Syrie: “l’Occident provoque le chaos” (Poutine)

Vladimir Poutine

Le président russe Vladimir Poutine a critiqué jeudi les démarches des pays occidentaux à l’encontre de la Syrie, secouée par une guerre civile.

“Nos partenaires [occidentaux] n’arrivent pas à s’arrêter. Après avoir semé le chaos dans de nombreuses régions, ils poursuivent la même politique dans d’autres pays, notamment en Syrie”, a déclaré le chef de l’Etat.

En visite dans la région de Riazan (200 km au sud-est de Moscou), M. Poutine a été prié de faire connaître sa position sur les événements au Proche-Orient, y compris en Syrie.

“Notre position consiste à encourager les changements pour le mieux dans tous les pays. Il ne s’agit pas d’imposer – surtout par la force – ce que nous croyons juste, mais de stimuler le développement de l’intérieur”, a indiqué le président.

“Nous avons prévenu qu’il fallait agir avec circonspection, sans rien imposer par la force pour ne pas provoquer le chaos. Et qu’est-ce que nous voyons aujourd’hui? Nous voyons une situation proche du chaos”, a conclu le chef de l’Etat russe.

Source: Ria Novosti

 

 

 

Syrie : Les erreurs de calcul de la Turquie !

par Dr Amin Hoteit ( libanais, analyste politique, expert en stratégie militaire, et Général de brigade à la retraite)

Quand la Turquie s’est préparée à son rôle de « Directeur Régional pour la Recolonisation » en tant que « puissance néo-ottomane» ou « califat islamique moderne », elle a cru que son chemin serait sans encombres étant donné l’absence de stratégie arabe, l’isolement de l’Iran, et l’évolution des conditions régionales ayant rendu Israël incapable de  tenir son propre rôle consistant, selon les théories de Shimon Peres, à promouvoir  l’idée d’un « Nouveau ou Grand Moyen-Orient »  fondée sur « la pensée sioniste » et « l’argent arabe ».

La Turquie a vraiment cru que telle était la meilleure façon de s’assurer le leadership de la  région pour commencer, puis celui du monde musulman ensuite… confortée en cela par ses atouts économiques, ses bonnes relations avec les peuples de plusieurs États indépendants d’Asie centrale, son passé Musulman doublé Continue reading