Mourad Medelci inflige une leçon à Rafik Bouchlakha

Mourad Medelci

Mourad Medelci

L’incident diplomatique s’est produit lors de la réunion des ministres arabes des Affaires étrangères qui s’est tenue au Caire le 13 novembre 2012. Plus exactement pendant la seconde séance à huis clos, consacrée au dossier palestinien.

Le ministre algérien des Affaires étrangères est intervenu pour demander à ses collègues des « solutions concrètes dans le soutien à Gaza », en s’adressant particulièrement au ministre qatari des Affaires étrangères. Mais, à la grande surprise générale, c’est Rafik Bouchlakha qui a pris la parole pour dire à Mourad Medelci : « En cinquante ans, qu’a-t-elle donc fait l’Algérie pour la cause palestinienne ?».

Habituellement calme et fin diplomate, la réplique de Mourad Medelci a été cinglante et s’adressait à Hamad Ibn Jassim al-Thani et à son esclave tunisien : « A ceux qui s’interrogent où était l’Algérie, je répondrai que nous n’avions pas à renvoyer un ambassadeur sioniste qui ne rêve même pas de mettre les pieds chez nous. Devons-nous par exemple cesser d’exporter notre gaz à l’Entité sioniste ? Devons-nous expulser les bases américaines et celles de l’OTAN de nos territoires dont nous avons juré qu’ils n’y mettront jamais les pieds ? Dites-nous ce que nous devons faire, partir au djihad contre Israël ? C’est ce qu’il y a de plus facile pour un algérien libre, mais garantissez nous votre non trahison, assurez nous que vous ne nous poignarderiez pas dans le dos comme à chaque fois… garantissez nous l’ouverture de vos frontières et nous… ».

Mourad Medelci a terminé son intervention par cette phrase foudroyante : « Nous avons été éduqué dans la haine du sionisme et vous avez été éduqué dans la trahison ».

Nabil Arabi, qui a dû se sentir visé lui aussi, a levé cette séance à huis clos pour la reprendre une heure plus tard.

Source

Advertisements