DES POLICIERS PASSENT DE LA PROTECTION DE L’ÉLYSÉE À CELLE DE BHL

20130214-183229.jpg

via E&R

BHL SOUS BONNE GARDE – Charlie Hebdo révèle, ce mercredi 13 février, que Bernard-Henri Lévy bénéficie désormais, après un cambriolage à son domicile parisien, samedi 9 février, de la protection de la compagnie de garde de l’Élysée.

[Editor’s Note: Le fait que BHL ait clairement une responsabilité dans la guerre de Libye qui a fait 40 000 victimes civiles, le soutien par la France aux Jihadistes qui tuent des civils en Syrie, ou encore la guerre du Mali a du susciter des velléités voir des vocations de Libyens, Syriens voire de Maliens qui aimeraient bien se venger de ce Triste personnage Sioniste dont les actions ne sont guidées que par les intérêts de l’Etat Criminel d’Israel. Il est scandaleux de constater que l’Etat Français dépense l’argent des contribuables afin de protéger la vie de Cet ENEMI de la France. Souhaitons que les patriotes au sein du SPHP, sauront “regarder ailleurs” si d’aventure un Syrien, ou un Libyen souhaitait se faire Justice soi-même ! ]

L’hebdomadaire satirique écrit dans un article intitulé “BHL se prend pour le président”, “protégé comme le président ou presque” :

Deux flics de la Compagnie de garde de l’Élysée – une unité de 220 fonctionnaires de la préfecture de police – ont été assignés à l’entrée de son immeuble, nuit et jour.

Et en gants blancs, s’il vous plaît.

Sollicité par Le Lab, l’Elysée ne dément pas la protection policière au domicile de BHL mais assure que ces agents ne dépendent en aucun cas de l’Elysée :

Aucun agent de l’Élysée ne protège monsieur Lévy.

Les agents de l’Élysée sont exclusivement affectés à la sécurité du chef de l’État.

Au delà des apparences, les deux versions ne sont pas contradictoires. Car, comme le précise Charlie Hebdo et comme son nom ne l’indique pas, la compagnie du garde de l’Élysée ne dépend pas de l’Élysée mais de la préfecture de police de Paris. Ses agents sont notamment chargés de veiller sur les abords du palais de l’Élysée.

Laurent Léger, l’auteur de l’article de Charlie Hebdo, précise sur Twitter que deux policiers de la CGE en garde statique, 24 heures sur 24 ainsi que deux gardes du corps du service de protection des hautes personnalités (SPHP) veillent à la sécurité du médiatique philosophe.