Nouveau délire médiatique : Poutine contre les bébés

20130131-183537.jpg

Par Israël Adam Shamir via E&R

Après tellement d’autres crimes, voilà que Poutine a rempilé le mois dernier : il s’attaque aux innocents petits bébés, par pure méchanceté !

On nous a bassinés avec ça jusqu’au jour où Thomas Friedman en personne y a mis un point final dans le New York Times en ces termes : « Le premier réflexe de Poutine, confronté aux mauvaises manières de son régime, a été d’empêcher les parents américains d’adopter des orphelins russes, alors même qu’ils ont si cruellement besoin d’un foyer. » Curieusement, en Russie, les récriminations contre la nouvelle loi sont encore plus stridentes. Lorsque Poutine a donné une grande conférence de presse pour les media russes, pas moins de huit journalistes différents ont remis l’affaire sur le tapis, avec des insinuations malveillantes. L’opposition « blanche » a foncé sur les « gredins », comme ils appellent les partisans de la loi en question, et ont comparé Poutine au légendaire Hérode.

Le porte-parole anti-Poutine des oligarques, Constantin Eggert, dans leur quotidien Kommersant, a malaxé du Dickens avec de la mort aux rats pour compatir au malheur des orphelins russes privés de la chance unique de grandir à l’abri de la bannière étoilée : « et parmi eux il y en aura qui ne liront jamais Winnie l’Ourson, qui ne souffleront jamais leurs bougies sur le gâteau, qui n’iront ni à l’école, ni au collège, qui ne connaîtront jamais le chaud soutien de leur nouvelle famille au Texas ou en Californie… Leur destin hantera à jamais la conscience des députés de la Douma et du président qui les a privés de tout cela… ! »

C’était à prévoir, les grands media russes sont pro-occidentaux et propriété de l’oligarchie. Mais il faut bien dire cependant que la grande majorité des Russes soutient cette loi (76 %), selon un sondage indépendant financé par la société américaine WCIOM. Le parti communiste, dans l’opposition, l’a votée. La démocrate libérale et féministe célèbre Maria Arbatova, ex-dirigeante politique et écrivain, qui s’investit beaucoup dans les orphelinats et les problèmes d’adoption, à qui on demandait pourquoi l’opposition était si déchaînée, estime qu’il s’agit d’une position tactique : « il leur faut du carburant pour leurs manifestations. Les Pussy Riots c’est du passé, les orphelins, c’est de la chair fraîche. » Le poète radical Edouard Limonov, dirigeant du parti interdit NBP a également soutenu la loi et raillé l’opposition en soulignant qu’elle défend les intérêts US plutôt que les enfants russes.

Continue reading

Advertisements