C’est arrivé en douce, sans fanfares ni clairons : l’UE vient d’autoriser les OGM avec 480 voix pour et 159 contre.

L’Europe a mis fin à des années de blocage sur le dossier OGM. Mardi 13 janvier, les eurodéputés ont adopté à une large majorité (480 voix contre 159), en deuxième lecture, un amendement à une directive datant de 2001 qui permettait à un pays de l’Union de s’opposer aux cultures d’organismes génétiquement modifiés sur son territoire, même si une autorisation a été délivrée au niveau de Bruxelles. Dans le même temps, cette législation, qui entrera en vigueur au printemps, devrait faciliter la culture de semences transgéniques sur un Vieux Continent hostile aux biotechnologies.

Jusqu’à présent, la Commission autorisait les OGM après avis de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), mais se retrouvait systématiquement confrontée à l’hostilité des États anti-OGM lors des conseils européens et ne parvenait pas à obtenir de majorité qualifiée lors des votes. De leur côté, les États « anti-OGM » (ils sont 19, dont la France, à s’opposer à ces cultures) ne pouvaient interdire les cultures transgéniques qu’en prenant sur leur territoire des clauses de sauvegarde ou des mesures d’urgence pour des motifs environnementaux et sanitaires. Une procédure très fragile juridiquement.

Désormais, les capitales pourront évoquer également des motifs de politique agricole, d’aménagement du territoire ou des conséquences socio-économiques. Dans le détail, les États qui souhaitent bannir les OGM devront négocier avec les semenciers, sous la houlette de la Commission, pour leur demander d’être retirés du périmètre de culture proposé par les entreprises. Si la firme refuse, l’État-membre pourra néanmoins interdire de manière unilatérale l’OGM. Ce qui devrait, en toute logique, empêcher les firmes de biotechnologie (Monsanto, etc.) de contester leurs décisions devant la Cour de justice de l’Union Européenne.

Suite de l’article

Source: Quenel +

Advertisements

L’accord de libre-échange transatlantique touche à la sécurité alimentaire (Et sanitaire)

20131122-085650.jpg

Un accord censé dynamiser la croissance économique

Les négociations sur le futur “partenariat transatlantique sur le commerce et l’investissement” (PTCI) entre l’UE, le Canada et les États-Unis sont ouvertes depuis cet été. L’objectif de cet accord? Dynamiser la croissance économique en libéralisant les échanges (exportations, investissements, etc.) entre les deux plus grands marchés du monde.

Mais attention à ne pas se laisser avoir par ce charmant tableau, car le PTCI constitue en réalité une sérieuse menace pour l’environnement et la sécurité sanitaire et alimentaire des européens. C’est d’ailleurs ce qu’est venu confirmer un récent rapport commandité par le Parlement européen, qui met en garde contre les conséquences que cet éventuel accord pourrait avoir.

L’harmonisation des réglementations: une menace environnementale, sanitaire et alimentaire

Ce partenariat cache en réalité des risques considérables pour notre souveraineté écologique, sanitaire et alimentaire: la convergence des normes européennes, canadiennes et américaines, prévue par l’accord, menace les garanties que le droit de l’UE et celui de ses États membres assurent aux citoyens européens.

Car il serait illusoire de croire que cette harmonisation se fera par le haut, et ce sont bien nos normes sanitaires et environnementales, encore très insuffisantes mais pourtant jugées trop contraignantes outre-Atlantique, qui seront ainsi remises en cause, ce qui aura des conséquences désastreuses:

Continue reading

Meanwhile, in Europe…THEY ARE ALL IN BANKRUPCY !

[EDITOR’S NOTE: IMF has just given its forecasts for the year 2014. The economic situation of the Industrialized countries can be summed up in four words: They are in BANKRUPCY.

1- Japan : public debt of 242,3 % of GDP
2- Greece : public debt of 174 % of GDP
3- Italy : public debt of 133,1 % of GDP
4- Portugal : public debt of 125,3 % of GDP
5- Ireland : public debt of 121 % of GDP
6- United States : 107,3 % of GDP
7- Spain : 99,1 % of GDP
8- United Kingdom : 95,3 % of GDP
9- France : 94,8 % of GDP
IMF doesn’t mention Belgium. In March 2013, the public debt of Belgium was
of 104,5 % of GDP.
IMF Source:
http://www.imf.org/external/pubs/ft/fm/2013/02/pdf/fm1302.pdf]

By Sprout Money via Zerohedge

For years, since the onset of the euro crisis, we have heard that the crisis is over. Every year, politicians keep on telling us that the worst is over, but that next year will be so much better. Do you really think so? Here are some hard facts & figures instead of wishful thinking of lying politicians showing that the euro crisis is not over. On the contrary, things are getting worse.

Italy

La Dolce Vita, the good life, is no longer achievable for millions of Italians. Italy is the third largest Eurozone country and is in dire straits. Public debt has ballooned to well over 130 percent! Is this money ever going to be repaid? Who is going to do that? The country has one of the fastest aging populations in the world. Italian women, when having any children at all, prefer to have just one child. In order for a society to maintain a healthy demographic balance, they should have at least two. Nonetheless, unemployment, from a European perspective, is relatively low at 12 percent. But wait, youth unemployment is virtually at 40 percent. So there are no jobs in Italy, public debt is out of control and its aging population lays a heavy burden on both income taxes and Social Security payments.

Spain

Spain is one of the Eurozone’s largest countries. It is not in a recession, but in a downright depression. Do you need some figures? Unemployment stands at 26.3 percent?. That means more than one out of every four workers is idling and receiving benefits from government and waiting for better days. Even worse, youth unemployment is a staggering 57 percent. Indeed, more than one out of every two youngsters is out of work or is not expected to find one soon. Do you need more proof? Spanish government is spending billions on Social Security, money it simply does not have. Public debt has gone from a fairly modest 30 percent in 2007 to well over 90 percent this year and will soon move to 100 percent and beyond.

Portugal

Portugal is one of the smaller Eurozone countries in the Mediterranean Sea with an economy that is in shambles. The country had to be bailed out by the rest of the Eurozone to the tune of €78 billion. Public debt is around 128 percent, hardly lower than Italy’s. Unemployment hovers around 16.5 percent, which is unsustainable in the medium term. Youth unemployment stands at a depressing h 42 percent.

Although it seems that Portugal has lived up to its promises as part of the bail-out programme, the country will need a second bail-out coming 2014. Of course, it will be paid by other Eurozone members having a healthier economy.

20131017-212438.jpg

Europe in Shambles

Politicians babble about the worst of the crisis being behind us, or even ‘fixed.’ That is just cheap talk. The hard facts & figures prove them wrong. Europe is on the verge of a genuine collapse. On the one hand, this is because the Euro simply does not work, but makes things worse instead. On the other hand, Eurozone member states are simply unable to devaluate their currencies as they are part of the single currency bloc. As long as this flawed monetary currency, or rather political currency, is kept afloat, less well-off countries within the Eurozone will continue to suffer.

The ECB, the European equivalent of the Fed, will do ‘whatever it takes’ to keep the single currency alive. For now, markets have accepted this, but in the near term they will call their bluff. When, not if, that happens, the euro will be gone and with it billions worth of paper assets, wreaking havoc on an already damaged economy.

Does the graph below suggest the crisis has been solved?

20131017-212552.jpg
Courtesy: Zerohedge… of course

Europe has run OUT OF MONEY

The Eurozone has close to 20 million unemployed. These are millions of people requiring need food, housing and medical care. This is simply unaffordable in the medium term. Youth unemployment is a ticking time bomb. It will not take long before young people will take to the streets, demanding jobs and a comfortable future.

Has the crisis been solved? Will the Eurozone recover any time soon? We would not bet on it. Europe is an ageing, moribund continent and the sh*t will hit the fan sooner rather than later. Europe has simply run out of money due to its overgenerous entitlements. What will it take for people to start noticing?

LE MONDE FINANCIER EST DEVENU AVEUGLE, MERCI MR BERNANKE

20130624-192520.jpg

Par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2013

du 24 au 28 juin 2013 :
La semaine qui vient de passer a instauré une nouvelle peur panique parce que Mr Bernanke a expliqué qu’il allait mettre sa planche à billets en sourdine et qu’il ne lancera plus ses milliards de dollars gratuits de son hélicoptère.[EDITOR’S NOTE: 85 Milliards de $ par mois pour être précis]

Cela a donc déclenché la panique… Tant que l’argent gratuit coule à flots, il rend les traders ivres, totalement drogués au “Quantitave Easing”, bel euphémisme pour “planche à billets”. Supprimez leur drogue et ils deviennent comme des dingues, des drogués en manque, prêts à faire sauter la planète financière, juste pour pouvoir toucher leurs bonus habituels. Danger.

Comme d’habitude cette situation n’a pas été trop commentée sur vos médias… Il ne se passe toujours rien… sauf sur les places financières prêtes à exploser pour un “oui” ou un “non”. Notre lecteur Dimitri a très bien résumé la situation: “On a donc eu une petite crizounette sur les marchés avec Bernanke qui nous informe de sa prochaine Exit Strategy. Evidemment, comme les choses ne tombent pas du ciel, le rapport du BIS est tombé ce dimanche (Bloomberg lien, lien BIS). On apprend que: “les Banques centrales ne peuvent pas tout” “Qu’il faut sortir pour prévenir des risques associés aux planches a billets”.

En somme tout un baratin dans lequel, pour ma part, je vois ceci: Réduire les liquidités dispo pour financer les Emergents (Amérique Latine + Asie Pacifique + Russie) de sorte que cela entraîne des troubles et désordres dans ces pays, c’est à dire dans les pays qui ne sont pas sous le contrôle direct ou indirect des USA.

D’ailleurs on notera les troubles au Brésil, l’annulation d’une émission du Trésor Russe et du Trésor Bresilien la semaine dernière… Ceci n’est qu’un début. Quand on recadre toute ces infos avec ce qu’on voit depuis 2 ans alors on peut dire: Le marché transatlantique bientot finalisé permettra aux USA de tirer profit des Européen (rappelons nous de Barroso disant nein aux panneaux solaires aux chinois) + même accord avec Japon USA Australie. Encore et toujours des pays qui adhèrent à l’Eeuro/Uem Ue (Europe de l’Est) et Syrie qui permettra d’assurer l’acheminement en gaz à toute l’Europe en sortant les Russes (…)

Tout avance petit à petit pendant que les merdias BFM, etc., nous disent que c’est la reprise avec leur “observatoire” de mes deux”. Liens sur Reuters, Bloomberg, le FT, ZH et FT second lien.

Revue de Presse par Pierre Jovanovic © http://www.jovanovic.com 2008-2013

LA FRANCE A L’AGONIE – BNP ET CREDIT AGRICOLE LES BANQUES LES PLUS DANGEREUSES D’EUROPE ?

Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2013

LA FRANCE A L’AGONIE
du 17 au 21 juin 2013 : Depuis l’effondrement de Wall Street le 29 septembre 2008, il suffit d’observer la hausse permanente des impôts, des cotisations, des licenciements et des prix pour comprendre que les politiques, payés par les banquiers ruinés, ne vivent plus que par la saignée de la classe moyenne. Pour la faire taire, ils contrôlent les médias et quand ça chauffe trop, divisent la population avec (par exemple) le mariage homosexuel. Une fois la Ne poussière médiatique retombée, inévitablement les vrais problèmes de la crise reviennent à la surface, plus vivaces que jamais. Seul problème: plus la classe politique cherche à les cacher, plus elles deviennent violentes. La violence des agressions qui s’est répandue à tout le pays ne vous a pas échappée, sans parler du fait que les Français continuent à s’immoler de plus belle.

Cela s’appelle l’Agonie d’un pays, en d’autres termes, vous assistez à l’Agonie de la France avant sa mort (guerre civile ou désordres civils, peu importe) en direct, chaque jour.

La prochaine étape pour tenter de faire disparaître la grande escroquerie des banquiers tout en hypnotisant le peuple sera celle de la guerre, en Syrie. Destination idéale pour effacer des écrans la crise économique pour un temps. Mais elle sera toujours là. Leur message est toujours le même: “Regardez: votre voisin n’est pas touché par la crise. Est ce que les métros ont cessé de rouler? Non… Alors taisez-vous”. Sous entendu c’est de votre faute si vous êtes au chômage ou si vous n’arrivez plus à payer vos factures. Mais Mr Hollande n’a certainement pas vu que la ville de Detroit vient de faire un defaut de paiement majeur sur sa dette municipalelire ici le Monde.

IBM a annoncé le licenciement de 6000 personnes de plus. “IBM layoffs: Shareholders are more important than the employees”, lire ici le Examiner. Et croyez ma bonne expérience de journaliste depuis 25 ans, quand IBM vire, tous les autres vont virer encore plus, simplement parce que IBM a dix longueurs d’avance dans l’analyse économique mondiale. Cela veut dire aussi que IBM voit 2014 comme une année encore plus exangue que les précédentes. En clair, le chômage va exploser encore plus en France en 2014 pour arriver à 4 ou 5 millions de chômeurs officiels, soit 10 à 12 millions officieux. Mettez cela en corrélation avec la déclaration de Mr Hollande à Tokyo, “la crise est terminée”, et vous comprenez que les politiques ne sont là que pour nous endormir et pour mieux vendre le pays aux Etats-Unis. En attendant ce moment historique (2015 ou 2017 ?), le pays agonisera chaque jour un peu plus, jusqu’à ce que la France ne soit plus qu’un immense cri de douleur et/ou de rage.

BNP ET CREDIT AGRICOLE LES BANQUES LES PLUS DANGEREUSES D’EUROPE ?
du 17 au 21 juin 2013 : Reggie nous avertit depuis longtemps sur la BNP simplement parce qu’il n’a pas examiné les comptes de la Banque Postale ou de la Société Générale que je considère, moi, encore plus dangereuses que la BNP. Voici ce qu’il nous dit: “all of the 2011 research … found the French banks to be the weakest link in pan-European banking contagion”, s’appuyant sur une nouvelle étude de HEC Lausanne. Celle-ci affirme “According to systemic risk measures for European financial institutions, developed by the Centre for Risk Management at Lausanne (CRML), French regulators would need to provide 300 billion euros, as of mid-May, to fulfil regulatory requirements in the event of a global financial crisis, defined as a 40% semi-annualized fall in global stock markets. … The dynamic index, updated on a monthly basis, reveals that, as of mid-May, Crédit Agricole has the greatest risk exposure of any bank in Europe, followed by Deutsche Bank and BNP Paribas”.

Pour résumer le tout, en cas de violent crash sur les places financières la BNP irait au tapis avec les autres… Lire ici son exposé sur ZH.

Cela veut dire que Crédit Agricole – Société Générale – Crédit du Nord iraient au tapis en même temps que la Banque Postale puisque celle-ci, ayant Dexia dans ses comptes, DEVRA PAYER DES MILLIARDS de swaps, et que ceux-ci ont été indirectement garantis par les gouvernements belge et français.

Moralité: vos comptes ne sont en sécurité nulle part en France, à l’exception de HSBC et surtout de la Banque de Chine (agence Avenue de la Grande Armée, pour ceux que cela intéresse, 01 49 70 13 95, et mail: fr_service@bank-of-china.com selon leur site ici)

Et dans la même logique, Mr Boumaza a vu que selon un officiel de la Fed, “la Deutsche Bank est horriblement sous-capitalisée…”. Le papier de Reuters a fait très très mal à la banque au point de déclencher une sortie de quelques gros clients: “A top U.S. banking regulator called Deutsche Bank’s capital levels horrible and said it is the worst on a list of global banks based on one measurement of leverage”, lire ici sur CNBC.
Si même les grosses banques allemandes sont mourues, où va-t-on ???