PAS l’Info : Les infos que l’on vous cache ! Journal du 08/06/14

Advertisements

La quenelle, petite histoire d’un grand mensonge politico-médiatique

20140129-182550.jpg

Analyse rétrospective détaillée de l’évolution du sens donné à la quenelle par les médias dominants, avec les causes, les objectifs et les techniques employées.

Par Abraxas, AGORAVOX

Coup de tonnerre en ce 21 Janvier 2014, la quenelle, ce geste « infamant » qui a valu à Nicolas Anelka d’être attaqué par la Fédération anglaise de football, n’est pas un geste antisémite. Enfin, pas tout à fait. Il ne l’est que quand il est dirigé contre une synagogue ou un lieu de mémoire, entendez la Shoah, déclarée « sanctuaire » intouchable par Manuel Valls.

http://www.youtube.com/watch?v=BmAHHUArSFQ

Ainsi l’a déclaré Roger Cukierman, président du CRIF, au micro du Figaro.

http://video.lefigaro.fr/figaro/video/pour-cukierman-la-quenelle-d-anelka-n-etait-pas-antisemite/3086402601001/

Ce revirement dans l’interprétation « officielle » (c’est à dire médiatique) de la signification de la quenelle clôt, je l’espère, un mensonge grotesque, initié par le pendant de Monsieur Cukierman, j’ai nommé Alain Jakubowicz, actuel président de la LICRA.

En effet ce dernier avait lancé « l’affaire » de la quenelle, par une déclaration dans le « reportage » (désolé pour tous ces guillemets mais le vocabulaire utilisé fait partie de la guerre sémantique menée par les médias) de France 2, diffusé dans l’émission « Complément d’enquête » le 19 décembre 2013.

http://www.france2.fr/emissions/complement-d-enquete/les-reportages/quenelle-et-bananes-l-indigestion_159180

Donc selon ce monsieur, ce geste est, de toute évidence, un salut nazi inversé, signifiant la sodomisation des victimes de la Shoah (les guillemets seraient trop faibles pour exprimer l’aspect douteux de cette affirmation). Et sur quoi base-t-il son exégèse ? Sur des photos postés sur internet de « quenelliers », terme désignant les auteurs de ce geste « nauséabond » (terme préféré des médias pour qualifier la chose).

Tout d’abord, ces photos se comptent tout au plus en dizaines, sur un stock en ligne de plusieurs milliers (pour une vision d’ensemble, http://www.dieudosphere.com/les-quenelles.html)

Ensuite, on peut leur attribuer d’autres significations, comme celle de dire, : « j’emmerde la sacralisation et l’instrumentalisation de la Shoah par les instances juives, ou, j’en ai marre de bouffer de la Shoah matin, midi et soir, voire même au goûter, ou, je ne supporte plus la domination en France du lobby sioniste, ou, je veux blasphémer, et je ne peux me tourner que vers ce symbole puisqu’il est permis de caricaturer Mohammed, le prophète de l’Islam (cf http://fr.wikipedia.org/wiki/Caricatures_de_Mahomet_du_journal_Jyllands-Posten) ou de représenter le Christ en « putain du diable » (cf http://rue89.nouvelobs.com/rue89-culture/2011/12/08/les-cathos-contre-golgota-picnic-intouchable-christ-227340) mais pas de toucher à cette nouvelle religion qu’est la Shoah, ou je n’aime pas les juifs et je veux le montrer ». Je ne suis pas dans la tête des gens, donc je me garderai bien de juger de la signification que chacun peut attribuer à ce geste.

Enfin, à supposer que ces gens soient réellement des « antisémites » (terme vague censé désigner la haine des juifs pour ce qu’ils sont et non pour ce qu’ils font, mais dont le sens très élastique varie en fonction de qui l’emploie et contre qui il l’emploie. (Pour rappel les ashkénazes ne sont pas des sémites alors que les saoudiens le sont. Lire « l’invention du peuple juif » de Shlomo Sand pour les explications détaillése)), depuis quand attribue t-on la signification d’un geste en fonction de son objet d’application ? Si un néo-nazi se prend en photo en train d’uriner sur le mur des lamentations, doit on en conclure que le fait de pisser est antisémite ? Si on filme un homme en train de faire un doigt à un groupe de juifs, doit on proscrire à jamais l’érection du majeur, considéré comme antisémite ? Je laisse à chacun le soin d’exercer sa faculté de raisonnement et de tirer les conclusions que la logique impose.

Cela fait environ dix ans que l’humoriste Dieudonné (qui ne fait plus rire personne selon Manuel Valls et les journalistes de télévision, mis à part peut être les dizaines voire centaines de milliers de personnes qui ont vu ses spectacles et les millions qui ont visionné ses vidéos) pratique ce geste, sans que celui ci ait jamais été qualifié d’antisémite, malgré que son créateur l’ait été des centaines de fois.

Continue reading

Subventions : Le Monde et Le Figaro sont les journaux les plus aidés par l’État

Les deux titres reçoivent respectivement 18,6 et 18,2 millions d’euros, selon le tableau publié ce jeudi sur le site internet du ministère de la Culture.

On a vu dernièrement que le gouvernement avait fait passer un amendement pour effacer la moitié de la dette du journal communiste l’Humanité.
Ces subventions qui sont contraires à l’indépendance de la presse augmentent d’année en année! ( voir le petit tableau:

20131218-010144.jpg

Ces médias papier sont la propriété de grands groupes tels que Rothschild, Pierre Bergé, Mathieu Pigasse, Xavier Niel, Dassault. Par rapport au reste de l’Europe, le prix de vente moyen de la presse française est élevé. A titre de comparaison, “The Sun”, le quotidien le plus populaire de Grande-Bretagne, coûte 40 pence (50 centimes), le “Daily Mail” 55 pence et “The Times” une livre.
L’État qui vient en aide à ces journaux en faillites obéit à la règle néo-libérale : privatisation des profits et socialisation des pertes.

Qui a dit que la presse est indépendante en France ?

Source: Prêchi-Prêcha

Des journalistes (New York Times) payés par des rabbins dans des synagogues aux USA

Point de complot, juste des politesses…

Images surnaturelles de journalistes américains (New York Times etc.) venant chercher leur petit billet à la synagogue, remis par le rabbin en personne qui réclame « des bonnes nouvelles tous les jours ».
Paranoïa antisémite ? Délires ? Complotisme ? Rien de tout cela, les images parlent d’elles mêmes.

Voici comment – entre autre – les juifs achètent l’information aux États-Unis :