Lille : Martine Aubry censure un débat sur la Syrie

20130409-134136.jpg

Par Bahar Kimyongür, Legrandsoir.info via E&R

Les chabbihas [1] de Fabius et Hollande ont encore frappé : nouvel attentat à la liberté d’expression dont la « patrie des droits de l’homme » est désormais la championne.

Ce samedi 6 avril, la salle Philippe Noiret de la mairie du quartier de Wazemmes à Lille devait accueillir une conférence sur la Syrie organisée par la Coordination communiste et le Front de Gauche, avec comme orateurs la scientifique franco-syrienne Ayssar Midani ainsi que moi-même.

Quelques jours auparavant, un groupe obscur autoproclamé « antifascistes sans patrie ni frontière » a lancé un appel au sabotage de la conférence.

Dans leur plaidoyer pour l’application de la censure, les prétendus « antifas » nous accusent de pactiser avec le diable, à savoir les régimes de Damas et Téhéran, en d’autres termes, avec les principaux ennemis d’Israël.

Vu le nombre de dictatures détestables qui exterminent des peuples entiers pour asseoir leur domination à commencer par « nos » propres chefs d’État, nous pensons que le choix de s’en prendre aujourd’hui exclusivement à la Syrie et à l’Iran n’est pas le simple fruit du hasard.

Pour brouiller les pistes, les pseudo-antifascistes n’hésitent pas à verser dans la démagogie, accusant les participants à notre conférence d’être des « VRP au service des dictatures », des « rouges bruns » et des « nazbol », contraction de nazi et de bolchevik. Les martyres de Stalingrad et plus de vingt millions de leurs compatriotes apprécieront d’être amalgamés avec leurs envahisseurs et leurs bourreaux.

Finalement, la campagne diffamatoire lancée par ces provocateurs sans patrie ni frontière ni courage ni visage ni cervelle a atteint sont but.

La mairesse de Lille Mme Aubry a en effet interdit la tenue de la conférence « pour des raisons de sécurité ».

Voulant s’assurer qu’aucune voix dissidente sur la Syrie ne s’exprime dans ses locaux, « McCarthine » Aubry a même fait changer les serrures des portes de la salle Philippe Noiret, sachant que les organisateurs de l’événement avaient préalablement reçu une autorisation et disposaient donc de clés.

Mais grâce au sens pratique de certains militants et à la générosité d’un commerçant kurde, notre conférence a finalement pu se tenir dans un restaurant kebab de la périphérie lilloise.

En dépit des conditions exceptionnelles d’organisation, près de 80 personnes ont tout de même pu se réunir, s’informer et intervenir sur les alternatives concernant la résolution du conflit syrien.

Continue reading