DES COMPAGNIES PRIVÉES DE MERCENAIRES EN PASSE D’OBTENIR LES JUTEUX CONTRATS DE L’ONU DE “MAINTIEN DE LA PAIX” POUR REMPLACER LES CASQUES BLEUS

José del Prado – Une association de mercenaires cherche à obtenir des contrats de l’ONU

Advertisements

La brigade Ahrar alCham reconnaît sa défaite cuisante à Idlib

Après le contrôle du camp Chabiba qui est considéré comme la porte d’entrée de la ville d’Idlib, le mouvement Ahrar alCham alIslamaya  a annoncé le déclenchement d’une nouvelle opération d’offensive baptisée « Fateh Moubin » .

Dans un communiqué,  alAhrar précise que l’opération  en question , à laquelle participe les brigades des Ahrar alCham et aussi la brigade des Soukour  alCham,  vise  les points de barrages de l’armée nationale syrienne dans la province d’Idlib à savoir : « les barrages de contrôle situés à l’ouest d’Aricha  dans le Bensqoul: comme les barrages Kahraba,  Qiyassat,  Assaad, Madajen  et le barrage Ormjoz.

Le communiqué ajoute: «Il s’agit à travers cette opération de contrôler la route Aricha – Lattaquié  afin d’empêcher les approvisionnements de parvenir aux  camps militaires à Idlib (camps alMastouma et alQarmid) et imposer un étau contre l’armée de Bachar ».

La bataille a commencé , accompagnée d’une couverture médiatique très optimiste. Ainsi, aux premières heures  des affrontements, les médias pro-miliciens de l’opposition syrienne ont annoncé  la victoire  contre   différents points de contrôle de l’armée mentionnés dans la déclaration voire les brigades des Soukours d’alCham semblaient être sur le point d’assiéger la ville d’Idlib».

Au deuxième jour de la bataille, soit jeudi dernier,  les sites internet et les chaînes satellitaires ont évoqué le contrôle total par l’ASL de certains points de barrage (sachant  que certaines chaînes satellites ignorent intentionnellement que la brigade d’alAhrar est indépendante de l’ASL) comme celui de Kharaba, d’Ormjoz voire que  des affrontements violents ont lieu au barrage Majbal et que les  rebelles ont réussi à détruire des véhicules blindés et des chars  de l’armée syrienne.

Or,  fait curieux : alors que ces mêmes  médias annonçaient des victoires de l’  ASL à différents endroits, l’un des cadres miliaires de la brigades alAhrar , Khaled Abou Anas, a reconnu  sur son compte  Twitter la perte tragique dans les rangs de ses troupes : « les caravanes des martyrs des Ahrar alCham affluent  sur les places de l’honneur,  près de cinquante martyrs sont tombés entre  hier et aujourd’hui ».

Information confirmée par des sources sécuritaires locales qui ont rapporté que l’opération Fateh Moubin s’est terminée par un échec cuisant,  voire que toutes les brigades des miliciens de l’opposition syrienne se sont retirées du  champ de bataille, et que les forces de l’armée syrienne ont réussi à rouvrir  l’autoroute Idlib – Lattaquié.

Toujours selon ces sources, l’intensité des affrontements a considérablement diminué et les pertes dans les rangs des milices armées se sont élevées à environ 200 morts et des dizaines de blessés.

A noter qu’un de ceux qui sont tombés dans cette bataille , un dénommé Ahmed Bakir,  surnommé Abou al-Walid, est le commandant militaire de l’une des brigades d’Ahrar alCham  . De plus, il est un ami personnel du commandant du Front islamique syrien  Aboud Hassan Abu Abdullah al-Hamwi : ils étaient ensemble à la prison de Sednaya accusés d’extrémisme et de terrorisme.

Hamwi a rapporté que lors des événements de Sidnaya il y a quelques années,  Bakir a joué un rôle important dans l’effusion de sang avec ses camarades quand ils ont piégé  trente gardiens de prison, sans évoquer de leur sort.

Aucune déclaration des Ahrar alCham n’a rapporté  l’échec de la bataille Fateh Moubin, mais il semble évident que cette bataille a échoué et a démoralisé les rebelles, surtout après  les défaites qu’ils ont subi à  Alep.

A noter les propos de Saad Abou Omar, le chef des Ahrar alCham qui a écrit sur son compte Twitter: «La bataille Fateh Moubin s’est retourné en une cimetière pour nos frères martyrs : nous avons perdu beaucoup de frères ».

Source: Al Manar

Communiqué de presse Conflit syrien : où est la neutralité suisse ?

[Merci à @Sokamin d’avoir partagé le lien de cet article]

Conflit syrien : où est la neutralité suisse ?

Le Département Fédéral des Affaires Etrangères a contribué, par une somme de 60’000 fr., aux dépenses logistiques des réunions à Berlin destinées à préparer l’opposition syrienne en vue du remplacement du président Assad. Berne est en train d’aider explicitement des groupes qui entendent prendre le pouvoir avec les armes et mènent une guerre civile soutenue par les forces impérialistes des USA et leurs alliés, la France en premier lieu.

Il s’agit, de la part du gouvernement suisse, d’une honteuse ingérence dans les affaires d’un pays souverain, en dépit de sa neutralité proclamée à tout moment, et pour se mettre aux côtés des puissances néo-colonialistes qui sont en train de préparer une nouvelle mise à sac des ressources pétrolières à travers une guerre, comme ce fut le cas en Iraq et en Libye. Cela jette dans le chaos le Moyen-Orient, lance un défi irresponsable à la Chine et à la Russie et met en grave danger la paix mondiale.

Le rôle de notre pays, en tant que pays neutre, est d’agir pour favoriser le dialogue entre les parties en conflit et certainement pas d’en aider seulement une, d’autant plus que l’opposition syrienne n’est pas forcément beaucoup plus démocratique que le régime Assad. Des actions comme celle-là jettent un discrédit sur notre politique étrangère et nous font perdre de notre crédibilité aux yeux des autres pays non alignés dans cette guerre.

Nous condamnons toutes formes d’interventions militaires étrangères en Syrie. Seule une solution politique à travers un dialogue entre les parties en conflit pourra mettre fin à cette guerre civile. Mais l’opposition syrienne est fortement divisée et ses différentes tendances poussent vers diverses solutions, selon leurs « sponsors » qui ont des intérêts différents (Arabie Saoudite, Qatar, USA, France, Turquie, Israël, etc.).

Par ailleurs nous exigeons que la Suisse cesse de vendre des armes au Qatar, car celles-ci finiront très probablement entre les mains des rebelles syriens soutenus et armés par cette monarchie du Golfe et contribueront ainsi à alimenter la guerre civile en cours. Nous exigeons que la Confédération respecte dans les faits les principes dont elle se revendique en paroles et cesse de vendre des armes aux pays belligérants ou qui soutiennent matériellement des guerres en dehors de leur territoire.

Parti Suisse du Travail – POP

Le 6 août 2012

Source: PST POP