondiaux.

Au premier rang de ceux-ci, on retrouve bien évidemment la Chine dont j’avais déjà évoqué les manœuvres sur l’or. Pour rappel, je notais que l’Empire du Milieu était lancé (ainsi que, dans une moindre mesure, la Russie et l’Inde) dans un achat d’or tous azimuts. Son appétit n’a pas changé, les positions de sa banque centrale restant définitivement à l’achat. Parallèlement, on se souvient que le pays avait ouvert des lignes de swap direct avec, notamment, le Japon, lui permettant d’échanger des biens et services sans plus passer par le dollar.

Il semble que les Chinois continuent donc d’assoir, tranquillement mais sûrement, leur monnaie comme remplaçant possible du dollar américain ; non seulement, la quantité d’or dans les coffres de la Banque Centrale chinoise augmente drastiquement, mais en plus, le pays entend ouvrir une ligne de swap directe avec … l’Australie, éliminant le dollar américain du commerce entre les deux nations.

De façon étonnante et en opposition diamétrale avec l’incompétence assez compacte qui caractérise le gouvernement français, la Banque de France a d’ailleurs décidé, devant ces opportunités, de tenter, elle aussi, d’avoir une telle ligne avec la Chine : ici, il s’agit essentiellement de damer le pion à la rivale anglaise dont on comprend qu’elle pourrait offrir à terme cette facilité à l’Empire du Milieu, mais que son allégeance aux États-Unis empêche pour le moment de concrétiser.

Pas de doute : en achetant de l’or, en multipliant les lignes d’échange direct du Yuan vers les autres monnaies, la Chine continue à se débarrasser de ses liens avec le dollar. Et justement, il est particulièrement intéressant de constater que, malgré ces achats massifs d’or de la part de banques centrales (la Chine étant d’ailleurs largement rejointe par la Russie et l’Inde dans ce domaine), le métal précieux a pris ces derniers jours une solide dérouillée (descendant sous 1400$ l’once).

Que se passe-t-il ? Et surtout, pourquoi cela n’est pas du tout bon signe

Eh bien comme l’indique assez clairement Charles Gave dans son dernier édito, la baisse subite des cours de l’or indique d’abord … une évaporation de la liquidité monétaire. En substance, ce qu’on observe ici, c’est une véritable fuite des dépôts et une destruction du crédit. La monnaie s’enfuit de la zone euro, à grandes enjambées. Et le mouvement que l’on voit sur l’or est la démonstration d’une vente massive … de certificats divers et variés sur l’or, autrement dit, de l’or papier (ETF) : à l’évidence, on assiste ici à un véritable lessivage des mains faibles (tous les spéculateurs rentrés sur le marché pour bénéficier de la tendance, mais dont les positions sont de court ou très court terme). S’ajoute à ce mouvement qu’une partie de plus en plus importante des acheteurs d’or est en train de réclamer la livraison physique de l’or ou, lorsqu’il faut aller vite, de revendre leurs ETF.

Parce que, pour ce qui est de la livraison, on sait tous qu’il va y avoir un problème : il n’y a pas assez d’or physique pour répondre à la demande correspondante à l’or-papier. Et pour ceux qui avaient de l’or en dépôt physique, il semble que la nervosité soit au rendez-vous puisque des retraits massifs (et records) ont actuellement lieu dans les entrepôts du Comex.

Autrement dit, si l’on s’en tient à l’actuelle dégringolade des cours de l’or, la relique barbare n’est plus fashion, ni trendy et plus personne n’en veut. Vendez.

Et si vous comprenez vraiment ce qui se passe sur les marchés actuellement, profitez de l’aubaine.
Achetez. En effet, si l’on s’en tient aux remarques avisées d’analystes qui ont un peu plus de flair que nos ministres et les habituels commentateurs sur les médias mainstream, la chute actuelle démontre surtout une crispation très importante des marchés, et une perte de crédibilité des trackers sur l’or (l’or-papier). En revanche, l’or physique, lui, continue d’attirer tant les banques centrales des pays émergents qui cherchent à s’affranchir des monnaies occidentales de plus en plus pourries que les investisseurs soucieux d’échapper aux rabotages de plus en plus douloureux que les autorités leur font subir (par l’impôt, l’inflation ou la ponction directe sur les comptes).

Soyons bien clair : l’ensemble de ces éléments ne peut guère être interprété en faveur d’un avenir radieux. Il faudrait être désespéré ou stupide (ou les deux) pour continuer à clamer que la France pourra, d’ici à la fin de l’année, faire baisser sensiblement son chômage et enregistrer une croissance quelconque. De la même façon, il faudrait être complètement déconnecté de toute réalité pour croire qu’on ne va pas au devant d’un grain majeur ; agiter la presse sur des sujets de seconde importance et ne rien faire pour préparer le peuple au déluge qui s’annonce relève quasiment d’un comportement criminel.

En tout état de cause, ce pays est foutu.

20130418-080435.jpg

Trois navires de guerre chinois se dirigent vers la Syrie

 Trois bâtiments de guerre chinois viennent de traverser le canal de Suez pour appareiller vers la Syrie. selon e site d’information égyptien Al Bachaer al Vafd citant des sources égyptiennes basées à Suez, deux destroyers et un navire sont ainsi entrés en Méditerannée et devront bientôt accoster en Syrie.

Des destroyers quingb 133 et noauio 83 transportent une charge de 4 tonnes et le navire waishqnhu avec un son bord 11000 tonnes de charges ont traversé le canal alors qu’ils étaient escortés. Au moment du passage, les bateaux et embarcations se sont arrêtés tout comme les camions et les voitures sur les ponts juxtaposants le canal.

Source: Irib

La Russie et la Chine sifflent (déjà) la fin de la récréation à François Hollande – et à d’autres…

Guennadi Gatilov : le vice-ministre russe des Affaires étrangères a laissé François Hollande faire le Mitterrand quelques dizaines de minutes

Eh bien, François Hollande va devoir trouver un nouveau sujet de conversation avec Vladimir Poutine, vendredi. Le nouveau président de gauche (formatée atlantiste) n’avait pas exclu, voici 24 heures, de faire participer la France à une intervention militaire contre la Syrie, « comme en Libye », pourvu que celle-ci soit autorisée par l’ONU. Mais le président français et BHL n’auront pas attendu longtemps la mise au point du meneur de jeu russe. Mardi soir, quelques dizaines de minutes après l’intervention de Hollande, comme pour calmer les excités occidentaux croyant leur heure revenue à la faveur du drame – toujours pas éclairci – de Houla, le vice-ministre russe des Affaires étrangères Guennadi Gatilov a averti que la Russie ne laisserait pas le Conseil de sécurité autoriser une telle intervention : Moscou « est catégoriquement opposée à toute intervention extérieure dans le conflit syrien qui ne ferait qu’aggraver la situation avec des conséquences incalculables pour la Syrie et le reste de la région« . Continue reading

Les sanctions contre l’Iran : Les grandes puissances ne voient pas que les temps changent (Al Akhbar)

L’image d’un Iran isolé au bord du désastre économique à cause des sanctions croissantes perd toute crédibilité à la lumière de la multiplication des liens politiques et commerciaux iraniens avec les puissances mondiales non occidentales.

Selon un reportage exclusif de Reuters, au début du mois, des acheteurs iraniens n’ont pas pu payer les 144 millions de dollars étasuniens qu’ils devaient pour une cargaison de 200 000 tonnes de riz en provenance d’Inde. D’autres rapports similaires de Reuters ont suivi, un affirmant que les commerçants asiatiques commençaient à prendre leurs distances avec la république islamique et un autre suggérant que des commerçants pakistanais “prenaient peur” de faire des affaires avec l’Iran. Un troisième rapport disait que l’Iran troquait de l’or et du pétrole contre des denrées de première nécessité, ce qui montrait les immenses difficultés que le pays traversait.

Cette série de reportages a suivi la mise en place par le président étasunien Barack Obama de nouvelles sanctions plus sévères contre le gouvernement iranien visant à geler les avoirs iraniens aux Etats-Unis et à pénaliser les transactions des banques et institutions financières iraniennes. La décision d’Obama a été accompagnée de sanctions unilatérales de l’Union Européenne contre le secteur pétrolier iranien qui constitue presque 90% des revenus de la république islamique. Pour les officiels iraniens, ces actions ne sont qu’une simple “guerre psychologique”.

Les commentateurs et les observateurs européens et nord-américains notamment, analysent les faits soulignés par Reuters comme le signe qu’il n’y a pas que les nations et les entreprises occidentales qui veulent isoler l’Iran et qui souhaitent que les sanctions soient efficaces. Les difficultés du marché de l’alimentation et la dévaluation du rial iranien qui ont causé une hausse exponentielle du prix des denrées de base sont salués comme les premiers résultats des pressions destinées à forcer l’Iran à arrêter sa course supposée vers la bombe nucléaire.

Mais la vision d’un Iran isolé et s’écroulant progressivement sous le poids d’une guerre économique pourrait fort bien n’être qu’une illusion.

L’Iran est-il isolé au plan international ?

L’article de Pepe Escobar, “l’Isolement de l’Iran est un mythe” qui a été publié sur plusieurs sites remet en question le mythe selon lequel l’Iran serait tout à fait isolé et même démontre le contraire. Continue reading