Selon Mediobanca, l’Italie pourrait avoir besoin de sauvetage de l’UE dans les six mois

20130630-035315.jpg

Par Charles SANNAT, Prêchi Prêcha

C’est comme d’habitude un excellent article écrit par l’un des meilleurs fouineurs actuels, toujours mon bien respecté Ambrose Evans-Pritchard du Telegraph de Londres.

Pour lui qui relate une étude confidentielle de la banque italienne Mediobanca, l’Italie est susceptible d’avoir besoin d’un sauvetage de l’UE dans les six mois puisque le pays est en profonde crise économique et fait face à un « crédit crunch » (contraction de l’accès au crédit en français) également pour les grandes entreprises dont plus de 160 sont désormais passées en mode « administration spéciale de crise ».

Comprenez par administration spéciale de crise que les entreprises (les grandes) réduisent la voilure vitesse grand V, licencient, ne paient plus fournisseurs, renégocient tous leurs contrats, et coupent toutes les dépenses non-indispensables… Évidemment, cela n’aide pas vraiment à relancer la crôassance, si vous voyez ce que je veux dire.

Inutile de vous préciser – mais je le fais quand même, c’est comme la formule « cela va sans dire », raison pour laquelle je suppose qu’il faut quand même le dire – que si l’Italie tombe, l’Europe tombe, ce qui pourrait pour certains s’apparenter finalement à une bonne nouvelle.

N’oubliez pas que les machins de secours européens fonctionnent toujours sur le principe où des pays surendettés empruntent de l’argent qu’ils n’ont pas, pour le donner à des pays complètement en faillite.

On y apprend également que la production industrielle de l’Italie a chuté de 25 % par rapport à son sommet de la dernière décennie, tandis que le revenu disponible a diminué de 9 % et les ventes de logements ont chuté aux niveaux de 1985 !

C’est donc à une véritable catastrophe économique à la grecque que fait face l’Italie. Pourtant, comme pour la France, l’Italie n’est pas la Grèce. Non, l’Italie est la troisième économie de la zone euro !

lire l’article du TELEGRAPH en VO

Advertisements

Greece Slides Into The “Fourth World” – The Full Photo Album

With Greek government bonds at multi-year highs (up 300% in the last year), the Athens Stock Index still up 100% in the last year, and leaders all over the Euro-zone proclaiming the crisis is over (and that Greece has “made big strides”); we thought it perhaps useful to look at the reality behind the propagandized talk and manipulation. The sad truth is Greece is rapidly dissolving into a ‘fourth world’ nation with unemployment rates (broad and youth) at unprecedented levels, poverty widespread, and homelessness rife. Perhaps, as Germany today stated that there will be no more debt reduction for Greece, it is ‘math’ in the first image that the TROIKA and the Greek representatives should pay special attention to…

By Tyler Durden zerohedge.com via Reuters

20130607-085411.jpg
40-year-old Yiorgos, who became homeless in 2010 after his grocery shop went out of business, sleeps outdoors in central Athens February 3, 2013.

20130607-085434.jpg
42-year-old Alexandros, from Serres in northern Greece, sits in the abandoned car he lives in, at the port of Piareus near Athens April 10, 2013. Alexandros owned a plant shop in Athens until 2010, when it was forced to close, he became homeless soon after.

20130607-085450.jpg
Homeless people sleep outdoors in central Athens April 14, 2013.

20130607-085516.jpg
A homeless scrap collector sleeps outside in central Athens May 26, 2013.

20130607-085536.jpg
Stephanos became homeless in late 2012 when the clothes shop, where he had worked for over a decade, closed down and he had no income to pay for his flat. He now lives next to a church in central Athens and eats in soup kitchens. Stephanos smokes a cigarette as he sits on a rug in central Athens May 16, 2013.

20130607-085555.jpg
36-year-old unemployed clerk Michael sits in the sun near a bridge in central Athens May 24, 2013. Michael worked as a hotel clerk for over fifteen years but when the hotel closed he was unable to find work and in late 2011 became homeless, two months later he was diagnosed with lymph node and thyroid cancer. He now lives outside a church.

20130607-085618.jpg
51-year-old Romanian truck driver Adrian, who lost his job in 2010 when the lorry company he was working for closed down, sits with his head in his hands in central Athens January 18, 2013. Adrian survives by collecting scrap and lives in an abandoned warehouse in Athens central vegetable market.

20130607-085638.jpg
50-year-old Giorgos sits with his belongings under a bridge, where he lives with a group of other homeless people, in central Athens May 25, 2013. Giorgos was forced to close down the billiard hall he owned in 2006, and spent time in prison for not paying his social security debts.

Continue reading

TOUTE SOMME AU-DESSUS DE 100.000 EUROS EN BANQUE COURT UN RISQUE

20130513-231205.jpg

Par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2013

du 13 au 17 mai 2013 : Le plan de la CEE sur Chypre va être sans doute appliquée en Irlande…”Bank deposits of over 100,000 euros ARE at risk” et c’est le quotidien Irish Times qui vous le dit ici, lisez bien car c’est de l’eau à mon moulin qui veut que les banques, via la Troïka, finiront par vous braquer vos économies d’une manière ou d’une autre… “Discussions on the controversial bank resolution regime, which is likely to see savers with deposits over 100,000 euros “bailed in” as part of future bank wind-downs, are due to intensify this week in Brussels, ahead of Tuesday’s meeting”… Soyez prêts car cela va arriver un jour ou l’autre ici.

LE PATRON DE L’EUROZONE PREPARE UN PLAN POUR RASER LES ESPAGNOLS, ITALIENS, ETC.
du 13 au 17 mai 2013 : Là aussi, on aura tout vu. Samedi, le Télégraph de Londres a demandé aux Anglais vivant en Espagne de retirer leur argent des banques, sous risque de tout perdre. Jeremy Warner écrit: “Spain is officially insolvent: get your money out while you still can … I don’t advise getting your money out lightly. Indeed, such advise is generally thought grossly irresponsible, for it risks inducing a self reinforcing panic. Yet looking at the IMF projections, it’s the only rational thing to do.”, lire ici l’article de Jeremy Warner.

Au même moment, un archevêque espagnol avertit les politiques d’une situation très très grave: “The Catholic Primate of Spain has called for a profound shift in Europe’s debt crisis policy to avert social collapse, warning that soaring unemployment in Spain and across southern Europe has become “very dangerous”” lire ici Ambrose qui relève lui aussi que les 27% de chômage espagnol (officiel) est désormais intenable… sans parler des 64% des jeunes espagnols au chômage! Je ne sais pas si vous imaginez, 64% !!! De quoi transformer toute ville espagnole en capitale du crime et du trafic de drogue parce que ce sera avant tout une question de survie.

Mais le plus fort se trouvait dans l’édition de la semaine passée, signé du correspondant du Telegraph à Bruxelles, Bruno Waterfield: “British savers could face losses in eurozone bank stress tests: Uninsured depositors and bondholders in eurozone banks could face imposed losses following stress tests carried out before a “single-supervisory mechanism” headed by the European Central Bank begins work next June”, comprenez que le fameux Diesel-Boom (il avait déclaré que Chypre est une répétition -ou test grandeur nature- de ce qui va se passer dans les autres pays) va appliquer le plan aux autres pays: “Jeroen Dijsselbloem, the chairman of eurozone finance ministers, warned that that the ECB checks on the quality of banking assets could lead to banks being shut down, highlighting the need for eurozone agreement on bank resolution rules this summer”… Comprenez ensuite que des stress-tests, les fameux, cette fois vont dire que les banques sont mourues, ce qui va déclencher le rasoir Troïka à trois lames qui va raser les comptes des Espagnols, Italiens, etc. Il faut toujours lire entre les lignes à Bruxelles. Et aussi les stats… Cela évite des déboires.

PS: Selon Elstat, le chômage des jeunes grecs est de 64,2% et celui des adultes de 27%, chiffres officiels. Rajoutez beaucoup pour avoir le vrai chiffre. Les jeunes grecs vont-ils finir par se révolter ?

LA SOCIETE GENERALE OBLIGEE DE FLIQUER SES CLIENTS POUR GARDER SES LIQUIDITES
du 13 au 17 mai 2013 : QUITTEZ CETTE BANQUE AU PLUS VITE…
Notre lecteur Kevin nous rapporte une fait que d’autre lecteurs m’ont signalé (l’une de mes amies a eu sa carte SG de bloquée parce qu’elle se trouvait d’Espagne, sans avertissement), et que j’ai déjà eu l’occasion de traiter ici, lisez bien: “Je sais que cela ne va pas vous étonner mais je vous met ci-dessous mes échanges avec mon banquier (SG bien sur). Discipliné, je lui ai envoyé la liste des pays dans lesquels des retraits/paiements pourraient être effectués, mais non, ça ne lui suffit pas! Dois-je millimétrer mon voyage à l’avance? Fini le temps où on pouvait partir avec son sac a dos et voguer au gré des envies! Rien que pour ça, je vais clore mon compte dés le 1er Juin! Au passage mon autre banque est beaucoup moins emmerdante (CIC), je n’ai pas a les prévenir et s’ils ont un doute c’est eux qui m’appellent. Quel est le problème avec la SG ?? Je ne comprends pas pourquoi cette banque est comme ça?”… Voici le mail de la banque:

Bonjour Monsieur (…) pour ce faire, merci de bien vouloir me préciser les lieux et dates correspondant à vos déplacements, afin de prévenir notre service carte et de ne pas être bloqué en conséquence. Cordialement, Julien XXX Conseiller de Clientèle, Agence Paris XXX

Encore une raison de rejoindre Bruno Boulefkhad le 18 mai devant la SG à la Défense… Bis: QUITTEZ CETTE BANQUE AU PLUS VITE (et tant qu’il est encore temps).

PS: dans un genre encore plus surréaliste, le Fisc a envoyé un accusé de récéption à un contribuable un peu particulier. “Le Trésor public a adressé un courrier à un contribuable mort, au cimetière d’Autheuil (Orne). Même le numéro de la tombe était précisé dans le libellé de l’adresse. Visiblement, l’administration fiscale était bien décidée à rentrer en contact avec ce contribuable, décédé il y a quelques mois”. Bercy devrait envoyer une lettre de redressement à tous les Français morts et enterrés, le déficit serait comblé assez rapidement. Cela vous montre à quel point ces gens sont déséspérés, envoyer une relance au cimetière…Lire ici Ouest-France avec la photo !!!

PS2: Selon Nathalie, “au distributeur du Crédit Agricole du Centre Ouest, ils ne délivrent que 40 euros par jour!”… Cela vous montre que le CA a aussi de graves problèmes de liquidités

Face à Marine Le Pen, Pierre Moscovici ment. (vidéo)

Pour se maintenir au pouvoir les membres de l’UMPS mentent. Et dans les débats leur tactique consiste à diaboliser l’adversaire, à dire des généralités, et à éviter d’aller des sujets de fond. Un bel exemple nous a été donné par Moscovici sur BFM TV face à Marine Le Pen.

Voir le débat dans lequel Moscovici se fait ridiculiser. Il en a même l’oeil qui suinte…

Mensonge n°1:

Marine Le Pen: « Monsieur Moscovici vous avez dit l’euro est trop fort, vous comptez faire quoi ? »

Moscovici: « L’euro est trop fort ? Moi? j’ai jamais dit ça ! »

20130430-212139.jpg
Source : Le Monde 03/02/2013

Mensonge n° 2 :

Moscovici dit à Marine Le Pen sur le chèque de 31 milliard au FMI:

« Je ne vois pas de quoi vous voulez parler… »

20130430-213143.jpg
Source : Le Figaro 12/10/2012

Mensonge n° 3. Le mensonge sentimental du petit juif immigré.

Moscovici déclare que ses parents sont venus en France pendant la guerre et qu’ ils y ont été protégés.

FAUX : Son père, Serge Moscovici a quitté la Roumanie en 1947 et est arrivé en France en 1948.

Sa mère, Marie Bromberg est née en France, en 1932, d’une famille juive venue de Pologne.

Source : Prêchi Prêcha

“Si le Portugal ne peut plus payer ses dettes, il doit faire défaut”

20130415-185652.jpg

« Le Portugal ne pourra jamais payer ses dettes, au lieu de cela il s’appauvrit. Si vous ne pouvez pas payer, la seule solution, c’est de ne pas payer. Quand l’Argentine était en crise, elle n’a plus payé. Est-ce que quelque chose s’est produit ? Non, rien n’est arrivé », a déclaré Mario Soares, l’ex-Premier ministre socialiste portugais qui a dirigé les deux premiers gouvernements à la suite de la dictature de Salazar.

express.be via E&R

Estimant que le gouvernement portugais était devenu le serviteur servile de la Chancelière allemande Angela Merkel, il a exhorté les forces politiques du pays à s’unir pour « faire chuter le gouvernement » et à faire cesser la politique d’austérité imposée par la troïka composée du Fonds Monétaire International (FMI), de la Commission Européenne, et de la Banque Centrale Européenne (BCE).

« Dans leur avidité à obéir à Senhora Merkel, ils ont tout vendu et ruiné ce pays. En deux ans, ce gouvernement a détruit le Portugal », fulmine-t-il.

Ses déclarations ont été formulées alors que la cour constitutionnelle portugaise à jugé la semaine dernière que la suppression du 14ème mois des salaires des fonctionnaires et des pensionnés, proposée par l’actuel Premier ministre Pedro Passos Coelho, était illégale.

Par ailleurs, une fuite dans un rapport de la Troïka a indiqué que le pays menace d’entrer dans une spirale de la dette, et qu’il pourrait nécessiter à terme un second plan de sauvetage.

En effet, selon ce document, les besoins de financement du Portugal pourraient atteindre 15 milliards d’euros en 2015, c’est-à-dire plus que les montants dont il avait besoin avant la crise, et alors même que sa cote de crédit s’est dégradée. Précédemment, il ne nécessitait que 10 à 12 milliards d’euros annuels.

Cependant, vendredi, les ministres de l’Eurogroupe ont donné leur accord pour une extension de 7 ans des prêts que le Portugal a reçus dans le cadre de son plan de sauvetage.

Pour Dario Perkins de Lombard Street Research, un défaut du Portugal pourrait exclure le pays de la zone euro.

L’Allemagne pourrait s’inquiéter que d’autres pays adoptent la même attitude et elle pourrait choisir de se montrer inflexible. Il pense que les pays de la périphérie redoutent d’être exclus de la zone euro, car ils ressentent que leur économie pourrait être anéantie.

Mais il prédit qu’à la longue, les citoyens de ces pays voteront de plus en plus pour des politiciens opposés aux politiques d’austérité, à l’image de ce qui s’est passé en Italie, et que l’UE perdra son emprise.

Lisbonne : une marée humaine contre la troïka

Des centaines de milliers de Portugais ont envahi samedi 2 mars les rues de Lisbonne pour une énième journée d’action contre les coupes claires faites dans les budgets de l’État. Des milliers de manifestants ont également crié leur colère dans quarante autres villes du Portugal devant les sacrifices toujours plus grands qu’impose la troïka. C’est un peu plus d’un dixième du pays, qui compte dix millions d’habitants, qui s’est ainsi retrouvé ce jour-là dans la rue.

La place Marquês de Pombal et l’avenue de la Liberté étaient à quatre heures de l’après-midi littéralement inondées de gens de tous les âges venus protester contre la politique du gouvernement de Pedro Passos Coelho. Tous les media du pays ont dû se rendre à l’évidence : cette journée de manifestations a été l’une des plus massives qu’a connues le Portugal ces dernières années. Certains journalistes parmi les moins progressistes y voient même l’expression d’une colère sociale grandissante dans un pays qui a vu son activité économique chuter de 3,2 % en 2012 après une récession de 1,6 % en 2011. Le taux de chômage a atteint quant à lui 16,9 % de la population active. Et c’est au moment où le marché de l’emploi connaît les pires difficultés que le gouvernement multiplie les mesures d’austérité imposées par la troïka.

Ces manifestations sont un incontestable succès pour les organisateurs des manifestations, baptisées « Que se lixe a troïka ! » (dégage la troïka !), du nom du réseau social et populaire qui avait déjà envahi les rues de Lisbonne en septembre pour exprimer sa volonté d’en finir avec la dictature des marchés.

Les coordinations des Indignés, les associations contre les expulsions, les manifestants s’opposant aux coupes dans les budgets de la santé ou de l’éducation,

Continue reading