Une excellente raison de rester au Mali

20131106-085642.jpg

Par Nico Ramirez, Diktacratie

Le chat-bite surprise est une variante du chat-bite ordinaire. Contrairement à ce dernier que l’on a le temps de voir venir, le premier ne prévient jamais. Et il fait donc très mal. Le jeu de la balle au prisonnier n’est plus ce qu’il était, mais la partie de cache-cache conserve son intérêt : au Mali, désormais, tout le monde veut jouer à chat-bite.

La soi-disant « phase de normalisation » en cours dans le pays depuis l’élection présidentielle du mois de juillet, a pris du plomb dans l’aile, comme les deux journalistes de Radio France Internationale – Ghislaine Dupont et Claude Verlon – qui eux, ne s’en relèveront pas.

Les accords signés à Ouagadougou en juin dernier devaient à la fois encadrer le retour de l’Etat malien dans le nord du pays, et ouvrir des négociations sur les revendications des groupes armés qui tiennent la zone, c’est-à-dire les indépendantistes touaregs.

En fait, les discussions menées dans la capitale burkinabè n’ont servi qu’à permettre et faciliter le déroulement logistique du scrutin présidentiel à Kidal, en permettant le retour de l’armée malienne, jusque-là sous le coup d’une interdiction de séjour, prononcée par le MNLA (Mouvement national de libération de l’Azawad).

Au terme de l’opération Serval, dans un « Mali libéré », l’armée française avait confié Kidal aux touaregs en les débarrassant des narco-barbus sponsorisés par le Qatar. En tolérant pendant un temps le bannissement des soldats maliens.

Aujourd’hui, à Kidal, les indépendantistes touaregs continuent d’occuper les bâtiments publics, dont le gouvernorat. Le cantonnement des anciens combattants touaregs reste une vue de l’esprit.

Absolument personne ne contrôle rien à Kidal, qui est officiellement sous administration de l’État malien depuis la fin juin. Le retour de l’armée malienne a été une sinistre plaisanterie, avec à peine 200 soldats maliens stationnés dans un camp à la sortie de la ville, et dotés de moyens dérisoires.

Les troupes de la Minusma, la force des Nations unies au Mali, sont supposées assurer la sécurisation de la ville. Pauvres casques bleus guinéens, sénégalais ou togolais qui n’ont strictement aucune connaissance du terrain, et zéro expérience de maintien de l’ordre dans une pareille zone livrée à elle-même, où les armes circulent au grand jour.

Peu nombreux eux aussi sur place, les petits gars des forces spéciales françaises ne donnent guère dans les missions de gendarmerie, chat-bite oblige.

Un contexte totalement anarchique et instable qui a même permis en toute discrétion le retour en ville de plusieurs unités d’Ansar Dine, le groupe armé malien salafo-utile.

Continue reading

Advertisements

Syrie – Opérations d’envergure menées par les rebelles, 2 semaines avant le massacre d’Al-Ghouta et enlèvements massifs de femmes et d’enfants (Reportages + Articles)

Syrie – 2 Semaines avant le massacre d’Al-Ghouta.

Opérations d’envergure menées par les Takfiristes Rebelles à Latakié et dans les Cantons Kurdes.

Massacres et enlèvements massifs de femmes et d’enfants (Reportages + Articles)

20130912-011655.jpg

Source: Site du Sheikh Imran Hosein

INHFR – Les rebelles sont partis dans les montagnes de la Province Syrienne de Latakié et dans les Cantons peuplés par les Kurdes au Nord de la Syrie, chercher plusieurs groupes de femmes et d’enfants, après avoir massacré les hommes !

Les dernières prises datent des 4 et 5 août 2013, soit deux semaines avant l’attaque d’Al Ghouta, et font suite à des opérations d’offensives, menées par les groupes de Rebelles Takfiristes réunis pour l’opération dont Nosra d’Al Qaida, l’ASL et d’autres factions Takfiristes, sur deux régions Syriennes.

La première est la région montagneuse côtière de Latakié, et la deuxième se trouve au Nord de la Syrie dans les cantons habités par les kurdes syriens.

Le 5 août 2013, les Rebelles Takfiristes attaquent les villages kurdes au Nord de la Syrie dont le village de Tal Abyad, massacrant 450 kurdes, dont certains seront brulés vifs, et plusieurs femmes et enfants seront enlevés.

Un témoin a décrit ce qui s’était passé: «Les militants d’al-Nusra et d’autres forces rebelles ont encerclé le village,” déclare le 7 août à RT Yasin Tarbush, un parent de l’une des victimes kurdes attaquées. “Ils ont commencé à faire du porte-à-porte, pénétrant dans les maisons. S’il y avait des hommes, ils les tuaient, et prenaient en otages les femmes et les enfants. ” The Kurdistan Tribune – le 8 août 2013

Les 4 et 5 août 2013, plus d’une dizaine de villages seront attaqués dans la région montagneuse côtière de Latakié. Plus d’une centaine de femmes et d’enfants, seront kidnappés et retenus prisonniers par les rebelles, et les hommes massacrés ! Voilà ce que révèle le reportage non diffusé de la Chaine d’Al Jazeera, et dont la fuite de l’enregistrement permettra de voir le drame qui se jouait pour ce groupe de femmes et d’enfants kidnappés à Latakié, et écouter le message que ces femmes ont lancé à l’ensemble de la communauté internationale.

Ces informations ont été rapportées également par d’autres Presses internationales, dont nous citerons quelques unes dans notre article.

Entre la nuit du 4 au 5 aout 2013, soit une quinzaine de jours avant le massacre chimique des civiles d’Al-Ghouta, les militants Takfiristes de l’ASL, NOSRA-d’Al Qaida et d’autres factions Takfiristes, soutenus et armés par les Etats Unis, la France, l’Arabie Saoudite et le Qatar, ont attaqué plus d’une dizaine de villages dans les montagnes de la Province de Latakié, avant de les assaillir, de massacrer les hommes et d’enlever une centaine de leurs femmes et leurs enfants.

[Latakié est une province Syrienne qui a gardé à tort une appellation de Province Alaouite, et quand bien-même les habitants le seraient, rien ne justifie leur massacre, encore moins par le Coran ! Plusieurs communautés résident à Latakié, curieusement moins rappelée pour sa bataille, pourtant historique, la Bataille de Latakié du 7 octobre 1973 qui a opposé la Syrie contre Israel, dans la guerre de 6 jours ou la guerre du Kippour. Les habitants de Latakié comme 70% de l’ensemble des Syriens appuient leur Gouvernement et leur Armée Syriens contre l’insurrection et la révolution des Takfiristes Rebelles, 20% des Syriens sont neutres et 10% uniquement de Syriens qui supportent les Rebelles, venus des 4 coins du monde, dans cette insurrection orchestrée et soutenue par l’Occident et les Pétro-Monarchies du Golf! Telles sont les données statistiques officielles de l’ONU elle-même sur le peuple Syrien !]

Les Takfiristes Rebelles, ont ainsi massacré plusieurs villages de la Province de Latakié durant l’opération d’offensive, qui a eu lieu les 4 et 5 aout 2013, avant de, curieusement, emporter avec eux une centaine de femmes et d’enfants, et ce tout juste deux semaines avant le massacre chimique d’Al-Ghouta!

Les Groupes Islamistes de l’opposition syrienne ont saisi 11 villages alaouites dominant le long de la côte syrienne, ce lundi, ce qui a poussé les civils à fuir vers la ville de Lattaquié.

L’offensive a éclaté dans les environs de Lattaquié, dimanche, par un ensemble élargi de groupes de rebelles sunnites dont, le Front Al-Nusra, “l’Etat islamique d’Irak”, le groupe Syrie (ISIS), Harakat Ahrar, Al-Sham Al-Islami (Mouvement islamique des hommes libres du Levant), attaquant à l’aide de mortiers et de missiles Grad, plusieurs villages pro-Assad avant les assaillir…

Bien qu’il était pressenti que les avancées des rebelles dans les régions à majorité alaouite allaient provoquer un conflit sectaire, étant donné que la majorité des rebelles appartiennent aux radicaux islamistes du Front Al-Nusra et à l’ISIS, l’ambassadeur de la Coalition Nationale Syrienne (SNC) à Paris, Monzer Makhous, a insisté en disant que ” l’entrée de l’ASL dans la région côtière est quelque chose d’obligatoire pour empêcher le régime de s’établir sur un canton qui lui est favorable, et de rétablir [ainsi] l’équilibre avec les forces du régime dans [la Province de Lattaquié].” Hannah Lucinda Smith pour le Journal Asharq Al-Awsat – le 6 Août 2013.

Un Journaliste d’Al-Jazeera fera un reportage depuis le lieu du rapt des femmes et des enfants. Un reportage qui ne sera d’ailleurs pas médiatisé par la Chaine. Dans ce reportage, la parole sera donnée au porte parole des Takfiristes rebelles, ainsi qu’à l’une des femmes retenues dans le groupe enlevé, par les Takfiristes Rebelles.

Le Takfiriste rebelle fera part de la réjouissance des rebelles de l’attaque des villages et de la prise qu’ils ont faite des femmes et des enfants. A ce sujet, il affirmera devant la caméra d’Al Jazeera que ces femmes ont été kidnappées parce qu’elle seraient maltraitées par leurs maris, ainsi que les enfants qui les accompagnaient. Il ajoutera que les rebelles étaient les mieux placés pour prendre soin d’elles et des enfants !

L’une des femmes retenues prisonnières s’exprimera également et dira devant la caméra du journaliste, qu’ils sont un groupe de 105 femmes et enfants à avoir été kidnappés et retenus prisonniers par les Moujahidines. Elle lancera un appel à l’ensemble de la communauté internationale pour les délivrer !

Voilà le message de plus d’une centaine de femmes et d’enfants syriens, disparus deux semaines avant le massacre d’Al Ghouta !

Juste après le massacre des villages de Latakié, Press TV a réalisé un reportage lors des opérations menées par l’Armée Arabe Syrienne du pays pour libérer la région du joug des Takfirites rebelles, et rechercher activement les femmes et les enfants enlevés. Plusieurs kurdes s’étaient joints à l’opération de l’Armée Arabe Syrienne, après de nombreux massacres qu’ils ont subis avant la dernière attaque du 5 août, de la part des Djihadistes de Nosra d’Al Qaida, de l’ASL et des autres factions Takfiristes.

“la majorité des villageois de Latakié ont été massacrés par les rebelles, et une centaine de femmes et d’enfants ont été kidnappés”, rapporte Alaa Ibrahim, Reporter de Press TV.

Le11 aout 2013, soit un peu moins de dix jours avant le massacre chimique d’Al-Ghouta, le Journal The Telegraph rapportera également le signalement, fait par les habitants de la région de Latakié qui ont échappé au massacre, de l’enlèvement d’une centaine de civils par les rebelles, après l’offensive que ces derniers ont faite sur les villages de la région de Latakié.

“Tous les jours nous découvrons des gens qui ont été massacrés dans leurs maisons, et des corps abandonnés dans les buissons”, a déclaré le cheikh Mohammed Reda Hatem, un chef religieux de Latakié. A ce jour, ce sont 150 villageois alaouites qui ont été kidnappés. Il y a des femmes et des enfants parmi eux. Et nous avons perdu tout contact avec eux.”

Continue reading

Les détails du plan américain contre la Syrie

Les contours de l’escalade de la guerre des États-Unis contre l’État syrien dans les mois à venir commencent à se préciser. Il est clair que la stratégie de la guerre indirecte, imaginée par le directeur de la CIA, le général David Petraeus, lequel supervise la mobilisation des ressources matérielles, financières, militaires et de renseignements nécessaire à ce conflit, se base sur une guerre d’usure de longue durée, menée par les bandes armées.

By Ghaleb Kandil (source: Sylvia Cattori)

Les centres de recherches et d’analyses américains ont procédé à une évaluation globale de la situation des oppositions syriennes divisées et sont parvenus à la conclusion qu’il s’agit d’un agrégat d’exilés et de communautés politiques en éternel conflit, qui ne représentent pas un poids important au sein de la société syrienne. Parmi cet agrégat, les Occidentaux et la Turquie misent sur les Frères musulmans. Continue reading