2014 : MON EPARGNE EN DANGER ! Delamarche-Berruyer-Herlin-Lecoq Vallon-Ferron Poloni

LE MASSACRE DES FRANCAIS PAR UN PARTI SOCIALISTE A LA SOLDE DE L’UNION EUROPENNE DEVENUE TOTALEMENT FOLLE

Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2013

LE MASSACRE DES FRANCAIS PAR UN PARTI SOCIALISTE A LA SOLDE DE L’UNION EUROPENNE DEVENUE TOTALEMENT FOLLE
du 28 au 31 octobre 2013 : Vous avez vu que le temple Hédiart va fermer et 180 personnes seront virées s’il n’y a pas de reprise. Un vrai symbole et vous montre que le POIDS DES CHARGES SOCIALES ET DES TAXES NE PERMET PLUS AUX ENTREPRISES DE TENIR même avec un généreux actionnaire.
Dans le spectre populaire, c’est la même chose: suite à la réunion du 23 octobre, il y a des rumeurs que la Halle aux Vêtements, qui, comme toutes les grandes enseignes, envisage de fermer “plus de 10 magasins sans compter celui de Cannes”, cliquez ici pour la carte, merci à mon lecteur.

La banque Natixis va tailler 10% de ses effectifs: “Natixis, filiale cotée du groupe mutualiste BPCE, a indiqué qu’elle envisageait la suppression “d’environ 700 postes” en France d’ici la fin 2015, sans licenciement contraint”, lire ici Le Point, merci à Mr Demeese. J’aime beaucoup le “contraint”.

De son côté la banque ING va virer 1000 personnes, merci à Mr Debrauwre, lire ici La libre Belgique et Bank of America va sabrer 3000 autres salariés, lire ici CNBC.

Electrolux continue à aspirer les emplois avec 2000 salariés de plus qui seront virés, lire ici Romandie, merci à Mr Brunet.

Hewlett Packard va guillotiner 7000 salariés de plus (après les 25.000 de l’an passé) lire ici Informaticien.com, merci mr Marsal.

Panasonic détruit son département semi-conducteurs et vire 7000 personnes. Basf lui va virer 650 salariés dont 140 postes en France.
Bientôt. Mr Rohrbacher nous dit “il faudra compter les entreprises qui ne licencient pas”, lire ici le Républicain Lorrain.

Continue reading

LE MONDE FINANCIER EST DEVENU AVEUGLE, MERCI MR BERNANKE

20130624-192520.jpg

Par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2013

du 24 au 28 juin 2013 :
La semaine qui vient de passer a instauré une nouvelle peur panique parce que Mr Bernanke a expliqué qu’il allait mettre sa planche à billets en sourdine et qu’il ne lancera plus ses milliards de dollars gratuits de son hélicoptère.[EDITOR’S NOTE: 85 Milliards de $ par mois pour être précis]

Cela a donc déclenché la panique… Tant que l’argent gratuit coule à flots, il rend les traders ivres, totalement drogués au “Quantitave Easing”, bel euphémisme pour “planche à billets”. Supprimez leur drogue et ils deviennent comme des dingues, des drogués en manque, prêts à faire sauter la planète financière, juste pour pouvoir toucher leurs bonus habituels. Danger.

Comme d’habitude cette situation n’a pas été trop commentée sur vos médias… Il ne se passe toujours rien… sauf sur les places financières prêtes à exploser pour un “oui” ou un “non”. Notre lecteur Dimitri a très bien résumé la situation: “On a donc eu une petite crizounette sur les marchés avec Bernanke qui nous informe de sa prochaine Exit Strategy. Evidemment, comme les choses ne tombent pas du ciel, le rapport du BIS est tombé ce dimanche (Bloomberg lien, lien BIS). On apprend que: “les Banques centrales ne peuvent pas tout” “Qu’il faut sortir pour prévenir des risques associés aux planches a billets”.

En somme tout un baratin dans lequel, pour ma part, je vois ceci: Réduire les liquidités dispo pour financer les Emergents (Amérique Latine + Asie Pacifique + Russie) de sorte que cela entraîne des troubles et désordres dans ces pays, c’est à dire dans les pays qui ne sont pas sous le contrôle direct ou indirect des USA.

D’ailleurs on notera les troubles au Brésil, l’annulation d’une émission du Trésor Russe et du Trésor Bresilien la semaine dernière… Ceci n’est qu’un début. Quand on recadre toute ces infos avec ce qu’on voit depuis 2 ans alors on peut dire: Le marché transatlantique bientot finalisé permettra aux USA de tirer profit des Européen (rappelons nous de Barroso disant nein aux panneaux solaires aux chinois) + même accord avec Japon USA Australie. Encore et toujours des pays qui adhèrent à l’Eeuro/Uem Ue (Europe de l’Est) et Syrie qui permettra d’assurer l’acheminement en gaz à toute l’Europe en sortant les Russes (…)

Tout avance petit à petit pendant que les merdias BFM, etc., nous disent que c’est la reprise avec leur “observatoire” de mes deux”. Liens sur Reuters, Bloomberg, le FT, ZH et FT second lien.

Revue de Presse par Pierre Jovanovic © http://www.jovanovic.com 2008-2013

Les banques françaises présentent le plus important risque systémique en Europe !

Par Philippe Herlin – Chercheur en finance / Contributeur pour Goldbroker.com

Après des déficits publics à la dérive, dont nous avons parlé la semaine dernière, la France doit aussi s’inquiéter pour son secteur bancaire. En effet, selon Euromoney, d’après une étude du Center for Risk Management de Lausanne, les banques françaises présentent le plus important risque systémique en Europe !

20130622-173057.jpg

Pour évaluer ce risque systémique, l’institut de Lausanne a mesuré le besoin en capital dont a besoin une banque s’il survient une crise financière mondiale. Cette crise est définie par une chute de 40% des indices boursiers mondiaux sur un semestre.

Et c’est le Crédit Agricole qui arrive en première position, avec 86 milliards d’euros, suivi de la Deutsche Bank (82 milliards d’euros), Barclays (71 milliards d’euros), BNP Paribas (68 milliards d’euros). La Société Générale arrive en 6e position, Natixis et l’assureur AXA en 13e et 14e position. Et encore Dexia est-elle considérée comme une banque belge alors qu’en réalité la France intervient en garantie à hauteur de 45,5%. Au total, c’est 271 milliards d’euros qu’il faudrait apporter aux banques françaises dans une telle situation !

Viennent ensuite le Royaume-Uni (206 milliards d’euros), l’Allemagne (135 milliards d’euros), l’Italie (90 milliards d’euros).

Cette inquiétante première position s’explique notamment par l’effet de levier qui est en France le plus élevé d’Europe selon le Center for Risk Management de Lausanne avec un chiffre de 31 (donc 31 euros d’engagements pour 1 euro de cash)… On trouve ensuite les Pays-Bas (29), l’Italie (27), l’Allemagne (25). Les bons élèves sont le Royaume-Uni (16), la Suisse (14), la Suède (10).

Ce risque systémique élevé s’explique également par la forte concentration du secteur puisque trois banques monopolisent l’essentiel de l’activité : le Crédit Agricole (qui a racheté le Crédit Lyonnais en 2002), BNP Paribas (né de la fusion de la BNP et de Paribas en 2000, et qui a racheté Fortis en 2009) et la Société Générale. L’édifice est d’autant plus fragile. On signale juste au passage que le total du bilan de BNP Paribas est égal au PIB de la France. Nous avons ainsi trois mastodontes que l’Etat est condamné à aider quoi qu’il arrive : les banques françaises ont parfaitement théorisé et appliqué le “too big to fail” !

Ceci dit cette fragilité est celle de l’ensemble des banques européennes, la France est la plus concernée mais les autres pays ne sont pas à l’abri. D’ailleurs le fait que les bilans bancaires soient si dépendants des places boursières traduit un dérèglement de la finance, une dérive des banques vers la finance de marché (plus rémunératrice mais plus risquée, justement) au détriment de leur activité de base, le crédit (moins rémunérateur mais plus stable).

Surtout, l’hypothèse de l’étude, on le rappelle une chute de 40% des marchés boursiers mondiaux en l’espace de six mois, n’a absolument rien d’improbable, au contraire. Avec les planches à billets qui tournent à plein régime aux Etats-Unis, au Japon et dans une moindre mesure en Europe, chacun comprend que les indices boursiers sont artificiellement dopés. La question n’est même pas de savoir si une telle chute des cours peut arriver mais quand. A ce moment-là le risque systémique ne sera plus un objet d’étude mais une réalité très concrète.