Marine Le Pen: EU robbed us of all liberties, we should fight to get them back (FULL INTERVIEW)

Advertisements

PEUGEOT, L’IRAN ET GENERAL MOTORS

20140123-100030.jpg

Prêchi-Prêcha

France info s’intéresse à la vérité quand c’est trop tard. ça fait longtemps que Marine Le Pen accuse l’actionnaire Général Motors d’avoir fait perdre l’un des marchés les plus juteux de Peugeot. Nous vous le disions nous même en juillet dernier : Après peugeot, Obama oblige Renault à quitter l’Iran. (+vidéo du représentant CGT)

La France a obtempéré aux injonctions de la firme américaine. Le but pour l’oncle Sam était d’empêcher Peugeot d’être le constructeur de totomobiles favoris des Iraniens. C’est réussi. Aujourd’hui que les rapports avec l’Iran s’améliorent, l’Amérique compte bien se réserver le marché pour elle toute seule, et nous on compte nos chômeurs….

Maintenant que les chinois viennent de mettre la main sur la marque au Lion, il ne faudra pas s’étonner quand demain nos usines partiront en masse au pays de la muraille de Chine.

Alors qu’un groupe chinois entre dans le capital de PSA, la présidente du Front national craint pour l’indépendance du constructeur français. Elle affirme « que quand General Motors est entré dans le capital de PSA, sa première exigence a été de demander d’arrêter de fournir le marché iranien, un débouché considérable pour PSA ». Vrai ou faux ? Réponse ici.

VRAI

PSA n’a jamais voulu le reconnaître. Il a toujours affirmé que ce sont les sanctions internationales contre l’Iran qui l’ont obligé à stopper les ventes à ce pays. Mais une grande partie de la presse économique et des analystes du secteur confirment que l’américain General Motors a exigé début 2012 que PSA gèle ses ventes à l’Iran, grand ennemi des Etats-Unis.

Pierre Paturel, spécialiste du secteur automobile au cabinet d’études économiques Xerfi rappelle plusieurs éléments troublants. « PSA n’avait aucun intérêt à arrêter les ventes à destination de l’Iran. Il ne faut pas oublier qu’à ce moment là, PSA vendait environ 460.000 voitures à l’Iran. C’était son 2eme marché mondial et cela représentait 800 millions d’euros de chiffre d’affaire, quelque chose d’énorme ». Pierre Paturel ajoute que « comme par hasard, PSA déclare qu’ils vont arrêter de vendre des véhicules à l’Iran pile au moment où General Motors annonce qu’il va effectivement entrer dans le capital de PSA« .

Continue reading

Quand Mélenchon veut faire oublier qu’il a voté Hollande…

Nous avons eu le tweet railleur de Mélenchon sur la chute de Marine Le Pen. Puis le texte d’un conseiller municipal du Front de gauche appelant à lui« briser les os ». Enfin, Alexis Corbière, secrétaire national du Parti de gauche, a déclaré, surRMC, qu’il fallait politiquement la boxer.

Ces petites piques paraissent bien molles en comparaison des passes d’armes Jaurès/Déroulède ou Léon Daudet/Aristide Briand. Toutefois, dans notre paysage politico-médiatique tiède et aseptisé, ces attaques dissonent.

Quel est donc le motif de cette tentative de virilité verbale ? Officiellement, on le sait, Marine Le Pen a été désignée par le Front de gauche comme le principal mal frappant la France. Ainsi, pour l’extrême gogôche caviar, l’ennemi prioritaire n’est ni l’Union européenne, ni l’OTAN, ni les banques, ni les hedge funds, ni les fonds de pension, mais la présidente du Front national. Et qu’importe si le FN, du fait qu’il n’ait jamais eu le pouvoir, n’est pas responsable de la législation (européenne) qui fait souffrir la France. Qu’importe aussi que le FN, contrairement au Front de gauche, n’ait pas appelé à voter pour l’UMPS aux élections présidentielles. Marine Le Pen reste la grande méchante officielle.

Nous l’avons tous compris : la tentative de virilité verbale du Front de gauche n’est qu’un très grossier masque destiné à cacher sa lâcheté, sa tartufferie et son impuissance politique.

La Front de gauche a beau essayer de nous faire oublier qu’il a appelé à voter François Hollande, l’homme qui s’attaqua au CDI, il n’y arrivera pas. De même n’arrivera-t-il pas à nous faire croire qu’il est un véritable parti d’opposition. En effet, le Front de gauche souhaite rester dans l’UE, bras armé de l’oligarchie financière. Par politesse, nous n’évoquerons pas le soutien actif du Front de gauche à la poursuite de l’immigration massive, arme ultime du capital s’il en est.

C’est donc le cas de le dire, le Front de gauche se paye de mots : il attaque avec virulence une figure qui n’est pas responsable de nos malheurs et évite d’égratigner nos vrais maîtres et bourreaux. Par un antifascisme complètement ringard, il essaie de camoufler une politique de collaboration de classe somme toute visible et évidente.

Excepté quelques bobos, on discerne mal qui pourrait tomber dans un panneau aussi mal ficelé.

C’est pourquoi nous l’annonçons d’ores et déjà : le Front de gauche est une baudruche médiatique qui se dégonflera dès qu’on ne lui tendra plus le micro.

Source: Boulevard Voltaire

Face à Marine Le Pen, Pierre Moscovici ment. (vidéo)

Pour se maintenir au pouvoir les membres de l’UMPS mentent. Et dans les débats leur tactique consiste à diaboliser l’adversaire, à dire des généralités, et à éviter d’aller des sujets de fond. Un bel exemple nous a été donné par Moscovici sur BFM TV face à Marine Le Pen.

Voir le débat dans lequel Moscovici se fait ridiculiser. Il en a même l’oeil qui suinte…

Mensonge n°1:

Marine Le Pen: « Monsieur Moscovici vous avez dit l’euro est trop fort, vous comptez faire quoi ? »

Moscovici: « L’euro est trop fort ? Moi? j’ai jamais dit ça ! »

20130430-212139.jpg
Source : Le Monde 03/02/2013

Mensonge n° 2 :

Moscovici dit à Marine Le Pen sur le chèque de 31 milliard au FMI:

« Je ne vois pas de quoi vous voulez parler… »

20130430-213143.jpg
Source : Le Figaro 12/10/2012

Mensonge n° 3. Le mensonge sentimental du petit juif immigré.

Moscovici déclare que ses parents sont venus en France pendant la guerre et qu’ ils y ont été protégés.

FAUX : Son père, Serge Moscovici a quitté la Roumanie en 1947 et est arrivé en France en 1948.

Sa mère, Marie Bromberg est née en France, en 1932, d’une famille juive venue de Pologne.

Source : Prêchi Prêcha