PSEUDO RÉVOLUTION en UKRAINE: L’OTAN et les USA sont derrière

Roman Halauniov est le rédacteur du site « Observateur du monde russe ». Pour ERTV, il revient sur la crise ukrainienne : les négociations qui ont précédé et provoqué les violentes manifestations, les émeutes de Kiev, ainsi que la nature et les agissements des émeutiers partisans de l’Union européenne.

Roman Halauniov sur la crise ukrainienne – Partie 1/2

Roman Halauniov sur la crise ukrainienne – Partie 2/2

Advertisements

Interdiction de Dieudonné : La France qui dérape n’est pas celle qu’on nous montre du doigt

20140111-233349.jpg

Par Christophe OBERLIN, E&R via silviacattori.net

C’est au nom d’un état juif à majorité juive, censé accueillir les juifs du monde entier, que les autochtones, les Palestiniens sont martyrisés depuis soixante ans. Pourtant certains n’hésitent pas à condamner les Palestiniens, les Arabes en général, et tous ceux qui les soutiennent pour un « antisémitisme » supposé.

Les Palestiniens devraient déclarer aimer les juifs et insister à tout moment sur la distinction entre juifs et sionistes. C’est évidemment déloyal. En 1942 les Français n’aimaient pas les « boches » et aucune association anti raciste n’a jamais protesté.

Lorsqu’on dit aujourd’hui en France « qu’on n’aime pas les Américains », tout le monde comprend qu’il ne s’agit évidemment pas de tous les Américains en tant qu’individus, mais qu’on désigne par-là la politique et les guerres américaines qui ont fait un million de morts en quelques décennies. Et « ne pas aimer les Américains », ne tombe pas sous le coup de la loi. Quand on dit qu’on n’aime pas les Corses, ce n’est évidemment pas très intelligent, mais tout le monde comprend qu’on entend par là une certaine ambiance xénophobe qui règne en Corse. Ça ne tombe pas sous le coup de la loi.

Quand on dit qu’on n’aime pas les juifs, il est évident que cela désigne ceux qui soutiennent un État raciste dans ses lois et ses actes. Ce qui veut dire qu’on n’aime pas les juifs racistes, rien d’autre. C’est le message de Dieudonné. Et voilà qu’on voudrait faire tomber cela sous le coup de la loi. C’est déloyal et stupide.

J’ai personnellement des gens de ma famille qui sont morts en déportation. Quand Desproges dit « On se demande pourquoi les juifs se précipitaient à Auschwitz ? D’abord parce que c’était gratuit ! » C’est du deuxième degré, ça me fait rire, et ça ne porte en rien atteinte à la mémoire de ma famille. Quand quelqu’un se fait photographier devant Auschwitz en faisant une quenelle, ça ne porte pas atteinte à ma dignité ni à celle de ceux qui sont morts en déportation. Par contre c’est un geste fort à l’encontre de tous ceux qui tentent de masquer les crimes d’Israël derrière les crimes nazis. C’est à eux que ce discours s’adresse.

Et voilà que nos politiques, les plus tristes que la France ait connus depuis longtemps, voudraient expliquer à un humoriste ce qui est drôle et ce qui ne l’est pas ! Et on voudrait nous faire croire que les millions de personnes qui rient sont des idiots ou des antisémites, y compris ceux qui soutiennent les Palestiniens dans leur lutte contre l’apartheid ! C’est méprisant, et aussi effrayant. Et les commentaires à sens unique de nos radios et télévisions nationales donnent le frisson.

Ceux qui condamnent Dieudonné n’ont pas assisté à ses spectacles, et n’ont pas réalisé qui est son public : un public de jeunes, extraordinairement diversifié, qui représente une France fraternelle, fondamentalement antiraciste, la France de demain.

Alors il y a heureusement quelques poches de résistance dans les tribunaux. Et le jugement prononcé à Nantes, cassant l’interdiction d’un spectacle de Dieudonné, rassure. Toutes les barrières n’ont pas cédé.

Et voilà qu’un juge unique du Conseil d’État, sur simple convocation du gouvernement, dans un texte d’une pauvreté affligeante, dépourvu du moindre fondement juridique, impose son opinion à toutes les lois existantes, à tous les arrêts précédents français et européens !

La France qui dérape, elle est là.

L’Union européenne finance l’industrie d’armement israélienne

20130605-124256.jpg

7sur7.be

L’eurodéputé écologiste Bart Staes a accusé dimanche l’Union européenne de financer, par le biais de programmes de recherche, cinq entreprises d’armement israéliennes, dont Israeli Aerospace Industries (IAI), l’un des leaders mondiaux en matière de drones.

Le septième programme-cadre de recherche et de développement technologique (7ème PC) court jusqu’à la fin de cette année. Il permet d’allouer des crédits de recherche à des entreprises non seulement européennes, mais aussi extérieures à l’UE. Il ne soutient en principe pas la recherche à des fins militaires mais « des budgets européens vont directement au secteur israélien de la Défense et de la sécurité nationale », a affirmé M. Staes (Groen) dans un communiqué en se fondant sur des données fournies par la Commission européenne.

Ainsi, depuis 2007, un montant de 26 millions d’euros a été affecté à 49 projets. Sur les 23 entreprises israéliennes qui en bénéficient, cinq sont actives dans le secteur de l’armement, selon M. Staes.

Continue reading

Authorities Eliminate Tens of Terrorists in Aleppo, Daraa, Hama and Homs

ALEPPO, DARAA (Source: SANA) – In al-Arcoub neighborhood in Aleppo, an army unit confronted a group of armed terrorists who tried to attack law-enforcement forces and government establishments.

The army unit eliminated tens of terrorists and inured a large number of them.

In al-Sakhour neighborhood in Aleppo, a number of armed groups’ leaders were killed as they were hiding near Syriatel customer service center during a qualitative operation carried out by the armed forces.

The Syrian Army Continues Pursuit  of Terrorists in a number of Damascus neighborhoods

The Syrian heroic Army continued pursuit of armed terrorist groups in a number of neighborhoods in Damascus and its countryside.  

A source told SANA that while the units of the Army were storming dens of the terrorists in al-Tadamun, Zamalka, Yalda, Babila, Ein Tarma, they seized big quantities of weapons including RPGs, Israeli-made snipers, Dushka machineguns and mortars. Continue reading