Une presse qui reflète notre société: manipulée et déshumanisée. Maya Nasser, repose en paix

By MKERone

Un journaliste Syrien, Maya Nasser (voir ICI – ICI – ICI ), est assassiné par un sniper et les medias “sionistes” occidentaux (notamment l’Express) en profitent pour distiller leur propagande habituelle sans même condamner l’assassinat.

Ce qui prouve le manque de déontologie, d’indépendance et d’objectivité des médias Français.

Quels que soient les points de vues exprimés par un journaliste, les supposées liberté de la presse et liberté d’opinion, à quoi s’ajoutent le code déontologique du journalisme, ainsi que la nécessaire foi en la profession par lesquels les journalistes devraient être habités (ils nous prouvent au quotidien qu’ils ne le sont pas…), nous laissent attendre une condamnation unanime de cet assassinat.

Hors… voilà à ce quoi nous avons droit… Des journalistes complaisants (et qui deviennent de fait des complices) n’accordant plus aucune importance à la vie humaine. Même pas à celle d’un confrère. Car ce dernier ne partageait pas les mêmes opinions qu’eux.

Une infinitésimale partie de la population s’en rendra compte. Triste constat. Il s’agit là de rien d’autre que d’un reflet de notre société: manipulée et déshumanisée. Où tout ce qui ne nous ressemble pas incarne le mal. L’inconnu est effrayant, alors lynchons-le, que les esprits des masses populaires dociles et bien dressés le rejettent avant qu’il ne faille l’expliquer. Car nous ne pouvons pas expliquer l’inconnu, ce qui ne nous ressemble pas. Ne mettons pas en péril notre chère “pensée unique”. Qui ne doit son existence qu’à l’ignorance et la totale acceptation des cerveaux formatés.

Nous appelons, comme nous l’avons toujours fait, au boycott des grands groupes de presse et de leurs journaux biaisés. Le peuple Français doit se rendre compte des manipulations auxquelles il est sans cesse soumis. Et desquels la première victime est la vérité.

Le journaliste d’investigation face aux manipulations des services (déstabilisation de la Syrie & du Liban pour atteindre l’Iran)

Cet entretien réalisé en 2007 demeure d’actualité. Le journaliste allemand Jürgen Cain Külbel y révélait les difficultés auxquelles peut se heurter un journaliste honnête dans ses investigations et certaines pratiques utilisées par les divers pouvoirs, en soulignant la façon dont Israël et les États-Unis, en collusion avec des journalistes à leurs ordres, étaient déjà à la manœuvre pour pousser la soi-disant « communauté internationale » à affaiblir le gouvernement de Bachar el-Assad.

Silvia Cattori : Montrer avec quelle facilité l’administration états-unienne a manœuvré pour faire aboutir des résolutions porteuses de nouvelles guerres au Moyen Orient, fournir des éléments permettant de faire le lien avec le Mossad pour nombre d’assassinats immédiatement attribués à la Syrie par les médias dominants, jeter le doute sur le sérieux des enquêteurs mandatés par l’ONU, tout cela vous a attiré estime et considération auprès d’un public avide de connaître la vérité. Mais aussi l’inimitié de ceux que vos investigations dérangent. Les médias ont-ils mentionné l’existence de votre livre Le Dossier Hariri [1] ?

Jürgen Cain Külbel : En Allemagne les « grands » médias ont passé sous silenc Continue reading

Homs : tout ce qui est raconté est à l’envers

UN ANCIEN KIDNAPPÉ PAR LES OPPOSANTS SYRIENS TÉMOIGNE

Par Silvia Cattori

En nous entretenant avec un habitant de Homs qui observe ce qui se passe au jour le jour dans son pays – (*Entretien réalisé le 22 juin 2012 et traduit simultanément de l’arabe en français par Mme Rima ATASSI. Pour des raisons évidentes nous ne révélons pas le nom de notre témoin, un cadre indépendant, âgé de 61 ans, qui réside à Homs) – nous avons appris que les forces gouvernementales n’ont pas bombardé la ville de Homs, ces dix derniers jours, comme rapporté par la presse internationale.

Homs – Une “image-document” publiée par Shaam News de l’opposition syrienne.

Ainsi, tout ce qui nous est raconté par les médias est à l’envers. Il n’est pas vrai que Homs est pilonnée par l’armée gouvernementale depuis dix jours. Il n’est pas vrai que les autorités syriennes empêchent le CICR d’accéder aux blessés et aux malades. Il n’est pas vrai que Homs est une ville assiégée par les forces gouvernementales. Ce sont quelques centaines de rebelles qui pilonnent, qui massacrent, qui maintiennent une partie de la ville de Homs et de sa population, sous siège. Continue reading

L’AFP en flagrant délit de manipulation sur Chavez et Ahmadinejad

Par  Vincent Lapierre

Le 09 janvier 2012, Hugo Chavez recevait Mahmoud Ahmadinejad à Caracas. Dans son discours, le président vénézuélien a plaisanté sur la diabolisation des médias occidentaux, remarquant qu’ils imaginaient sans doute qu’un missile serait lancé depuis le Venezuela vers Washington. L’AFP a grossièrement manipulé les déclarations de Chavez pour transformer sa boutade en terrifiante déclaration de guerre.

Source: Investig’ Action

Chemins de Damas : La Syrie derrière les mensonges médiatiques

Chers amis


Je reviens (samedi 19 novembre 2011) d’un voyage de 6 jours en Syrie, à l’invitation des Eglises d’Orient[1], autorisé par le gouvernement syrien, et, pour ma part, à la demande de Mère Agnes-Mariam de la Croix, dont j’ai fait la connaissance à la fin du mois d’avril 2011 après qu’elle a lu, sur le site du Réseau Voltaire, ma traduction du texte de D. Losurdo ‘Que se passe-t-il en Syrie ?’[2].   

La logistique a été assurée en coordination avec Thierry Meyssan et le Réseau Voltaire.

Prévu pour une cinquantaine de personnes au départ, et destiné prioritairement à des journalistes de la presse catholique, ce voyage n’a en définitive regroupé que 15 personnes arrivant de l’étranger : aucun français parmi les journalistes professionnels de la presse écrite ou radio-télévisée, mais : 5 belges, une journaliste venant de Madrid et un journaliste étasunien. Aucun membre de la presse française contactée n’a donc répondu favorablement et saisi l’occasion d’aller voir sur le terrain ce qui s’y passe. Paradoxe surprenant, alors que nos media ne manquent aucune occasion d’accuser la décision du « dictateur » Assad et de « son » régime d’empêcher les journalistes indépendants d’aller en Syrie. Nous pouvons donc témoigner aujourd’hui non seulement que des journalistes et contributeurs divers peuvent entrer officiellement dans ce pays, mais que certains de ceux qui se plaignent de la censure de ce régime sont aussi ceux qui refusent cette occasion extraordinaire quand elle leur est offerte : sous prétexte d’indépendance de la presse, ne pouvant pas entrer s’ils sont invités ?( !) La liberté ne serait-elle garantie que par la clandestinité dans un pays qu’on se hâte maintenant de déclarer en « guerre civile » ?

Les autres membres du groupe étions des représentants d’associations catholiques (Italie) ou des militants actifs sur Internet, pas (très) catholiques pour la plupart et avec – le moins qu’on puisse dire- des positions politiques hétérogènes.

© photo Marie-Ange Patrizio

Ce que je vous adresse aujourd’hui, taraudée par une urgence à rendre compte de ce séjour, n’est pas un reportage de journaliste, puisque je ne suis pas journaliste mais psychologue et traductrice, mais une lettre à des amis et camarades. Un témoignage, pour le moment partiel et non chronologique, de ce qui m’a frappée dès les premières heures passées dans ce très beau pays : l’ampleur incroyable, révoltante du mensonge que les media nous assènent ici sur la situation en Syrie. Mensonge en action et en omission, comme on dit. Ces notes seront suivies, ultérieurement, de récits détaillés de plusieurs séquences du voyage, représentatives de la situation actuelle, démontant et démentant l’intoxication époustouflante en cours depuis 8 mois sur les événements qui tentent de déstabiliser ce pays. Continue reading