Who profits from killing Charlie?

Candles are placed next to a sign reading ‘Je suis Charlie’ (I am Charlie) and a pen in La Rochelle on January 7, 2015, as people gathered to pay tribute to the twelve people killed in an attack by two armed gunmen on the offices of French satirical newspaper Charlie Hebdo in Paris. (AFP Photo/Xavier Leoty)

By PEPE ESCOBAR

A pro-style jihadist commando attack in Europe’s heart. Cui bono?

Careful planning and preparation, Kalashnikovs, rocket-propelled grenade launcher, balaclavas, sand-colored ammunition vest stuffed with spare magazines, army boots, easy escape in a black Citroen…

And the icing on this particularly lethal cake: faultless Paris-based logistical support to pull it all off. A former top French military commander, Frédéric Gallois, has stressed the perfect application of “urban guerrilla technique” (where are those notorious Western counter-terrorism “experts” when one needs them?)

Some said they spoke perfect French, while others maintained their command of the language was mangled and broken. Anyway, what matters is that they uttered the magic word: “We’re Al-Qaeda.” Better yet, they told a man in the street: “Tell the media that this is Al-Qaeda in Yemen,” which means, in American terror terminology, Al-Qaeda in the Arab Peninsula (AQAP), which had Charlie Hebdo’s editor/cartoonist Stephane Charbonnier (“Charb”) on a hit list duly promoted by AQAP’s glossy Inspire magazine. Accusation: “Insulting the Prophet Mohammed.”

And just to make sure everyone had the perpetrators implanted on their brain, the killers also said, “Allahu Akbar”,“We have killed Charlie Hebdo” and “We have avenged the Prophet.”

Foreign journalists and other people hold placards that read “I am Charlie” during a campaign at a bookstore in Beijing January 8, 2015 for the victims of the shooting at the Paris offices of weekly newspaper Charlie Hebdo on Wednesday. (Reuters/Jason Lee)

Case closed? Well, it took only a few hours for French police to identify the (usual?) suspects: French-Algerian brothers Said and Cherif Kouachi. The third man, the driver of the black Citroen, apparently 18-year-old Hamyd Mourad, then turned himself in with an ironclad alibi. So the third man remains a cipher.

They all wore balaclavas. The Kouachi brothers have not been captured, but the police seem to know very well who they are. Because they found an abandoned ID in the black Citroen (oh, the troubles of being a command in a rush…) How come they didn’t know anything before the carnage?

Right on cue, Cherif Kouachi’s bio was splattered all over the shop. He was on a global watch list. Along with six others, he was sentenced in May 2008 to 3 years in prison for “terrorism”; in fact unloading a dozen young Frenchmen via madrassas in Egypt and Syria to none other than Abu Musab al-Zarqawi, the killed-by-an-American-missile former head of Al-Qaeda in Iraq and the spiritual father of Daesh/ISIS/ISIL.

Also right on clue, a full narrative was ready for mass consumption. According to French police “experts,” this could be an attack “ordered from abroad and executed by jihadists coming back from Syria that have escaped us,” or it could be “suburban idiots that radicalized themselves and concocted this military attack in the name of Al-Qaeda.”

Scrap option two, please; this was a pro job. And staying with option one, this points right at – what else – blowback. Yes, they could be Daesh/ISIS/ISIL mercenaries trained by NATO (crucially, France included) in Turkey and/or Jordan. But it might get even false-flag nastier. They could also be former or current French special forces.

Blast Islam, will travel
Predictably, Islamofascism peddlers are already having a field day/week/month/year. For simpletons/trolls/hordes exhibiting an IQ worthy of sub-zoology, when in doubt, demonize Islam. It’s so convenient to forget that untold millions from Pakistan’s tribal areas, to street markets across Iraq, continue to feel pain devastating their hearts and lives as they are expendable victims of the jihadist mindset – or “kalashnikov culture”, as it is known in Pakistan – which has been profiting the West directly or indirectly, for decades now. Think ritual droning of Pakistani, Yemeni, Syrian, Iraqi or Libyan civilians. Think Sadr City witnessing carnage 10 times worse than Paris.

What French President Francois Hollande defined as “an act of exceptional barbarism” – and it is – does not apply when the West, France in the front line, from King Sarko to General Hollande himself, weaponizes, trains and remote-controls assorted mercenaries/beheaders from Libya to Syria. Oh yeah, killing civilians in Tripoli or Aleppo is perfectly alright, but don’t do that in Paris.

People observe a minute of silence in Istanbul on January 8, 2015 for the victims of an attack by armed gunmen on the offices of French satirical newspaper Charlie Hebdo in Paris on January 7 which left at least 12 dead and many others injured. (AFP Photo/Bulent Kilic)

So this, in the heart of Europe, is what blowback feels like. This is what people feel in the Waziristans when a wedding party is incinerated by a Hellfire missile. In parallel, it’s absolutely impossible to credit that the sophisticated Western intel network had not seen blowback coming – and was impotent to prevent it. Continue reading

Advertisements

President Assad: Syrian Crisis in Turning Point Due to Army’s Achievements

Syrian President Bashar al-Assad stressed that the current crisis in his country is passing through a turning point on the military side due to the continuous achievements of the army in the war against terrorism.

In a meeting with the teaching staff and post-graduate students at the Faculty of Political Sciences in Damascus, Assad warned that the intellectual war is one of the gravest aspects of the colonial aggression targeting Syria.

“Intellectual war and attempts to abolish or replace identity are one of the gravest aspects of the colonial aggression targeting Syria,” official news agency, SANA, quoted President Assad as saying.

The Arab region is originally based on an ideology of correlation between Arabism and Islam, the President said, “which makes adherence to this principle one of the most important factors for restoring intellectual and social security to Arab societies.”

The West has sought to abolish this ideology so as to dominate the region and the role of Arab countries. Having failed to do so, the Syrian leadert said, the West turned to play on concepts to alter the essence of the ideology.

President Assad here noted that intellectuals and academics have a role to look into concepts and furnish them with clear-cut meanings to confront attempts aimed at voiding ideologies of their content.

Syria is targeted, not only for its weighty geopolitical position, but also for its pivotal role in the region and the sway it has on the Arab street, the President said.

Source: Al Manar

L’axe de l’espoir, de Pékin à Beyrouth, en passant par Moscou, Téhéran et Damas

La stratégie états-unienne, imaginée par Zbigniew Brzezinski, de soutenir l’obscurantisme islamiste pour lutter à la fois contre les politiques musulmanes progressistes et contre la Russie a suscité une alliance pour lui résister. Désormais, la Chine, la Russie, l’Iran, la Syrie et le Hezbollah sont contraints de faire bloc pour survivre. En définitive, observe André Chamy, le piège se retourne contre celui qui l’a posé.

Dokou Oumarov, émir d’Al-Qaïda au Caucase du Nord, était chargé de paralyser la Russie durant les Jeux Olympiques de Sotchi, pendant que l’Otan changeait le régime en Ukraine.

Islam contre islam…

L’Iran, la Syrie et le Liban grâce au Hezbollah et à ses alliés, considérés par les occidentaux depuis des années comme une source du Mal, en raison de leur soutien à ce que l’Occident appelle « le terrorisme », n’ont pas fini de faire parler d’eux. Après un traitement individuel pour chacun d’entre eux en fonction des clivages politiques dans la région, un axe s’est mis en place qui commence aux portes de la Russie et de la Chine pour finir à celles de Tel-Aviv.

Cet axe trouve ses racines dans la politique occidentale réservée à cette région du monde. Les États-Unis, suivis des principaux pays occidentaux, ont décrété la manière dont leurs intérêts économiques devaient être préservés coûte que coûte. Cette politique partiale a généré au fil des années des tensions, source de conflits armés et de combats de rue qui n’en finissent pas d’alimenter les journaux télévisés.

Cette politique, inscrite dans la durée, a été être mise en œuvre avec l’appui d’acteurs locaux. Toutefois, une accélération s’est opérée après la chute du Mur de Berlin, vécue comme un événement historique, ce qui est évidemment le cas, mais qui a marqué l’avènement d’une stratégie agressive et méprisante à l’égard du Proche-Orient.

L’URSS ayant disparu, les pays de la région ne pouvaient plus rien espérer comme autre salut que de s’en remettre à la volonté occidentale, et notamment à celle des États-Unis. Au lieu de tirer profit de cette position privilégiée d’arbitre, ces derniers et certains pays occidentaux allaient privilégier l’écrasement et la domination du « Proche-Orient élargi », à travers des interventions directes en Irak, en Afghanistan, mais également au Liban, au Yémen, dans le Maghreb avec l’intention déclarée d’intervenir en Syrie et en Iran.

Les États-Unis savent, depuis les années soixante dix, suite au choc pétrolier, qu’ils doivent contrôler les sources de matières premières, tout particulièrement celles du pétrole, ainsi que les voies d’acheminement de ces ressources, car ils ont fait l’amère expérience de découvrir cette nécessité vitale tant pour leur économie que pour le confort de leurs citoyens.

Les avis des experts divergent dans l’évaluation des réserves en gaz et d’hydrocarbures, mais une idée reste constante, celle du caractère épuisable de ces trésors qui se trouvent selon eux entre les mains de bédouins cupides qui n’ont que faire de l’utilisation qui sera faite de leur or, dès lors que leurs loisirs et plaisirs sont financés.

À l’heure où les « chocs de civilisation » de Samuel Huntington ont remplacé la Guerre froide, l’islamisme est devenu pour les États-Unis le nouvel ennemi utile, « allié » à eux, en quelque sorte, contre l’Europe. Pragmatiques et opportunistes, ils ont vu dans le mouvement islamique une « lame de fond », et ont choisi de jouer la carte musulmane pour mieux contrôler les artères de l’or noir. Cet allié dangereux qu’est l’islamisme, ils avaient pressenti son intérêt bien avant l’implosion du communisme.

À partir des mêmes années 1970, les États-Unis vont soutenir les extrémistes islamistes, des Frères musulmans syriens aux islamistes bosniaques et albanais, des Talibans à la Jamaa Islamyah égyptienne. L’on évoqua même leurs liens avec le FIS (Front islamique du salut, devenu le groupe violent « GIA ») en Algérie. Ils ont choyé les wahhabites à la tête de la monarchie pro-US d’Arabie Saoudite qui finance la quasi-totalité des réseaux islamistes dans le monde. Ils ont joué les apprentis sorciers, et les mouvements fondamentalistes qu’ils croyaient manipuler se seraient parfois retournés contre le « grand Satan » pour réaliser leurs propres objectifs.

En revanche, les USA ont abandonné ou voulu neutraliser les pays musulmans susceptibles d’acquérir une puissance politique et une relative autonomie. Songeons au président Jimmy Carter abandonnant le Shah, alors que l’Iran était en train de devenir maître de son pétrole. À cela se rajoute la volonté d’écraser toute velléité d’indépendance même intellectuelle des pays arabes laïques tels que la Syrie, l’Égypte ou l’Irak.

Jouer avec l’islamisme s’est fait au détriment des mouvements laïques pouvant représenter une alternative à l’islam politique radical, celui-ci redevenant une valeur refuge après chaque échec dans cette région. Cependant, cet « islamisme » n’est évidemment pas à confondre avec la République « islamique » d’Iran qui a un parcours atypique. D’ailleurs, plusieurs auteurs de travaux de qualité sur les mouvements islamistes font parfois l’erreur de confondre la République islamique d’Iran avec les islamistes, alors qu’ils n’ont rien de commun, si ce n’est le fait de revendiquer la référence à l’islam et à la charia. La différence fondamentale vient de la définition même de l’islam politique prôné par les uns et les autres.

Tout les sépare fondamentalement, et si effectivement les États-uniens n’ont pas fait grand chose pour sauver le Shah, cette attitude était justifiée selon eux par des raisons stratégiques, car l’Iran ne devait d’après eux en aucun cas devenir une grande puissance régionale. Ce qui expliquera que quelques temps après la chute du Shah, les États Unis aient initié la guerre menée par Saddam Hussein à l’encontre de son voisin, ce qui permettait de ruiner les deux seuls pays qui pouvaient exercer une influence déterminante dans la région du Golfe. Continue reading

Projet sioniste : La reconstruction du Troisième Temple de Jérusalem

Un projet méssianique en passe de s’accomplir ?

Des juifs ultra-religieux se preparent à reconstruire le troisième Temple de Jérusalem sur les décombres de la mosquée Al-Aqsa, pour la venue de leur « messie ».

Source: Joe Lecorbeau

Saudi regime demolishes Masjid al-Haram holy sites in Mecca

This photo obtained by the Islamic Heritage Research Foundation shows demolition of the holy sites at the Masjid al-Haram in Mecca.

New photos taken by Saudi activists show that the Riyadh regime has demolished many holy sites at the Masjid al-Haram in Mecca under the cloak of a development plan implemented by Osama bin Laden’s family business.

Photographs obtained by the Independent show workers with drills and mechanical diggers tearing down some Ottoman and Abbasid sections on the eastern side of the Masjid al-Haram in Mecca – the Grand Mosque.

The Masjid al-Haram is the holiest Islamic site and houses Ka’aba, the point to which all Muslims face when praying.

The segments under demolition are the last remaining parts of the mosque, dating back to more than a few hundred years.

One column which has reportedly been razed marks the spot where Prophet Mohammad (PBUH) started his heavenly journey Meraj (Night Ascension) to al-Quds (Jerusalem) and to heaven in a single night.

Many of the Ottoman and Abbasid columns at the Masjid al-Haram contain Arabic calligraphy marking the names of the Prophet’s companions and remarkable moments in his life.

Saudi authorities claim that the demolitions are part of a multi-billion-dollar development plan aimed at increasing the capacity of Masjid al-Haram.

The Saudi mega-corporation Binladin Group (Osama bin Laden’s family business) has won the tender for the expansion project.

The Binladin Group is an active member of the US-Saudi Arabian Business Council and plays a central role in deciding bilateral policy for the benefit of collective US-Saudi corporate-financier and corresponding geopolitical interests.  Continue reading

Du Dajjal à la fracture sociale – Le sens du mariage, par Sheikh Imran Hosein

Sommaire.
1. Rappel des dix signes avant le Jour du Jugement Dernier.
2. Déficit de l’enseignement de Dar al Ulum
3. L’invention de l’Etat Moderne Laïc par Dajjal
4. La Révolution Féministe et l’Homosexualité
5. Sukkun et l’Amour entre époux et épouse en Islam.

Alain Soral rencontre le collectif Amanah se réclamant de l’Islam Traditionaliste

Face à la constante diabolisation des musulmans faite par les médias et la classe politique, le collectif Amanah (en arabe : loyauté), se réclamant de l’islam traditionaliste, ou “salafisme”, est allé à la rencontre d’Alain Soral, écrivain et Président d’Egalité & Réconciliation.

E&R

Cet entretien exclusif, réalisé au Théâtre de la Main d’Or, a été l’occasion d’aborder plusieurs questions relatives à la présence musulmane en France, et de faire la nécessaire clarification de certains points régulièrement abordés par Alain Soral.

Nous espérons avoir fait un pas de plus, in shâa Allâh, vers la réconciliation entre français de toutes origines, malgré la volonté oligarchique de les pousser à l’affrontement.

Partie 1/3 Sujets abordés : – L’historique du parcours d’Alain Soral et de sa relation avec les musulmans de France – Les musulmans d’Egalité & Réconciliation – Le système de valeurs de l’Islam

Partie 2/3 de l’entretien du Collectif Amanah avec Alain Soral, écrivain et Président d’Egalité & Réconciliation.

Sujet abordés :

– Imran Hosein et les autres prédicateurs musulmans
– Tariq Ramadan
– Les révolutions arabes et le projet mondialiste
– “Islamo-sionistes”, “islamo-racailles”,…
– La chute du régime Kadhafi
– Islam et démocratie
– Abdelaziz Chaambi, Houria Bouteldja
– L’Institut du Monde Arabe

Troisième et dernière partie de l’entretien du Collectif Amanah avec Alain Soral, écrivain et Président d’Egalité & Réconciliation. Sujet abordés : – Le modèle républicain, la gauche et l’indigénat réel, et la structuration de la communauté musulmane de France – Précisions sémantiques : “salafisme”, “extrême-droite”, “antisémitisme”,… – Le combat est-il perdu ?

Nous espérons avoir fait un pas de plus, in shâa Allâh, vers la réconciliation entre Français de toutes origines, malgré la volonté oligarchique de les pousser à l’affrontement.

Thoughts of one of our readers, concerning the islamophobic cartoons insulting the Prophet (Ar/Fr/Eng/Sp)

من المؤسف أن ترضى أن تكون نتيجة قرون من التطور الفكري و الحضاري الغربي هي رسوم كاريكاتورية مسيئة لنصف سكان الأرض.
و أن قرون من الجهاد الحقوقي و الدستوري تُسخّر للدفاع عن هذه الإساءة بحجة حرية التعبير ضاربة عرض الحائط حرية المعتقد و وجوب إحترام الآخر.

Il est désolant d’accepter que le résultat de siècles de pensées et de progrès de la “civilisation occidentale” soit des caricatures insultantes pour la moitié de l’humanité. Il est également désolant que des siècles de luttes juridiques et constitutionnelles se consacrent à défendre des caricatures sous le prétexte de la liberté de l’expression en pietinant la liberté de croyance et le respect de l’autre.

It is sad to accept that the result of centuries of thoughts and progress of Western civilization is insulting cartoons for the half of the humanity.
It is also sad to accept that centuries of legal and constitutional struggles are dedicated to defending the cartoons on the pretext of freedom of speach trampling freedom of belief and respect for others.
Es doloroso aceptar que el resultado de siglos de pensamiento y del progreso de la civilización occidental es las caricaturas insultantes para la mitad de la humanidad.
Y que siglos de luchas legales y constitucionales se dedican a la defensa de dichas caricaturas con el pretexto de la libertad de expresión pisoteando la libertad de creencias y el respeto por los demás.

L’esprit du temps ou l’islamophobie radicale – Par Guillaume de Rouville

La grande question du XXIème siècle est et sera celle de l’islamophobie. L’islamophobie est en effet le mal du siècle présent, à l’image de ce que fut l’antisémitisme au cours du siècle précédent. Si la haine a changé de cible, elle n’a pas changé de méthode. La ‘bête infâme’ est toujours là et rôde autour de sa proie avec le même appétit prédateur. Les loups sont entrés dans Paris, Washington, Londres ou Jérusalem. Aujourd’hui, ce sont les Musulmans qui sont les principaux bouc-émissaires de la haine ordinaire des peuples occidentaux et de leurs élites et qui risquent de payer très cher le peu de cas que nous autres, citoyens des Lumières et enfants gâtés de la démocratie, faisons de leur sort peu enviable.

L’Occident, une fois le cadavre du communisme jeté dans les bas-fonds de l’histoire, a su faire de l’Islam le mal absolu, l’ennemi à combattre, le nouveau totalitarisme Continue reading