ANATOMIE DE L’OLIGARCHIE ET DES AUTRES

Advertisements

Europe : La gauche et la droite votent pour le rapport Lunacek (Pdte du Groupe LGBT) en faveur de la PMA pour les lesbiennes

Intervention de Bruno Gollnisch, Député européen, au Parlement européen en session plénière au Parlement européen le 4 février 2014.

À la suite du rapport de Mme Ulrike Lunacek, et afin d’en assurer l’adoption à coup sûr, les groupes politiques suivants se sont mis d’accord sur un texte commun : Communistes (GUE), Socialistes (S & D), Écologistes, Libéraux (ALDE), et…. « Parti populaire européen » (PPE), autrement dit les prétendus « démocrates chrétiens » dont font partie tous les députés UMP !

C’est donc explicitement en leur nom que ce texte a été proposé au vote.

C’est en leur nom que :

Sous couvert de non-discrimination, les paragraphes 1, 2 et 3 érigent en nouvelles valeurs de l’Europe l’homosexualité masculine, le lesbianisme, la bisexualité, la transsexualité, etc…

Le paragraphe 4 fixe les étapes d’un processus totalitaire à cet effet :

Mobilisation à cet effet de toutes les agences payées par les contribuables européens (au point A3) ;
Propagande auprès de la jeunesse dans l’éducation (au point D i)) ;
Imposition du mariage homosexuel à tous les États membres (au point H iv)) ;
Liberté de promotion de l’homosexualité, « gay pride » et autres (au point I) ;
Criminalisation de toute critique rebaptisée « discours de haine » (au point H) ;
Droit d’asile politique accordée aux LGBTI non-européens (au point K).

Cependant, au moment du vote, courageux mais pas téméraires, impressionnés par les courriels reçus, les députés UMP ont finalement voté contre le texte qu’ils avaient présenté.

Puisse ce cas de cynique duplicité ouvrir les yeux des électeurs, et spécialement de ceux qui ont défilé dimanche dernier par centaines de milliers pour défendre la famille.

Le rapport d’Ulrike Lunacek, vice-présidente de l’intergroupe-LGBT du Parlement européen, «invite les États membres à réfléchir à des moyens d’adapter leur droit de la famille aux changements que connaissent actuellement les structures et les modèles familiaux» et à «inclure la possibilité que les enfants aient plus de deux parents (tuteurs légaux), car cela ouvrirait la voie à une meilleure reconnaissance des familles arc-en-ciel».

20140206-081344.jpg

Il «demande aux États membres de garantir l’accès des femmes célibataires ou lesbiennes aux traitements de procréation médicalement assistée». Enfin, il agite le chiffon rouge du «genre» à l’école, en invitant les États membres à «favoriser un enseignement objectif des questions concernant l’orientation sexuelle, l’identité de genre et l’expression du genre».

6 mai 2012 : une simple histoire de vaseline

Par Gerard Lucon pour Agora Vox

Les deux ténors de la continuité dans la crise et du changement dans les avantages sociaux sont devant. Et pas « juste un peu », à eux deux ils totalisent 55% des voix sur 80% d’électeurs qui ont voté.

Le calcul est simple, cela fait plus de 19.000.000 de français qui ont choisi, volontairement, de continuer a ses serrer la ceinture et a se faire enfler par les banques.

19 millions de personnes qui acceptent que la banque centrale prête aux banques privées à 1% et que ces banques privées nous prêtent à 4%, voire 6% (avec une exception, l’Allemagne emprunte à 1,5%, comme par hasard).

19 millions de personnes qui soutiennent notre politique étrangère néocoloniale, notre inféodation militaire totale aux USA et à l’Angleterre, via l’OTAN. Qui après avoir laissé massacrer des milliers de libyens vont laisser cette même OTAN tuer autant voire plus de syriens, mais ne disent rien à l’Arabie Saoudite quand elle envahit le Bahrein ou quand le Nord Soudan attaque le Sud. Continue reading

Sarkozy champion incontesté de la dette // Et incidence de la Loi “Pompidou Giscard” de 1973

Discours convenu : la droite est rigoureuse, la gauche dépensière…A y regarder de plus près…

Il suffit d’un graphique, d’un tableau et d’un court rapport de la Cour des Comptes pour montrer et expliquer aux Français :

  • Que la dette a baissé sous le gouvernement Jospin : en 1997 elle était de 59,5 % du PIB et en 2002 de 59,1 % du PIB
  • Que la dette a augmenté, depuis 2002, de 248 Mds d’euros sous Chirac et d’environ 500 Mds d’euros sous Sarkozy (à fin 2011)
  • Que Sarkozy et Fillon mentent effrontément aux Français sur les causes de la dette

Le graphique est téléchargeable sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Dette_publique_france_%25_du_PIB.png

Le tableau est au chapitre « Evolutions récentes » sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Dette_publique_de_la_France

Le rapport est téléchargeable sur http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/fileadmin/medias/documents/ressources/PLF2012/RPO2012.pdf

Sarkozy et Fillon nous répètent « La gauche est la championne des déficits et a fait augmenter notre dette publique ». C’est FAUX !

Sous le gouvernement Jospin/Aubry la dette a même baissé légèrement : en 1997 elle était de 59,5 % du PIB et en 2002 de 59,1 % du PIB. La preuve sur le graphique http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Dette_publique_france_%25_du_PIB.png et sur le tableau

Sarkozy et Fillon nous répètent « C’est la crise financière, dont nous sommes en rien responsables, qui a fait exploser la dette ». C’est FAUX !

Le tableau du chapitre « Evolutions récentes » sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Dette_publique_de_la_France montre que la dette était de 55,5 % du PIB en 1995 (arrivée de Chirac à la présidence), de 64,2 % en 2007 (arrivée de Sarkozy à la présidence) et de 82,3 % du PIB en 2010. Le tableau permet, par simples soustractions sur les chiffres de la colonne « Dette publique en milliards d’euros », de voir que la dette a augmenté de 248 Mds sous Chirac, alors que la crise n’avait pas commencé. Et que la dette a encore augmenté de 380 Mds en seulement 3 ans ½ sous Sarkozy le donneur de leçons !

Ne vous privez pas de montrer ce graphique et ce tableau à vos amis, parents,enfants et collègues de travail … Et de mettre des liens sur vos blogs et comptes Facebook ou Twitter.

Sarkozy et Fillon nous répètent « Les dépenses et les prélèvements obligatoires sont trop élevés. Il n’y a pas d’autres solutions que de réduire nos dépenses ». C’est FAUX !

Le taux de prélèvements obligatoires des administrations publiques, incluant la Sécurité sociale santé et retraites, était autour de 42% du PIB sur la période 1984 – 1992 et il est redescendu à 42% en 2009, après quelques années autour de 44%. C’est le Conseil des Prélèvements Obligatoires, organisme appartenant à la Cour des Comptes, qui en apporte la preuve. Voir le graphique à la page 14/60 du rapport 2012 « Évolution du taux de prélèvements obligatoires des administrations publiques (en % de PIB) » … téléchargeable sur http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/fileadmin/medias/documents/ressources/PLF2012/RPO2012.pdf

Conclusions

Quand est-ce que François Hollande, l’habile capitaine de pédalo, suivant le « trop bon mot » de Jean-Luc Mélenchon, montrera ce graphique à une heure de grande écoute, sur TF1 et A2 ?

Craint-il qu’on lui coupe l’antenne, suivant l’adage « On ne peut pas dire la vérité à la télé : il y a trop de monde qui regarde ». L’adage est de Coluche qui lui savait parfois dire l’essentiel en une phrase.

Quand est-ce que François Hollande expliquera aux Français, en seulement 4 phrases, les deux causes principales de la dette publique ? A savoir :

  • plus de 100 milliards d’euros par an, de recettes en moins pour l’Etat, suite aux baisses d’impôts et aux exonérations sociales et fiscales intervenues depuis 2002
  • l’interdiction pour l’Etat d’emprunter directement à la Banque de France, suite à la loi dite « Pompidou, Giscard » de 1973
  • La somme des seuls intérêts de la dette payée par l’Etat depuis 1973, donc par les contribuables, est du même ordre de grandeur que la dette cumulée d’aujourd’hui (environ 1 700 Mds d’euros). Ceci signifie que si l’Etat avait eu le droit d’emprunter à la Banque de France à un taux d’intérêt faible (zéro ou 0,5%), la dette publique serait pratiquement nulle aujourd’hui.

Le commandant du Titanic (Nicolas Sarkozy) tente d’enfumer les Français en se présentant après chaque G20 comme le sauveur de la France, de l’euro, de l’Europe et du monde. Mais il n’a aucune chance d’enfumer les agences de notation et leurs requins de clients qui sont tout sauf des naïfs mal informés.

S’il était responsable et soucieux de sortir la tête haute, quel que soit le résultat à la présidentielle en 2012, Nicolas Sarkozy tenterait au moins, dans les 4 mois qui lui restent, d’éviter le naufrage. La seule solution – et la seule chance de conserver la note triple A de la France – consisterait à supprimer toutes les niches fiscales et exonérations de cotisations sociales ( heures supplémentaires etc …) créées sous Chirac et Sarkozy, plus la niche Copé de 2004 (voirhttp://www.liberation.fr/economie/0…).

André Martin – animateur du site http://www.retraites-enjeux-debats.org/

Source: Le Post

(Toute diffusion ou publication sur vos blogs est autorisée et même encouragée)