“Hollande, la gauche, une comédie d’enfants de bonnes familles !

Hilaire de Crémiers, directeur de Politique magazine, analyse en quoi la gauche et ses élus sont tous des fils et filles de bonnes familles et jouent la comédie en usant des mots comme peuple, pauvreté ou misère.

Advertisements

LLP – Les dessous scabreux de la décision historique du Conseil d’État

20140110-121324.jpg

Par Salim LAIBI

Le Conseil d’État, la plus haute juridiction administrative de la République, vient de rendre, à la suite de l’appel de Manuel Valls, une décision historique, en cassant la décision du juge administratif de Nantes qui venait de suspendre l’arrêté préfectoral interdisant le spectacle de Dieudonné.  Par cette décision, le spectacle a donc été annulé. Cette décision surprenante appelle les remarques suivantes :

  • L’affaire a été jugée par un juge unique,
  • Le juge choisi pour traiter ce dossier sensible est d’ascendance juive incontestée, ce qui ne garantit pas, loin s’en faut, la neutralité nécessaire pour un jugement devant être rendu dans la sérénité ; les accusations portées contre Dieudonné reposant sur son prétendu antisémitisme. Autant choisir Alain Jakubowicz ou A. Klarsfeld !

  • Le ministre de l’Intérieur, quelques minutes seulement après l’énoncé de l’ordonnance de référé du tribunal de Nantes, suspendant l’arrêté préfectoral, a fait savoir qu’il comptait saisir immédiatement le Conseil d’État en appel.

  • De fait, l’AFP annonce vers 15h10 que l’audience en référé devant le Conseil d’État se tiendra à 17 heures.

  • C’est donc dans la précipitation que cette audience sera programmée, en violation flagrante de la procédure. En effet, entre 14h20, heure à laquelle le tribunal de Nantes a rendu son ordonnance, et 17h00,  heure fixée pour l’audience devant le Conseil d’État à Paris, les parties ne disposeront que de 2 heures 40 minutes pour se préparer. Le ministre de l’Intérieur doit rédiger le mémoire d’appel et le communiquer à son adversaire, comme le prévoit le Code de procédure administrative. Quant à l’avocat attitré de Dieudonné et connu comme tel, Maître Verdier, il doit pour sa part être physiquement présent à Paris pour assurer la défense de son client, prouesse irréalisable, cela va de soi.

  • D’ailleurs, Anne Baux, présidente de l’Union syndicale des magistrats administratifs, exprimera sa surprise devant cet empressement du Conseil d’État. Elle déclarera : « Je n’ai jamais vu ça, ça ne s’est jamais fait, car pour qu’il y ait procédure contradictoire devant le Conseil d’État, la requête du ministre doit être communiquée au défendeur […] Même en droit électoral, on ne juge pas aussi vite. »Cette déclaration est d’autant plus pertinente que les avocats sont présentement à Nantes et que le Conseil d’État se réunit à Paris.

  • Arno Klarsfeld, avocat connu pour son soutien inconditionnel à l’entité sioniste et jouissant de la double nationalité israélienne et française, ayant délibérément choisi d’accomplir son service militaire dans les rangs de Tsahal, l’armée de son pays de cœur, est membre du Conseil d’État de la République française depuis le 27 octobre 2010.

  • La Ligue des droits de l’Homme estime, pour sa part, qu’en demandant aux préfets d’interdire le spectacle de Dieudonné, Manuel Valls a mis le gouvernement « dans une situation délicate ».

C’est précisément dans cette situation délicate que Manuel Valls a précipité le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, en créant de toutes pièces cette affaire de la Quenelle qu’il a voulu à tout prix criminaliser, en en faisant une affaire personnelle. N’a-t-il pas lui-même reconnu qu’en plus d’une bataille administrative et juridique, il s’agissait aussi d’une bataille politique ?

Pour cela, il n’a pas hésité à fouler au pied la procédure et à exposer la plus haute juridiction administrative de notre pays à toutes les suspicions. L’avenir proche nous renseignera sur les manipulations qu’aurait eu à subir cette institution, pierre angulaire de la justice de notre pays.

Il est tout de même étrange que Manuel Valls ait fini par se soucier du respect de la dignité humaine, lui qui, en visitant le marché de sa commune d’Évry, avait estimé qu’il n’y avait pas assez de « White, de Blancos » ! Pensera-t-il dans la foulée de son humanisme surfait, à faire nommer quelques négros et quelques melons au Conseil d’État ?

QUENELLE GRATINÉE

20140107-093659.jpg

Nous ne sonderons pas les cœurs et les reins. Quand un humoriste utilise la technique de la provocation, il n’est jamais possible de déterminer le fond de sa pensée en fonction de ses propos.

Par Michel DRAC et Maurice GENDRE

Pierre Desproges était-il antisémite quand il entamait un sketch par ces mots : « On m’a dit que des juifs se sont glissés dans la salle » ? Dieudonné l’est-il quand il lance, avec un sourire malicieux : « Des juifs ou des nazis, je ne sais pas qui a commencé » ? Allez savoir. Mais là n’est de toute façon pas notre propos. En elle-même, la risible « affaire de la quenelle » n’a aucune importance. Tout au plus peut-on la voir comme la mise en évidence d’un ras-le-bol des jeunes générations, ras-le-bol qui menace de dégénérer en une vaste crise de nerfs collective.

Le danger représenté par les « quenellistes » pour nos compatriotes juifs nous paraît tout à fait insignifiant. Pourquoi nous préoccuper de telles questions, à l’heure où la France va épouvantablement mal ? Nous avons autre chose à faire. En revanche, ce qui mérite d’être analysé, c’est le véritable délire qui semble avoir saisi la classe médiatico-politique.

Continue reading

La France va emprunter 173 miliards d’euros en 2014

20131223-083044.jpg

La France doit financer un déficit budgétaire de 70,6 milliards d’euros et rembourser 103,8 milliards de dette arrivant à échéance en 2014.

La France va emprunter 173 milliards d’euros sur les marchés à moyen et long terme en 2014, anticipant une remontée de ses taux d’emprunt après une année 2013 au cours de laquelle ses coûts de financement sont tombés à un plus bas historique.

Ce montant, net des rachats de dette, est un peu plus faible que celui anticipé lors de la présentation du budget en septembre (174 milliards d’euros), mais plus élevé qu’en 2013 (169 milliards), selon un communiqué publié vendredi par l’Agence France Trésor (AFT).

[EDITOR’S NOTE: les 4 Milliards d’euros EN PLUS viennent du remboursement pour le CRÉDIT LYONNAIS (Affaire Giancarlo Parreti-rachat MGM-Jean-Yves Haberer)]

La France doit financer un déficit budgétaire de 70,6 milliards d’euros en 2014

La différence par rapport à septembre tient au fait que l’AFT a racheté depuis cette date un milliard d’euros de dette qui arrivait à échéance en 2014. En tout, l’AFT a racheté pour 23 milliards d’euros de dette en 2013, dont 13 arrivant à échéance en 2014 et 10 en 2015, ce qui lui permet d’alléger d’autant ses remboursements à venir.

Au total, les besoins de financement de la France s’élèvent à 176,4 milliards d’euros pour l’an prochain, couverts pour l’essentiel par les 173 milliards d’emprunts, complétés par des ressources annexes. La France doit financer un déficit budgétaire de 70,6 milliards d’euros et rembourser 103,8 milliards de dette arrivant à échéance en 2014.

Continue reading

Qui veut la peau de l’État français ?

20131223-041250.jpg
par Pierre-Yves Rougeyron

Égalité et Réconciliation

Pierre Yves Rougeyron Qui veut la peau de l’Etat français ? Partie 1

Pierre Yves Rougeyron Qui veut la peau de l’Etat français ? Partie 2

Pierre Yves Rougeyron Qui veut la peau de l’Etat français ? Partie 3

Retrouvez Pierre Yves Rougeron chez Kontre Kulture:

“Enquête sur la Loi du 3 janvier 1973”

20131223-041214.jpg

DIRECTIVE UE sur le Détachement des Travailleurs: la DÉLOCALISATION ORGANISÉE ET ENCOURAGÉE

Encore un fois Marion Maréchal Le Pen montre l’hypocrisie des élus socialistes et de l’UMP. Ils ont organisé le dumping social et aujourd’hui,à quelques mois des élections, ils pleurent sur les conséquences des causes qu’ils chérissent.

En quelques phrases la députée du Var a démontré toute l’incompétence de cette caste au pouvoir depuis 30 ans.

Avec cette directive, l’UE a permis une délocalisation inversée pour les secteurs non délocalisables. Elle permet à un employeur de recruter pour un temps donné, une personne envoyée spécialement d’un autre État membre, tout en versant uniquement les charges sociales de son pays d’origine. Or la France a au sein de l’UE le taux le plus élevé de charges sociales rapportées aux salaires. Ajouter à cela le fait que le salaire minimum est un des plus élevés, et que plusieurs de nos partenaires n’en ont pas, il ne fallait pas être madame Irma pour anticiper que la directive détachement était un arrêt de mort pour la compétitivité de nos entreprises.

C’est la prime à l’embauche étrangère et au chômage français. N’en déplaise à certains collègues, j’assume : je défend d’abord le travail des français en France. Alors traitez moi de xénophobe si vous le souhaitez pourtant il me semble que c’est l moindre des choses pour un homme politique français.

La crise actuelle est due à votre silence sur ce sujet depuis 1996 et à l’élargissement totalement irresponsable à l’Est que vous avez encouragé et voté.

Source: Prêchi-Prêcha