Pour Sarkozy, la perspective d’un troisième tour judiciaire

[Note de l’éditeur: Bizarrement la justice Française n’enquête apparemment pas sur le financement illégale de la campagne de Monsieur Sarkozy par Muammar Kadhafi. Ce dernier aurait contribué à hauteur de 50 millions d’euros  – article ICI ]

par Thierry Lévêque pour Le Nouvel Observateur

PARIS (Reuters) – En cas de défaite le 6 mai prochain, Nicolas Sarkozy risque d’être convoqué par les juges dans au moins deux dossiers visant de supposées malversations financières qui ont troublé l’exercice de son mandat et où les investigations progressent.

Le président sortant, qui a bénéficié durant cinq ans d’une immunité pénale liée à son statut, redeviendra un justiciable ordinaire un mois après la fin de ses fonctions, soit vers la mi-juin, s’il perd le second tour, stipule la Constitution.

Les deux dossiers dans lesquels il pourrait être mis en cause visent un éventuel abus de faiblesse sur l’héritière de L’Oréal Liliane Bettencourt et une supposée corruption en marge de la présidentielle de 1995 – l’affaire “Karachi”.

Fait plutôt rare en période électorale, les enquêtes n’ont pas été interrompues et les instructions arrivent même dans une phase cruciale.

Dans l’affaire Bettencourt, l’ex-gestionnaire de fortune de la milliardaire Patrice de Maistre, écroué depuis le 23 mars, a demandé mardi sa remise en liberté à Bordeaux.

Dans l’affaire Karachi, l’homme d’affaires franco-libanais Ziad Takieddine a été à nouveau interrogé par le juge Renaud Van Ruymbeke, sur fond de nouvelles découvertes. Il a mis en cause mardi Nicolas Sarkozy devant la presse. Continue reading

Advertisements