Syrie – Opérations d’envergure menées par les rebelles, 2 semaines avant le massacre d’Al-Ghouta et enlèvements massifs de femmes et d’enfants (Reportages + Articles)

Syrie – 2 Semaines avant le massacre d’Al-Ghouta.

Opérations d’envergure menées par les Takfiristes Rebelles à Latakié et dans les Cantons Kurdes.

Massacres et enlèvements massifs de femmes et d’enfants (Reportages + Articles)

20130912-011655.jpg

Source: Site du Sheikh Imran Hosein

INHFR – Les rebelles sont partis dans les montagnes de la Province Syrienne de Latakié et dans les Cantons peuplés par les Kurdes au Nord de la Syrie, chercher plusieurs groupes de femmes et d’enfants, après avoir massacré les hommes !

Les dernières prises datent des 4 et 5 août 2013, soit deux semaines avant l’attaque d’Al Ghouta, et font suite à des opérations d’offensives, menées par les groupes de Rebelles Takfiristes réunis pour l’opération dont Nosra d’Al Qaida, l’ASL et d’autres factions Takfiristes, sur deux régions Syriennes.

La première est la région montagneuse côtière de Latakié, et la deuxième se trouve au Nord de la Syrie dans les cantons habités par les kurdes syriens.

Le 5 août 2013, les Rebelles Takfiristes attaquent les villages kurdes au Nord de la Syrie dont le village de Tal Abyad, massacrant 450 kurdes, dont certains seront brulés vifs, et plusieurs femmes et enfants seront enlevés.

Un témoin a décrit ce qui s’était passé: «Les militants d’al-Nusra et d’autres forces rebelles ont encerclé le village,” déclare le 7 août à RT Yasin Tarbush, un parent de l’une des victimes kurdes attaquées. “Ils ont commencé à faire du porte-à-porte, pénétrant dans les maisons. S’il y avait des hommes, ils les tuaient, et prenaient en otages les femmes et les enfants. ” The Kurdistan Tribune – le 8 août 2013

Les 4 et 5 août 2013, plus d’une dizaine de villages seront attaqués dans la région montagneuse côtière de Latakié. Plus d’une centaine de femmes et d’enfants, seront kidnappés et retenus prisonniers par les rebelles, et les hommes massacrés ! Voilà ce que révèle le reportage non diffusé de la Chaine d’Al Jazeera, et dont la fuite de l’enregistrement permettra de voir le drame qui se jouait pour ce groupe de femmes et d’enfants kidnappés à Latakié, et écouter le message que ces femmes ont lancé à l’ensemble de la communauté internationale.

Ces informations ont été rapportées également par d’autres Presses internationales, dont nous citerons quelques unes dans notre article.

Entre la nuit du 4 au 5 aout 2013, soit une quinzaine de jours avant le massacre chimique des civiles d’Al-Ghouta, les militants Takfiristes de l’ASL, NOSRA-d’Al Qaida et d’autres factions Takfiristes, soutenus et armés par les Etats Unis, la France, l’Arabie Saoudite et le Qatar, ont attaqué plus d’une dizaine de villages dans les montagnes de la Province de Latakié, avant de les assaillir, de massacrer les hommes et d’enlever une centaine de leurs femmes et leurs enfants.

[Latakié est une province Syrienne qui a gardé à tort une appellation de Province Alaouite, et quand bien-même les habitants le seraient, rien ne justifie leur massacre, encore moins par le Coran ! Plusieurs communautés résident à Latakié, curieusement moins rappelée pour sa bataille, pourtant historique, la Bataille de Latakié du 7 octobre 1973 qui a opposé la Syrie contre Israel, dans la guerre de 6 jours ou la guerre du Kippour. Les habitants de Latakié comme 70% de l’ensemble des Syriens appuient leur Gouvernement et leur Armée Syriens contre l’insurrection et la révolution des Takfiristes Rebelles, 20% des Syriens sont neutres et 10% uniquement de Syriens qui supportent les Rebelles, venus des 4 coins du monde, dans cette insurrection orchestrée et soutenue par l’Occident et les Pétro-Monarchies du Golf! Telles sont les données statistiques officielles de l’ONU elle-même sur le peuple Syrien !]

Les Takfiristes Rebelles, ont ainsi massacré plusieurs villages de la Province de Latakié durant l’opération d’offensive, qui a eu lieu les 4 et 5 aout 2013, avant de, curieusement, emporter avec eux une centaine de femmes et d’enfants, et ce tout juste deux semaines avant le massacre chimique d’Al-Ghouta!

Les Groupes Islamistes de l’opposition syrienne ont saisi 11 villages alaouites dominant le long de la côte syrienne, ce lundi, ce qui a poussé les civils à fuir vers la ville de Lattaquié.

L’offensive a éclaté dans les environs de Lattaquié, dimanche, par un ensemble élargi de groupes de rebelles sunnites dont, le Front Al-Nusra, “l’Etat islamique d’Irak”, le groupe Syrie (ISIS), Harakat Ahrar, Al-Sham Al-Islami (Mouvement islamique des hommes libres du Levant), attaquant à l’aide de mortiers et de missiles Grad, plusieurs villages pro-Assad avant les assaillir…

Bien qu’il était pressenti que les avancées des rebelles dans les régions à majorité alaouite allaient provoquer un conflit sectaire, étant donné que la majorité des rebelles appartiennent aux radicaux islamistes du Front Al-Nusra et à l’ISIS, l’ambassadeur de la Coalition Nationale Syrienne (SNC) à Paris, Monzer Makhous, a insisté en disant que ” l’entrée de l’ASL dans la région côtière est quelque chose d’obligatoire pour empêcher le régime de s’établir sur un canton qui lui est favorable, et de rétablir [ainsi] l’équilibre avec les forces du régime dans [la Province de Lattaquié].” Hannah Lucinda Smith pour le Journal Asharq Al-Awsat – le 6 Août 2013.

Un Journaliste d’Al-Jazeera fera un reportage depuis le lieu du rapt des femmes et des enfants. Un reportage qui ne sera d’ailleurs pas médiatisé par la Chaine. Dans ce reportage, la parole sera donnée au porte parole des Takfiristes rebelles, ainsi qu’à l’une des femmes retenues dans le groupe enlevé, par les Takfiristes Rebelles.

Le Takfiriste rebelle fera part de la réjouissance des rebelles de l’attaque des villages et de la prise qu’ils ont faite des femmes et des enfants. A ce sujet, il affirmera devant la caméra d’Al Jazeera que ces femmes ont été kidnappées parce qu’elle seraient maltraitées par leurs maris, ainsi que les enfants qui les accompagnaient. Il ajoutera que les rebelles étaient les mieux placés pour prendre soin d’elles et des enfants !

L’une des femmes retenues prisonnières s’exprimera également et dira devant la caméra du journaliste, qu’ils sont un groupe de 105 femmes et enfants à avoir été kidnappés et retenus prisonniers par les Moujahidines. Elle lancera un appel à l’ensemble de la communauté internationale pour les délivrer !

Voilà le message de plus d’une centaine de femmes et d’enfants syriens, disparus deux semaines avant le massacre d’Al Ghouta !

Juste après le massacre des villages de Latakié, Press TV a réalisé un reportage lors des opérations menées par l’Armée Arabe Syrienne du pays pour libérer la région du joug des Takfirites rebelles, et rechercher activement les femmes et les enfants enlevés. Plusieurs kurdes s’étaient joints à l’opération de l’Armée Arabe Syrienne, après de nombreux massacres qu’ils ont subis avant la dernière attaque du 5 août, de la part des Djihadistes de Nosra d’Al Qaida, de l’ASL et des autres factions Takfiristes.

“la majorité des villageois de Latakié ont été massacrés par les rebelles, et une centaine de femmes et d’enfants ont été kidnappés”, rapporte Alaa Ibrahim, Reporter de Press TV.

Le11 aout 2013, soit un peu moins de dix jours avant le massacre chimique d’Al-Ghouta, le Journal The Telegraph rapportera également le signalement, fait par les habitants de la région de Latakié qui ont échappé au massacre, de l’enlèvement d’une centaine de civils par les rebelles, après l’offensive que ces derniers ont faite sur les villages de la région de Latakié.

“Tous les jours nous découvrons des gens qui ont été massacrés dans leurs maisons, et des corps abandonnés dans les buissons”, a déclaré le cheikh Mohammed Reda Hatem, un chef religieux de Latakié. A ce jour, ce sont 150 villageois alaouites qui ont été kidnappés. Il y a des femmes et des enfants parmi eux. Et nous avons perdu tout contact avec eux.”

Continue reading

Crise du Mali, réalités géopolitiques (troisième partie)

20130208-110759.jpg

Par Aymeric Chauprade via E&R

Le Mali possède 5 bassins sédimentaires dont le potentiel pétrolifère est avéré :

• bassin de Taoudenni (au nord et vers la frontière mauritanienne) : 600 000 km2 pour le seul Mali mais 1,5 million de km2 partagés entre Mali, Algérie, Mauritanie, Niger. Schites riches en matière organique. Il serait comparable au bassin d’Illizi en Algérie.

• le fossé (ou graben) de Gao : 15 000 km2, un seul puit à l’heure actuelle.

• les bassins contigus de Iullemeden et Tasmena (à l’Est et frontaliers avec le Niger), 80 000 km2, deux puits à l’heure actuelle ; comparable au bassin de Doba au Tchad ou aux bassins d’affaissement paléozoïque d’Algérie.

• fossé de Nara au centre, près de Mopti, également comparable au bassin Crétacé de Doba au Tchad soit aux bassins d’affaissement paléozoïque d’Algérie.

• L’AUREP, l’Autorité pour la Recherche pétrolière au Mali soutient que le sous-sol du pays est très potentiel pour le gaz et le pétrole et le directeur Afrique du Nord de Total, Jean-François Arrighi de Casanova va dans ce sens quand il parle lui de “nouvel eldorado pétrolier” à propos de la zone Mauritanie/Mali/Niger.

Cependant, à ce jour, le Mali compte encore un faible nombre de puits et son sous-sol reste sous-exploité.

Pour l’instant, Total est surtout présent chez le voisin mauritanien.

La multinationale d’origine française est présente dans l’exploration sur les permis Ta7 et Ta8 de la partie mauritanienne du bassin de Taoudéni mais en partage avec les Algériens et les Qataris. Total possède 60%, la Sonatrach (Algérie) 20% et Qatar Petroleum International 29%.

Continue reading

Michel Collon : “L’Algérie est clairement la suivante sur la liste”

20130201-090453.jpg

Par Michel Collon, La Nouvelle République via E&R

La Nouvelle République : Vous avez travaillé sur l’intervention militaire en Libye et ses répercussions stratégiques sur la région du Sahel, quelle est votre approche sur la situation au Nord-Mali et son impact régional et international ?

Michel Collon : Je pense que l’intervention de la France contre le Mali, c’est la continuation de la guerre contre la Libye et contre la Syrie. C’est une nouvelle phase dans ce que j’appellerais la recolonisation ou le fait de stabiliser la colonisation de l’Afrique en général, l’Afrique du Nord et l’Afrique de l’Ouest. Je pense que la chose qui n’est jamais traitée dans les médias européens et des Etats-Unis, c’est que le Mali et toute la région est pour la France, je veux dire la France officielle, la France des 1%, une zone de richesses naturelles que les multinationales françaises considèrent leur appartenir et pas aux populations locales.

L’exploitation des mines d’or par des groupes français comme Bouygues, dans des conditions scandaleuses avec de nombreux mineurs qui meurent à cause de l’utilisation du cyanure et de l’arsenic sans prévention et sans soins corrects, est la preuve que ces multinationales sont prêtes à écraser des êtres humains pour maintenir ou augmenter leur profit. Au Mali, on trouve également des gisements d’uranium ; c’est une richesse stratégique pour la multinationale française Areva, numéro un dans l’exportation du nucléaire au niveau mondial et la France a toujours fait en sorte de s’assurer le contrôle des gisements d’uranium et pour cela, elle a commis les pires crimes.

Et, donc, quand on veut voir comment la France considère les richesses naturelles, il suffit de voir l’exemple du Niger, c’est le pays n°174 sur la liste du développement humain, c’est-à-dire le dernier pays, le plus pauvre, les Nigériens ont une espérance de vie de 49 ans et moins de trois enfants sur dix vont à l’école. Et lorsqu’on a demandé à la multinationale Areva de faire un geste pour ces enfants, elle a répondu que ce n’était pas son problème, donc les Nigériens peuvent crever de faim, littéralement, et les Maliens aussi, pendant que des firmes comme Areva et celles qui travaillent avec elle, c’est-à-dire Suez, Bouygues, Alstom, construisent des profits fabuleux et que leurs actionnaires et leurs principaux dirigeants se construisent des châteaux un peu partout dans le monde.

Donc on a l’or, l’uranium, on a bien entendu le gaz et le pétrole, avec des richesses très importantes en Algérie et aussi dans d’autres pays de la région, et on constate qu’il y a une guerre pour les matières premières qui se mène, avec comme acteurs principaux, la France, les Etats-Unis, mais aussi le Qatar qui jour un rôle trouble en coulisses et qui veut devenir le n°1 mondial du gaz en alliance avec les Etats-Unis et contre la Russie, et donc je pense que cette guerre au Mali, c’est une guerre contre les patriotes maliens qui ont essayé de mettre fin à la corruption et de faire en sorte que les richesses naturelles du Mali profitent aux Maliens et permettent de mettre fin à la pauvreté. C’est une guerre contre le Niger, dont l’uranium est absolument stratégique.

C’est une guerre contre l’Algérie, parce que ce pays a lui aussi des ressources naturelles très importantes comme chacun sait. Il n’entend pas les offrir aux multinationales françaises et autres, donc c’est un pays qui conserve un secteur public important. C’est un pays qui résiste à Israël, qui a refusé de s’intégrer dans l’Otan et dans Africom, l’organisation militaire des Etats-Unis pour le contrôle des richesses de l’Afrique. Ses dirigeants militaires ont très clairement expliqué que le but d’Africom, donc le but des interventions militaires que les Etats-Unis préparent dans toute l’Afrique, c’est d’empêcher que l’Afrique ne soit indépendante et n’aie des partenaires comme la Chine, le Brésil, la Russie et d’autres pays.

Continue reading

Vent Libyen

By Félix Niesche, EGALITE ET RECONCILIATION

On reparle un peu de la Malheureuse Libye livrée toute vive au couteau des égorgeurs hallal.
Tout ça parce qu’un améssadeur ambaricain s’est fait flinguer.
Justice immanente, dirait Alain Soral.
On parle « d’instabilité  », et un petit peu de « l’intolérance » mahométane…
Certes, la Charia bien sur, mais qui dira la Terreur physique, les arrestations arbitraires, les tortures les plus bestiales, avec une prédilection pour les castrations et les découpages tout vifs, les énucléations aussi sont bien vues, et le diable sait quelles autres abominations, dans ces bolges puantes du dernier cercle, où l’on ne peut que prier pour que la mort miséricordieuse vienne vite, tout en sachant que post-mortem sa dépouille sera profanée, livrée aux chiens ou jetée dans une fosse d’excréments.

Ce sort pire qu’atroce, est celui de millier et millier, suspects de sympathie avec le régime laïque de Kadhafi, ou pas assez croyancieux, ou trop, dans cette Libye livrée aux mains des chacals qatarii, des pires ordures que la terre ait charrié.
Et ce rebut fut déversé par les bétaillères de l’armée « française », afin de faire de la Syrie une chierie de charia, un bourrier d’arrière-à-Sion.
On comprend que le « gouvernement », « français », lors de la prochaine Loi de programmation militaire, songe à abaisser le budget de cette sous-traitante, puisque celui de la maison-mère adjuivante, la Seule Armée qui vaille, la Vraie, est en constante augmentation.

À propos de la présence bienfaisante des militaires français en ce qui reste de ruines après l’ouragan Libyen, ils sont présentement, comme on dit en Côte d’Ivoire, si l’on en croit le journal algérien L’Expression en date du 6 septembre, en train d’installer une bonne vieilleBase … dans la région où gisent les gisements, de mazout et autres combustibles.
Le but étant d’extirper du bourbier où pataugent les Libyens ordinaires, une Libye ultra-protégée, car le vert palmier craint l’autan libyen [1], avec ravitaillement par air, la Libye-dîneuse à heure fixe, dans les champs fleuris de barbelés, la Libye prospère des chants pétrolifères.
Un peu comme en Iraq, avec au nord Kirkouk, et sa coco, ses coca-light, ses putes et ses sun-light, l’américain way of life, et tout le reste du pays dans la merde.
Voyez-vous ?
Félix Niesche

Sur le même sujet : Arabesques à paraître prochainement sur KontreKulture.
Et toujours du même auteur, sur KontreKulture : Vis Comica , Fragrans feminae (sur la gynécocratie) , Ex-France