BRETAGNE: MARÉE DE BONNETS ROUGES À CARHAIX

Des milliers de Bonnets rouges se sont rassemblés pour l’emploi en Bretagne et contre l’écotaxe, ce samedi à Carhaix (Finistère). L’un de leurs porte-paroles a revendiqué « plus de 40 000 personnes » sur le site du festival des Vieilles Charrues, une vaste prairie à l’entrée de cette petite ville de 8 000 habitants. La préfecture du Finistère a estimé de son côté que le rassemblement avait réuni « au plus fort 17.000 personnes ».

Carhaix. Pari réussi pour les bonnets rouges

Le gouvernement « prend acte » de ce rassemblement, a fait savoir dans un communiqué sa porte-parole Najat Vallaud-Belkacem. Et d’annoncer que le Pacte d’avenir pour la Bretagne, lancé à la mi-octobre par le gouvernement et élaboré avec les forces économiques et sociales, serait rendu public mercredi 4 décembre. « Il sera ensuite signé par le Premier ministre, qui se rendra à Rennes dans les prochaines semaines », a ajouté la ministre.

A Carhaix, le porte-parole des Bonnets rouges Christian Troadec a évoqué une « très très grande réussite » pour le mouvement, après le précédent rassemblement à Quimper le 2 novembre, qui avait rassemblé entre 15.000 (préfecture) et 30.000 personnes (organisateurs).

Source: Prêchi-Prêcha

Nouvelle loi du travail (LOTTT) au Venezuela: Un pas de plus vers la vraie vie

Source: Venezuela Infos

La nouvelle Loi du Travail célébrée en grande pompe par les travailleurs vénézuéliens ce 1er mai 2012 est un vieux rêve devenu réalité au bout d’un débat citoyen qui a duré près de trois ans. Plus de 19000 propositions ont été remises par toutes sortes d’organisations de travailleurs, syndicats, coordinations, etc.. à la commission présidentielle chargée d’élaborer le projet. Avec la Constitution Bolivarienne, c’est le texte de loi qui a le plus bénéficié de la participation populaire.

Nous avions rendu compte de ce débat national il y a quelques semaines : “Le Venezuela ouvre le débat pour construire une nouvelle loi du travail

Résultat : la loi signée le 30 avril 2012 par le président Chavez brise enfin le carcan néo-libéral où les gouvernements antérieurs avaient étouffé les droits sociaux. Depuis le 2 mai la loi (dont on peut lire ici le texte intégral en espagnol) circule gratuitement sur internet et de main en main, massivement, dans plusieurs journaux. Sauf dans ceux de l’opposition qui relaient les critiques patronales contre la loi, contre l’égalité homme/femme, contre l’augmentation des indemnités dues aux travailleurs, etc… Des réunions seront organisées partout dans les mois qui viennent, notamment par les syndicats, pour continuer à faire connaître la loi et pour qu’elle soit un levier de nouvelles transformations. Continue reading

Nouvelle constitution en Islande : la conspiration du silence…

L’Islande a terminé l’année 2011 avec une croissance économique de 2,1% et devrait, selon les prévisions de la Commission européenne, atteindre le taux de 2,7% en 2013 grâce principalement à la création de nouveaux emplois. 
L’Islande est le seul pays européen qui a rejeté par référendum le sauvetage des banques privées, laissant s’effondrer certaines d’entre elles et jugeant de nombreux banquiers pour leurs crimes financiers mais curieusement les médias français et européens n’en parlent pas ou très peu…
Il n’y a pas de censure officiellement dans les médias presse, radio ou télé mais les journalistes et experts de tous bords, si prompts à parler de ce qui se passe en Egypte, en Lybie ou en Syrie, ne disent absolument rien sur ce qui se passe en Islande. En a-t-on parlé dans les nombreux débats politiques en vue de l’élection présidentielle ? A-t-on vu des images à la TV ? Bien sûr que non car les citoyens européens pourraient avoir la mauvaise idée de s’en inspirer…
En Islande, le peuple a fait démissionner un gouvernement au grand complet. Les principales banques ont été nationalisées et il a été décidé de ne pas payer la dette qu’elles avaient contractée auprès de banques en Grande Bretagne et en Hollande, dette générée par leur mauvaise politique financière.
– 2008 : Les banques Glitnir, Landsbankinn et Kaupthing sont nationalisées pour éviter leur faillite plutôt que d’injecter inconditionnellement des capitaux publics, comme en Espagne ou dans les autres pays européens. L’ensemble des dettes de l’Islande égale alors 9 fois son PIB. La monnaie s’effondre et la bourse suspend ses activités après une baisse de 76%.
– 2009 : Le FMI, comme à son habitude, exige, en échange de mesures dites “d’ ajustement” des coupures dans les dépenses sociales qui provoquent la colère de la population, la chute du gouvernement et la convocation d’élections anticipées.
La gauche remporte la majorité absolue, provoquant l’effondrement du Parti de l’Indépendance, un parti conservateur qui était traditionnellement la force dominante dans le pays et qui ne conserve que 23,7% des voix. Johanna Siguroardottir est choisi pour diriger le gouvernement réunissant des sociaux-démocrates et les écologistes de gauche.  Continue reading