Leaked Emails Show Clinton Campaign Coordinating With Soros Organization

image

By Peter HASSON at the dailycaller

Leaked emails from Hillary Clinton campaign manager John Podesta’s personal email account published by WikiLeaks reveal the Clinton campaign’s coordination with George Soros’s Open Society Foundations on the subject of police reform.

Soros, who has given almost $10 million to Clinton super PAC Priorities USA, is a major funder of Black Lives Matter. The Washington Times reported in August that Soros has given at least $33 million to the group through the Open Society Foundations (OSF), which he funds and controls.

Both OSF and Clinton have called to crack down on police officers’ “implicit bias.”

As reported by The Daily Caller last month, internal OSF documents say the mainstreaming of “implicit bias” is meant to serve as a foundation from which to overhaul the nation’s anti-discrimination laws and make it easier to file racial discrimination lawsuits by eliminating the need to prove intent.

A December 2015 email exchange between Podesta and OSF president Chris Stone was included in the batch of Podesta’s emails released by WikiLeaks on Friday.

Continue reading

Advertisements

The Winners of The Ukraine Revolution: Austerity, Fascism, and the EU

image

By Brandon Turbeville, Activist Post

To anyone who had a passing knowledge of the nature of color revolutions and destabilization efforts in years past, the recent protests in Ukraine were an obvious example of foreign meddling in the domestic affairs of yet another Eastern European nation.
From the initial spates of violence coming largely from the direction of the protesters to the pro-EU and pro-IMF demands, it was clear from the very beginning that the Ukrainian people were being callously pulled back and forth between two world powers indifferent to any interests but their own.

These powers, the United States and Russia, have been covertly jockeying for more and more control over Ukraine, a strategic location for both countries, for the last several years. Yet, as the United States’ power and influence begins to wane and Russia’s begins to increase on the world stage, the risk of both powers clashing over Ukraine in a direct fashion becomes a bigger possibility by the day.

While tensions between the United States and Russia have escalated over the last three years through the Syrian crisis, Ukraine is more than a simple sphere-of-influence region for Russia. It is a sphere-of-influence region that borders the homeland. For this reason alone, the level of importance attributed to Ukraine by Russia is obviously higher than that of Syria in the long run.
Interestingly enough, it is for this same reason that the United States considers Ukraine such a vital sphere-of-influence nation as well. That is, the fact that Ukraine lies on the doorstep of Russia.

Although the reasons for considering Ukraine an extremely important part of the world by both the United States and Russia cannot simply be boiled down to that of a border issue, the fact remains that the potential for a direct collision between two world nuclear powers is a possibility if the meddling continues.
In the meantime, as the Ukrainian people are being used as battering rams for the will of world elites, they are quite clearly the guaranteed loser no matter what decision is made. With the recent success of the Western-backed color revolution, what is also clear is that the only winner in Ukraine is austerity, Fascism, the IMF, and, of course, the world elites. International bankers, as usual, are salivating over the coming feast that will come at the expense of the living standards of the Ukrainian people and the coffers of the Ukrainian government.

Even before a ruling government can be formed by the leading color revolutionary leaders Yatsenyuk, Klitschko, and other relevant agents of destabilization, the acting President, Oleksander Turchinov, is stating that European integration is a high priority of the new government. This, of course, means that Ukraine will soon move forward in becoming a full-fledged member in good standing of the new European Soviet known as the European Union.
In addition, leading contender for the post of Prime Minister, Arseniy Yatsenyuk, and the Parliamentary leader of the Fatherland Party, is now calling on the rest of Parliament to immediately come to agreement on a new government so that Ukraine can now crawl to the International Monetary Fund for “emergency economic assistance.” As one may expect, the IMF has already declared that it will require harsh austerity measures and other “economic changes” in exchange for any aid to Ukraine.

<
The $15 billion bailout package provided by Russia to Ukraine in December has now been suspended, placing Ukraine in imminent danger of default. The Hryvna, the Ukrainian currency, has been sharply devalued and the country’s bond rating has been downgraded in such a dramatic fashion that Ukraine is no longer able to borrow on international markets. Foreign reserves have also dropped dramatically.
If conditions persist, Ukraine will soon no longer be able to pay public pensions and salaries.
Yet austerity is not the only result of the recent Ukrainian “revolution.” Subtle and even outright Fascism has come to dominate not only the demonstrations themselves but the relatively young “transitional” phase now taking place.
Indeed, this relatively new trend of Fascist rule was enunciated in a recent statement by Natalia Vitrenko of the Progressive Socialist Party of Ukraine, a party that asserts its opposition to both the Orange Revolution installment of Yuschenko as well as the polices of Yanukovych.
Vitrenko first began by describing the nature of the movement used to oust Yanukovych by pointing out that many of the most powerful elements of the anti-Yanukovych movement, or Euromaidan, were indeed fascists and neo-Nazi’s. She stated,

< Washington and Brussels should hear our warnings. We hold them responsible for all they have done to transfer power to the political forces responsible for establishing this totalitarian Nazi regime in Ukraine, with the inevitable gross violation of the rights and freedoms of millions of our fellow citizens. 
The U.S. and EU should know that this power grab by political parties and movements including neo-Nazi forces (such as “Svoboda – Freedom” and “Right Sector”) , announced the implementation of a national revolution under the slogans “Ukraine for Ukrainians,” "Glory to the nation – death to enemies," "Muscovite tools and Communists to the gallows!" and others. 
Starting on February 22, this new government must assume all responsibility throughout Ukraine for the violation of the rights and freedoms of citizens.

Vitrenko then went on to discuss the events currently unfolding in Ukraine including the capture of government buildings as well as political intimidation, force, beatings, shootings, and even lynchings of those seen as pro-government or opposed to the positions of the Western-backed fascists. Vitrenko states,

Continue reading

Qui est derrière le coup d’État en Ukraine

Par Nicolas BOURGOIN

image

Acte 1

On se souvient sans doute de la « Révolution orange », largement médiatisée à l’Ouest. Viktor Ianoukovitch, le candidat proche de Vladimir Poutine, est élu président de l’Ukraine le 21 novembre 2004. Une série de manifestations suivent la proclamation des résultats. Organisées par le candidat malheureux, Viktor Iouchtchenko, financées par des milliardaires ukrainiens et des organisations américaines (voir ici), soutenues par de nombreux pays occidentaux dont les Etats-Unis (elles ont été financées à hauteur de 65 millions de dollars par l’administration Bush), elles prennent rapidement de l’ampleur et forcent le gouvernement à organiser un nouveau scrutin un mois plus tard. Entaché de nombreuses fraudes, il verra la victoire de Viktor Iouchtchenko et ouvre une période marquée par un rapprochement avec le camps occidental et l’OTAN mais aussi par une gouvernance calamiteuse gangrenée par la corruption. Les multiples malversations du « clan orange » (délits financiers, détournements de fonds, évasion fiscale, favoritisme) conduiront notamment Ioulia Timochenko, l’ex-Première ministre ukrainienne, derrière les barreaux. Le président sortant ne recueillera que 5,45 % des voix lors du scrutin de 2010. Rideau sur le premier acte de la « Révolution orange ».

Acte 2

Des milliers d’opposants pro-européens manifestent violemment suite au refus du président ukrainien en novembre dernier de signer un accord d’intégration avec l’UE, décision motivée par la lourdeur des “réformes structurelles” exigées en retour par les européens (privatisations massives, réduction drastique des dépenses de l’État et de l’emploi public, remise en cause de la protection sociale et du droit du travail) alors que le pays est économiquement affaibli, ainsi que par le souhait de donner la priorité aux relations économiques avec la Russie. Rappelons que c’est aussi sur la base de ce rapprochement avec la Russie que le président ukrainien a été élu. Loin d’être pacifiques, ces manifestations apparaissent comme des tentatives de déstabiliser le gouvernement, voire de le renverser (voir ici), des snipers israéliens sont même présents (voir ici). Elles sont soutenues par Ioulia Timochenko, égérie de la révolution orange, et par la quasi-totalité des classes politiques occidentales.

Certains manifestants sont affiliés à l’organisation d’extrême-droite Svoboda, violemment anti-russe, dont la plupart des membres sont armés (voir ici). Des saccages, de nombreuses déprédations sont commis dont la destruction d’une statue de Lénine (voir ici la déclaration à ce sujet du Parti Communiste d’Ukraine).

Des catapultes géantes sont même montées pour l’occasion et utilisées contre les forces de l’ordre qui comptent déjà de nombreuses victimes dans leurs rangs (voir ici).

L’opposition, qui n’a pas la majorité au parlement, ne peut en effet compter que sur la « pression » de la rue, autrement dit la violence, pour faire plier le gouvernement et tenter remettre sur les rails l’accord avec l’UE, d’autant plus que les ukrainiens dans leur majorité ne soutiennent pas les pro-européens, comme le montre un récent sondage (voir ici).

Cette stratégie de la tension semble être jusqu’ici payante puisque Viktor Ianoukovitch s’est entretenu une nouvelle fois avec les chefs de file des opposants et a demandé que le Parlement se réunisse en urgence pour discuter de la démission du gouvernement réclamée par l’opposition, et tenter de mettre un terme à la crise politique… sans succès toutefois, l’opposition exigeant purement et simplement la démission du Président, pourtant légitimement élu. Après cet échec de l’ultimatum fixé au Président (voir ici), les violences on repris de plus belle : nouvelles barricades, Ministère de l’Agriculture pris d’assaut par les manifestants en armes … (voir ici).

Ce 19 février, les forces de sécurité ukrainiennes ont repris une partie de la place de l’Indépendance à Kiev après une nuit d’affrontements avec les manifestants antigouvernementaux (voir ici). 

Les États-Unis et l’Union Européenne, qui appuient les revendications de l’opposition, continuent de maintenir la pression et envisagent des sanctions contre Kiev en réponse à la répression des manifestations. Le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a brandi la menace de représailles contre les dirigeants ukrainiens, pourtant totalement légitimes. Le vice-président Joe Biden, pour sa part, a eu un entretien téléphonique avec le Président ukrainien et l’a averti que si les autorités ne calmaient pas la situation, cela aurait des “conséquences”.

Dans les coulisses

Comme au temps de la Révolution orange, les médias occidentaux présentent unanimement les manifestations anti-russes comme un mouvement spontané regroupant des « combattants de la liberté » épris d’Europe, en butte à un pouvoir autocratique (voir par exemple ici).

L’inénarable Bernard-Henri Lévy, de tous les mauvais coups contre les pouvoirs hostiles à l’atlantisme, n’a évidemment pas fait défection en appelant même l’UE à suspendre sa participation aux jeux de Sotchi (voir ici).

En réalité, il s’agit d’une manipulation bien rodée et qui a déjà fait ses preuves lors de la Révolution orange dont la logistique avait été assurée par les organisations pro-occidentales Pora et Znayuliées au mouvement Otpor. Celui-ci avait déjà joué un rôle actif dans la chute de l’ex-président Slobodan Milosevic en juillet 2000, dans la « Révolution des roses » georgienne de décembre 2002 ainsi que dans les tentatives de putsch contre le président biélorusse en 2001 et 2004.

Toutes ces organisations sont généreusement financées par des officines occidentales : le Konrad Adenauer Institute, proche de la CDU, l’Open Society Institute de Georges Soros, le National Democratic Institute et la Freedom House, proches du gouvernement américain, entre autres.

Les manifestants actuels semblent bénéficier à nouveau des mêmes largesses dans le financement de mouvements dont l’objectif est in fine de déstabiliser des pays souverains afin de les soumettre aux intérêts occidentaux (voir ici).

En réalité, cela fait déjà longtemps que les USA s’intéressent à l’Ukraine (voir ici). La volonté des américains de renverser le gouvernement ukrainien, pourtant totalement légitime, répond à trois objectifs, de nature économique et géostratégique : renforcer l’OTAN par l’intégration d’un nouveau pays (le plus grand d’Europe), affaiblir la Russie en l’isolant diplomatiquement et s’approprier un marché jugé trop protectionniste en créant un « climat d’investissement favorable aux entreprises étrangères» – en clair : en privatisant ce qui ne l’est pas encore et en faisant prévaloir les intérêts des investisseurs étrangers sur ceux de la population nationale. Ils justifient les financements faramineux investis dans l’aide logistique aux groupes anti-russes ainsi que l’effort déployé par les media occidentaux pour tenter de faire passer pour une révolution populaire et pacifique ce qui n’est ni plus ni moins qu’un coup d’État.

Source: Qui est derrière le coup d’État en Ukraine ? | Nicolas Bourgoin
http://bourgoinblog.wordpress.com/2014/02/19/qui-est-derriere-le-coup-detat-en-ukraine/