CETTE SEMAINE MICHEL SAPIN A PRIS UN AUTRE LDL (en plus de sa mescaline) (LDL = LISTE DES LICENCIEMENTS)

20131204-085545.jpg
Les 2 pieds nickelés qui n’ont jamais mis les pieds dans une entreprise et qui se sont donnés comme mission d’inverser la courbe du chômage

du 2 au 6 décembre 2013 : La semaine passée a été marquée par un massacre de la Bête Argent et de la Bête Media, en particulier le Chicago Trinune, regardez bien et dites-vous que le cancer entame sa phase terminale :

Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2013

LosRoca ferme à Mesnil Saint Nicaise, 36 salariés virés, lire ici Courrier Picard, merci à Willy –

Canon France va virer 453 personnes lire ici Le Progrès

Unicredit Autriche vire 850 banquiers, lire ici Reuters

First Data credit card processing licencie 550 personnes aux US, lire 9 News

Confirmation, la banque Barclays sabre 1700 banquiers lire Moneynews

Fifth Third Bank vire 200 salariés lire ici Charlottsville news

le Crédit Agricole va fermer 50 agences en région parisienne, pas de licenciements vrais, mais encore moins d’embauches, “le groupe veut passer le nombre de ses agences dans la région parisienne de 325 à 277 afin notamment de s’adapter à la baisse de la fréquentation des clients” lire ici Yahoo news, merci à Mr Lacoste –

le groupe de presse Chicago Tribune vire 700 personnes, lire Mr Feder

WestTrac Australia vire 630 salariés lire ici BrW

Intel licencie 600 salariés en… Malaisie (!!!) lire Marketwatch

Dow Chemical va sabrer 5000 personnes et fermer 20 usines dans le monde et stopper 6000 sous-traitants avec immobilisation temporaire de 20 usines!!!! –

Alitalia prépare un épandage massif de 2000 salariés lire Reuters

la chaîne de drogueries Dominicks va virer 5600 personnes aux US lire NBC

Kellogs va améliorer le régime de ses collaborateurs en virant 2170 salariés dans le monde lire ici le HuffPost

Vencorex vire 300 personnes “Selon la CGT et la CFDT … destruction d’au moins 300 emplois sur environ 550, et devrait avoir un impact sur les autres sociétés de la plate-forme chimique, ainsi que sur Arkema-Jarrie”, lire ici Le Dauphine, merci à Mr Pointet –

je l’ai déjà donné, mais Michelin a confirmé que 706 personnes seront licenciées à Joue les Tours, lire le Parisien, merci à Aetos –

“Les sureffectifs atteignent 250.000 postes en France” selon le Monde, lire ici pour le croire, merci à Dimitri –

enfin en Suisse “UBS ne payera plus d’indemnités de départ dès l’année prochaine. Le no1 bancaire helvétique a adopté un plan social qui entre en vigueur dès janvier 2014. Celui-ci garantit toutefois aux employés licenciés, âgés de moins de 58 ans, une activité 12 mois après leur mise à pied.”….Lire ici 20 minutes suisse

alors que la Belgique l’a déjà adoptée “Depuis le 1er novembre dernier, plus de chômage après une prime de licenciement” merci à Mr Van Buylaere, écouter ici RTL.

Ca va arriver en France, je vous le garantis.

BRETAGNE: MARÉE DE BONNETS ROUGES À CARHAIX

Des milliers de Bonnets rouges se sont rassemblés pour l’emploi en Bretagne et contre l’écotaxe, ce samedi à Carhaix (Finistère). L’un de leurs porte-paroles a revendiqué « plus de 40 000 personnes » sur le site du festival des Vieilles Charrues, une vaste prairie à l’entrée de cette petite ville de 8 000 habitants. La préfecture du Finistère a estimé de son côté que le rassemblement avait réuni « au plus fort 17.000 personnes ».

Carhaix. Pari réussi pour les bonnets rouges

Le gouvernement « prend acte » de ce rassemblement, a fait savoir dans un communiqué sa porte-parole Najat Vallaud-Belkacem. Et d’annoncer que le Pacte d’avenir pour la Bretagne, lancé à la mi-octobre par le gouvernement et élaboré avec les forces économiques et sociales, serait rendu public mercredi 4 décembre. « Il sera ensuite signé par le Premier ministre, qui se rendra à Rennes dans les prochaines semaines », a ajouté la ministre.

A Carhaix, le porte-parole des Bonnets rouges Christian Troadec a évoqué une « très très grande réussite » pour le mouvement, après le précédent rassemblement à Quimper le 2 novembre, qui avait rassemblé entre 15.000 (préfecture) et 30.000 personnes (organisateurs).

Source: Prêchi-Prêcha

Olivier Delamarche & Pierre Sabatier: Des pays comme la Grèce ne rembourseront pas

Olivier Delamarche & Pierre Sabatier: L’accord Iranien n’est que de la communication 1/2

Olivier Delamarche & Pierre Sabatier: Des pays comme la Grèce ne rembourseront pas 2/2

‘Un conseil à nos lecteurs français: si la volatilité actuelle des obligations se poursuit, vous pourriez souhaiter ne pas voir ce qui se passera’

Dans la nuit de mercredi à jeudi, après 6 heures de discussions, les ministres des finances de l’Eurogroupe ont réussi à se mettre d’accord sur la méthode à appliquer lorsque des banques européennes se trouvent en grave difficulté.

Ce seront les actionnaires et les créanciers qui seront mis à contribution au premier rang. Ils subiront une ‘coupe de cheveux’ de 8% minimum du passif. Ensuite, en second rang, c’est un fonds d’aide de l’UE (le MES, par exemple), qui prendra le relai, mais seulement à hauteur de 5% du passif. Et si cela ne suffit pas, les épargnants et les entreprises dont les comptes dépassent 100.000 euros d’encours devront mettre la main à la poche.

Pour l’économiste français Philippe Herlin, cela n’a rien de rassurant. D’abord, il rappelle qu’une banque connaissant de graves difficultés pourrait facilement avoir des pertes dépassant 13% du passif, et donc que les épargnants seraient probablement toujours sollicités. Ce ne seraient pas les personnes physiques qui seraient les plus affectées, mais les entreprises, et la perte d’une perte d’une partie de leur trésorerie pourrait les mettre elles-mêmes en danger de dépôt de bilan, ce qui signifie que cela pourrait provoquer une récession, à l’image de ce qui se passe actuellement à Chypre.

Mais ces nouvelles règles vont probablement changer la façon dont les épargnants conservent leurs avoirs. Ils vont probablement prendre l’habitude de répartir leur épargne sur plusieurs comptes pour éviter de détenir des comptes garnis d’encours supérieurs au seuil fatidique de 100.000 euros. La raréfaction des comptes avec de tels encours motivera donc probablement les gouvernements à ponctionner également les comptes moins bien dotés, et donc, tous les clients de la banque ayant des comptes avec un solde positif pourraient être concernés, spécule Herlin.

Quelles sont les banques européennes spécialement vulnérables ? Les banques françaises en particulier, indique une étude du Center for Risk Management de Lausanne, qui a modélisé ce qui se passerait en cas de chute des indices boursiers mondiaux de 40% sur un semestre.

L’étude montre que si une telle crise se produisait, Crédit Agricole SA (France) serait la banque française affectée du manque de capitaux le plus criant, avec un déficit de 87,2 milliards d’euros, suivie de la banque allemande Deutsche Bank AG (déficit de 86,8 milliards d’euros), et de la banque anglaise Barclays Bank PLC (déficit de 73,9 milliards d’euros). Les autres banques françaises présentes dans cette liste de 12 établissements sont BNP Paribas (4ème position – déficit de 71,1 milliards d’euros) et la Société Générale (6èmeposition – déficit de 52,0 milliards d’euros). Dexia arrive en 12ème position avec un déficit de 22,4 milliards d’euros.

Une étude de Goldman Sachs parvient à peu près à cette même conclusion de la sous-capitalisation des banques françaises avec un angle d’étude différent : elle s’est intéressée à l’effet de levier pratiqué par les banques européennes. Elle conclut que si l’on considère l’effet de levier que la banque pratique par rapport à ses capitaux permanents calculés d’après les règles de Bâle III, Natixis (France) est la banque qui pratique l’effet de levier le plus élevé, en prêtant un encours 46 fois supérieur au montant de ces capitaux, suivie de près par le Crédit Agricole à peu près avec le même coefficient (tableau).

Cette vulnérabilité des banques européennes s’explique par la forte concentration du secteur bancaire européen, précise Herlin, qui rappelle que le total de bilan de BNP Paribas est équivalent au PNB de la France. « Nous avons ainsi trois mastodontes que l’Etat est condamné à aider quoi qu’il arrive : les banques françaises ont parfaitement théorisé et appliqué le “too big to fail” ! », écrit-il.

Une telle crise pourrait-elle se produire ? Oui, répond Herlin, qui explique que les politiques monétaires accommodantes des Etats-Unis, du Japon, et de l’Europe, on créé des distorsions dans les indices boursiers qui sont anormalement élevés. « La question n’est même pas de savoir si une telle chute des cours peut arriver mais quand. A ce moment-là le risque systémique ne sera plus un objet d’étude mais une réalité très concrète », dit-il.

« Un conseil à nos lecteurs français », écrit Zero Hedge. « Si la volatilité actuelle des obligations se poursuit, vous pourriez souhaiter ne pas voir ce qui se passera. Crédit Agricole et Natixis pourraient être les deux premières banques que le président socialiste français serait fièrement forcé de nationaliser pour éviter un effondrement du secteur bancaire français ».

Source: express.be

MEGA ALERTE: VOS COMPTES SERONT BIEN PONCTIONNES DE 8%

20130704-091709.jpg

Par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com

MEGA ALERTE: VOS COMPTES SERONT BIEN PONCTIONNES DE 8%
du 26 au 29 juin 2013 :

Ne vous affolez pas, vous ne le verrez nulle part sur les merdias Le vrai patron de l’Europe, le ministre des Finances allemand a déclaré que la meilleure solution pour sauver les banques (ex: Deutsche Bank, Société Générale, etc.) sera de ponctionner 8% sur le compte des clients et cela pour remonter le niveau de la piscine (réserve fractionnelle) des Picsous.
Traduisez: mega taxe de 8% sur la population, sur TOUTE la population puisque nos Etats pourris ont voté l’obligation à tout citoyen d’avoir un compte dans une banque.

Si vous suivez ce blog, vous êtes averti depuis longtemps puisque je vous en parle depuis Chypre (et plus que jamais ce reportage a en effet été le plus important de ma vie de journaliste, merci à vous). Cette fois, les choses vont se mettre en place à partir de la rentrée ou bien en janvier 2014.

Tous nos impôts sont pris DEPUIS 2008 POUR SAUVER LES BANQUIERS ET LEURS ESCROQUERIES. Mais cela ne suffit pas. Maintenant ils vont directement prendre 8% sur les comptes privés. Rappellez-vous, au début à Nicosie, les Allemands ont voulu prendre 10% sur les comptes. Le parlement ayant dit “non”, ils ont alors braqué tous les montants au-dessus de 100.000 euros. Joli magot. Ca s’appelle aussi recel en bande organisée.

Certains ne me croient pas??? Eh bien regardez l’article de Audrey Duperron sur l’Express.be, merci à tous les lecteurs: “L’Allemagne veut sauver les banques en difficulté en opérant une ponction sur les dépôts et les actifs de 8%… Le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble a proposé que les actionnaires, les créanciers, les déposants et les titulaires de comptes subissent une ponction de 8%, affirmant que cette solution demeurait plus favorable pour eux, car leurs pertes seraient beaucoup plus importantes si les banques faisaient faillite … L’idée de Schäuble n’est pas nouvelle. Déjà en 2011 le Boston Consulting Group avait estimé qu’imposer une taxe de 30% sur tous les actifs serait la seule façon de sortir de la crise de l’euro. Selon certains économistes il n’y a pas d’autre solution que de prendre l’argent là où il est : sur les comptes des épargnants.Entre 2008 et 2011, les contribuables européens ont consacré plus de 4,5 trillions d’euros, soit un tiers du PIB de l’UE, au sauvetage des pays et des banques”…

Continue reading

Olivier Delamarche : « il n’y a que Hollande qui a cru qu la crise était finie »

« Il n’y a que François Hollande qui a cru que la crise était finie. On est en pleine crise et on accueille la Croatie qui en est à sa cinquième année de récession. Je ne vois pas comment on pourrait récupérer de la croissance aujourd’hui. La croissance américaine a été révisée à 1,8%, loin des 2,5% de départ, on est loin du compte. 12% des prêts étudiants ne sont pas remboursés dans les temps aux États-Unis.»